Livres
486 068
Membres
475 842

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Elfy_rose 2020-01-31T18:21:29+01:00

« Un beau jour , deux sœurs s’en allèrent

Voir les grands navires de leur père.

Une fois au bord de la ravine,

L’ainée poussa la benjamine.

Elle dériva et bien plus loin,

Son corps heurta l’aube du moulin.

Avec ses os, l’meunier fabriqua

Une viole pour jouer des airs joyeux,

Avec ses doigts si délicats,

Les chevilles de l’instrument hideux.

Que fit-il de l’arrête du nez?

Il sculpta un beau chevalet.

Que fit-il de ses veines si bleues?

Des cordes où poser son archet.

Que fit -il de ses deux yeux d’or?

Il en orna sa viole à l’aurore.

Et de sa langue bien pendue

La nouvelle s’est répandue.

Et la première corde a chanté

Je vois au loin le roi mon père.

Et la deuxième corde a chanté

Je vois au loin la reine ma mère.

Et les trois cordes ont entonné

Je vois ma sœur qui m’a noyée. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Elfy_rose 2020-01-30T10:12:15+01:00

« Un être doué de pouvoirs semblables aux miens peut se glisser dans vôtre tête, y chercher ce qu’il veut et prendre possession de votre esprit. Ou le briser. Je me tiens en ce moment sur le seuil de votre esprit... mais si j’allais plus loin, il me suffirait d’une pensée pour vous rayer de la surface de la Terre. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par lisa3b 2020-01-29T16:05:39+01:00

Je voulus inspirer pour répondre : Non… non ! Mais je n’eus pas à le faire.

Un coup de tonnerre retentit derrière moi comme le heurt de deux gigantesques rochers lancés l’un contre l’autre.

Des cris fusèrent dans l’assistance, des invités s’égaillèrent et certains s’évanouirent dans l’air tandis qu’une nuée noire jaillissait.

Je pivotai sur moi-même et, à travers des lambeaux de nuit flottant comme de la fumée dans le vent, je vis Rhysand lisser les revers de sa veste noire.

– Bonsoir, Feyre chérie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par darkness 2020-01-29T12:34:52+01:00

- Je ne peux pas me concentrer en votre présence : je la sens même quand nous ne sommes pas dans la même pièce.

Un sourire sensuel se dessina sur ses lèvres et je levai les yeux au ciel, excédée.

- Pourquoi ne vous éclipsez-vous pas un moment dans l'un de ces intervalles entre deux royaumes ? lançai-je.

- Içi, ça ne marche pas, répondit-il. Bien : entraînez-vous à votre guise. Si vous avez obtenu un résultat avant le petit déjeuner, prévenez-moi par notre lien, dit-il en désignant le tatouage de ma paume.

- Je peux vraiment vous appeler de cette manière ? demandai-je en examinant l'oeil tatoué.

- Si vous préférez, frottez-le contre certaines parties de votre corps : j'arriverai peut-être plus vite.

Sur ces mots, il disparut avant que j'aie eu le temps de lui lancer la bougie à la tête.

Afficher en entier
Extrait ajouté par darkness 2020-01-29T12:25:27+01:00

- Amren a raison, lança Rhysand du seuil du salon de l'hôtel particulier. Vous êtes comme des chiens qui attendent mon retour à la maison. J'aurais dû vous apporter du sucre.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Folize 2020-01-19T11:01:58+01:00

– Quelle cruelle et splendide créature tu es, répondit-il avec une lueur d’amusement dans les yeux.

Je pouffai à l’idée qu’il puisse me trouver splendide.

– Oui, tu l’es, insista-t-il. Tu es la plus belle créature que j’aie jamais rencontrée. C’est ce que j’ai pensé la première fois que je t’ai vue, à Calanmai.

J’avais beau me répéter qu’il était stupide d’attacher la moindre importance à la beauté, mes yeux me brûlèrent quand j’entendis ces paroles.

– Et c’est parfait, poursuivit-il, puisque toi-même, tu as pensé ce soir-là que j’étais le plus beau mâle que tu aies jamais vu, ce qui nous met à égalité.

Je le foudroyai du regard et il éclata de rire, me saisit par la taille et m’attira à lui. Je m’assis à califourchon sur lui.

– Nous partons demain rejoindre ta famille, annonça-t-il en reprenant son sérieux. Les reines nous ont envoyé un message pour nous prévenir de leur arrivée dans trois jours.

– Et c’est maintenant que tu me le dis ?

– J’ai été… distrait entre-temps.

L’éclat de ses yeux et sa joie sereine me coupèrent le souffle. Je compris à cet instant que nous aurions un avenir ensemble, que j’aurais une vie à moi.

Mais son sourire se mua en une expression empreinte de révérence et quand je tendis les mains pour prendre son visage entre elles, je vis que ma peau était lumineuse.

Elle brillait faiblement, comme éclairée de l’intérieur, en dégageant un halo. C’était une lumière à la fois chaude et blanche, comme celle du soleil ou d’une étoile. Le regard émerveillé de Rhysand rencontra le mien.

– Eh bien, je peux au moins me vanter que grâce à moi, mon âme sœur resplendit de bonheur, déclara-t-il en caressant mon bras.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Rhaenyra 2019-12-26T21:18:37+01:00

- Je pense que j'étais autrefois solitaire, sans espoir et que j'aurais pu tomber amoureuse du premier venu qui aurait fait preuve de bonté envers moi et m'aurait protégée. Je pense que Tamlin le savait - sans doute pas consciemment, mais qu'il voulait jouer ce rôle vis-à-vis de quelqu'un. Et je pense que cela convenait à celle que j'étais alors. Mais ça ne convient plus à celle que je suis devenue.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Rhaenyra 2019-12-25T23:09:50+01:00

- Quand j'étais enfant, me dit Rhysand à l'oreille, je m'échappais parfois du pavillon du Vent par la fenêtre de ma chambre et je volais toute la nuit en tournoyant au-dessus de la ville, du fleuve et de la mer. Ça m'arrive encore.

- Vos parents devaient être ravis...

- Mon père ne l'a jamais su. Et ma mère... Elle était illyrienne. Quand elle me surprenait à sauter par la fenêtre, elle me réprimandait... et puis elle me suivait pour voler avec moi jusqu'à l'aube.

- Elle doit être merveilleuse.

- Elle l'était, fit-il, et cette réponse me dissuada de poser d'avantage de questions.

Afficher en entier

- Est-ce Rhysand qui vous a ordonné de ne pas venir ?

- Non, dit-elle avec un petit rire. Au contraire, il a voulu me convaincre de venir. Il m'a dit que je me conduisais de manière ridicule. Mais Cassian, lui... Il comprend ce que je ressens. À nous deux, nous avons fait rouler Rhys sous la table la nuit dernière.

Afficher en entier

Un coup de tonnerre retentit derrière moi comme le heurt de deux gigantesques rochers lancés l'un contre l'autre.

Des cris fusèrent dans l'assistance, des invités s'égaillèrent et certains s'évanouirent dans l'air tandis qu'une nuée noire jaillissait.

Je pivotai sur moi-même et, à travers des lambeaux de nuit flottant comme de la fumée dans le vent, je vis Rhysand lisser les revers de sa veste noire.

- Bonsoir, Feyre chérie.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode