Livres
473 137
Membres
446 643

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Lady-Di 2019-05-15T15:30:54+02:00

Un soir , nous étions assises sur le canapé et elle m'a montré sur son ordinateur tous un tas de photos de son fils . Il est en Irlande.Puis de son autre fils , qui est en camp de vacances à Arcachon .Puis elle s'est mise à faire défiler des paysages , de la famille , des amis , des amis de ses fils , des fils et filles d'amies à moi...Comment pouvait-elle ,comme ça avoir des photos de tout le monde , même parfois de gens qu'elle ne connaissait que de nom ?Elle m'a dit "c'est grâce à Facebook ."J'ai trouvé ça extraordinaire .

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lady-Di 2019-05-15T15:21:56+02:00

Il y a quelques années , je crois que c'était pour mes quatre-vingts ans , mes enfants m'ont acheté un "lecteur de dévédés ": on glisse un disque à l'intérieur et on peut voir le film sur la télévision .On l'a installé dans ma chambre , sous le poste . Pour un autre de mes anniversaires , ma fille m'a donné plusieurs films d'Hitchcock .

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lady-Di 2019-05-15T15:17:28+02:00

Mais du temps de René , si je voyais un asticot se tortiller dans mon quartier de pomme , je reculais en poussant un cri , manquant faire basculer ma chaise . Alors René récupérait le fruit et l'asticot , le coupait et le mangeait sans faire de chichis . "Ça fait de la viande, mon vieux !",disait-il , lui qui n'aimait pas la viande .

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lady-Di 2019-05-15T15:11:52+02:00

Les salades qu'on a semées au début du mois avaient commencé à sortir , et puis voilà , ce matin , plus rien .A la place ,des petites crottes de lapin , comme des noyaux d'olive . C'est mignon les lapins , mais j'en ai assez qu'ils s'introduisent dans le potager pour manger mes salades .

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lady-Di 2019-05-14T16:12:45+02:00

Moi j'ai toujours bu de l'eau du robinet et je ne suis jamais tombée malade . Parfois , elle coule un peu marron , avec un léger goût de métal . Dans ces cas-là je ne la bois pas comme ça je m'en sers pour faire le thé et le café . Et jusqu'à aujourd'hui ,je ne suis pas morte . C'est comme les dates de péremption .A part pour la viande et le jambon , je n'y prête guère attention . Tant que ça ne sent pas mauvais , je mange . Je ne vais quand même pas jeter un pot de yaourt sous prétexte qu'il serait périmé depuis huit jours !

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lady-Di 2019-05-14T15:54:14+02:00

Me prendraient-il pour une vieille impotente ? Et pourquoi pas une infirmière à domicile aussi ? Et cet affreux fauteuil qu'on voit dans les publicités , qu'on installe sur la rampe de l'escalier et qui vous expédie à l'étage comme un poulet rôti sur un monte-plats ? En voulant me faciliter la vie , ils me tuent à petit feu .

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lady-Di 2019-05-14T15:43:47+02:00

Je serrais déjà mes fesses , redoutant la traversée , quand juste avant le stop , loin de marquer le pas , elle s'est mise à accélérer d'un coup ! On a coupé la nationale à quatre-vingts kilomètres à l'heure et on s'est retrouvées , saines et sauves , de l'autre côté.Je n'ai pas eu le temps d'avoir peur . Quand je lui ai demandé comment elle avait pu voir qu'aucune voiture n'arrivait ni à droite ni à gauche , elle m'a répondu :"Pensez-vous , je n'ai rien vu tout ! De toute façon on n'y voit rien , alors autant passer le plus vite possible . Chaque fois que j'arrive à ce carrefour je ferme les yeux , je fais une prière et j'appuie à fond sur la pédale pour être le plus vite possible de l'autre côté .Et , vous voyez , je suis toujours là ! "

Afficher en entier
Extrait ajouté par -ash- 2018-06-03T21:33:26+02:00

Hier, j’avais invité Toinette, Jacqueline et Gilberte pour le déjeuner. Comme nous serions quatre, nous avions prévu après le café, de faire quelque tours de bridge. On a pris un apéritif, puis on s’est mises à table dans la salle à manger. Tout s’est bien passé, jusqu’au dessert. J’avais fait un clafoutis aux cerises. Il me restait des belles cerises bien rouges dans le congélateur, chaque été j’en fait des réserves pour l’hiver. Je les congèle crues, elles cuisent dans le clafoutis et on ne fait pas la différence avec des fraîches. J’avais donc préchauffé mon four, sorti mes cerises que j’avais disposée dans un plat en Pyrex. Puis j’avais battu les œufs, le sucre et la farine et versé l’appareil sur les cerises. Enfin, j’avais mis le plat au four, à cent quatre-vingt degrés. Une fois cuit, je l’avais sorti du four et laissé tiédir, c’est comme ça qu’il est le meilleur. Après le fromage et la salade, j’ai débarrassé, donné à chacune une assiette à dessert et une fourchette à gâteaux, et je suis allée chercher mon clafoutis. Il était beau, jaune doré, bruni juste comme il faut, avec les cerises qui ressortaient. J’ai dit, comme chaque fois, « attention il reste peut-être des noyaux ». Chacune s’est servi une belle part. Puis on a commencé à manger. Et on a fait une drôle de tête. C’était très bizarre. En fait, ce n’était pas bon du tout. Ce n’était pas des cerises, que j’avais prises dans le congélateur. C’était des tomates. Des toutes petites tomates cerises du jardin.

Afficher en entier
Extrait ajouté par -ash- 2018-06-03T19:05:03+02:00

Finalement, les seuls moments où je m’enn, ce ne sont pas ceux où je suis seule, ce sont ceux où je suis en compagnie de gens ennuyeux. Alors le temps d’ordinaire si pressé, traîne à n’en plus finir. On ne s’ennuie qu’avec les autres, jamais avec soi-même.

Afficher en entier
Extrait ajouté par -ash- 2018-06-03T18:31:14+02:00

À l’église, le prêtre nous a invités à la compassion et au partage. S’appu Sur l’Évangile du jour, il a insisté sur le fait qu’il faut parfois savoir s’arrêter, prendre du temps pour se ressourcer et se reposer. Alors, en sortant de la messe, j’ai accepté d’aller prendre un verre de vin blanc chez Gilberte. Elle ne m’a pas vraiment laissé le choix, affirmant qu’après les émotions des derniers jours ça me ferait du bien. Je lui ai parlé de cette affaire de chaussures. Elle m’a dit qu’en Gascogne, d’où était originaire son mari, on chausse toujours le mort avec des souliers de marche : c’est qu’il part en voyage.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode