Livres
458 555
Membres
412 162

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Un Hiver avec Baudelaire



Description ajoutée par camillel54 2010-07-02T19:59:42+02:00

Résumé

Sa femme l'a mis dehors, son CDD n'est pas prolongé. Philippe est happé dans la spirale infernale et passe de l'autre côté de la barrière sociale : SDF, confronté à la dure loi de la rue, faite de solitude, de honte et de violence. Jusqu'au jour où il rencontre Baudelaire. Grâce à cet inénarrable compagnon d'infortune, et avec l'aide d'un vendeur de kebab, d'une riche veuve et d'une dame pipi, il réussit à remonter la pente. Et à retourner à une vie normale. Plongée sans fard dans le quotidien des plus démunis, Un hiver avec Baudelaire, en mêlant romanesque et vérité sociale, poésie et âpreté, rappelle cet équilibre précaire qui régit nos vies.

Afficher en entier

Classement en biblio - 36 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Lola71971 2012-11-04T20:02:43+01:00

Soudain, il se fige et lève les yeux face à lui, assis, machoires fermées, oreilles dressées, qui le fixe en poussant de petits couinements plaintifs, le chien.

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Or

Lu ce livre d'une traite.

Première impression : je me dis ce n'est pas de la grande écriture mais tout de suite, on est happé par cette histoire. Pour dire que le style est très efficace.

La descente de Philippe dans le monde de la précarité et des SDF est raconté avec beaucoup de réalisme.

Dans de nombreux reportages que j'ai vu sur le SDF, aucun ne veut aller au centre d'hébergement de Nanterre. Philippe y va et là, on comprend pourquoi. Je ne trouve pas de mots pour le dire : Nanterre c'est le dernier degré avant la fin de l'humanité.

L'auteur excelle à nous faire entrer dans la vie de son personnage sans utiliser de pathos.

La poésie du roman arrive avec Baudelaire, ce chien qui arrive subrepticement dans la vie de Philippe.

Ce chien est un prince qui change la surface du monde et le monde avec lui.

L'auteur nous parle d'un endroit qui semble être le paradis temporaire pour un SDF et son chien : le Fleuron Saint-Jean.

Le Fleuron est une péniche qui accueille homme en détresse et son compagnon d'infortune et dans cet endroit, l'humanité règne.

On rappelle aux SDF qu'ils ont des droits même s'ils ont l'impression d'être devenu inexistants.

D'ailleurs, si vous achetez ce livre, une partie des droits d'auteur va au Fleuron.

Dès la rencontre de ce chien et de ce SDF, la spirale semble s'enrayer et Philippe, petit à petit, retrouve des ressources qui le ramènent à flot. Une histoire qui finit bien. Ouf !

Hier, en regardant un reportage sur les SDF de plus en plus nombreux qui élisent domicile au Bois de Vincennes, il nous est rappelé que cela peut arriver à tout le monde du jour au lendemain et je le sais trop bien.

Emotionnellement, ce livre a laissé des traces sur moi.

Je me pose une question : Comment l'auteur a fait pour réussir à reconstituer l'univers des SDF ? Il s'est contenté de reportages, de documents ou bien a-t-il été sur le sur terrain ?

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Alysvidal 2017-02-25T16:50:10+01:00
Argent

Un livre simple à lire, plutôt rapide

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LeelooRe 2015-03-23T10:12:22+01:00
Diamant

Sa femme l'a mis dehors, son CDD n'est pas prolongé. Philippe est happé dans la spirale infernale et passe de l'autre côté de la barrière sociale: SDF, confronté à la dure loi de la rue, faite de solitude, de honte et de violence. Jusqu'au jour où il rencontre Baudelaire. Grâce à cet inénarrable compagnon d'infortune, et avec l'aide d'un vendeur de kebab, d'une riche veuve et d'une dame pipi, il réussit à remonter la pente. Et à retourner à une vie normale. Plongée sans fard dans le quotidien des plus démunis, Un hiver avec Baudelaire, en mêlant romanesque et vérité sociale, poésie et âpreté, rappelle cet équilibre précaire qui régit nos vies.

Un équilibre qui ne tient qu’à un fil, un fil qui casse au moindre poids de l’infortune. Une infortune qui a doublé le poids de ses jours. Philippe récemment divorcé, père d’une petite Claire, plonge dans sa lente déchéance, on l’accompagne dans cette descente inexorable, on ne détourne pas, comme on le ferait dans la vraie vie.

« A chaque station, le visage de ceux qui l’aperçoivent en montant se crispe ou se fige avant de se retrancher derrière une indifférence de façade comme on verrouille une porte. Ceux qui vont pour s’asseoir non loin de lui se ravisent à sa vue et, après un demi-sourire tordu et embarrassé, vont s’asseoir plus loin, quand ils ne changent pas de voiture à la station suivante. Ceux qui le repèrent depuis le quai s’épargnent ses simagrées et montent directement dans un autre wagon. Il ferme les yeux »

L’écriture d'Harold Cobert sait nous tenir en haleine, et veut nous mener jusqu’à la dernière page.

Dans la première partie, la vie de Philippe bascule dans une descente aux enfers, elle est décrite sans concession, tout y est, des centres de logement, aux bancs publics, des visages qui se détournent à la violence. Mais avec une dignité toujours présente.

« L'avenir se vit au présent. Un présent qui ne se conjugue pas. Ou uniquement au mode infinitif. Parce qu’aujourd'hui ressemble à hier, et demain à aujourd'hui. Manger. Dormir. Boire. Rester propre. Emmaüs. Mendier. […] Regarder la date sur la une des journaux. Dormir. Rester propre. Déféquer. Ne pas mourir. Changer de chaussures. Rester digne. Mendier. Ne pas lâcher. Manger. Boire. Dormir. Rester en vie. Penser à Claire. Vivre. Survivre »

Dans la seconde, une belle fable sur l’espoir voit le jour, on veut y croire, et on y croit !!! Une rencontre miraculeuse, le chien, Baudelaire, l’émotion nous prend, nous pend à la gorge, ne nous lâche pas. De la pure poésie, et je tiens à saluer Harold pour ces talents d’orfèvre, les mots sont d’une telle justesse, s’imbriquant les uns dans les autres, nous embarquant…

On ne sort pas de cette lecture indemne, certes, on est charmé par la magnifique plume d'Harold, mais cette descente brutale, cette misère ne sont pas l’apanage des moins bien lotis, personne n’est à l’abri…même avec un joli toit au-dessus de la tête !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par KyuuV 2014-05-12T18:59:30+02:00
Or

Je viens enfin de terminer le livre! Que je voulais absolument finir, tout d'abord parce que c'est un thème que j'ai abordé en cours de Français (programme de BTS) et que pour les examens je voulais avoir des bases et aussi parce que l'histoire est absolument magnifique.

Les sentiments des personnages, leurs attitudes,... tout est absolument bien retranscrit à travers les mots de l'auteur. Malgré des passages très clichés (dans le train lorsqu'il a été viré de son hôtel), j'ai très bien ressenti la réalité (malheureusement) et comme je suis une habituée des transports en commun, j'ai pu en témoigner.

Sinon, que dire d'autre... Ce roman, je vous le conseille! C'est une perle, un vrai trésor.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par zenpoete60 2014-04-28T20:50:00+02:00
Or

J'ai adoré son humanité !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par mendes 2012-11-08T09:55:54+01:00
Diamant

Des larmes ont noyées mes rires. A la fois émouvant, parfois amusant, il reste très prenant. Chaque page nous rappelle ce que nous sommes, à la fois égoiste et fragile. La vie que nous vivons sans la vivre, sans savoir que chaque acquis ne l'ai jamais. Ce livre est un diamant à l'état brute, il commence comme un conte de fée et fini comme un conte de fée. Amateur d'Amour, il est pour vous.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lola71971 2012-11-04T20:07:46+01:00
Argent

Un livre très touchant qui nous rappelle que la vie n'est pas toujours facile.

La situation dans laquelle est Philippe peux arriver à n'importe qui.... Ca ne laisse pas indiférent ...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Kaoru83 2012-08-24T23:27:56+02:00
Bronze

Ce livre est très touchant et fait beaucoup réfléchir. Même si on connait le problème des SDF en France, suivre le quotidien de Philippe nous fait réaliser que ça peut arriver à tout le monde et on est effrayé de se retrouver un jour dans cette situation.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par nana55x 2011-03-02T13:28:42+01:00
Diamant

J'ai vraiment bien aimer, c'est un beau livre et sa m'étonne qu'il y'à pas beaucoup gens qui connaisent ce livre! Ils devraient le livre... C'est si émmouvent triste surtout la fin... Malgré ses malheurs Philippe sans sort... il est courageux.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par chantwal 2011-02-21T11:19:03+01:00
Or

Lu ce livre d'une traite.

Première impression : je me dis ce n'est pas de la grande écriture mais tout de suite, on est happé par cette histoire. Pour dire que le style est très efficace.

La descente de Philippe dans le monde de la précarité et des SDF est raconté avec beaucoup de réalisme.

Dans de nombreux reportages que j'ai vu sur le SDF, aucun ne veut aller au centre d'hébergement de Nanterre. Philippe y va et là, on comprend pourquoi. Je ne trouve pas de mots pour le dire : Nanterre c'est le dernier degré avant la fin de l'humanité.

L'auteur excelle à nous faire entrer dans la vie de son personnage sans utiliser de pathos.

La poésie du roman arrive avec Baudelaire, ce chien qui arrive subrepticement dans la vie de Philippe.

Ce chien est un prince qui change la surface du monde et le monde avec lui.

L'auteur nous parle d'un endroit qui semble être le paradis temporaire pour un SDF et son chien : le Fleuron Saint-Jean.

Le Fleuron est une péniche qui accueille homme en détresse et son compagnon d'infortune et dans cet endroit, l'humanité règne.

On rappelle aux SDF qu'ils ont des droits même s'ils ont l'impression d'être devenu inexistants.

D'ailleurs, si vous achetez ce livre, une partie des droits d'auteur va au Fleuron.

Dès la rencontre de ce chien et de ce SDF, la spirale semble s'enrayer et Philippe, petit à petit, retrouve des ressources qui le ramènent à flot. Une histoire qui finit bien. Ouf !

Hier, en regardant un reportage sur les SDF de plus en plus nombreux qui élisent domicile au Bois de Vincennes, il nous est rappelé que cela peut arriver à tout le monde du jour au lendemain et je le sais trop bien.

Emotionnellement, ce livre a laissé des traces sur moi.

Je me pose une question : Comment l'auteur a fait pour réussir à reconstituer l'univers des SDF ? Il s'est contenté de reportages, de documents ou bien a-t-il été sur le sur terrain ?

Afficher en entier

Date de sortie

Un Hiver avec Baudelaire

  • France : 2011-04-13 - Poche (Français)

Activité récente

Perock l'ajoute dans sa biblio or
2017-11-20T12:57:27+01:00
MayuS l'ajoute dans sa biblio or
2016-10-29T21:08:18+02:00

Les chiffres

Lecteurs 36
Commentaires 9
Extraits 1
Evaluations 17
Note globale 8.76 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode