Livres
505 805
Membres
513 561

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Diamant

Un roman tout aussi drôle, beau que déchirant ! Et oui la jeune Reba Adams a su faire ressurgir les fantômes de son passé comme ceux d'Elsie, c'est typiquement le genre de roman que j'aime un roman moderne mais qui est lié de part les expériences passées des personnages à des moments clef de l'histoire, de notre histoire à tous! En effet je trouve ça important de garder en mémoire les horribles erreurs commises dans le passée pour éviter de les reproduire... Ce livre m'a bouleversé, j'ai vécu les grandes montagnes russes entre de bons moments drôle passé avec le personnages de Elsie de nos jours et des autres moments ahurissant, déchirant, ecoeurant, bouleversant de son passé. Je vous recommande ce livre à 1000% !

Afficher en entier
Argent

Coucou les petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour ma chronique d'Un goût de cannelle et d'espoir de Sarah McCoy.

Je ne vous cacherai pas que j'attendais plus de ce roman. Cela est sûrement dû au fait que j'avais purement et simplement adoré ma lecture de mon premier Sarah McCoy, à savoir Le souffle des feuilles et des promesses. Un goût de cannelle et d'espoir étant son œuvre la plus renommée et appréciée, je me disais donc que c'était dans la poche et que ce titre allait parvenir à me séduire comme il avait du le faire pour un bon nombre de lecteurs.

Certes, je ne le nie pas, il s'agit là d'une excellente première parution que Sarah McCoy nous offre à lire. En réalité, je n'ai franchement rien à redire : l'écriture est fluide, empreinte de sensibilité, de volupté et de tendresse telle la plus succulente des douceurs (et il en faut pour me faire avouer cela étant donné que les pâtisseries, ce n'est franchement pas mon dada !), l'histoire est tout ce qu'il y a de plus poignante, le mélange de romanisation et véracité historique (les fragments épistolaires traitant de la question épineuse et maintenue soigneusement dans l'ombre des Lebensborn m'a particulièrement intéressée) est savamment dosé... Quant au parti pris de faire un parallèle pour ainsi dire constant au cours du récit entre la situation des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale et celle des Mexicains repoussés à la frontière américaine de nos jours était tout ce qu'il y a de plus sensé et pertinent. Sans pour autant mettre sur le même niveau la volonté morbide et tout bonnement effroyable d'éradication massive de l'ensemble d'une minorité religieuse et culturelle avec la Shoah et la répression brutale et injuste de l'immigration de populations hispaniques ou autres, Sarah McCoy se sert intelligemment des erreurs du passé pour éclairer celles de notre présent. L'endroit et le type de discrimination ne sont pas forcément les mêmes, ne se traduisent assurément pas de la même façon mais au bout du compte, la haine et la peur de l'autre qui les animent sont en tout point identiques à mes yeux.

En clair, ce roman avait toutes les qualités tant sur le fond que sur la forme pour me faire succomber. Mais alors, qu'est-ce qui a pêché ? Je dirais avant tout que ce sont les protagonistes de cette intrigue qui ont manqué de me convaincre. Je ne saurais vous expliquer pourquoi, j'avais beau être touchée par leur vécu et leur évolution somme toute flagrante au fil de l'intrigue, cela n'a pas suffi pour que je me soucie véritablement de leur sort. De toute manière, je savais comment cela allait se finir pour la plupart d'entre eux et, même quand cela n'était pas le cas, la révélation choc soulevant enfin le voile du mystère ne parvenait pas à m'atteindre et à m'ébranler comme je l'avais escompté. Je ne pourrais mettre le doigt sur ce qui m'a manqué avec ce livre mais il m'a résolument manqué ce petit quelque chose insaisissable et indescriptible qui transforme votre lecture en coup de cœur ou coup de foudre au lieu de la laisser au stade de simple lecture de passage.

