Livres
472 711
Membres
445 622

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Un monde pour Clara



Description ajoutée par anonyme 2013-06-27T20:41:44+02:00

Résumé

2027. En France.

Après une catastrophe nucléaire succédant à tant d'autres, l'écologie est plus que jamais au centre des préoccupations.

Les Enfants de Gaïa est une puissante secte extrémiste qui mêle discours écologiste et spiritualité. Diane, dont la jumelle Clara est morte suite à cette catastrophe, participe, avec son meilleur ami Léo, à l'une de leurs manifestations anti-nucléaire. Mais la marche pacifique tourne au combat de rue, et Diane, grièvement blessée, tombe dans la coma...

Dix ans plus tard, la jeune fille se réveille. Pendant son sommeil, le monde s'est transformé.

Les Enfants de Gaïa sont à la tête du pays. Ils sont tout puissants. Et ils ont faits de Néo Lutécia, construite sur les ruines de Paris, la cité écologique idéale.

Diane y retrouve Léo, désormais lieutenant de la secte. Elle apprend qu'elle est devenue l'icône de la Révolution Verte, une incarnation vivante de Gaïa aux yeux de ses fidèles et découvre un nouveau monde bien loin de celui dont Léo et elle avaient rêvé...

Afficher en entier

Classement en biblio - 185 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par EffyMathers 2013-10-01T17:42:00+02:00

« - Je ne regrette rien, et quand je regarde Zoé, je me dis que, pour elle, pour ces moments où je l’ai sentie grandir et bouger en moi, je le referais cent fois… Jamais je ne me suis sentie aussi vivante, je n’ai autant fait partie de ce monde, de cette vie, qu’à ces instants-là. Jamais je n’ai connu plus grand bonheur que le jour où elle est sortie de mon ventre pour venir au monde et que je l’ai tenue dans mes bras, ma petite fille, le mélange de nos deux êtres, à Xavier et à moi, la preuve tangible de notre amour… »

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Diamant

Oh Mon Dieu. Je sais qu’il n’est absolument pas censé de commencer une phrase, et surtout une chronique littéraire par les mots « oh mon Dieu », mais je dois dire que sur cette lecture, sur ce livre, sur ce bouquin, sur ce chef d’œuvre, je me suis littéralement « pris une claque ». Il va être difficile de décrire avec précision combien cette lecture m’a plu… Mais je vais tenter de vous en donner tous les aspects et tout mon ressenti !

Il s’agit donc, pour clarifier les choses, d’une dytopie à l’état pur. Jean-Luc Marcastel met en situation des personnages plongés dans un monde tel que le notre, dans lequel l’économie compte pour l’économie, et le développement durable compte… Pour du beurre. Laissée de coté, la planète, hors des champs de vision, l’environnement, out, le développement durable. Peu importe la Terre sur laquelle vivront nos enfants, peu importe combien l’air est irrespirable.

C’est donc dans un monde tel que le notre que l’action prend place, et que l’on retrouve le même type de catastrophes liées aux actions de l’homme : les Gravelines, par exemple , sont une explosion du type Fukushima, qui affecte les familles des personnages de notre livre, allant jusqu’à faire mourir la fameuse Clara, sœur de Diane, et la famille de Léo, protagoniste également. De plus, on retrouve l’évocation de Fukushima et d’Haïti, autres grandes catastrophes naturelles (plus ou moins naturelles) de notre histoire.

Après une révolution dans les rues de Paris, Diane, sœur de Clara, reçoit une balle des forces de l’ordre, et tombe dans le coma. A son réveil, dix ans plus tard, le monde est un monde guidé par les écologistes, les Enfants de Gaïa, dans lequel bien des choses ont changé, mais est-ce pour le meilleur ?

J’ai été épatée, transportée, époustouflée, bouche bée par la plume de Marcastel. Non seulement le livre est bien écrit, mais en plus, le thème est bien dirigé. Tout est clair et l’auteur sait ou il va. Les idées s’enchainent sans anachronisme ni incompréhension. Chaque détail de ce nouveau monde écologiste est passé au peigne fin : Paris sans les voitures, l’électricité, les médicaments, l’industrie, l’économie, les opposants au régime, les dérapages qui ont parfois lieu, les inégalités résultant de ce nouveau régime…

Car il en existe énormément, des inégalités, et c’est ce qui m’a énormément plu. On crée un monde dans lequel la population se stérilise afin de ne pas avoir d’enfants dans des buts écologiques ! On endoctrine les enfants dès le début de l’école avec des lois apprises par cœur, on interdit de se soigner par des médicaments, on interdit la chasse, l’exploitation du milieu. Et petit à petit, on découvre le monde extérieur, hors des grandes villes et de la richesse. Diane, devenue une icône, ne peut supporter ce monde devenu véritable dictature.

Marcastel approfondit le sujet et va au bout de ses idées : Diane se retrouve en campagne, là ou la vraie vie existe. Corruption, inégalités, injustice, sont dévoilés. En effet, on observe les supérieurs profiter de leur pouvoir, on observe comment sont traités ces enfants qui ne sont pas supposés naître, on observe combien il est difficile de vivre sans viande, à moins de le faire illégalement… Marcastel nous plonge dans la dystopie sous tous les aspects. Tout est crédible, tout est impressionnant et prenant, touchant, bouleversant.

Les Personnages sont également bouleversants. Diane, dont le nom inspiré de la déesse de la chasse Gréco-Romaine, autrement nommée Artémis, est attachante. Elle fait des erreurs, lesquelles sont compréhensibles. Avec ses faiblesses, mais aussi ses points forts, elle est touchante, et nous entraîne au plus profond du livre. En voyant le monde de son point de vue, au travers de ses yeux, une véritable réflexion s’ouvre.

Le livre se construit également autour des membres de sa famille : sa sœur morte dans l’incident des Gravelines, celle qui lui offrait sa force, la fameuse Clara. Ses parents disparus depuis son réveil… Tout est mystère, mais tout se résous petit à petit, et agréablement sans gêne, car Marcastel tient une histoire parfaitement équilibrée.

Léo est également touchant. Par sa haine contre le système il développe une haine contre l’humain, et fait parfois également des erreurs. Dans le livre, chaque personnage tient une place importante et n’est pas là au hasard. La famille que rencontrera Diane en campagne joue également son rôle, et est attachante, d’une beauté à en pleurer.

Car il est vrai que ce monde pourrait être le notre, que cette situation, ce régime parfait finalement si totalitaire, pourrait être le notre. Nous pourrions tous nous retrouver des Clara, des Diane, des Léo. Qui sait de quel coté nous serions ? Le livre est moral, réfléchi, drôle, et attachant. Triste, sensible, émouvant, je n’ai pas assez de mots pour dire combien il m’a plu, mais je sais dire combien j’ai ressenti en le lisant.

Il est nécessaire donc, de dire que ce livre restera pour longtemps dans ma mémoire et qu’il est une de mes lectures préférées. Je pense qu’on ne peut pas passer à coté de cette nouvelle sortie Black Moon.

L’auteur, français, une première pour la collection, possède un véritable talent, et le livre n’est autre qu’un des plus beaux qu’il m’ait été offert de lire !

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Elyone 2019-02-03T17:37:38+01:00

J'ai un peu attendu avant d'écrire un commentaire tant ce roman de Jean Luc Marcastel m'a bouleversé....Une fin des plus touchantes, dure et sublime à la fois. Un monde pour Clara m'a parfois mise mal à l'aise, mettant le doigt où ça fait mal/ dérange même, mais avec une psychologie tout en finesse qui aide à accepter ou veut en venir l'auteur, ( pas toujours évident lorsque l'on est soit même écologiste, végétarienne, profondément attaché à la Nature, etc... un sujet un peu pointé du doigts dans ce récit car porté dans un extrémisme qui confine à la dictature ...) Pourtant, cet auteur que j'adore, réussi magistralement, comme toujours, à nous toucher, surement par la présence de ces personnages qu'on apprends à connaitre, qui se questionne où pas, sur le bien fondé de l'évolution de ce monde intransigeant auquel ils ont participé, une société intransigeante mais pas pour tous... Des personnages comme Diane, qui petit à petit se remet en question, s'affirme, craque le vernis de cette société qu'elle à souhaité par le passé et dont elle est devenue l'égérie malgré elle , la jeune femme prenant conscience de l'horreur, de la misère, de la violence cruelle sous le masque de la beauté, quand son ami de toujours, au contraire, reste aveugle, refusant de remettre en question ce pourquoi il tant sacrifié....Parfois on se prend d'envie de secouer ce dernier, Léo, tant il refuse d'ouvrir les yeux, trop endoctriner, blesser à l’intérieur et pourtant c'est un personnage attachant, protecteur, un héros comme sait si bien les construire l'auteur, et un Héros avec un grand H car si il peut se montrer parfois agaçant et buté, dure même, tout au long du récit, la fin de cette ouvrage bouleversant lui rend toute sa grandeur d'âme....Vraiment une histoire magnifique, terriblement difficile parfois ( certains passage sont terribles), mais aussi pleine d'espoir autant pour la Nature que l'humanité, tendant à démontrer un futur possible pour les deux...Une lecture qui fait réfléchir, qui parfois met mal à l'aise, mais oh combien belle...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par DevoreuseLivre 2018-07-11T22:40:04+02:00
Argent

Alors au départ j'ai eu un peu de mal avec le début mais c'est pas parce que dès que j'ai le moral un peu, une histoire un peu trop triste (etc) me plombe encore plus le moral donc bon..

Mais après ça mieux été : mon moral ET la suite de l'histoire, car les tous premiers chapitres servent surtout à mettre en place la situation de base, l'univers.

Sinon un roman que j'ai pas mal apprécié, je suis à la fois satisfaite de la fin et à la fois un peu frustrée carSpoiler(cliquez pour révéler) vu que c'est une fin ouverte, je trouve ça un peu...facile en quelques sortes y a pas trop de risque pris finalement. Cependant, si jamais c'est pour prévoir la suite dans un deuxième tome là je n'aurais aucun problème car on aura plus de réponses et surtout une évolution !

A part ça, c'est un livre très bien écrit je trouve, toutes les questions qu'on se pose ont une réponse il me semble, après je crois qu'il n'y avait pas non plus énormément de questionnements, surtout les principaux qui sont liés à l'histoire.

Je trouve qu'on se plonge très facilement dans l'histoire, je me suis plutôt attachée à Diane, avec une certaine mélancolie. Elle fait passer une envie de s'en sortir et en même temps, tout ce qui est lié à sa sœur fait passer de forts de sentiments c'est assez touchant je trouve.

Livre que j'ai beaucoup aimé, je pense que je le conseillerais :)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Aryia 2018-02-11T18:37:33+01:00
Or

La dystopie et moi, c’est toute une histoire d’amour : à partir du moment où j’ai découvert le genre, avec l’excellent roman jeunesse De l’autre côté de l’ile, je n’ai cessé d’enchaîner les lectures et de chercher de nouvelles histoires dystopiques à me mettre sous la dent. Un Monde pour Clara est passé entre les mailles du filet pendant des années et des années, et ce n’est qu’en préparant les Imaginales 2016 que j’en ai entendu parler. Le résumé m’a immédiatement séduite : entre le côté écologique, l’allusion à la gémellité et l’aspect très religieux de cette nouvelle Société Verte, je pressentais un récit complexe et captivant qui allait me faire pleurer et réfléchir. Cette intuition s’est révélée exacte et ce roman se place d’office parmi les meilleures dystopies qu’il m’ait été donné de lire ! Je vous préviens de suite, cette chronique sera enrichie de nombreuses citations tirées du roman, car les mots de monsieur Marcastel sont d’une justesse et d’une poésie rares.

Tout commence par une manifestation, à laquelle participent Clara et son meilleur ami Léo. Tous deux ont perdus un être cher suite à une catastrophe nucléaire et s’investissent corps et âmes dans le mouvement des Enfants de Gaïa, groupuscule militant pour un monde plus respectueux de l’environnement et plus égalitaire. Mais la violence devient telle que Diane, touchée par une balle antiémeute, sombre dans le coma pendant plus de dix ans. A son réveil, le monde tel qu’elle le connaissait n’existe plus : les Enfants de Gaïa ont pris le pouvoir et ont fait de Paris une cite modèle, un véritable paradis terrestre en parfaite harmonie avec la Terre Nourricière. Diane apprend de la bouche-même de Léo, devenu l’un des lieutenants du gouvernement, qu’elle est devenue aux yeux de tous l’incarnation vivante et martyre de Gaïa, vénérée telle une déesse et symbole de la renaissance de la Terre Mère. Mais Diane va vite découvrir que cette société idyllique cache bien des secrets et que ce monde n’est sûrement pas celui qu’elle rêvait pour Clara, sa défunte jumelle.

C’est donc par une idéologie en apparence totalement inoffensive que nait la plus terrible des dictatures : qui n’a jamais songé qu’il fallait préserver l’environnement, et pour cela réduire notre consommation d’énergie, réduire la pollution et limiter au maximum notre impact écologique ? Diane, comme nombre de ses contemporains, rêvait d’un monde meilleur, un monde plus respectueux et plus proche de la nature, un monde où aurait pu vivre Clara, sa jumelle qui lui a été arrachée par une terrible catastrophe nucléaire. Mais la société qu’elle va découvrir à son réveil est bien différente de ce monde idéal : les inégalités sont plus fortes que jamais, et seuls une poignée de privilégiés peut vivre dans la cité modèle de Néo-Lutécia aux dépends des miséreux dont le mode de vie est proche de celui du Moyen Age. Diane découvre aussi un monde où la religion tient plus de l’endoctrinement et de la manipulation qu’autre chose, tandis que la corruption côtoie la perversion des représentants d’un gouvernement assoiffé de pouvoir.

Il s’agit d’un récit qui fait froid dans le dos et qui invite le lecteur à s’interroger non pas sur la nécessaire protection de l’environnement (je cite Diane : « Léo a raison, il faut protéger la nature, ne pas [la] laisser disparaitre, ni personne l’abimer »), mais bien sur la juste mesure à adopter pour ne pas le faire « au détriment de l’homme [et] de ses enfants ». En voulant préserver la Terre Mère, humanisée et divinisée, les Enfants de Gaïa en sont venus à considérer l’homme comme un parasite dont il faut maitriser la prolifération, allant jusqu’à persuader des adolescents à renoncer à leur fertilité pour le « bien commun » des enfants de Gaïa, « qu’ils soient hommes, bêtes ou plantes ». Il est ici question d’un endoctrinement que l’on retrouve dans la majorité des univers dystopiques, mais celui-ci est particulièrement bien décrit et terriblement cruel car il s’enracine dans une thématique actuelle et tellement innocente qu’on refuse d’y croire.

Plus généralement, ce roman pose la question du fanatisme religieux par l’intermédiaire du personnage de Léo. Contrairement à Diane qui a su garder un regard critique sur cette société en apparence idéale, Léo s’est laissé aveugler par les promesses du Géophile, grand manitou de cette immense machination, par cet espoir éperdu d’un monde parfait et par l’exaltation de la violence. Contrairement à Diane qui a su garder un cœur empli d’amour et de bonté, Léo s’est laissé envahir par la colère, par la haine de l’humain et par la soif de vengeance. Il est terriblement difficile d’en vouloir à Léo, qui a été brisé par la mort de sa mère et qui a réussi à se persuader que les hommes dans leur globalité étaient responsables de ce décès, qui a voué une confiance aveugle à un homme habile dans la manipulation et qui a trouvé dans ce mouvement un exutoire parfait à sa douleur. Une des choses que j’ai vraiment appréciée dans ce roman, c’est que malgré le fanatisme de Léo qui s’oppose à la clairvoyance de Diane, ils ne sont pas des ennemis jurés et ne renient pas leur amitié passée, au contraire : ils conservent dans leur cœur toute la tendresse et l’affection qu’ils ressentent pour l’autre, et souffrent de ne pas réussir à se convaincre mutuellement.

Il y a dans ce roman une montagne d’émotions. Il y a tout d’abord l’amour éperdu que ressent Diane pour Clara, sa jumelle qui vit encore dans son esprit et qui l’aide, par sa force, sa sagesse et sa détermination, à continuer à vivre. J’ai toujours été passionnée par le lien gémellaire et j’ai trouvé cette histoire tout simplement magique car elle met en évidence cet amour fraternel d’une puissance incomparable, cette complicité incompréhensible et cette douleur terrible que peut représenter la perte de ce double parfait. Il y a ensuite une magnifique ode à l’amour maternel, cet amour qui nait avant même la naissance de l’enfant, cet amour qui peut déplacer des montagnes, cet amour plus fort que la mort. Et je n’ai choisi que deux exemples, car cette histoire parle aussi de culpabilité, de douleur, de tristesse, de sacrifice, d’amitié, de haine … Pendant ma lecture, j’ai été envahie par toutes ces émotions, magnifiquement retranscrites par la plume délicate et poétique de Jean-Luc Marcastel. J’ai pleuré, plus d’une fois, bien des fois, mais c’est tellement beau que je ne regrette aucune de ces larmes.

Je pourrais vous dire encore tant de choses sur ce merveilleux roman, je pourrais vous remplir des pages et des pages de louanges de ce récit fantastique, mais je vais tout simplement vous recommander chaudement de le lire. Par une narration très fluide, très gracieuse et très juste, l’auteur fait voyager le lecteur dans les méandres d’un monde rêvé par tant de personnages mais transformé en cauchemar par une poignée d’individus avides de pouvoir. Par un récit très émouvant, très captivant et très profond, l’auteur fait découvrir au lecteur les dangers d’une idéologie poussée au fanatisme et les dérives potentiellement totalitaires de toute société. Un coup de cœur mémorable qui fait réfléchir.

https://lesmotsetaientlivres.blogspot.fr/2016/09/un-monde-pour-clara-jean-luc-marcastel.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Milie_Baker 2017-12-02T19:04:41+01:00
Pas apprécié

Je n'ai pas du tout accroché aux personnages. Dès le début j'ai eu du mal avec Diane que je n'apprécie pas du tout et pareil pour Léo. Je n'ai donc pas été capable de terminer ma lecture jusqu'au bout, malheureusement.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par only-book 2017-06-13T21:37:39+02:00
Bronze

Une histoire originale qui nous fait réfléchir sur les modèles utopiques des sociétés modernes, et nous prévient que malgré de bonnes volontés, la perfection n'est jamais atteinte et peut vite tourner en forte déception. J'aime particulièrement l'amour que Diane porte à sa soeur, et sa force à combattre pour la mémoire de Clara. Grâce à l'écriture fluide de l'auteur on plonge directement dans l'action et vivons ces expériences aux côtés de Diane,

Je recommande ce livre !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Emel1ne 2017-03-17T16:03:07+01:00
Or

Ce roman nous fais réfléchir à propos des idéaux (ici l'écologisme) et de la façon de les mettre en application. Entre les mains de personnes manipulatrices, toute-puissante et remplie de pouvoir, ces idéaux peuvent alors devenir fanatismes et mènent aux pires actions de l'être humain. L'obscurantisme en puissance. L'homme devient alors un animal assoiffé de sang et de pouvoir. Cette société n'est que destruction envers ceux qui ne font pas partie de l'élite et envers ceux qui résistent à cette vision de la vie.

J'ai aimé tous les personnages de ce roman. Jean-Luc Marcastel a dépeint les différentes types de réaction de l'homme dans ce genre de régime : ceux qui dirige, ceux qui suivent, ceux qui en profite (grâce à l'argent notamment), ceux qui deviennent des brutes, des monstres, ceux qui survivent et qui n'ont pas les moyens de fuir, ceux qui fuient, ceux qui résistent...

Ce livre est très instructif, surtout actuellement au vue de l'évolution du monde. Je recommande !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Laure28 2016-09-29T05:29:26+02:00
Lu aussi

Bonne histoire et bons personnages, même si je n'ai pas vraiment accroché... à lire malgré tout...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par othilie307 2016-08-21T18:51:20+02:00
Lu aussi

Mouai encore un livre que je n'aurais jamais du lire. Les éditeur Black moon aime vraiment beaucoup trop les livres avec des fin chelou ou pas de fin du tout. Il ne publie presque que des livres qui on des fin ouverte. Tout ce que je n'aime pas... Donc ce livre bien qu'il m'a fait pleuré avec cette putain de fin. Parce que l'on pense qu'il va réussir et BIM ! aller tu meurt putain de merde !

Voila mon avis, j'aime pas les livre black moon je sais que cela va finir en queue de poisson s'en suite et pourtant je m'obstine à en lire... J'aime me faire du mal à croire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par blackshe-wolf 2016-06-13T10:12:36+02:00
Or

Ce livre a beau être une histoire tout droit sortie de l'imagination de Jean-Luc Marcastel présentant un monde futuriste tourné vers la nature, je n'ai pu m'abstenir de faire le rapprochement si évident avec notre monde.

Le monde écologique créé "pour Clara" parait si beau qu'au premier abord, je pensais que ce serait magnifique si un jour notre planète pouvait ressembler à cela. Mais bien évidemment, il y a le revers de la médaille. Un monde parfait n'existe qu'en théorie et c'est cela que va découvrir Diane, l'héroïne à sa sortie du coma. Avec les meilleurs intentions du monde, ils ont créé pire que leur monde d'origine. Et la raison est tout simplement l'homme lui-même qui ne peut s'empêcher de désirer plus (de pouvoir, richesse,...) au dépens des autres. L'auteur a très bien réussi à mettre en avant le monde idéal d'un côté pour la minorité privilégiée et le reste... on découvre au fur et à mesure avec Diane ce que le monde est devenu. Et surtout on prend en compte toute la psychologie humaine qu'il y a derrière l'histoire pour comprendre comment on peut créer avec les meilleurs intentions un monde si beau d'un côté mais si hétérogène et abominable pour la population.

Instructif, riche, complexe et magnifique !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par VioletteLyyant 2016-05-14T14:39:26+02:00
Argent

Avant de lire ce livre, je n'avais lu de Jean-Luc Marcastel que ses romans de fantasy médiévale. J'avais hâte de le découvrir dans un nouveau genre et je n'ai pas été déçue. Il est encore meilleur dans l'anticipation !

Les premières pages nous plongent directement dans l'action, sans temps mort et présentation longue. L'émotion est aussi au rendez-vous dès le début (j'ai manqué de verser une larme à la page 19, c'est pour dire!). Lorsque l'on découvre le nouveau monde dans lequel l'héroïne se réveille, on l'accompagne réellement. On est à ses côtés, on apprend le fonctionnement de la nouvelle société, on fait la connaissance de ses dirigeants... Et on adopte le point de vue de Diane. Sans réfléchir. ET c'est vraiment le coup de maître de l'auteur dans ce roman ! Nous faire voir les choses à la manière de son héroïne, sans possibilité de s'en sortir. On partage donc sa surprise au fur et à mesure que la vérité se dévoile. On s’enthousiasme et on se révolte avec elle.. Il y a une alchimie entre le personnage et le lecteur que j'ai rarement vu dans un autre livre.

Le style est fidèle à l'auteur, à la fois poétique et familier, très difficile à décrire mais vraiment beau et fluide. Définitivement un des meilleurs livres qu'il a écrits. Il nous fait prendre conscience des dérives que peuvent provoquer des comportements extrêmes : ceux qui sont actuellement jugés mauvais ou bien ceux qui ressemblent à des idéaux mais peuvent vite se transformer eux aussi en cauchemar. Pas de prise de position politique mais un simple constat... Aucun extrême n'est bon sur le long terme pour la société.

J'espère qu'une suite sera écrite mais Jean-Luc Marcastel ne la prévoit pas pour le moment. Il n'y a qu'à attendre !

Afficher en entier

Dates de sortie

Un monde pour Clara

  • France : 2013-10-09 (Français)
  • Canada : 2013-11-22 (Français)

Activité récente

Aryia l'ajoute dans sa biblio or
2018-02-11T18:37:10+01:00

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Editeurs

Les chiffres

Lecteurs 185
Commentaires 46
Extraits 14
Evaluations 56
Note globale 7.53 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode