Livres
392 350
Comms
1 375 446
Membres
283 781

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Troisième chronique du règne de Nicolas Ier



Description ajoutée par Lilou 2010-01-09T12:55:44+01:00

Résumé

Dans sa précédente chronique, Patrick Rambaud nous présentait un souverain précieux et modeste, adouci, cravaté, libéré des mauvais courtisans et des conseillers bling-bling. Nicolas Ier, aux mains de l'habile première dame, s'était converti à la tempérance, à la sagesse, à l'équanimité. Le grand homme perçait sur la talonnette. L'automne se présentait bien, sur un matelas de feuilles de chêne mais... Tout s'effondra. La bourse. La croissance. L'économie. Les ambitions libérales et fiscales. A mi-règne, la crise rhabillait son souverain. La faute à ces salauds de traders, à ces incapables de banquiers, américains, français, de tous pays, autrefois riches et unis, la faute à tous les autres, à Adam Smith, à la vicomtesse de La Garde, au baron de Trichet, la faute au Premier Ministre Anonyme. Alors ce fut la fin du programme de 2007 : le bouclier fiscal se fissura, le chômage s'emballa, il n'y eut plus d'heures supplémentaires, mais des usines vides, puis des usines occupées... et Nicolas Ier nous épuisa, une fois encore, en paroles, en chiffres, en faux mensonges et vraies vérités, courant du Cap Nègre à Berlin, de Washington au parc de Versailles, esquivant Villiers-le-Bel et La Courneuve...

Afficher en entier

Classement en biblio - 10 lecteurs

Or
4 lecteurs
PAL
13 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Caroline 2014-01-04T12:22:49+01:00

"Le climat se faisait lourd. Certains gendarmes récalcitraient dans un article de leur gazette interne intitulé « Déplacement de l’empereur Nicolas Ier à Valence ». Nous y apprenions que la visite de Sa Majesté avait mobilisé mille deux cent soixante-cinq gendarmes, qu’il avait fallu couper une voie rapide, acheminer de Lyon et par convoi spécial une passerelle pour l’aéronef impérial. Le signataire du libelle, un commandant dur à cuire, se disait écœuré par ces dépenses quand ses voitures de service affichaient deux cent cinquante mille kilomètres au compteur et que l’État s’en moquait".

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par platon 2010-01-28T18:27:37+01:00
Or

Il faut le lire !!!

Afficher en entier

Date de sortie

Troisième chronique du règne de Nicolas Ier

  • France : 2011-01-05 - Poche (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 10
Commentaires 1
Extraits 8
Evaluations 0
Note globale 0 / 10

Évaluations