Livres
523 595
Membres
541 354

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Une mariée de trop



Description ajoutée par dizouille 2015-06-12T10:19:42+02:00

Résumé

La sublime robe blanche, l’entrée solennelle au bras de son père, les alliances scintillantes et le murmure d’émotion qui traverse l’assistance : depuis le temps qu’elle en rêve, de son mariage avec Gabriel, Margot a eu le temps de l’imaginer dans ses moindres détails. Et même si son futur époux a tenu à tout organiser lui-même, pour lui faire, a-t-il dit, une surprise dont elle se souviendra toute sa vie, elle lui fait totalement confiance pour rendre la réalité encore plus belle que ses rêves les plus fous.

Alors, en montant les marches de l’église de la place Frantz-Litz dans une robe de conte de fées pour rejoindre l’homme qu’elle aime, Margot se sent pousser des ailes. Loin, très loin d’imaginer que le plus beau jour de sa vie est sur le point de se transformer en véritable cauchemar…

Afficher en entier

Classement en biblio - 53 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par severine57 2014-09-24T19:39:08+02:00

Samedi

Une pluie battante inondait les toits de Paris, la radio dévidait ses éternelles informations calamiteuses, et pourtant ce samedi de décembre promettait d'être le plus beau jour de ma vie. Terminées les années de solitude, les déceptions sentimentales, je m'apprêtais dans moins de deux heures à épouser Gabriel, un homme fait tout exprès pour moi. Je jetai un coup d'œil au miroir qui me faisait face et souris. Cette jeune femme rayonnante dans sa sublime robe de mariée froufroutante et immaculée, c'était moi ! Le bonheur m'emplissait à tel point que j'avais par moments l'impression d'exploser. Je ne me reconnaissais plus, tout me faisait rire : les humoristes à la télévision, les blagues idiotes de mes collègues. Ainsi c'était cela être heureuse !

L'avenir en effet s'annonçait parfait : j'allais devenir Mme Dupré, emménager dans un superbe appartement du Marais et vivre aux côtés de l'homme de ma vie durant les quarante années à venir. Quand je songeais que j'aurais pu rater un tel bonheur si Gabriel ne m'avait pas recontactée par le biais d'Amispourtoujours.com, un site de retrouvailles d'anciens amis perdus de vue ! Lui et moi nous connaissions depuis toujours, nous avions usé nos fonds de culotte sur les mêmes bancs d'école, mais sans véritablement nous parler. Il passait en effet son temps avec une dizaine de garçons chahuteurs, moi avec un groupe de filles aux nattes brillantes et au regard sage… Puis lorsque son frère aîné Manu et ma sœur Audrey avaient intégré la même bande d'adolescents, nous avions tous deux pris l'habitude de nous imposer régulièrement à leurs soirées, ce qui bien sûr nous avait rapprochés. Nous commencions même à éprouver des sentiments l'un pour l'autre, à nous embrasser dans les coins quand nous avions un peu bu, lorsque ma famille avait brusquement décidé de déménager à Paris en cours d'année. Bien entendu, nous nous étions, comme tous les amoureux du monde, promis de nous écrire, de nous retrouver pour les vacances, mais la distance avait inévitablement fait son œuvre : après plusieurs appels téléphoniques où Gabriel s'était montré étrangement distant, nous avions fini par nous perdre de vue. Jusqu'à ce qu'il me recontacte… Et voilà que la vie nous donnait une nouvelle chance en me permettant de passer le reste de mon existence aux côtés de cet homme fabuleux !

La seule chose qui m'inquiétait un peu, c'était cette absurde promesse de secret autour de l'événement qu'il était parvenu à m'arracher à force de persuasion. Après une demande en mariage romantique à souhait, il m'avait en effet expliqué qu'il jugeait les mariages traditionnels ennuyeux et guindés, et qu'il avait une autre idée incroyable pour le nôtre. Une idée qu'il n'était pas prêt à me révéler, mais qui nous marquerait longtemps mes proches et moi.

— Tu ne dois te préoccuper que d'une chose, m'avait-il dit avec une lueur enflammée dans les yeux, me rejoindre à l'église Saint-Vincent-de-Paul dans le 10e arrondissement de Paris. Tout le reste, je m'en charge.

Mon éternel besoin de tout contrôler s'était éveillé : et en ce qui concernait l'organisation, les invitations ?

— Tu vas fixer rendez-vous à ta famille et à tes amis au Loft, place Franz-Listz, sous le prétexte d'une fête, je ferai la même chose de mon côté, et tu apparaîtras dans une robe de mariée à couper le souffle. À cet instant, il ne te restera plus qu'à me rejoindre.

Ce mystère m'avait bien évidemment rendue folle, et j'avais ensuite passé toute la soirée à l'interroger. Mais il n'avait pas lâché la moindre information, se contentant d'insister afin que je lui donne mon feu vert pour ce mariage-surprise. Malgré mon bonheur, j'avais longuement hésité : cela faisait si longtemps que je rêvais de ce moment que j'avais moi aussi de nombreuses idées pour la cérémonie. Et puis, l'idée d'arriver à mon propre mariage sans connaître l'organisation des événements ne me plaisait pas outre mesure, j'éprouvais le besoin de me préparer psychologiquement, de connaître un tant soit peu la manière dont cette journée si spéciale allait se dérouler… Mais Gabriel semblait tellement tenir à cette idée de surprise que j'avais fini par céder. Je l'aimais tant, comment aurais-je pu lui résister ?

Résultat : je n'avais pas la moindre idée de ce qui m'attendait dans les heures à venir. Une cérémonie des Mille Et Une Nuits lors d'un voyage express au Maroc, une journée à la russe avec calèche et musiciens tziganes ? Il me semblait avoir tout imaginé en me retournant sous ma couette ces dernières semaines ! Le fait qu'il nous ait donné rendez-vous dans le 10e arrondissement ne signifiait malheureusement pas grand-chose, des limousines pouvaient très bien nous y attendre pour nous conduire à l'aéroport… Depuis, les seuls signes de la réalité de ce mariage avaient été la remise à Gabriel de certains papiers tels que ma pièce d'identité, des justificatifs de domicile ou la copie de mon acte de naissance, ainsi que les trois rendez-vous de préparation avec le prêtre de la paroisse. Il s'était occupé lui-même de la publication des bans, et même l'identité de nos témoins était restée secrète, ce que j'avais trouvé particulièrement frustrant… Tandis que je remplaçais mon chignon trop sophistiqué par une simple queue-de-cheval, de nouvelles questions revinrent m'importuner telles des guêpes furieuses : nos invités allaient-ils mesurer l'importance de l'événement, ne risquaient-ils pas de nous faire faux bond ? Mes parents et mes deux vieilles tantes s'étaient en effet montrés fort surpris d'être conviés dans un restaurant proche de la gare de l'Est, un arrondissement où ils n'avaient probablement jamais mis les pieds de leur vie… Quant au traiteur et autres loueurs de salles, j'avais beau savoir Gabriel organisé jusqu'à l'obsession, la crainte d'un détail oublié continuait de me ronger. Attacher les boucles d'oreilles en perles, léguées par ma grand-mère, me permit de faire refluer la vague de panique qui menaçait de me submerger. Ce n'était plus guère le moment de me laisser déstabiliser par des doutes importuns à une heure à peine de la cérémonie, je n'avais d'autre choix que de foncer…

Un coup de Klaxon impérieux me fit sursauter alors que je terminais d'enfiler mes ballerines blanches. Déjà 11 h 10, j'allais être en retard ! Je me dirigeais d'un pas pressé vers le taxi commandé voilà plus de deux semaines, lorsqu'une gitane au visage sillonné de rides fondit brusquement sur moi, alléchée sans doute par ma tenue trop voyante. Dardant ses petits yeux noirs sur moi, elle me happa la main de ses doigts crasseux dans l'intention manifeste de me lire l'avenir. Seul un réflexe dicté par la frayeur me permit de lui échapper. Merci bien, je n'avais nul besoin de ses prédictions de mauvais augure…

— Désolée, je n'ai pas le temps…

— Je dois te parler, ma belle. Le malheur plane autour de toi, tu es en danger…

Et naturellement, elle allait me dire qu'elle pourrait m'éviter ce malheur si je lui versais quelques dizaines d'euros. Pressée de m'éloigner, j'évitai son regard fiévreux et m'engouffrai dans le taxi.

Bien trop vite, nous atteignîmes la place Franz-Listz, surplombée de l'église gracieusement posée au sommet d'une envolée de marches. Impatients, mes yeux se dirigèrent aussitôt vers la brasserie où nos amis et familles avaient déjà dû se mêler pour s'abreuver d'interrogations perplexes. Allons, inutile de prolonger leur supplice, mon apparition en robe de mariée allait définitivement leur imposer silence… Ma main tremblait au point que je dus m'y reprendre à trois fois pour ouvrir la portière et extirper mes bouillonnants jupons de la Mercedes. Oh, mon Dieu, j'allais m'évanouir, faire un accident cérébral, mon coeur cognait contre ma cage thoracique comme un oiseau affolé tandis que je franchissais la centaine de mètres qui me séparait encore du bar. Dans ma hâte, je tentai d'apercevoir à travers les vitres des visages amis, en vain. Le trop-plein d'émotion perturbait mes sens, brouillait ma vue comme le réglage imparfait d'un objectif photographique.

Ma main se posait sur la poignée de la porte lorsque le soulagement inonda mes veines comme du Prozac en injection. Thomas, Clara, Marion, Xavier, mes parents… Ils semblaient tous là. Exception faite malheureusement de mon grand-père adoré, immobilisé dans le fauteuil roulant d'une maison de retraite. Malgré moi, mon regard ne put s'empêcher de chercher Gabriel dans le groupe pressé autour du comptoir alors même que je le savais dans l'église. Quand quelque chose soudain me parut étrange. Pour quelle raison ne semblait-il y avoir que mes invités dans la brasserie ? Les autres, les amis et collègues de Gabriel que je n'avais rencontrés qu'en de rares occasions, s'étaient-ils regroupés dans le fond ? Mais, déjà, une nuée de points d'interrogation venait me percuter, des voix rendues plus fortes par le vin m'interpellaient. Le premier à réagir fut mon oncle Emmanuel, un sémillant sexagénaire à la carrure de rugbyman et à la voix de stentor :

— Alors, ma belle, toujours le chic pour étonner ton monde, hein ! Tu aurais pu nous dire qu'il s'agissait d'une fête costumée, j'adore me déguiser…

Sa phrase me cloua sur place. Oh non, cela ne prenait pas du tout la tournure que j'espérais… Ce fut ensuite au tour de ma sœur Audrey d'attirer mon attention, toujours impeccable dans son jean de couturier hors de prix.

— Pourquoi es-tu habillée en mariée ? Tu nous avais pourtant parlé d'une fête informelle !

Toutes les voix soudain me semblaient répercuter sans fin les mêmes mots, les mêmes questions, les invités se pressaient autour de moi dans un bourdonnement excité, me donnant l'impression d'absorber tout l'air de la salle. Les autres clients du bar nous regardaient avec curiosité, probablement surpris par cette mariée incongrue entourée de gens simplement vêtus de jeans ou de pantalons en velours. Mon regard éperdu parcourut les alentours, comme pour évaluer les possibilités de fuite. Je ne pouvais plus faire attendre mes proches, il me fallait expliquer la situation. En un instant, j'oubliai tout ce que j'avais préparé – la mise en scène un peu théâtrale, le discours dans lequel j'avais savamment mêlé émotion et promesses de fête – pour lancer cette phrase inconsciemment couvée, façonnée avec amour depuis que j'avais atteint l'âge de raison :

— J'ai une grande nouvelle à vous annoncer : je me marie !

2

Exclamations de surprise ou de joie, reproches enjoués, embrassades… Je m'attendais à tout, sauf à ce silence embarrassé. Avais-je rêvé, ou mes parents venaient-ils d'échanger un regard anxieux avec Sonia, l'une de mes cousines qui avait autrefois coutume de partir avec nous à l'île de Ré ? Allons, l'émotion me perturbait les sens, la présence rassurante de Gabriel allait très bientôt suffire à m'apaiser. Les minutes suivantes furent consacrées à tout expliquer : les raisons de cette étrange comédie, les détails de la journée, tout au moins ceux dont j'avais connaissance. À un certain moment, comme dédoublée, je m'entendis répéter comme une litanie : c'est Gabriel qui a voulu ça, Gabriel qui a organisé ça… Gabriel, le maître de cérémonie, à qui je n'avais pas parlé depuis plusieurs heures interminables. Mais patience, ce n'était plus désormais qu'une question de minutes avant de l'avoir pour toujours à mes côtés…

Engourdie par l'émotion autant que par la chaleur du lieu, je maintenais le regard rivé sur ma meilleure amie Sarah comme sur un point d'ancrage rassurant. Ce qui malheureusement ne m'aida guère. Son visage consterné en disait plus long que toutes les paroles du monde : je me mariais aujourd'hui, et je ne lui en avais pas soufflé mot… Mais comment aurais-je pu faire autrement sans trahir mon futur époux ?

Les questions continuaient à fuser autour de moi, sans que je sache quoi ajouter. Si j'étais en effet parvenue à stupéfier mes proches avec ma spectaculaire apparition, je me trouvais désormais au même point qu'eux, j'ignorais tout des instants à venir. Mais Gabriel me l'avait répété encore et encore avec une impatience gourmande dans la voix : jamais je n'oublierais cette journée, pas plus que ma famille. Trente-six paires d'yeux circonspectes me tirèrent soudain de mes pensées, attendant que je dise, que je fasse quelque chose. Je m'apprêtais à donner le signal du départ lorsque Sarah me chuchota à l'oreille :

— Margot, je dois te parler, tout de suite.

— Je sais ce que tu vas me dire, mais pas maintenant, Sarah, s'il te plaît. Venez, tout le monde, suivez-moi !

Je lançai un chèque en blanc à un serveur que j'espérais honnête pour régler les consommations, avant de me précipiter vers l'église, suivie par une troupe docile qui immobilisait les voitures rue Lafayette. Tout mon esprit était tendu vers cet endroit sombre et frais comme une grotte qui semblait me guetter avec placidité à quelques mètres de là. Quand une image me vint soudain à l'esprit : le joueur de flûte de Hamelin, entraînant derrière lui sa horde de rats pour la noyer. Curieuse pensée tout de même pour une jeune femme à quelques minutes de se marier… Je tentai de me ressaisir. Courage, Gabriel, l'homme de ma vie, m'attendait. De même que tous ses proches apparemment…

Jamais une montée de marches ne m'avait paru à la fois si courte et si longue, avant que je pousse enfin la lourde porte capitonnée. Aussitôt, l'odeur familière d'encens et de poussière mêlés me sauta aux narines, faisant jaillir en moi une bouffée de bonheur vertigineuse. Cette fois, j'y étais, je m'apprêtais à vivre l'un des moments les plus essentiels, les plus merveilleux de ma vie. Pour souligner encore cet instant magique, le soleil effectua une soudaine percée à travers le vitrail le plus proche, essaimant ma robe immaculée d'une multitude de pétales colorés. Comme toujours, mes yeux d'astigmate mirent quelques instants à s'accoutumer à la pénombre, tandis qu'une musique d'orgue m'assourdissait soudain les oreilles. Quelle touchante attention… Sans doute un regard ami avait-il guetté mon arrivée, dissimulé derrière l'un des poteaux de l'entrée pour donner le feu vert à l'organiste. Quelque chose cependant m'alerta : cette musique ne ressemblait en rien à la marche nuptiale, elle paraissait plutôt être l'un de ces chants de milieu de messe précédant le sermon ou la communion. S'il s'agissait d'une erreur, elle était plutôt énorme ! Je continuais à avancer, quand je me rendis soudain compte que mes proches ne suivaient pas. Tous me contemplaient avec l'air d'avoir avalé un sabre, figés tout au fond de l'église tels des animaux rétifs. J'avançais de quelques pas supplémentaires, lorsque je manquai défaillir. L'église était en effet occupée par des individus endimanchés que je n'avais encore jamais rencontrés de ma vie, me contemplant avec des yeux exorbités de curiosité. De qui diable pouvait-il s'agir ? D'organisateurs, de proches de Gabriel ? Cela faisait tout de même beaucoup de monde ! Et il y avait plus grave : plus aucune place n'était disponible. Où allais-je pouvoir installer mes propres invités ? Je me sentais soudain transie de froid tandis que, dans un lointain brouillard, la voix du prêtre commençait son prêche d'une voix tonnante. Je ne comprenais pas : pourquoi ne m'attendait-il pas, moi, la mariée ? Comme par un effet miroir, les yeux de mes invités me renvoyèrent mon regard agrandi par l'incompréhension.

Et soudain je les vis.

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Pas apprécié

J'ai été vraiment très déçue

Le personnage de Margot est pathétique et vraiment faible.

L'histoire et surtout la fin est prévisible

Les personnages sont superficiels et pas développé, ils sont seulement exploités en surface

Il y a des moments absolument inutiles et des temps morts

Donc grosse grosse déception je ne le recommande pas!

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par NJ75 2019-08-01T22:38:23+02:00
Diamant

Super polar! Suspens jusqu’au bout. J’ai adoré. Un livre très bien écrit et addictif.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par SuperNova 2018-12-23T00:31:12+01:00
Or

Oh la vache !! Il lui dit qu'il va lui faire la surprise de sa vie et il arrive au bras d'une autre le jour de leur mariage ! Le fumier ! Le salopard !

Tu fais quoi toi ? Tu le plombes ? Tu t'effondres ? Tu t'évanouis ? Tu décides de le tromper avec le premier venu ou tu lui mets un pain dans la gueule ?

Faut dire qu'elle est un peu nunuche la Margot, mais c'est pas une raison quand même !

Ben voilà ! A partir de là, toute la question sera de savoir pourquoi le fiancé se sera donné tant de mal pour déshonorer sa fiancée et la mettre dans de beaux draps.

On peut dire que ça démarre fort, qu'on est dans le feu de l'action tout de suite, que le sujet est original, que c'est bien mené, qu'enquête il y aura puisque meurtre il y aura et que jusqu'à la fin tout échappera à Margot qui ne comprend rien à ce qui lui arrive, ne maîtrise rien au point qu'on a envie de la secouer grave, mais la pauvre a de quoi devenir dingue.

On passe sur certains passages un peu tirés par les cheveux et sur la « testardise » et la crédulité de l'héroïne parce que malgré tout, l'histoire est entraînante et réussit à maintenir son suspense.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Kriksy 2018-12-08T23:34:47+01:00
Pas apprécié

J'ai lu ce livre jusqu'à la fin car c'était un cadeau. Bon, je l'ai clairement détestée. Une caricature du thriller, une histoire sans nuances et platonique, l'écriture est limite enfantine, l'intrigue bof et pas trop recherchée et la fin prévisible et décevante. Ça ne l'a pas du tout fait avec moi.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Stephanie-232 2018-08-12T13:34:59+02:00
Argent

La plume de l'auteur est efficace dans le sens où les pages défilent mais l'intrigue est simple, prévisible malgré une très bonne idée de départ. J'avais compris le pourquoi du comment au bout de même pas 100 pages! Es ce parce que je lis beaucoup de thrillers ??

Cela reste une lecture agréable sans plus !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lilidouce77 2017-11-12T11:16:40+01:00

J'ai beaucoup aimé ce livre, un page turner que l'on ne peut pas lâcher. C'est vrai, l'héroïne est un peu fleur bleue, mais je pense que beaucoup d'entre nous peuvent se laisser embarquer dans ce genre de piège lorsqu'elles croient rencontrer le prince charmant. Je recommande !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par choupie-s 2017-07-28T09:44:54+02:00
Argent

http://www.bookkyuden.com/pages/la-bibliotheque/les-livres/titre/m-p/m-n/une-mariee-de-trop.html

Une Mariée de trop est lecture agréable qui détend réellement. La plume de Louise Vianey nous offre de la simplicité tout en étant efficace. Cela permet d’entrer pleinement dans l’intrigue qui nous ballotte au gré des événements.

Si les points d’ancrage de la trame peuvent être découverts assez tôt, il faut attendre la fin pour en connaître tous les tenants et aboutissants. L’addiction est alors pleine et entière, et nous suivons Margot se débattre avec les non-dits ainsi que les mensonges des personnages qu’elle rencontre.

Ce qui pêche surtout dans cette œuvre, c’est la création de petits départs feu pour perdre le lecteur, mais qui ne vont pas plus loin.

À ceux qui souhaiteraient lire un thriller qui glisse tout seul, je recommande cet ouvrage qui ne concurrencera pas les poids lourds du genre, mais qui offrira un bon moment de détente.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par chrispaco 2017-07-10T10:30:59+02:00
Lu aussi

Un bon suspense mais une fois révélé je trouve que ça ne colle pas trop à la réalité,c'est un peu trop "gros" de cacher ce secret du coup je ai été un peu déçue. C est dommage car le suspense est bien présent les personnages sont biens et l écriture est bonne.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MzelleLo 2017-06-23T18:41:50+02:00
Argent

Un thriller très bien écrit. L'intrigue est plutôt bien ficelée. Il m'a cependant manqué un petit quelque chose dans le développement des personnages. Une lecture intéressante dans l'ensemble.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par siegrid 2016-09-06T08:29:13+02:00
Diamant

Un livre que j'ai eu du mal à lâcher tellement il était prenant... L'histoire de Margot qui pense vivre son jour le plus beau et qui ne tarde pas à déchanter.... A plusieurs reprise j'ai pensé avoir percé l'auteur à jour (qui était derrière toute cette machination), mais à chaque fois c'était pour mieux rebondir.... On ne connait le véritable coupable que quand l'auteur décide de nous le révéler!

C'est avec plaisir que je relirais un livre de cet auteur. Un régal!!!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Skipere 2016-08-01T10:19:22+02:00
Bronze

Margot pensait vivre le plus beau jour de sa vie en se mariant avec Gabriel mais en arrivant à l'église elle assiste impuissante au mariage de Gabriel avec une autre. De là commence une enquête pour comprendre pourquoi.

des disparitions, des meurtres, qui fait tout pour compromettre Margot? Et surtout pourquoi?

On se doute assez rapidement du pourquoi, ayant lu pas mal de thriller j'ai trouvé assez rapidement le coupable mais son mobile n'est apparu que plus tard.

La fin est prévisible et pas du tout crédible.

Margot est vraiment cruche par moments, elle est beaucoup trop naïve, je n'aurais clairement pas fait la moitié de ce qu'elle a fait comme bourde. Spoiler(cliquez pour révéler)Bah oui, elle se réveille chez elle, comprend qu'elle a été droguée au GHB et qu'elle a couché avec un inconnu et ça ne lui effleure même pas l'esprit d'aller à l’hôpital pour faire constater cela

Afficher en entier

Date de sortie

Une mariée de trop

  • France : 2016-09-01 - Poche (Français)

Activité récente

aspi13 l'ajoute dans sa biblio or
2018-07-07T18:27:55+02:00

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 53
Commentaires 20
Extraits 2
Evaluations 19
Note globale 6.53 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode