Livres
461 374
Membres
417 645

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par queenregina 2016-05-26T13:20:27+02:00

« Écoutez-moi, Greg. La mort de Ralph est une chose très triste, mais ni vous ni moi n’y pouvons rien. Vous continuerez à travailler dans votre laboratoire, tout seul jusqu’à ce qu’un autre étudiant soit désigné pour remplacer Ralph. »

Simpson hésita, mais sans faire mine de bouger. Il avait l’air mal à l’aise, misérable.

« C’est que… j’aimerais vraiment mieux travailler ailleurs, Monsieur.

— Pourquoi ? croyez-vous que votre labo soit hanté ? que le fantôme de Ralph vienne vous tirer par les pieds pendant que vous ferez vos expériences ? »

Brade avait conscience que son ton était inutilement sarcastique, mais sa réserve de patience était épuisée et il se contrôlait difficilement.

Afficher en entier
Extrait ajouté par queenregina 2016-05-26T13:18:28+02:00

— Parce que le meurtrier connaissait le caractère méticuleux de Ralph, et savait qu’il prenait ses flacons, un par jour, de gauche à droite, au fur et à mesure du déroulement de son expérience. De cette façon, il était sûr que le troisième flacon servirait le jeudi, jour où Ralph était seul au labo parce que son camarade assistait à un cours.

— Où veux-tu en venir ?

— La police finira bien par faire le même raisonnement que moi, et à partir de ce moment elle aura tôt fait de trouver la personne qui réunit toutes les conditions requises.

— Qui donc ?

— Tu demandes qui ? »

Brade avala une gorgée d’alcool, puis, brusquement, renversa son verre.

« C’est pourtant clair, dit-il. Qui a eu, à tout point de vue, le plus de facilités pour commettre le crime, sinon le professeur Louis Brade ? »

Afficher en entier
Extrait ajouté par queenregina 2016-05-26T13:17:41+02:00

La conclusion qui s’impose, reprit-il à haute voix, est que quelqu’un a délibérément opéré une substitution de flacons dans le pupitre de Ralph.

— Mais pourquoi… ?

— Pour le tuer, évidemment. Quant au mobile, je l’ignore totalement. Je ne connais rien de la vie privée de ce garçon. Il travaillait avec moi depuis plus d’un an et demi, mais c’est ainsi.

— Tu ne vas pas encore faire un complexe de culpabilité là-dessus, j’espère. Est-ce que Cap Anson connaissait quelque chose de toi quand tu étais son élève ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par queenregina 2016-05-26T13:14:38+02:00

En ouvrant la porte, Brade trouva l’étudiant penché, sous la hotte, au-dessus de la table d’expériences.

Il fronça les sourcils. De la part d’un garçon aussi soigneux que Neufeld, c’était là une position tout à fait anormale. Le bon chimiste, lorsqu’il fait une expérience sous la hotte, a bien soin de tenir la vitre de sécurité baissée entre son visage et les produits dangereux, pour que les vapeurs nocives soient aspirées par le système d’évacuation.

Brade s’avança rapidement, d’un pas silencieux, sur le sol de liège du laboratoire, et appela : « Ralph ! » L’étudiant ne bougea pas. Brade posa la main sur son épaule, mais le corps resta raide.

Afficher en entier
Extrait ajouté par queenregina 2016-05-26T13:13:57+02:00

La mort est toujours présente dans un laboratoire de chimie ; seulement, à force de l’y côtoyer, on oublie sa présence.

Elle est là, tapie dans les petits flacons bruns, sous forme de cristaux semblables à du sel, et dont le seul contact suffit à tuer ; dans les bonbonnes d’acides, dont une goutte peut défigurer ou aveugler ; dans les bouteilles de gaz comprimé, qui explosent pour peu qu’on commette une erreur en les manipulant. La moindre faute d’inattention, et la mort bondit sur sa proie. Un peu de poudre mal essuyée sur une table d’expérience, un sandwich posé négligemment dessus ; un verre empli d’orangeade après avoir contenu le somnifère suprême…

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode