Livres
461 211
Membres
417 298

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

-Tu verras, mon petit. Tout au long de ta vie, tapis au fond de toi, tu garderas les mêmes besoins. Être aimé, rassuré, ne pas être seul, avoir toujours à manger et à boire, te distraire, qu'on s'occupe de toi et avoir à tes côtés une personne qui t'aime plus qu'elle-même. Comme un bébé.

Afficher en entier

Je préfère rire, je préfère vous faire rire. Parce que, voyez-vous, la vie est une histoire drôle. Sinon, qu’est-ce qui pourrait bien expliquer cette chute si absurde ? Ce n’est pas pour rien si l’acronyme de « maison de retraite » est MDR…

Afficher en entier

Si la vieillesse était douce à vivre, personne ne voudrait que ça s'arrête. Le fait qu'elle soit si rude rend l'existence moins attachante. La vieillesse a été inventée pour se détacher de la vie.

Afficher en entier

On vit, on respire, on fait des projets, et soudain, on n’existe plus. La vie est comme un château de cartes. On met un temps infini à le construire, on essaie de poser des bases solides, on monte un étage après l’autre, et puis, un jour, tout s’effondre et quelqu’un les range dans une boîte. À quoi bon, vous pouvez me dire ?

Afficher en entier

Les jeunes descendent du minibus et se dirigent vers nous pendant que nous avançons vers eux. On se croirait dans West Side Story.

Un grand brun en jogging blanc fait une révérence :

- Bonjour, chers damoiseaux et damoiselles, comment vous allâmes en cette journée fort chaleureuse ?

Ses camarades s’esclaffent.

- Qu’est-ce tu fous, Moundir ? Pourquoi tu parles comme un bouffon ?

- Ben quoi ? se défend-il. Ils causaient comme aç au xive siècle ! Je m’adapte, moi, Monseigneur !

Tout le groupe se met à parler dans tous les sens. Une éducatrice intervient et leur demande de se calmer. Au bout de plusieurs rappels, le silence se fait. Au moment où Anne-Marie va faire les présentations, une petite voix tremblotante s’élève du groupe des résidents.

- Wesh gros, t’as cru qu’on était périmés ?

Face à moi, les yeux s’écarquillent. Je suis heureuse que Greg ait filmé l’arrivée, je me passerai la vidéo en boucle les jours de moins bien.

Tous les résidents se tournent vers Rosa. Elle hausse les épaules.

- Quoi ? J’ai regardé tous les spectacles de Jamel Debbouze avec mon petit-fils…

Les jeunes éclatent de rire. Les résidents les imitent. Cette journée s’annonce mémorable.

Afficher en entier

Mon cheminement n’est pas terminé. Je suis en cours de réparation, il me reste quelques impacts et c’est seule que je compte m’en occuper. Quand j’aurai terminé, j’espère être assez solide pour reprendre la route en n’ayant plus peur de ce qui m’attend.

Afficher en entier

L'avantage d'une sœur, c'est qu'elle nous aimera toujours. Elle peut ne pas être d'accord avec nous, il lui arrive de nous juger, il se peut même qu'elle rêve d'une autre sœur, qu'on sa fâche, mais il y aura toujours cette affection profonde qui lie ceux qui avancent côte à côte depuis leur naissance. Face à elle, je peux faire tomber tous les artifices, me livrer sans ambages, enlever toutes les couches de vernis. Être moi. Une sœur, c'est une amie inconditionnelle.

Afficher en entier

C'est dans ces moments là que ça me frappe le plus. Ce sentiment d'être tous pareil, au fond, nous les humains. Que l'on vienne de France ou du Mali, que l'on soit blond, chauve ou crépu, que l'on préfère les langues ou la chimie, que l'on soit généreux ou pessimiste, on vivra tous des joies, on sera tous frappé par des drames, on connaîtra le chagrin, on expérimentera le bonheur. Les émotions, ça s'appelle. Un truc universel

Afficher en entier

L'amour, c'est comme un tricot : on enchaîne les rangs tranquillement, on fait de jolis motifs dont on est fier, parfois on focalise sur une mail maille manquée. Mais en fin de compte, ce qu'il en restera, c'est un pull-over chaud et réconfortant.

Afficher en entier

Ma femme, je l'aime encore plus qu'au premier regard. Quand je vois les jeunes de maintenant, qui se séparent au premier obstacle, je me dis que nous avons de la chance d'avoir vécu à cette époque. Sinon, nous serions sans doute devenu des étrangers et je ne saurais même pas à côté de quel bonheur je serais passé. Attention, je ne dis pas c'est facile! Bien au contraire, il est plus simple d'arrêter d'aimer que de faire l'effort de s'accrocher.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode