Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Tzeentch9 : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Les Chevaux célestes Les Chevaux célestes
Guy Gavriel Kay   
Comme je l'ai lu peu de temps après Le Fleuve Céleste (oui, j'aime faire les choses à l'envers), les souvenirs de celui-ci sont assez frais pour que je ne puisse m'empêcher de les comparer. Dans l'ensemble, je crois que j'ai préféré Les Chevaux Célestes, même si les deux ouvrages sont bons.

Je l'ai trouvé vite immersif, la dimension aventure étant un peu plus présente que dans Le Fleuve Céleste. Avec un personnage au centre des événements (un type qui n'a rien demandé et qui se retrouve avec un cadeau plus encombrant qu'autre chose, lequel va déclencher moult convoitises et magouilles politiques), l'action m'a parue plus... concrète, tout en impactant la Kitai toute entière.
J'ai apprécié les éléments fantastiques, rares mais bien présents entre les fantômes gémissants du Kuala Nor et l'inquiétante magie chamanique des Bogü.

Le rythme est lent, implacable, assez particulier. C'est le genre de lectures pour lequel il ne faut pas se montrer trop impatient, ou picorer trois pages par-ci, un paragraphe par-là, au risque de décrocher. L'atmosphère est très réussie.
L'écriture est travaillée, maîtrisée, et on ne peut qu'une fois de plus saluer l'auteur pour son érudition qui rend son univers crédible, construit, concret.

Malgré leur développement, je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages. C'est le deuxième Kay que je lis et pour l'instant c'est ce qu'il me manque chez cet auteur, quelque chose qui me donne l'impression d'être plus proche des personnages, de vibrer un peu plus pour eux, pour ce qu'ils ressentent, ce qu'ils vivent.

par Miney
La Saga de Hrolf Kraki La Saga de Hrolf Kraki
Poul Anderson   
Plus le récit de l'histoire de la lignée des Skjoldung que celle de Hrolf Kraki, Poul Anderson nous livre ici une fresque épique du Danemark durant le Haut Moyen Âge.

par Throdoor
La Guerre de la faille, Tome 1 : Magicien La Guerre de la faille, Tome 1 : Magicien
Raymond E. Feist   
Un premier tome époustouflant

Cela faisait longtemps que je voulais découvrir Raymond Feist . Et quoi de mieux pour débuter que la Guerre de la Faille. Waouw ! Ça c’est de l’univers ! Pour résumer Magicien, c’est une histoire de bataille entre l’Orient et l’Occident médiéval à la sauce de Feist. Et tourné d’une telle manière que … J’avoue, je vais avoir du mal à me coller à autre chose !

Vous avez un royaume donc qui incarne notre Occident Médiéval et nous le découvrons à travers les yeux de Pug, un jeune garçon qui tente de devenir apprenti magicien et qui a du mal à montrer ses talents Nous voyons donc les trésors d’amitié avec son compagnon Thomas qui rêve d’être un grand guerrier. Mais aucun des deux n’est noble alors… Il va en falloir pour réaliser leurs rêves. De l’autre côté, nous avons les Tsurani, qui a un système féodal assimilé à celui du Japon et de ses samouraïs donc fondé sur l’honneur et sur une politique expansionniste. Les Tsunari arrivent à créer une Faille et tentent d’envahir l’autre monde

Une guerre et une initiation

Magicien est bien entendu le récit de l’initiation de toute une vie de Pug qui au travers des deux mondes arrive à devenir un grand magicien. Il accomplit son rêve d’enfant. Thomas aussi subira une initiation et deviendra un grand guerrier. Nous suivons l’évolution des deux compères au travers de différentes années avec un grand intérêt car leur destin est entremêlé des intrigues des deux mondes différents qui sont en guerre. Comment arriveront-ils à allier et à réconcilier ces mondes si différents.

Cette grande guerre est passionnante car elle nous montre la vision des deux royaumes complètement différente. Nous voyons l’incompréhension de chacun mais aussi une critique de chacun des deux systèmes. J’ai beaucoup aimé cette confrontation entre ces mondes à travers un univers totalement fantaisiste et réinventé. C’est un roman dur attention car nous parlons de guerre mais il vous montrera quelle est l’importance pour deux peuples de communiquer avant de s’entredéchirer. Magicien pourrait être un livre à part entière. Mais je sais déjà qu’il y a toute une série et nous n’en sommes qu’au début et comme je vous le disais au début : il me tarde de connaître la suite !

http://labibliodekoko.blogspot.fr/2012/07/la-guerre-de-la-faille-de-raymond-e.html

par Kore
La Ménagerie de papier La Ménagerie de papier
Ken Liu   
Sans y être réfractaire, je ne suis pas très nouvelles ni SF et il m'a fallu une ou deux histoires pour m'acclimater à l'univers de l'auteur et au format de ses textes. Mais une fois que c'est fait, difficile de décrocher !

J'aime énormément l'écriture. Elle est admirablement fluide et délicate, travaillée tout en finesse, empreinte d'une sensibilité vraiment unique, très humaine. Même si certains des textes m'ont moins accroché que d'autres, j'ai toujours apprécié l'imagination qu'on y trouvait.

Mes nouvelles préférées sont :
- "La Ménagerie de Papier". L'histoire m'a vraiment touchée et durant toute ma lecture j'ai été partagée entre l'émerveillement quant à la petite ménagerie et la gorge nouée...
- "Le golem au GMS", nouvelle pétillante d'humour et d'imagination. Ça fait une bouffée d'air frais entre ces nouvelles assez graves, souvent tristes, et plaisir de voir à quel point l'auteur sait manier tous les registres.
- "La forme de la pensée", pour la beauté et la différence de la culture Kalathani.

Un beau coup de cœur.

par Miney
Aeternia, Tome 1 : La Marche du Prophète Aeternia, Tome 1 : La Marche du Prophète
Gabriel Katz   
Je n’avais jamais lu de roman de fantasy ayant au cœur de son intrigue un thème comme la religion, mais je me suis rendu assez rapidement compte que je n’avais pas à m’inquiéter : Gabriel Katz sait mener une histoire sur ce sujet sans le rendre ennuyant, grâce notamment à un style d’écriture plutôt simple et fluide, qui permet une lecture assez rapide.

Même si l’intrigue peut paraître relativement simple au premier abord, on se rend compte au fur et à mesure que tout est finalement plus complexe qu’on ne pourrait le croire : en effet, Gabriel Katz a l'art de disséminer des rebondissements pour certains assez inattendus, ce qui a permis d'entretenir mon intérêt pour l'histoire.

De même, l’univers inventé par l’auteur n’est pas foncièrement original ni même vraiment fouillé à fond, mais il est bien maîtrisé et ne m’a pas donné une impression de faux. Quant aux personnages, ils ne sont peut-être pas des plus remarquables mais demeurent dans l’ensemble assez attachants -j'ai surtout apprécié Desmeon quoi qu’en puisse dire Leth Marek, et leur relation plus ou moins amicale…

Bref, un roman de fantasy qui, je pense, est accessible à tous et qui présente de bonnes idées -par exemple, la fin avec une double révélation, pour l’une logique mais surprenante, et l’autre tout simplement surprenante… Mais je n’en dis pas plus, si ce n’est qu’il me semble difficile de ne pas vouloir se jeter sur le deuxième tome avec un dénouement pareil…

par Isallya
Le Puits des mémoires, Tome 1 : La Traque Le Puits des mémoires, Tome 1 : La Traque
Gabriel Katz   
Comme pour Aeternia du même auteur, j'ai beaucoup aimé l'écriture. C'est léger et très fluide sans paraître simpliste, les pages se tournent à toute vitesse. Sans s'en rendre compte, on est rapidement pris dans l'intrigue dont le rythme et les mystères sont dosés juste comme il faut pour nous tenir en haleine.

L'univers est simple et assez ''classique'' mais solidement construit, vivant : on n'a pas l'impression d'un monde en carton-pâte, même si sa description est vraiment resserrée autour de l'action de personnages. On y croit et on s'y immerge facilement.

Les trois héros sont attachants et le portrait de chacun est bien brossé. Malgré leur caractère très différent, on sent vraiment leur amitié, une certaine complicité, se (re ?)forger au fil de leurs aventures. On prend plaisir à les suivre recomposer les morceaux de leur passé, se questionner sur eux-même, en quoi leur passé influence leur personnalité, leurs aptitudes, leur futur.

Bref, c'est une lecture très sympa et je lirai volontiers la suite !

par Miney
Des sorciers et des hommes Des sorciers et des hommes
Thomas Geha   
Un auteur inspiré. Une exécution brillante. Pour une première découverte de Thomas Geha, je suis conquise par ce roman de fantasy sombre.
Deux antihéros qu'on adore détester. Ce qui m'agace le plus, c'est quand les sentiments et la complexité des personnages ne sont que peu développés mais alors... voici deux antihéros qu'on adore détester. On s'attache très vite à eux. Peut-être - certainement même - que le montage du roman en épisodes y est pour beaucoup. Des histoires et des personnages qui se suivent et se croisent, s'entremêlent. De l'humour aussi noir que les deux antihéros. Les actions s'enchaînent et on arrive vite à la conclusion que nos deux antihéros vont devoir un jour ou l'autre payer leurs méfaits. Beaucoup de questions laissées en suspens à la fin du livre mais ce n'en est que mieux : ça laisse travailler l'imagination et l'imaginaire propre à la fantasy.
Bref, une fois qu'on a commencé Des Sorciers et des Hommes, on le finit dans la foulée en fait... Une très bonne découverte.

par Syracuse
Célestopol Célestopol
Emmanuel Chastellière   
Chaque nouvelle met en avant une facette de Célestopol, cité lunaire aux influences russes et steampunk avec ses automates et autres machines à vapeur. Et la grande force de ce récit est l’homogénéité des différentes nouvelles. Il n’y a pas une nouvelle que j’ai moins aimée que les autres, elles sont toutes très qualitatives et surtout toutes très surprenantes. On passe d’un style à un autre, il y en a pour tous les goûts, certaines nouvelles ont un côté un peu cynique que j’ai beaucoup apprécié, beaucoup ont un côté doux-amer et toutes gardent quand même un aspect assez sombre qui donne l’ambiance générale du récit. Emmanuel Chastellière réussit très bien l’exercice des nouvelles dans le sens où il parvient à nous captiver dès les premières lignes. Les nouvelles sont pourtant assez indépendantes, car elles introduisent toutes de nouveaux personnages et une facette différente de la cité, mais il suffit de quelques lignes pour s’adapter au nouveau décor. Autre point positif et pas des moindres, les nouvelles ont une longueur idéale qui permet les lire facilement d’une seule traite et donc de n’oublier aucun détail.

Les premières nouvelles m’ont quand même un peu frustrée, car c’était difficile de quitter les protagonistes auxquels on s’attache très facilement, mais une fois qu’on comprend le principe des nouvelles, on s’adapte facilement au fait de pas forcément revoir les personnages. Certains personnages reviennent quand même dans plusieurs nouvelles et dans chacune d’elles plane l’ombre du duc Nikolaï, le « dirigeant » de la ville, une figure à la psychologie complexe et très intrigante qui donne un certain charisme au récit.

Même si les personnages n’interviennent parfois que dans une seule nouvelle sur les quinze, on s’attache très vite et très facilement à eux, car ils sont extrêmement bien construits : très réalistes et humains (même si certains ne le sont pas vraiment…). Chaque personnage possède sa propre histoire et sa raison de se trouver à Célestopol. Ils ont tous un passé, un présent et un futur et finalement on les découvre à un instant T de leur vie, puis on les laisse partir. Pendant ce temps, ils représentent les guides qui nous mènent dans tous les recoins de la ville et nous font découvrir ses aspects politiques et sociaux. Car finalement Célestopol, est une capitale comme les autres avec beaucoup d’inégalités sociales et sous la lumière se cache beaucoup de poussière, ce qui est particulièrement bien exploité par les différentes nouvelles.

Un autre point très original et que j’ai particulièrement apprécié dans les nouvelles est l’influence russe de la ville du fait de son contexte géopolitique. On retrouve ainsi cette influence dans les noms des personnages, mais également dans la mythologie de certaines nouvelles. Ainsi l’auteur réutilisent certains mythes slaves et fait également beaucoup de clins d’œil à la littérature de manière générale tout en conservant son style et sa patte personnelle.

Au final, j’ai grandement apprécié cette lecture et j’espère que cet univers sera repris un jour par l’auteur, car Célestopol et ses habitants sont loin d’avoir révélés tous leurs secrets !

par Sometimes
Le Bâtard de Kosigan, Tome 2 : Le fou prend le roi Le Bâtard de Kosigan, Tome 2 : Le fou prend le roi
Fabien Cerutti   
J'adore les romans de ce type, tout qui me connaît un peu sait à quel point je suis passionnée par l'Histoire. L'auteur a effectué un vrai travail de recherche historique, que ce soit au niveau des évènements, des coutumes, des objets, des lieux, des stratégies militaires... On sent également qu'il s'est renseigné sur le folklore européen en profondeur, il maîtrise son univers, son époque, jusqu'aux expressions populaires et aux dialogues entre les personnages, qui sonnent toujours justes. Je me dois de saluer bien bas un tel investissement, surtout que ça donne un roman avec une intrigue haletante, de beaux combats mais aussi des enquêtes pointues, des manipulations de pouvoir.. C'est un univers riche, cohérent, envoutant, mais ce n'est pourtant pas une lecture que je recommande à tout un chacun. Déjà, il faut s'accrocher pour tout suivre (mais cela l'auteur m'avait prévenu, raison pour laquelle il est resté dans ma PAL jusqu'à ce que je puisse le commencer et le lire presque d'une traite) lire en étant concentré, d'une traite ou presque donc, si c'est possible, parce que ce n'est pas simple DU TOUT si on n'est pas habitué à ce type de récits. Moi c'est mon cas, donc je n'ai rencontré aucun problème dans ma lecture mais je sais que ce n'est pas le cas de tout le monde. C'est exaltant, brillant, mais ce n'est pas une lecture « loisir » c'est au contraire très cérébral. Moi, j'adore, c'est ma sucrerie de fin d'année, mais ça ne plaira pas à tout le monde. Heureusement, pour ceux qui veulent tenter l'aventure (et dans le genre, c'est le top avec Pevel) la fin du roman fourmille d'annexes en tout genre pour se remémorer qui est qui, mais aussi pour en apprendre davantage sur le Moyen-Âge et saisir certaines références.

Je n'ai qu'une chose à demander à Mr Cerutti... A quand la suite?

par Bluenn
Le Bâtard de Kosigan, Tome 1 : L'Ombre du pouvoir Le Bâtard de Kosigan, Tome 1 : L'Ombre du pouvoir
Fabien Cerutti   
Un must have pour tout qui aime la fantasy historique / uchronie ! Il mérite d'ailleurs entièrement son prix Imaginales. Tout est bon dans ce livre, l'intrigue est dynamique, les personnages principaux sont absolument géniaux, mention spéciale au style narratif très particulier, l'alternance entre le journal de Pierre et les lettres de Michael rend vraiment très bien. Je félicite l'auteur et j'attends avec impatience de pouvoir me procurer la suite ♥

par Bluenn