Et puis, cela va vous sembler affreux ce que je vais vous énoncer là mais je suis de plus en plus persuadée qu'à force d'avoir englouti à ce point d'oeuvres de fiction livresques et cinématographiques sur la thématique de la Seconde Guerre mondiale dans le cas présent, notamment au cours de ma prime adolescence, je n'arrive plus à trouver ce contenu fictionnel agrémenté d'une dose plus ou moins importante de réalisme attrayant d'un point de vue purement créatif. Ce que j'entends par là, c'est que j'ai constaté avec une immense amertume et un certain fatalisme que je ne lisais plus de romans historiques en général pour leur intensité émotionnelle, pour la singularité de leur prose ou pour leur plus ou moins grand potentiel d'inventivité, de réinterprétation et réadaptation du réel, mais pour l'enrichissement personnel qu'ils m'apportent en terme de connaissances concernant une pléthore d'événements historiques et des enseignements principalement moraux, philosophiques qui découlent de ces derniers. Je ne vibre plus autant pour les personnages assez caricaturaux, à tout le moins à la construction psychologique et aux caractéristiques dans leur ensemble somme toute similaires, mon coeur ne bat plus à l'unisson avec les leurs, à quelques exceptions près (Hallie Erminie et Post, mes bébés pour ne citer qu'eux parmi mes dernières lectures de romans historiques concluantes)... Les choses ont tout simplement changé, je les vois désormais différemment avec l'œil d'une lectrice sûre de ces goûts et plus avisée après des années et des années de lecture d'un même genre littéraire, qui comme tous les autres a sa machine bien huilée et ses rouages qui lui sont propres. Dans certains cas, ce schéma narratif reproduit quasiment à l'identique ne me gêne nullement mais dans les romans historiques, qui est pourtant l'un de mes genres de prédilection, cela me chagrine et a même tendance à m'ennuyer. Il faudrait sûrement que je fasse une pause avec ce type de parutions comme je suis en train de la faire depuis quelques temps avec le genre dystopique pour par la suite mieux les retrouver et les apprécier à leur juste valeur. À l'heure actuelle, je suis de la team fantastique d'un côté et Young Adult de l'autre, avec le manga qui vient subrepticement se glisser entre les deux de plus en plus fréquemment, ce sont les appétits littéraires du moment et je n'y peux rien ! Ma phase fiction historique est passée et il faut que je l'accepte si je ne veux pas gâcher encore de magnifiques rencontres de livre a lecteur qui chamboulent toute une vie comme Un goût de cannelle et d'espoir aurait pu l'être avec moi. Vous penserez sans doute que j'exagère dans le mélodrame au vu de la splendide note que je vais mettre à ce titre mais je suis intimement convaincue qu'il aurait pu représenter bien plus à mes yeux si je l'avais lu au bon moment, si j'avais suivi mon instinct et les véritables désirs de mon cœur plutôt que la raison. Comme lors de la cuisson du meilleur des gâteaux, on se doit d'être patient en guise d'envies de lecture car un livre ouvert, quel qu'il soit, ne doit pas être pris à la légère. C'est la leçon que j'ai tirée de mon expérience en demi-teinte au vu de mon amour enraciné du genre en question avec Un goût de cannelle et d'espoir dans tous les cas.

Pour conclure, il semblerait que j'attendais des monts et des merveilles de la part d'Un goût de cannelle et d'espoir qui se sera in fine avéré être un excellent roman qui cochait toutes les cases, qui rassemblait tous les ingrédients susceptibles de me plaire, mais à côté duquel je suis d'une certaine façon passée en tant que fan invétérée de ce type de livres en temps normal. Néanmoins, ce n'est pas pour autant que je vais me lamenter sur mon sort : Le bruissement du papier et des désirs avait été un ardent coup de cœur, Le souffle des feuilles et des promesses un tonitruant coup de foudre et il me reste encore Une promesse d'encre et de liberté à découvrir ! Tout n'est pas perdu, loin de là ! De votre côté, je vous conseille vivement de vous faire votre propre avis sur les délices d'Elsie avec ce récit. Pour ma part, je ne regrette au fond rien ; en y réfléchissant à deux fois, j'ai décidé de ne pas me mortifier pour si peu. De plus, l'autrice nous réserve une onctueuse surprise à la fin de son ouvrage. Ce n'est pas grand chose en apparence mais cela a suffi à réchauffer mon cœur désolé. Alors, désireux de savoir de quoi il en retourne ? Suivez l'odeur savoureuse du bon pain chaud de la Bäckerai et vous aurez la réponse !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Kmydaukho 2020-05-06T12:16:11+02:00
Lu aussi

J’aime les romans historiques et surtout sur cette période de l’histoire ! Alors, à force de voir passer ce roman et d’en entendre beaucoup de bien, je me suis enfin décidé à le lire.

J’ai passé un bon moment de lecture mais malheureusement, je n’ai pas aimé autant que ce que j’imaginais. Effectivement, j’avais lu tellement d’éloges à son sujet que, j’avais mis la barre très haute.

Le roman est bien écrit, la plume est fluide et agréable. L’histoire est touchante et réaliste. J’ai trouvé Elsie tellement inspirante et son histoire m’a beaucoup émue.

Je dois dire que toute la partie historique du roman m’a emballée mais l’autre, contemporaine, ne m’a pas toujours semblé utile à l’histoire ni intéressante...

Par contre, j’ai trouvé pertinent que pour une fois, on soit du côté allemand. Ça change de d’habitude et c’était un petit plus fort appréciable et intéressant !

Vous l’aurez compris que malgré tout, il m’a manqué un petit je ne sais quoi pour être à fond et aimer ce roman dans son entièreté.... mais je sais que beaucoup l’ont ADORÉ alors je vous conseille d’y allez !

En attendant, je vais me pencher sur ses autres romans, notamment sur « Un parfum d’encre et de liberté » qui me fait de l’œil depuis longtemps.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par alinounete 2020-04-19T10:29:36+02:00
Or

Encore un roman qui est resté longtemps dans ma PAL parce qu'il me faisait peur, oui oui peur d'être déçue vu le nombre d'avis dithyrambiques que j'ai pu lire. Je peux dire que je rejoins les lecteurs conquis par cette plume, cette histoire sur plusieurs générations.

Reba cherche une interview pour les fêtes de Noël, elle est loin d'imaginer ce qu'elle va trouver en ouvrant la porte de la boulangerie d'Elsie. Au travers les pâtisseries et autres douceurs allemandes, on découvre les impacts de la guerre, ce que les "petites actions" peuvent entraîner, et surtout que le courage n'a pas d'âge. Elsie m'a beaucoup émue, son histoire est passionnante et inspirante. Malgré ce qu'elle vit, elle va se relever et nous offrir une très jolie histoire au Texas!

Des Lebensborn, à une idéologie nazie bien imprégnée dans la tête des plus jeunes, l'atrocité des camps, l'antisémitisme, la déportation... aucune horreur ne nous est épargnée.

C'est intelligent, émouvant, fluide, et transposable à toutes les époques quand on voit le parallèle avec Reba et Riki.

Afficher en entier
Argent

Livre doux et agréable sur fond de guerre et d'ignominie. On s'attache aux personnages et l'envie de connaître le fin mot de l'histoire est là. Cependant, il manquait le petit truc, ce je ne sais quoi, pour rendre ce livre additif et incroyable. Cela reste une bonne lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fanny-135 2020-03-27T17:01:09+01:00
Or

Lu dès sa sortie chez France Loisirs en 2013, ça a été un pur plaisir que de le lire à nouveau. Un roman empli d'humanité et de tendresse, une écriture agréable, des chapitres courts qui rendent la lecture encore plus fluide. On le commence et on a du mal à le lâcher. Une de mes plus belles lectures depuis ce début d'année 2020.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ChizaSora 2020-02-08T17:25:31+01:00
Lu aussi

J'avais trouvé ce livre dans une brocante sous la couverture "La bonne étoile d'Elsie". A la première vue j'avais lu "Elise" et non "Elsie" et je voulais l'offrir à ma meilleure amie qui se prénomme Elise. Mais avant d'en faire un cadeau, je voulais me plonger dans la lecture de ce livre.

Pour tout avouer, je ne connaissais pas Sarah McCoy, et je l'ai découvert à travers les lignes de ce livre. Son écriture est fluide, et agréable à lire. Cependant je n'ai pas non plus été entraînée dans ma lecture. Il manquait ce petit quelque chose qui me fait aimer ma lecture.

Ce qui m'a plu dans le résumé de ce livre, je dirais le fait que ça aborde la seconde guerre mondiale. J'aime lire des livres sur cette période, je trouve cela très intéressant. J'ai trouvé le début du livre très intéressant, la fin également, mais le milieu, je me suis clairement ennuyée. C'était long, et sans intérêt, j'ai subi l'histoire. Enfin quand ça bouge un peu, ce n'est que pour quelques pages avant de revenir sur un ton monotone.

Afficher en entier
Bronze

Une très belle lecture, qui nous permet pour une fois de nous plonger de l'autre côté, du côté des Allemands "soutenant " le régime nazi. J'ai trouvé cette lecture instructive et belle. Nous passons d'une époque à une autre, mais pour une fois cela ne m'a pas deranger car tout est cohérent.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lila11 2019-12-27T18:50:39+01:00
Pas apprécié

En fait tout est dit sur la quatrième de couverture : Elsie, jeune allemande cache un jeune garçon juif dans sa boulangerie et voilà. Elle le cache pendant environ une cinquantaine de pages et le reste est sans grand intérêt (comme par exemple, l'histoire de Reba et Rikki).

Il y avait pourtant du potentiel avec par exemple Hazel, la sœur d'Elsie qui est au début du livre dans un Lebensborn mais ce n'est pas du tout exploité.

Une grande déception pour moi.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Casio 2019-12-26T20:40:18+01:00
Diamant

24 décembre 1944, Elsi est une jeune boulangère allemande, comme tous les allemands elle soutient l'élu, le Furher. Sa sœur est entrée dans le programme des Lebensborn, le protecteur de sa famille qui lui a demandé sa main est un capitaine nazi. Tout dans son entourage lui dicte sa conduite, ses choix de vie et pourtant.....elle recueille et cache dans sa chambre pendant plusieurs mois un garçon juif qui l'a sauvé d'un viol. A travers ce choix, cette trahison envers sa famille, c'est tout son mode de pensée qu'elle remet en question.

5 novembre 2007, Reba, jeune journaliste américaine, en deuil depuis des années du suicide de son père et en proie à ses démons intérieurs, rentre dans une boulangerie aux produits allemands pour rédiger un article sur noël dans le monde. Son interlocutrice, Jane et sa mère Elsi, agé de 80 ans.

A travers ces deux époques, c'est deux femmes que l'on découvre, deux histoires qui se rejoigne.

La mort et le deuil son partout présent, dans le martèlement des nazis lors des rondes du soir, derrière le mur où se cache Tobias l'enfant juif, dans les cauchemars des Lebensborn ou de la marche de Dachau, mais aussi dans les vétérans du Vietnam comme le père de Jane. Et pourtant, comme le dit le titre, l'espoir est toujours présent, caché au fond d'un bon Lebkuchen

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode