Livres
505 615
Membres
513 293

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par magaliB 2020-01-08T19:43:18+01:00

Prologue

Nous l’avons pendu sur le parvis de la cathédrale de Kingsbridge. C’est là qu’ont habituellement lieu les exécutions. Après tout, si vous n’êtes pas capable de tuer un homme à la face de Dieu, mieux vaudrait sans doute ne pas le tuer du tout.

Le shérif l’a fait sortir du cachot de la halle de la guilde, mains liées dans le dos. Il marchait très droit, le visage pâle mais résolu, sans crainte.

La foule lançait des huées et des malédictions sur son passage. Il semblait ne pas la voir. Mais il m’a vu, moi. Nos regards se sont croisés et ce bref échange contenait toute une vie.

J’étais responsable de sa mort, et il le savait.

Je lui avais fait la chasse pendant des dizaines d’années. C’était un poseur de bombes qui aurait, si je ne l’en avais empêché, assassiné en un unique acte de barbarie sanguinaire la moitié des gouvernants de notre pays, dont la quasi-totalité de la famille royale.

J’ai passé ma vie à traquer ce genre de meurtriers en puissance et nombre d’entre eux ont été exécutés – non seulement pendus, mais traînés sur une claie, démembrés puis décapités, le supplice le plus effroyable, réservé aux crimes les plus graves.

Oui, j’ai fait cela maintes fois : regarder un homme mourir en sachant que c’était moi qui, plus que quiconque, étais responsable de ce juste mais terrible châtiment. Je l’ai fait pour mon pays, qui m’est cher ; pour ma souveraine, que je sers ; et pour autre chose, un principe, la conviction que tout homme a le droit de se faire sa propre opinion sur Dieu.

Il a été le dernier de tous ceux que j’ai envoyés en enfer, mais il a fait resurgir le premier à ma mémoire...

Afficher en entier
Extrait ajouté par SherCam 2019-11-26T17:39:26+01:00

Nous étions heureux, car nous n'avions pas idée des troubles que nous allions déclencher. Je n'étais pas le seul à l'ignorer, évidemment : je n'étais que l'assistant de personnes plus âgées et infiniment plus sages que moi. Mais aucun de nous n'avait prévu ce qui allait se passer ensuite.

Nous avions pourtant été prévenus. Rollo Fitzerald m'avait dépeint l'opposition à laquelle devrait face la reine Elisabeth, et le faible nombre de dirigeants européens qui la soutiendraient. Je n'y avais pas prêté attention, mais ce bâtard moralisateur avait raison.

Ce que nous fîmes en cette mémorable année 1558 fut à l'origine de dissensions politiques, de révoltes, d'une guerre civile et d'une invasion. Au cours des années suivantes, il m'arriva par moments, plongé dans un abîme de désespoir, de me demander si le jeu en valait la chandelle. La simple idée que des êtres humains puissent être autorisés à pratiquer la religion de leur choix provoqua plus de souffrances que les dix plaies d’Égypte?

Si j'avais su en cet instant ce que je sais aujourd'hui, aurais-je agi de même ?

Oh oui !

Afficher en entier
Extrait ajouté par SherCam 2019-11-26T17:39:00+01:00

Les gens feraient mieux d'entendre les récits bibliques de la bouche du curé de leur paroisse. S'ils se mettent à lire par eux-mêmes, on peut être assuré qu'ils se feront des idées erronées."

Il posa quelques pièces d'or sur le comptoir pour payer les Psaumes.

Ou des idées justes , au contraire, songea Sylvie. Du temps où le commun des mortels était incapable de lire la Bible, les prêtres pouvaient raconter n'importe quoi - ce qui leur convenait à merveille.

Afficher en entier
Extrait ajouté par bourguip 2019-01-31T21:18:35+01:00

Au demeurant, Elisabeth deviendrait-elle reine à la mort de Marie Tudor ? Cela dépendrait probablement des soutiens qu'elle obtiendrait. Elle jouissait déjà de celui du redoutable William Cecil, mais un homme ne suffisait pas. Elle avait besoin d'une armée de partisans.

Je pouvais en faire partie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par bourguip 2019-01-31T21:15:12+01:00

La nuit, il descendait dans des tavernes, partageant son lit avec un autre, une expérience désagréable pour un garçon issu de la classe marchande et habitué à avoir sa propre chambre.

Mais les étudiants étaient de joyeux compagnons de route, qui passaient sans transition des blagues les plus grossières à des débats théologiques et vice versa.

Afficher en entier
Extrait ajouté par bourguip 2019-01-19T11:17:38+01:00

La foule lançait des huées et des malédictions sur son passage. Il semblait ne pas la voir. Mais il m'a vu, moi. Nos regards se sont croisés et ce bref échange contenait toute une vie.

J'étais responsable de sa mort, et il le savait.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ambere 2018-08-30T14:19:38+02:00

Mais à quarante-cinq ans, Margery avait cessé de croire que le protestantisme était le mal et le catholicisme la perfection. À ses yeux, le clivage majeur était celui qui séparait la tyrannie et la tolérance ; ceux qui tentaient d'imposer leurs vues à tout le monde et ceux qui respectaient une foi qui n'était pas la leur.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ambere 2018-08-30T14:19:06+02:00

- Peut-on faire confiance à votre sœur ?

- Entièrement, tant que le sang ne coule pas. C'est une limite qu'elle se refuse à franchir, hélas. Elle n'a jamais compris que la violence est parfois nécessaire pour servir la cause de l’Église.

- C'est une femme.

Afficher en entier
Extrait ajouté par book-princess 2018-06-10T22:20:40+02:00

La foule se rassembla dès avant l'aube pour l'exécution prévue au lever du soleil. L'humeur était sombre, remarqua Ebrima. Quand des criminels honnis tels des voleurs ou des violeurs étaient mis à mort, les spectateurs venaient pour se moquer d'eux et se réjouir de leur agonie, mais rien de tel n'aurait lieu ce jour-là. Nombreux étaient les protestants présents, qui craignaient de subir un jour le même sort. Quant aux catholiques comme Carlos, s'ils en voulaient aux protestants de semer le désordre et s'ils craignaient que les guerres de religion françaises ne s'étendent aux Pays-Bas, ils étaient bien peu à approuver l'exécution d'une jeune fille.

Afficher en entier
Extrait ajouté par book-princess 2018-06-10T22:10:46+02:00

Voilà comment des femmes telles que Catherine exerçaient le pouvoir, comprit-elle avec admiration. Elles agissaient intelligemment mais discrètement, œuvrant dans l'ombre, pesant sur les évènements tout en laissant les hommes imaginer qu'ils exerçaient un contrôle absolu.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode