Livres
487 248
Membres
478 074

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Lectureavie 2017-02-01T10:17:51+01:00

J’espère qu’ils rient.

J’espère qu’ils aiment les glands. Je devrais peut-être leur en jeter. Non, mauvaise idée. Je ne veux pas perdre mes glands. Je ne les partage avec personne. D’accord, je suis un méchant écureuil, mais je n’aime pas partager mes glands.

D’ailleurs, ça doit faire de moi un bon écureuil. Un super-écureuil. Par définition.

Afficher en entier
Extrait ajouté par TheFangirl 2017-05-06T17:28:23+02:00

Il faut que je remette de l’ordre dans ma tête. Parfois je me sens submergé, je n’y comprends plus rien. Et puis, ça me revient.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-05-28T19:38:40+02:00

- On n'a plus qu'à attendre, dit-il en distribuant les bouteilles.

- Je n'ai pas envie d'attendre, lui dis-je. Tu connais un endroit d'où on pourrait les espionner ?

- Tu y tiens vraiment ?

- Mon pote, intervient Bailey, ça m'étonnerait que tu n'en aies pas envie. Ne joue pas les preux chevaliers, il faut qu'on trouve le meilleur point d'où les écouter en douce.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-05-28T19:28:31+02:00

- Je te comprends. Je ferai tout ce que je pourrai pour t’aider. On va établir un programme : comment oublier Gabe en douze étapes.

- Merci, Maribel. Tu es géniale.

- Je sais. Je rentre bientôt.

- Je vais me mettre au programme de désintox.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-05-28T11:04:25+02:00

Il reste près d’elle tandis qu’elle attend sa tasse, et il va jusqu’à lui demander :

- Tu veux… euh… tu peux dire non si tu ne veux pas, mais sinon, tu veux t’asseoir avec moi ?

Je dois reconnaître que c’est vraiment touchant, surtout qu’il garde les mains enfoncées dans ses poches et tape du pied sans la regarder. Quel dommage que je sois le seul témoin de cette scène !

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-05-28T10:53:35+02:00

- Ma coloc vient d’arriver ; il faut que j’y aille. On se revoit bientôt ?

Il hoche la tête, lui adresse un signe et elle s’éclipse. Il passe un bon quart d’heure à écrire quelque chose au dos d’un set de table, avant de le chiffonner et de partir. Je ne peux m’empêcher d’aller le déplier et de le lire :

Choses que j’aurais dû dire :

1. Comment vas-tu ?

2. Tu as passé de bonnes vacances ?

3. Tu es toujours inscrite au deuxième semestre d’atelier d’écriture créative ?

4. Au fait, j’aime les filles.

5. Je suis un peu idiot et je ne sais jamais de quoi parler.

[...]

Je dois me forcer à chiffonner de nouveau ce papier et à le jeter. Parce que j’ai surtout envie de le garder pour cette fille, pour qu’elle sache enfin l’effet qu’elle fait à ce garçon.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-05-28T10:41:19+02:00

J’ai l’impression de me mêler de ce qui ne me regarde pas, bien qu’ils ne parlent que de choses banales, mais ils ne m’ont toujours pas rendu leurs devoirs et je me garderais bien d’intervenir. Pour un peu, je m’attendrais à les voir se donner leur premier rendez-vous sous mon nez. Je les suis l’un et l’autre comme si j’étais à un match de tennis.

[...]

Restons calmes, mais j’ai l’impression qu’elle est en train de lui proposer de sortir. Je n’ai encore jamais assisté à ce genre de scène. Calme-toi, Inga, ne bouge pas, ne les fais pas fuir.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-05-28T10:37:52+02:00

"Si j’ai plus ou moins perdu ma méfiance et ma peur, je ne me suis jamais totalement débarrassé de ma timidité. Quand j’y repense, j’ai l’impression que, de ce point de vue, je n’ai jamais évolué. Comme l’arbre et la bicyclette. J’ai grandi autour et elle fait désormais partie de moi-même. "

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-05-28T10:36:11+02:00

- Tu vois, poursuit-il, parfois je m’inquiète tellement que je ne sais plus où regarder. Et mon oreille me dit : « Regarde sa bouche », et mes yeux : « Regarde tout sauf sa bouche ! » Dur quand on a pris l’habitude de ne jamais regarder les gens.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-05-28T09:56:59+02:00

- C’est un gars tranquille. Les quelques fois où je l’ai vu ici, c’était en même temps que cette fille, Lea. Et ils sont toujours trop timides l’un devant l’autre, au point qu’ils ont du mal à se sourire. Comme si on voyait leur approche amoureuse se dérouler sous nos yeux.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode