Livres
439 658
Membres
369 450

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par MaevaCerise 2017-11-22T23:09:32+01:00

— Ton pied… il…, bredouilla Mathieu.

Et soudain, Philémon vit son visage se fermer, prendre un air dur qui paraissait d’autant plus impressionnant qu’il se manifestait sur une peau soudain blême.

— Putain de connard ! éructa-t-il, se redressant en position assise dans le lit. C’est pour ça qu’il t’a traité de Trois-Pattes, ce sale con ! Putain, si je lui mets la main dessus, je…

Le rire spontané de Philémon interrompit le flot d’injures. Abasourdi, il avait mis un instant à réaliser qu’il ne s’adressait pas à lui. Imaginer que Mathieu – qui avait bien failli être étranglé par Brice – voulait à présent s’en prendre à lui était tellement incongru !

Il riait d’autant plus fort que cette réaction avait eu pour conséquence de faire ronronner le léopard, sans que celui-ci ait besoin d’un contact, ce qui n’était pas arrivé depuis une éternité et qu'il ne se priverait pas de lui rappeler à l’occasion – à ses dépens, évidemment.

— Ce n’est pas drôle, grommela Mathieu, se laissant retomber dans les oreillers.

— Ce n’est pas vraiment une insulte, commenta Philémon en reprenant un peu son sérieux. C’est juste un moyen de tenter de me rabaisser.

— Il l’a dit comme telle.

— Parce qu’il croit que c’en est une, alors que c’est la vérité : je n’ai que trois pattes.

C’était l’une des choses que sa mère lui avait apprises après son accident. Les insultes n’avaient que la portée qu’on leur laissait prendre. Les ignorer était le plus intelligent à faire ; surtout face à des abrutis.

— Je vais le tuer, marmonna Mathieu.

— Il va falloir prendre un ticket, plaisanta Philémon. Et en passant après Rony et moi, il risque de ne pas te rester grand-chose à démolir.

Afficher en entier
Extrait ajouté par GabrielleViszs 2018-01-15T22:08:03+01:00

Des jours comme celui-ci, Mathieu aurait presque été reconnaissant que sa communauté l’ait poussé à fuir. Il se disait que si le destin lui avait réservé quelques épreuves, chacune en valait la peine pour obtenir le bonheur qu’il vivait désormais auprès de Philémon. Elles les valaient d’autant plus qu’il n’avait pas juste trouvé un amant, il avait également trouvé une famille avec Rony comme père et ce qui pouvait s’apparenter à des oncles et tantes en Erol, Pitt et Paméla, dont il était désormais assez proche pour devenir lui-même une sorte d’oncle pour leur fils.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Sleepwxlker 2018-09-08T22:21:55+02:00

Philémon reporta une nouvelle fois son regard sur Mathieu, se demandant si l'on pouvait évaluer la résistance d'un corps uniquement en se basant sur son aspect physique.

Plus petit qu'un garou, il lui paraissait également plus fluet et donc plus faible. Alors que Philémon le voyait trembler, à demi dévêtu dans les quelques centimètres d'eau qui s'écoulait lentement par la bonde, il se souvenait aussi de la première fois où il l'avait rencontré, de la fierté et de l'audace dont il faisait preuve face à Rony.

Il y avait une volonté farouche de ne pas se laisser rabaisser, une étincelle qui disait que, s'il ne pouvait pas être un dominant dans un monde garou, s'il n'était pas quelqu'un de fort au sens habituel, viril et agressif du terme, il avait néanmoins une sorte de volonté farouchement chevillée au corps qui pouvait s'apparenter à de la résistance.

Afficher en entier
Extrait ajouté par GabrielleViszs 2018-01-15T22:08:56+01:00

Par contre, le léopard avait dès lors estimé que si Philémon était perturbé et que ses émotions prenaient le dessus, ses réactions n’étaient plus fiables et qu’il avait le droit – voire le devoir – de s’imposer et même de garder le contrôle, autant qu’il le jugeait utile. Il profitait donc des failles émotionnelles pour réagir comme il l’entendait, ce qui avait obligé Philémon à une autodiscipline stricte pour limiter ses interventions malvenues.

Et voilà qu’aujourd’hui, le léopard décidait qu’il voulait Mathieu

Afficher en entier
Extrait ajouté par GabrielleViszs 2018-01-15T22:08:34+01:00

Le plaisir de la chasse était aussi une raison suffisante pour quitter son bar. Il adorait son travail, cependant il aimait également l’absence de musique et du concert de voix bruyantes qui emplissait ses journées. Plus que tout, il aimait l’excitation de la traque de sa proie. Il n’avait pas réellement besoin de chasser pour se nourrir, aussi avait-il pris la mauvaise habitude de jouer un peu avec ses repas vivants.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode