Livres
399 456
Comms
1 404 679
Membres
298 705

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Une bouteille dans la mer de Gaza ajouté par anonyme 2013-07-10T21:13:40+02:00

Le jour où je travaillerai dans un hôpital uniquement pour des patients qui auront le cancer, une maladie du coeur, des jambes cassées, ça voudra dire que tout va bien, qu'on a un pays normal. Ca fait trois ans qu'on soigne les blessés par balles, par éclats de missile. Quand j'ai choisi de devenir infirmier, je pensais soulager les souffrances inévitables, celles qui proviennent du dérèglement mystérieux des corps, pas du dérèglement des hommes. Qui va arrêter ça? Et quand?

Afficher en entier
Extrait de Une bouteille dans la mer de Gaza ajouté par Pamie 2011-07-02T23:08:24+02:00

J'entends Maman qui n'a pas lâché le téléphone, et la voix claire et saccadée d'une correspondante de la radio, ou de la télé. Il y a certainement des morts. Il y a presque toujours des morts. Mais je ne veux pas savoir combien, ni qui. Pas aujourd'hui. Précisément parce que c'est arrivé juste à côté de chez moi.

Je voudrais mettre le silence à fond, mais comment fait-on ?

Afficher en entier
Extrait de Une bouteille dans la mer de Gaza ajouté par Pamie 2011-07-02T23:08:24+02:00

C'est troublant. Qui se trouve en face, réellement ? C'est si facile, si trompeur, le mail. Nous sommes tous uniques, paraît-il, mais on peut avoir dix, cent, mille adresses, mille pseudos, on peut s'inventer des identités, mentir, discuter avec des gens qui mentent peut-être eux-mêmes. Tout le monde est bien planqué derrière son écran, personne ne prend de risque.

Afficher en entier
Extrait de Une bouteille dans la mer de Gaza ajouté par flo0wer 2010-06-02T05:33:01+02:00

"J'ai échappé à la mort. Cette idée m'empêche de dormir."

"La paix passe par les fous"

Afficher en entier
Extrait de Une bouteille dans la mer de Gaza ajouté par marine1241 2015-05-24T17:34:27+02:00

"y a des gens qui voient le mal partout, toi, tu vois de l'espoir partout: à la télé, dans une bouteille, dans une poubelle même, peut-être. On te montre un ciel noir et toi tu dis : "Oh, qu'il est joli, ce ciel rose !" On te montre un champ de ronces, toi tu fouilles pour chercher une fleur. "Oh ! Regardez, une petite fleur ! C'est un signe d'espoir, ça !" Je suis sûr que, même dans un film japonais sous-titré en coréen, tu serais capable de reconnaître le mot "espoir". T'es obsédée par ça!"

Afficher en entier
Extrait de Une bouteille dans la mer de Gaza ajouté par Dinky-lol 2015-04-12T15:29:17+02:00

"J'ai l'impression que nous sommes pris dans un labyrinthe, personne ne trouve la sortie, tout le monde s'énerve et casse tout pour parvenir à l'air libre"

Afficher en entier
Extrait de Une bouteille dans la mer de Gaza ajouté par Dinky-lol 2015-03-21T13:44:36+01:00

"Parce que toi, Ouri Sadé, petit habitant même pas majeur de Jérusalem, tu comprends ce qu'est un attentat? tu es déjà mort dans un attentat? Tu as déjà été blessé dans un attentat? Tu as déjà vu un attentat de près? Tu crois que tu sais tout parce que tu allumes ta télé chaque fois?! Mais la télé, Ouri, elle ne te fais pas sentir l'odeur, elle ne te fais pas entendre le silence, la seconde de silence qui suit l'explosion, la seconde où tout le monde est hébété, pétrifié! Et les cris, après, les plaintes, les pleurs, les gémissements, ils pleurent tous comme des gosses, les blessés, même ceux qui ont cinquante ans! Elle ne te les montre pas non plus, la télé, elle n'est pas encore sur les "lieux de l'attentat" avec ses reporters en vie, entiers, en bonne santé, ses caméras et ses gros micros. Personne encore ne sait que, dans l'après-midi, il y aura les enterrements de gens qui partaient au travail le matin, qui avaient payé leur ticket pour la mort, et l'avaient composté en plus. Tu crois qu'on rembourse aux familles des victimes le ticket? Merde, Ouri! Si toi tu ne comprends pas tout ça, comment veux-tu que le monde ait une petite idée de cet enfer? Et puis, qu'est-ce que ça peut nous faire, qu'il sache, qu'il voie, qu'il comprenne, le monde? ça ne change rien à ce qui s'est passé, à ce qui se passera demain, ici ou à Gaza.

Afficher en entier
Extrait de Une bouteille dans la mer de Gaza ajouté par Zivala 2013-08-15T19:02:27+02:00

Et le train a freiné brusquement

De: Gazaman@free.com

À: bakbouk@hotmail.com

Objet : mouais...

Salut Machine,

Ne crie pas victoire etne te mets pas à danser toute seule dans ta chambre comme le font les filles quand elles sont contentes. Je t'écris, mais ça ne veut pas dire qu'on est copains, d'accord? On n'a pas gardé les moutons ensembles, c'est le moins qu'on puisse dire. Tu m'as envoyé six mails? je suis poli, je réponds, voilà tout.

Afficher en entier
Extrait de Une bouteille dans la mer de Gaza ajouté par chantwal 2010-07-12T17:56:38+02:00

Nos deux peuples n'ont jamais été d'accord sur les mots.

Vous dites "Israël", on dit "la Palestine". vous dites "Yéroushalaïm", on dti "AlQuds".

Vous dites que vous recherchez des terroristes dans la ville de Sichem et nous on dit que vous êtes aux trousses de nos combattants dans la ville de Naplouse. (Et c'est la même ville ! Et ce sont les mêmes hommes!)

Vous dites un "terroriste", on dit un "martyr" (quand il est mort, évidemment. Sinon, c'est un combattant, un courageux combattant).

Vous dites "On commence par la sécurité, ensuite il y aura la paix" et nous disons : "Commençons par la paix, la sécurité viendra d'elle-même ensuite."

Afficher en entier
Extrait de Une bouteille dans la mer de Gaza ajouté par Ridley_2001 2016-01-13T12:18:43+01:00

Voilà. Je m'énerve vite quand je pense trop, mais je ne veux pas arrêter de penser. Ma tête, c'est le seul endroit où pas un soldat de Tsahal, pas un type du Hamas, ni mon père, ni ma mère ne peuvent entrer. Ma tête c'est chez moi, mon seul chez-moi, trop petit pour tout ce que j'ai à y mettre et c'est pour ça que je me suis mis à écrire, il y a plusieurs années déjà, j'ai pas attendue la petite Tal gâtée de Jérusalem pour m'y mettre. J'écris puis je brûle, je déchire, je mouille le papier et je le jette aux toilettes, j'ai trop peur que quelqu'un tombe dessus. Mais au moins, ça me fait du bien, ça m'allège un peu. Il y a trop de gens que je déteste, trop de gens qui m'empêchent de vivre, et des panneaux rouges qui n'existent pas mais que je vois partout. Dessus il est écrit: TOUT EST INTERDIT.

Afficher en entier