Livres
461 609
Membres
418 177

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Tristesse et beauté



Description ajoutée par anichinabe 2011-03-17T22:08:58+01:00

Résumé

Chez Kawabata, les beautés élégiaques, qui se laissent dépouiller, abandonner, prostituer, éviscérer par amour, préparent en silence l'avènement des beautés pernicieuses, ces petits démons qui exécuteront autour du mâle la danse de la mort.

Dans Tristesse et Beauté la mort esquisse ses premiers pas pendant que sonnent les cloches de fin d'année dans les monastères de Kyoto. Oki, le romancier vieillissant, cherche à revoir un ancien amour. Elle avait seize ans, lui plus de trente. Au lendemain de la rupture, elle avait trouvé refuge chez les fous, lui dans l'écriture d'un roman qui devait lui apporter argent et gloire. En sortant de chez les fous, elle choisit de ne plus se donner qu'à l'art et devint peintre renommé.

Un quart de siècle plus tard, il tente de renouer avec le passé. Mais le destin a placé aux côtés de la femme peintre une élève de dix-sept ans, diaboliquement belle et diaboliquement dévouée à son professeur.

Afficher en entier

Classement en biblio - 27 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par wizbiz06 2012-08-13T16:20:54+02:00

Le restaurant, caché sous un bouquet d’arbres, avait un vieux toit de chaume, épais et humide, et une entrée sombre, qui n’avait nullement l’air d’une entrée et devant laquelle se pressait un bosquet de bambous. Les troncs de quatre ou cinq splendides pins rouges se dressaient de l’autre côté du toit de chaume. Oki fut introduit dans une pièce de style japonais. Le restaurant semblait vide. Devant les vitres des portes à glissière on apercevait seulement les taches rouges des baies d’aucubas. Bien que ce ne fût pas la saison, Oki remarqua une azalée. Les aucubas, les bambous et les pins rouges lui barraient la vue, mais à travers les interstices entre les feuillages, il pouvait distinguer une nappe d’eau couleur de jade clair, profonde, limpide et immobile. Dans son immobilité, le mont Arashi était semblable à cette nappe d’eau

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par NateRiver 2019-05-08T18:14:11+02:00
Lu aussi

Roman axé sur la psychologie des personnages plus que l'histoire, ou se mêlent souvenirs, regrets, doutes et ou le passé est considéré comme un personnage à part entière. Cependant le rythme du livre installe rapidement l'ennui.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Miaouss 2018-12-09T11:25:36+01:00
Lu aussi

Lu pendant une nuit d’insomnie, il correspondait à l’ambiance. Entre la tristesse qui s’installe avec l’hiver et la beauté d’une ville qui se réveil paisiblement, encore blottie dans les draps des fêtes de fin d’année. Je suis sûr que ce roman doit se lire en automne-hiver, si vous le lisez en été, vous passerez à côté de l’harmonie entre le lecteur et le livre.

Je lui trouve des similitudes avec La mort à Venise de Thomas Mann, également Prix Nobel. Les deux romans sont contemplatifs, sans m’ennuyer pour autant. Le thème de la vieillesse y est très présent, par l’âge du personnage principal et par sa façon d’évoluer dans le roman. Ayant moins de 30 ans, je n’ai pas encore assez de vécu pour comprendre ces sentiments qui animent Oki ou Gustav chez Mann. Nouveau rapprochement, celui de la fascination pour un être jeune, qui n’a pas encore été altéré par le temps, par ce personnage… Il cherche à revivre sa jeunesse via ses souvenirs en les reportant sur une jeune fille quasi déifiée, un éphèbe chez Mann.

Kawabata se distingue par la façon qu’il a de faire de son personnage, un être vivant. Chez Mann la mort y était plus présente pour continuer la comparaison. J’entends par là, qu’il a conscience d’une fin possiblement proche mais qu’il a quand même cet espoir de revivre grâce aux deux femmes qu’il (re)trouvent, un amour d’enfance et une enfant dont il tombe amoureux.

Ils font parti de ces livres qui laissent un silence de réflexion après la lecture. Tristesse et beauté fera un magnifique diptyque avec le livre de Mann s’ils étaient adaptés en films, je le rangerais ensemble dans ma bibliothèque.

Afficher en entier
Diamant

Bon, ici, c’est une autre dimension de l’écriture. Avec Kawabata, comme plus tard avec Mishima, je commence à parler des auteurs de l’absolu, de ceux dont l’œuvre prit une place si grande qu’elle les poussa hors de leur propre vie.

Je ne vais pas cacher que ce roman m’a profondément touché. En tant que lecteur, bien entendu, mais aussi en tant qu’auteur. Deux façons d’apprécier un talent immense qu’on se désespère d’approcher.

L’histoire est celle des amours de jeunesse, impétueux et violents, qui, eux, ne meurent jamais, et laissent indéfiniment leurs empreintes dans nos vies.

Oki est un écrivain aussi célèbre que riche. Marié, il a un grand fils, Taichirô, mais cela ne l’empêche pas d’avoir le projet de partir seul à Kyoto pour les fêtes du Nouvel An.

À Kyoto, il y a Otoko. Il a vécu une grande passion amoureuse avec cette femme dans le passé, passion dont il a tiré le chef d’œuvre qui a fait sa fortune. Passion qui s’est conclue par l’abandon d’Otoko, à l’âge de dix-sept ans, par Oki, qui à l’époque était déjà marié et en avait trente et un… Otoko, abandonnée après la naissance de sa fille, qui n’a pas survécu, est depuis devenue un peintre renommé. Elle vit avec une troublante jeune fille, Keiko, qui sait les tourments qu’Otoko a endurés suite à son abandon par cet homme qui, de son malheur, a fait sa fortune. Cet homme qui, aujourd’hui, revient vers Otoko, comme si le temps n’avait pas passé, comme si la douleur de l’abandon qu’il avait infligé à son ancienne amante était chose négligeable, aussi négligeable que leur enfant mort-né.

Keiko, c’est l’histoire d’une vengeance…

C’est aussi l’histoire des amours que l’on croit apaisés, mais dont les liens subsistent, distendus, peinés par les ans et les souffrances, dans le cadre magnifique d’une ville hors du temps.

On trouve beaucoup de citations de ce roman, mais elles sont vaines. Il faut le lire. Kawabata décrit particulièrement bien les femmes, l’amour, et les rapports délicats, sensuels et cruels, entre les êtres et les choses.

Vous qui entrerez dans ce roman, n’y cherchez aucune morale : c’est un roman japonais. Il n’y a aucune morale. On n’y trouve que le tumulte de la vie.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lucilevolatile 2013-01-18T18:47:09+01:00
Argent

Quel beau livre ! Quel livre émouvant, envoûtant...

Il porte très bien son nom. J'ai envie d'en lire d'autres de cet auteur.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par cawo87 2010-09-19T23:54:04+02:00

"Ainsi étaient mes amours", écrit Kawabata, telle fut sa vie d'homme, tel fut le chemin de l'écrivain qui n'aura eu de cesse de poursuivre à travers ses romans l'image idéalisée d'une passante, celle qui fut au coeur de son oeuvre. Si le passé et le présent se mêlent sans cesse pour rendre le récit plus vivant, le réel et la fiction sont intimement liés à l'oeuvre de Kawabata. Dans Tristesse et Beauté, Oki retrouve après de longues années Otoko son ancienne maîtresse. Écrivain d'âge mûr, il doit tout son succès à un roman inspiré de sa liaison : Une Jeune fille de seize ans - ;l'âge qu'avait la propre fiancée de Kawabata lorsqu'ils se sont rencontrés. Cet amour, il le relate lui-même dans son premier ouvrage autobiographique intitulé Le Jeune Garçon... Cette mise en abyme vertigineuse est pourtant en tous points maîtrisée, car s'il a cherché à prolonger mais aussi à comprendre cette liaison tragique à travers ses romans de jeunesse, Kawabata, vieillissant, se dégage des tourments de la passion et compose une fiction. Dernier ouvrage publié avant que l'auteur ne se donne la mort, Tristesse et Beauté est un testament littéraire, un point final apposé à une oeuvre qui, à l'image de son créateur, oscilla sans cesse entre réel et irréel. --Lenaïc Gravis et Jocelyn Blériot

Afficher en entier

Date de sortie

Tristesse et beauté

  • France : 1996-01-01 - Poche (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 27
Commentaires 5
Extraits 10
Evaluations 4
Note globale 8.33 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode