Livres
458 497
Membres
411 949

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Une ardente attirance



Description ajoutée par One-Reader 2012-04-15T03:45:12+02:00

Résumé

Quand les médecins annoncent à Rico que sa jeune sœur, grièvement blessée à la suite d’une chute de cheval, réclame à son chevet Anastasia, celle qui fut son épouse et dont il est séparé depuis un an, il ne peut retenir un mouvement de surprise et de colère. Cette femme qui l’a trahi de la plus odieuse des façons va-t-elle réapparaître dans sa vie alors qu’il a tout fait pour l’oublier ?

Pire, sa sœur semble avoir perdu la mémoire et ne se souvient pas de la douloureuse rupture entre son frère et Anastasia. Pour ne pas perturber son fragile équilibre, Rico se voit donc contraint de faire semblant de vivre encore avec sa femme et de jouer au couple heureux et uni. Un jeu bien dangereux alors qu’il ressent toujours pour elle un désir brûlant…

Afficher en entier

Classement en biblio - 14 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par One-Reader 2012-04-15T03:46:26+02:00

Non, ça n’était pas possible, elle n’allait pas mourir !

Cette pensée revenait, tel un douloureux leitmotiv, dans l’esprit de Rico Crisanti. Le PDG de la Crisanti Corporation fixait obstinément la vitre qui séparait la salle d’attente de l’unité de soins intensifs, indifférent aux coups d’œil appuyés que les infirmières lançaient dans sa direction. Il avait l’habitude que les femmes le regardent ainsi, mais, depuis deux semaines, il avait bien autre chose en tête.

Le corps contracté par la tension, il ne pouvait détacher ses yeux de la forme inerte allongée sur le lit, entourée de médecins et d’appareils ultrasophistiqués.

Il avait ôté sa veste et relevé les manches de sa chemise de soie. Sa barbe naissante devait lui donner davantage l’air d’un bandit que d’un homme d’affaires, pensa-t il, avant de soupirer. Attendre n’était pas son fort. Il était un homme d’action, habitué à diriger. Or, pour la première fois de sa vie, il découvrait qu’il y avait une chose sur laquelle il n’avait aucun pouvoir et que l’argent ne pouvait acheter : la vie de sa sœur…

Il laissa échapper un juron, luttant contre l’envie de frapper la vitre de son poing. Bon sang ! Jamais encore il ne s’était senti aussi désemparé.

Refusant de prêter attention aux sanglots étouffés de sa mère, pas plus qu’à la mine lugubre de sa grand-mère, de sa tante et de ses deux cousines, il fixait la silhouette immobile dans un silence buté, comme si sa seule force de caractère pouvait faire sortir Chiara du coma.

Il inspira profondément et tenta de se concentrer, mais le manque de sommeil obscurcissait son esprit. L’angoisse, surtout, le paralysait, et il lui était de plus en plus difficile de sortir de cette inertie.

Il se passa une main sur la nuque en entendant sa mère étouffer un sanglot.

Chiara pouvait maintenant respirer sans assistance, mais elle n’avait encore pas toujours repris conscience. Elle était dans un état critique, et personne ne pouvait prévoir l’issue de ce combat. La vie ou la mort…

Et, si la vie l’emportait, Chiara serait elle à jamais handicapée ou pourrait elle reprendre l’existence qu’elle avait menée avant cette maudite chute de cheval ?

Rico retint un nouveau juron. L’horrible torture mentale qu’était l’attente se prolongeait, et il savait qu’elle minait aussi sa mère. Il devinait l’incertitude cruelle dans laquelle elle se débattait : ce jour serait il celui où elle perdrait sa fille unique ?

La promesse qu’il avait faite à son père de pourvoir aux besoins de sa famille lui semblait soudain vide de sens. A quoi servait il qu’il eût fondé un puissant empire commercial à partir de rien, avec pour seul atout sa détermination farouche ? Il s’était peu à peu persuadé qu’il n’y avait rien qu’il ne pût dominer, pourvu qu’il en eût la volonté. Et il avait fallu l’accident de sa sœur pour qu’il se rappelle que la richesse ne protégeait personne de la loi du destin.

En proie à un terrible sentiment de frustration, il déboutonna le col de sa chemise et se mit à arpenter la petite pièce. Une émotion peu familière lui serrait la gorge et, pour la première fois depuis l’enfance, il sentit les larmes lui brûler les yeux.

Maudissant sa faiblesse, il secoua la tête. Il devait recouvrer ses esprits. Il n’aiderait personne s’il s’effondrait. Toute sa famille était sur les nerfs, se raccrochant aux espoirs infimes que les médecins distillaient avec réticence. Et il était le roc sur lequel tous s’appuyaient : il ne devait pas flancher.

Rico reprit place devant la vitre. Soudain, la porte s’ouvrit, livrant passage au chef de service et à plusieurs jeunes assistants.

Sans prêter attention à l’agitation de ses gardes du corps devant cette intrusion, Rico concentra toute son attention sur le médecin. Il devinait à son attitude qu’il avait des nouvelles à annoncer. Et, brusquement, il eut peur de poser la question qui s’imposait.

— Du changement ? demanda-t il enfin d’une voix rauque. Y a-t il du nouveau ?

— Un peu.

Le médecin s’éclaircit la gorge, visiblement intimidé par l’homme qui lui faisait face.

— Ses fonctions vitales se sont un peu améliorées et elle a repris conscience, brièvement. Elle a parlé.

— Parlé ?

Le soulagement envahit Rico et, pour la première fois depuis des jours, il se sentit plus léger.

Le médecin acquiesça.

— Il était très difficile de la comprendre, mais l’une des infirmières pense qu’elle a prononcé un nom.

L’homme hésita et les regarda tous d’un air interrogateur.

— Stasia. Ça ressemblait à Stasia. Est-ce que cela vous dit quelque chose ?

Stasia ? Sous le choc de cette révélation, Rico se figea. Derrière lui, sa mère laissa échapper un cri étranglé et sa grand-mère émit un gémissement douloureux.

Il contracta les mâchoires et passa une main sur son front. Sa sœur luttait contre la mort ; il n’avait certainement pas besoin de penser à Stasia. C’était à croire que le destin s’acharnait contre lui…

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Oxalis 2015-11-30T15:51:22+01:00
Lu aussi

Ce n'est pas le livre du siècle, mais il se laisse lire. ^^

Afficher en entier

Date de sortie

Une ardente attirance

  • France : 2006-05-01 - Poche (Français)

Activité récente

mayouka l'ajoute dans sa biblio or
2016-10-30T14:22:33+01:00

Les chiffres

Lecteurs 14
Commentaires 1
Extraits 1
Evaluations 5
Note globale 6.4 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode