Livres
520 771
Membres
536 788

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Chapitre 4 : Mon premier :

Bekah

«…Je m’apprêtais à m’éloigner lorsque Zandor me retint une nouvelle fois.

—J’ai besoin de te dire deux mots, chaton, c’est tout ce que e demande.

— Foutu et queue ?

— Tu vas prendre cher. Je vais…

— Me donner la fessée ?

— Bon sang. Si tu continues comme ça, nous ne serons bientôt plus des amis.

— Ah bon ? Et nous serons quoi ?

— Des copains, Bekah.

— Qu’elle est la différence ?

— Ma queue. En toi.

— Donc un copain ruinerait mon régime.

— Tu ne le regretterais pas.

...»

Afficher en entier

Chapitre 2 : Régime :

Bekah

«…

— J’ai touché des tétons aujourd’hui.

Elle poussa un cri suraigu et se mit à taper des mains.

— Raconte, raconte !

Elle allait péter un câble lorsqu’elle saurait.

— J’ai observé Zandor…

— Répète son nom encore une fois.

— Quoi ? Pourquoi ?

Je la trouvais sympa, elle était marrante.

— Je l’aime bien, c’est sexy comme prénom. Qu’est-ce que tu dirais au lit ? Prends-moi, Zandor, plus fort Zandor ! OH ZANDOR !

— Ou alors, je dirais Z ? Baise-moi Z, plus fort Z, continue comme ça. Donne-moi une fessée ! Lèche ma chatte, Zandor Steel. Plus fort, continue comme ça !

Je hurlais littéralement et nous explosâmes toutes les deux d’un rire hystérique comme deux adolescentes… Rire qui fut interrompu par le bruit de quelqu’un qui frappait à la porte.

Je me rallongeai sur le canapé en tirant une couverture sur ma tête. Je savais très bien à quoi m’attendre dès qu’il rentrerait dans l’appartement : nous étions bons pour une seconde partie de jambes en l’air.

—Oh, je suis désolé...

— Zandor…

— Très marrant, Tiff.

J’arrachai brutalement la couverture qui cachait mon visage et le découvris debout, là.

Évidemment qu’il était juste là.

Je sentis que je virais au cramoisi et je dus faire un réel effort pour refermer ma bouche bée.

— Bekah.

— Zandor.

Dès que je prononçai son prénom, Tiff se mit à glousser. Je la fusillai du regard.

À la lueur dans ses yeux, je sus qu’il avait tout entendu. Oh mon Dieu, j’étais morte, raide morte. J’étais...»

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode