Livres
454 571
Membres
402 861

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Elowenn 2015-11-16T19:03:38+01:00

Je me sentis bien dans ce bain moussant qui me remémorait de doux souvenirs. C’était berçant, cajolant, comme l’aurait été Leeroy après un de mes chagrins. Lentement, je m’assoupis.

Une sensation désagréable me saisit la gorge alors que je n’arrivais plus à respirer. J’écarquillai les yeux et cherchai l’oxygène que je ne parvenais pas à trouver et je sentis qu’on me saisissait par le bras. Ma tête émergea et je toussai, étranglé par l’eau moussante qui avait pénétré dans ma gorge et mon nez.

— Hey ! Ça va ? Tu te sens bien ? me demanda Keith, en me maintenant par les épaules.

J’eus du mal à lui répondre à cause de la sensation d’étouffement qui me brûlait encore la gorge. Une tasse d’eau savonneuse n’était pas vraiment une boisson conseillée.

— Oh, Evan ! Tu m’entends ? insista-t-il.

— Oui, dis-je enfin après avoir recraché une gorgée.

— Qu’est-ce que tu fous ? Bordel, ne me dis pas que t’as voulu te foutre en l’air ?

— N-non ! m’écriai-je. Absolument pas ! Je me suis endormi sans m’en rendre compte, les médicaments que je prends me fatiguent tellement…

Il m’observa de ses grands yeux bleus, profonds, mais sévères et me tira brusquement pour m’aider à me relever. Ses gestes étaient brusques et je me cognai le genou une fois debout et me retins de justesse au bord de la baignoire. Je me rendis alors compte de ma nudité et avant même que je ne cache mes parties intimes, il me jeta une serviette au visage. Je la rattrapai de justesse avant qu’elle ne tombe à l’eau.

— Évite de te tuer, ça donnerait une bonne raison à Kain de me renvoyer derrière les barreaux, balança-t-il avant de quitter la pièce.

Je restai quelques instants abasourdi par ses paroles et lorsque j’eus envie de répliquer, il avait déjà quitté la salle de bain. Mais quel égoïste ! Je n’en revenais pas qu’il se foute complètement du fait que j’ai failli me noyer. Seule sa petite personne comptait ! Comment Leeroy avait-il pu se lier d’amitié ou établir un quelconque lien avec un type pareil ? Je commençais sérieusement à douter de l’authenticité de ce testament !

Afficher en entier
Extrait ajouté par Nolin 2017-04-03T00:14:29+02:00

— Kain m’a dit que tu étais chez lui depuis. Tu as déjà fait des recherches pour un nouvel appartement ?

— J’ai un collègue qui m’a proposé plusieurs plans. Du coup, j’ai trouvé un studio pas très cher au nord de Triel. Ce n’est pas très loin d’ici et plutôt bien situé.

Je fis une moue pensive en hochant la tête tout en essayant de dissimuler mon vague à l’âme.

— Je vais emménager dans un appartement vers le centre de Triel, du côté de mon université, dis-je.

Ça devrait se faire d’ici une à deux semaines, la rentrée approche à grands pas. Tu… Tu es le bienvenu, bien sûr.

Il jeta son mégot à terre et l’écrasa d’un coup de chaussure, avant de se tourner vers moi.

— Evan, tu sais…

— Tu as dit que j’étais trop jeune pour vivre avec quelqu’un. J’ai compris. Mais rien ne nous empêche de continuer à nous voir, n’est-ce pas ?

Le geste accompagnant la parole, mes mains glissèrent vers le col de sa chemise pour l’attirer contre moi.

Keith se laissa entraîner et m’enlaça en retour tout en baisant ma nuque. Je fermai les yeux en le serrant puissamment, soulageant le manque des derniers jours et m’enivrai de son parfum. J’aimais Keith passionnément et savais que le moment où je devrais repartir serait terriblement difficile. Tout avait si mal commencé entre nous, à coup d’insultes et avait évolué vers une relation purement physique. Pourtant, désormais, j’en étais éperdument amoureux et sa présence était devenue un impératif pour mon bien-être.

— Je dois retourner travailler, m’avertit-il en s’écartant doucement tout en caressant délicatement ma joue.

— Je comprends, dis-je frustré. Bon courage.

Il resta un instant à me regarder, percevant sans doute mon accablement et vint déposer un baiser sur le coin de mes lèvres avant de disparaître. J’en restai bouchée-bée et portai machinalement mes doigts là où

ses lèvres m’avaient frôlé. Je ressentis alors un souffle nouveau : celui de l’espoir.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode