Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Udakyo : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Autre-Monde, Tome 7 : Genèse Autre-Monde, Tome 7 : Genèse
Maxime Chattam   
Enfin je termine cette saga ! Après avoir posté ma petite critique des 3 premiers tomes (que j'ai apprécié sans être transcendée), me voici de retour pour ma critique des 4 derniers.

Autant le dire tout de suite, j'ai eu du mal à finir le dernier tome... Lire 7 tomes sans être vraiment passionnée par l'histoire, c'est dur ! Mais je ne pouvais pas laisser tomber en plein milieu, il fallait bien que je sache le fin mot de l'histoire ;)

Mon constat est toujours le même: les personnages sont sympathiques mais sans plus. Ambre devient même réellement agaçante avec son statut de personnage parfait: belle, intelligente, presque une déesse. Un faux côté mystérieux qui l'a rend plus superficielle qu'autre chose [spoiler]sans parler de sa grossesse qui arrive comme un cheveu dans la soupe et permet à l'auteur de se sortir d'un cruel dilemme par une petite pirouette scénaristique[/spoiler]
De son côté, Matt reste le stéréotype du héros, prêt à pardonner à n'importe quel traître, même si ce dernier a fait les 100 coups. Si cela est attendrissant la première fois, ça devient vraiment lourd la centième. Tobias reste sympathique d'un bout à l'autre, ni plus ni moins. Les personnages les plus intéressants restent les secondaires: Johnny, Melchiot, les soeurs ambassadrices, Torshan etc etc... Sans oublier les âmes des morts, Lanz et Newton ainsi qu'Anonymous !

Le monde est toujours bien fourni, avec un "background" intéressant. La "mythologie" autour des scararmées, des élémentaires et des golems etc.... est plutôt riche et bien ficelée. Nous parcourons les immensités et découvrons ce monde nouveau toujours avec la même curiosité. Un environnement riche et vaste qui donne envie d'en découvrir plus !

Malgré mon constat (personnel) assez mitigé (monde riche vs personnages pénibles), c'est bien l'histoire en elle-même qui m'a le plus déçu. Dans les 3 premiers tomes, je trouvais tout ceci un peu trop facile mais tout de même acceptable (après digestion) : appeler les adultes des Cyniks ou Matures, les enfants des Pans, leur capitale Eden.... Mais j'étais prête à pardonner car cela restait sympathique et agréable à lire.
Dans les 4 tomes suivants, ça en est trop. Ggl, les repboucks, les kwitteurs, Neverland, l'empereur Oz, Les Ozdults, la vraie nature de la Tempête (et du discours moralisateur qui l'accompagne)... Tout est trop simple, comme si l'auteur n'avait pas envie de chercher plus loin, que ce soit pour les noms comme les événements. Trop de facilités et d'évidences qui m'ont fait soupirer tous les 3 paragraphes.
Je ne parlerais pas du tome 4 et 5 qui sont pour moi des copiés-collés des 3 premiers (Tourmenteurs = Rauperoden, Malronce = Empereur Oz, anneau = collier entraveur....)

Je finirais par dire que j'ai moyennement apprécié les références religieuses à tout-bout de champ, car inutiles et surtout centrées sur Ambre (qui n'en paraît que plus agaçante) [spoiler]Ambre qui ouvre la mer en deux, son sacro-saint accouchement avec les venues des rois mages...[/spoiler]. Trop c'est trop, désolée Mr Chattam.

En conclusion, je dirais que j'ai été contente de parcourir les pages d'Autre-Monde (J'insiste, il faut le lire au moins une fois). Mais je suis également - et surtout - contente de l'avoir fini et je n'y reviendrais pas. Adieu et bon vent à l'Alliance des trois !

par Nashael
Le Comte de Monte-Cristo Le Comte de Monte-Cristo
Alexandre Dumas   
c'est un superbe classique que j'ais pris un immense plaisir à lire. C'est un roman pleins de passions, d'injustices, de questions ... bref la recette qui ne vous fais pas décrocher.


par myra44
Coraline Coraline
Neil Gaiman   
J'avais adoré le film d'animation et quand je suis tombée sur le roman à la bibliothèque, je n'ai pas pu m'empêcher de l'emprunter. L'adaptation est bien fidèle au bouquin et j'ai pris beaucoup de plaisir à retrouver l'Univers farfelu qui règne autour de Coraline. Il y a une atmosphère mystérieuse et assez glauque, évidemment destiné aux jeunes lecteurs donc ça reste raisonnable, qui donne sa part d'originalité et qui ne vous donne plus envie de quitter le livre. Coraline emménage avec ses parents dans une grande et vieille maison qu'ils partagent avec des voisins particuliers, pour ne pas dire excentriques. Tous l'appellent Caroline ce qu'elle s’efforce à chaque fois de corriger, en vain. Au rez-de-chaussée vivent les demoiselles Spink et Forcible qui sont en fait deux vieilles filles qui vivent avec leurs terriers blancs et qui parlent très souvent, de façon un peu nostalgique, du temps où elles étaient de célèbres comédiennes. Elles adorent leurs petits chiens et prennent souvent le thé avec Coraline qui leur rend visite quand elle s’ennuie. Au-dessus de l'appartement de la famille de Coraline vit un vieux monsieur qui portera le surnom de « vieux toqué » pendant tout le livre (on apprend son prénom à la fin du roman). Celui-ci ne vit pas avec des chiens mais avec des souris mais pas n'importe lesquelles puisque celles-ci sont des souris savantes qui savent chanter et jouer des instruments de musique bien qu'on ne les voit pas mais c'est parce qu'elles ne sont pas encore au top niveau.;p Au fil des pages, on a l'impression d'intégrer un rêve car c'est là que notre esprit divague et laisse place à l'imaginaire pour nous emporter à travers des songes extraordinaires ou parfois effrayants, ou les choses du quotidien se mêlent à l'irréel et où nous y vivons des aventures palpitantes. Dans ce bouquin on ressent quand même beaucoup la solitude de Coraline qui est assez livrée à elle même puisque ses parents ne semblent pas avoir beaucoup de temps à lui consacrer. Est ce un message porteur, je ne saurais dire mais c'est le ressenti que j'ai eu durant toute ma lecture. Alors sinon je conseille ce roman à tous ceux qui possèdent un esprit fantaisiste, vous ne serez pas déçu car le récit regorge d'idées plus saugrenues les unes que les autres. L'auteur a dû bien s'amuser à créer cet Univers. ^^

par Amnesia-x
Le château de Hurle Le château de Hurle
Diana Wynne Jones   
Comme je viens de le lire, je signale à ceux que cela intéresse que ce livre merveilleux à une suite. La suite se nomme le Château des Nuages, et elle est très étonnante.
Il paraît qu'il y a aussi un "tome 3", qui n'est sorti qu'en anglais : House of Many Ways. Je crois que je vais essayer de le lire en anglais.

Donc, voilà ! Je voulais prévenir ceux qui ont aimé le Château de Hurle, qu'il y a une suite, car elle est vraiment génial !

par Kato
L'Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde L'Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde
Robert Louis Stevenson   
Un classique de Stevenson, pour (re)découvrir le mythe de la double-personnalité, et une réflexion sur la condition humaine d'un homme qui se doit d'être ce qu'on veut qu'il soit, que la société attend de lui, et l'autre part de lui même, libre, folle, qui vit et se sent vivre.
Peter Pan Peter Pan
James Matthew Barrie   
On connait PETER PAN qu'après avoir lu l'ouvrage. Celui-ci regorge d'humour, de cruauté, d'insouciance. Cependant, à travers le temps, la peur, l'inconscience, l'âge adulte et l'égoïsme, l'ouvrage remet en question les adultes par le regard des enfants. Il en ressort énormément de symbole dont les plus important :
- peur de la mort omniprésente dans cet ouvrage (et dans l'esprit de l'enfant) symbolisé par le crocodile, la vie éphémère des fées ou les oublis de Peter.
- éveil de la sexualité et de la maternité (sentiments de Wendy, conflit avec la petite fée)

Le temps passe irrémédiablement et personne ne peut rien changer à cela. Peter Pan est le fantasme de l'enfance. Très bel ouvrage !

Kafka sur le rivage Kafka sur le rivage
Haruki Murakami   
Cet ouvrage est original pour bien des aspects. C'est une œuvre poétique avec des oppositions très « brutales » (scènes érotiques et meurtrières). C'est une œuvre philosophique (voire initiatique) remplie de métaphores propagées dans ces deux parcours (géographique et intérieur).
L'auteur joue très bien avec les genres littéraires (historique, polar, conte, fantastique, tragique, mythologique, initiatique...) comme des vagues sur le rivage. Il parsème dans cette atmosphère apaisante et mystérieuse, des références philosophiques, historiques, littéraires et musicales qui donnent à ces deux histoires parallèles (Nakata et Kafka Tamura), un caractère quasi-mystique comme si une porte sur le surnaturel s'ouvrait au cours de notre lecture. Une porte où les deux mondes (le rêve et la réalité) s'entremêlent.
Cela paraît assez étrange, mais il semble que mon avis reste confus... J'ai dû passer de l'autre côté, moi aussi.
De toute façon, les mots sont trop réducteurs pour cet œuvre d'Art.
Le Chant du Troll Le Chant du Troll
Gilles Francescano    Pierre Bottero   
Je n'ai pas assez de mot pour d'écrire ce livre.
Je suis restée émue du début jusqu'à la fin tellement j'ai trouvé ce livre beau dans tout les sens du terme.
Il est vraiment bien écrit comme on pouvait l'attendre de Pierre Bottero et les illustrations sont magnifiques.
Il peut paraître un peu "enfant" comme l'a dit HarmOnie en voyant la couverture mais il ne l'est pas du tout, le sujet traité à travers l'histoire et trop important pour que ce livre ne s'adresse rien qu'aux enfants.
Je conseille à tous ce qui aime les livres de P. Bottero de le lire et même à ce qui ne les ont pas forcément aimés, je pense que ce livre est pour toute les personnes et pour tout les âges.

par Ewilan24
Le Horla Le Horla
Guy De Maupassant   
Un livre plutôt court dans lequel Maupassant décrit et raconte ses peurs. Paradoxalement, j'ai trouvé l'ambiance du roman, teintée par la future folie de son auteur, très dérangeante mais c'est également ce qui m'a beaucoup plu.

par x-Key
La Cantatrice chauve La Cantatrice chauve
Eugène Ionesco   
Je dirait c'est une critique du fait que l'on parle pour parler, c'est triste (je precise Ionesco se revendiquait de l'avant-garde et non de l'absurde). Un de mes scene prefere et qui m'a beaucoup touché est celle où Mr et Mm Martin se voient et ne se reconnaissent pas, je dirait que ça pourrait faire penser à des couple desquelle on entend parler ils vivent au meme endoit la meme piece, mais ne se connaissent pas vivent chacun leurs vie sans jamais se connaitre.

par Nero
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3