Livres
451 235
Membres
396 501

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Liesel19 2017-05-05T11:40:54+02:00

Merci, Elsie. Ne doute jamais que tu m'as sauvé la vie. Ne doute jamais que c'était plus que suffisant. Je ne sais pas si tu vis encore à Garmish ou en Allemagne ou quelque part dans ce monde, mais j'aime à penser que, où que tu sois, tu entendras ma voix.

Avec tout mon amour et mes sincères remerciements, Tobias.

Afficher en entier
Extrait ajouté par marine1241 2019-02-03T20:31:12+01:00

-Tu vas m'écouter maintenant. Ta mère, ma soeur, n'aurait jamais toléré un telle insolence ! Et ton père, paix à son âme, t'aurait emmené dans la grange avec une ceinture pour te corriger. Crois-moi, je le connaissais bien. Ce n'était pas un homme à accepter ce genre de comportement. Et en ce qui concerte ta précieuse association... essaye de voir un peu plus loin que le bout de ton nez ! Tu as entendu parler des bombardements à Vinne, à Berlin ? Espèce d'imbécile ! Le Troisième Reich est en train de s'écrouler. Il va complétement disparaître et tous tes compagnons et tes enseignants seront fusillés par les Russes.

Il ouvrit de grangs yeux

-C'est terminé. L'association est morte et j'en ai assez d'avoir tout le temps faim. J'en ai assez de voir Papa et Mutti souffrir. J'en ai assez qu'on humilie de bons Allemands, et pourquoi? Parce que leurs origines ne sont pas assez pures ! Et bien, saches que tu es le fils d'une simple fille de boulanger avec le même droit à une bonne vie que... Isaac Grûn !

Et que Tobias. Elle se sentit vaciller. Ses poings tremblaient sous son poids.

-Je suis fatiguée de toute cette haine, de cette peur, des ces horreurs, et surtout, je suis fatiguée des petits garçons ignorants qui sont trop égoîstes pour voir que les gens autour d'eux sont en train de mourrir pour eux et à cause d'eux !

Afficher en entier
Extrait ajouté par marine1241 2019-02-03T20:19:48+01:00

Sa famille, c'était l'association. Il n'arrêtait pas de parler de ses instructeurs, des pratiques nazies et de dire combien il exécrait les étrangers. Personne n'osait le reprendre, mais de tels propos dans la bouche d'un petit garçon de sept ans les mettaient mal à l'aise. Julius étaient incollable sur la discipline et l'autorité, mais ne savait rien de la famille et la compassion.

Afficher en entier
Extrait ajouté par marine1241 2019-02-03T20:08:31+01:00

Tout ce que je peux avouer, c'est que j'aime mes bébés ! L'association n'approuve pas que les mères fasses preuve de possessivité maternelle concernant les enfants de la patrie, mais je ne peux taire mes sentiments. Ils étaient en moi pendant neuf mois, pas dans le ventre du Führer ! Friedhelm est la chair de ma chair, le sang de mon sang. Comment pourrais-je accepter de l'abandonner sans sourciller ? Ce serait comme demander aux saisons de s'arrêter parce que le Führer l'exige. Impossible ! Ne me demandent-ils pas de changer les bases mêmes de la nature ? [...] Je veux savoir où est mon fils ! Je ne peux pas continuer comme s'il n'avait jamais existé. Quel genre de mère serais-je si je le pouvais ? Quel genre de femme ? Le monde n'a jamais paru aussi sombre et cruel qu'aujourd'hui. La seule façon pour moi de faire ce qu'ils exigent et d'éteindre mon instinct maternel serait d'empêcher mon cœur de battre.

Afficher en entier
Extrait ajouté par marine1241 2019-02-03T19:55:49+01:00

Personne n'est mauvais ou bon par naissance, nationalité ou religion.

Afficher en entier
Extrait ajouté par marine1241 2019-02-03T19:53:27+01:00

Elle essaya de garder une voix neutre.

- Vous étiez nazie ?

- J'étais allemande

- Et donc, vous souteniez les nazis ?

- J'étais allemande, répéta Elsie. Etre nazi est un positionnement politique, pas une ethnie. Le fait que je sois allemande ne fait pas de moi une nazie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par alapage 2019-01-21T04:35:11+01:00

— Les gens se languissent souvent de choses qui n'existent pas, des choses qui ont été, mais ne sont plus.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Dan-1 2019-01-13T15:24:49+01:00

Bien que ce fût un dimanche, Jane ouvrait la boulangerie de 14 heures à 17 heures pour que les clients puissent se recueillir sur l'autel dédié à Elsie. Reba et Riki arrivèrent à 13 h 45, grattant sur la porte en verre. Jane leur ouvrit avec un sourire accueillant et la clochette tinta au-dessus de sa tête.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Elodie-131 2018-12-02T23:22:41+01:00

Tu ne peux pas obliger quelqu'un à croire ta vérité, pas plus que tu ne peux forcer le pardon. Nous ne sommes responsables que de nous-mêmes.

Afficher en entier
Extrait ajouté par claire-obscure 2017-01-16T00:19:28+01:00

Il existe un thé spécial, continua Mutti, ses yeux toujours sur Elsie. Infusion d'huile de menthe pouliot et d'actée à grappes. Six tasses par jour pendant cinq jours. Le sixième, les saignements commencent. Comme tous les mois.

[Attention, dangereux]

P. 397.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode