Livres
472 476
Membres
445 058

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Une terre d'ombre



Description ajoutée par bridget 2014-01-02T10:01:17+01:00

Résumé

Laurel Shelton est vouée à une vie isolée avec son frère — revenu de la Première Guerre mondiale amputé d’une main —, dans la ferme héritée de leurs parents, au fond d’un vallon encaissé que les habitants de la ville considèrent comme maudit : rien n’y pousse et les malheurs s’y accumulent. Marquée par ce lieu, et par une tache de naissance qui oblitère sa beauté, la jeune femme est considérée par tous comme rien moins qu’une sorcière. Sa vie bascule lorsqu’elle rencontre au bord de la rivière un mystérieux inconnu, muet, qui joue divinement d’une flûte en argent. L’action va inexorablement glisser de l’émerveillement de la rencontre au drame, imputable exclusivement à l’ignorance et à la peur d’une population nourrie de préjugés et ébranlée par les échos de la guerre.

La splendeur de la nature, le silence et la musique apportent un contrepoint sensible à l’intolérance, à la xénophobie et à un patriotisme buté qui tourne à la violence aveugle.

Afficher en entier

Classement en biblio - 38 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Lupa 2017-11-30T12:05:10+01:00

Ce qui rendait la musique d’autant plus triste, car elle ne racontait pas l’histoire d’un amour perdu, d’un enfant ou d’un parent disparus. On aurait dit qu’elle racontait tous les deuils qui avaient jamais existé.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Ellia 2019-06-13T21:45:47+02:00
Lu aussi

j'avais entendu parler de ce livre via une YouTubeuse littéraire qui l'avait plutôt bien vendu. J'avoue que le côté littérature policière (grand prix 2014) je ne l'ai absolument pas vu.

niveau histoire c'était intéressant, mais cela ne m'a pas tellement marqué, simplement surprise par la fin du livre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fiametta 2019-06-10T17:34:07+02:00
Or

Je m'étonne que ce roman soit classé "thriller" ou "policier", c'est un drame historique, une peinture de moeurs. Sur fond de première guerre mondiale dont les échos parviennent aux Etats-Unis qui se sont engagés dans le conflit, avec beaucoup de pertes humaines et des retours de blessés et mutilés, l'intrigue met en scène une rencontre entre deux êtres rejetés et pourchassés par la société. L'auteur excelle dans la peinture d'une société brutale et son écriture fine et sensuelle met à nu les ressorts les plus intimes de l'âme humaine qui se dévoilent dans les gestes et les conversations les plus terre à terre. Ron Rash a du talent et du métier, mais il a surtout ce petit quelque chose en plus : de la tendresse pour ses personnages et à travers eux, de la compassion pour le genre humain. C'est ce qui fait, à mon sens, tout le charme de cet auteur.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Dorfenor 2018-10-03T22:08:37+02:00
Diamant

Un roman magnifique qui m'a pris au tripe et que j'ai lu à une vitesse hallucinante. Je ne pouvais pas le lâcher. Le vallon m'appelait, me happait. L'auteur a une manière incroyable de décrire ce lieu austère, et cette nature presque oppressante. Ce livre m'a travaillé même physiquement. J'ai littéralement cherché mon souffle à certain moment, accroché à mon livre, voyant se profiler le drame au fur et à mesure que l'histoire avançait.

Les personnages m'ont beaucoup touchée, et peut être plus particulièrement Laurel qui reste une belle âme malgré les préjugés auxquels elle doit faire face depuis son enfance.

Bref, un très grand livre. Et un auteur dont je vais m'empresser de découvrir les autres romans.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Irene-Adler 2018-08-01T21:46:19+02:00
Diamant

Il est des livres que l'on dévore, voulant à tout prix découvrir l'entièreté de l'histoire, respirant à peine… tout en se disant que lorsqu'il sera terminé, on en sera peinée.

Ce fut le cas ici. Dévoré en un jour, incapable de le lâcher, mais triste de l'avoir terminé, triste de quitter certains personnages tout en ayant envie d'en passer d'autre à la broche à rôti.

États-Unis, 1918. Sur le Vieux Continent, celle que l'on nomme déjà la der des der bat toujours son plein, remplissant les fosses communes, dressant les hommes l'un contre l'autre, éveillant des haines contre l'ennemi : le boche, le casque à pointe, le teuton…

Laurel Shelton et son frère Hank vivent dans une petite ferme isolée au fond d'un vallon tellement encaissé que le soleil ne luit que quelques heures en été. Rien ne pousse, ou si peu. Pour eux, la vie n'est pas facile, surtout que Hank a laissé une main dans les tranchées en France.

Pour les habitants de Mars Hill, cette terre est maudite et ceux qui y vivent aussi. Surtout que Laurel porte une tache de naissance un peu disgracieuse et que tous la croient sorcière et se signent presque à son passage. Bref, le frère et la soeur sont des bannis, des exclus, des parias et on verse du sel à l'entrée de leur domaine.

Bienvenue à "Préjugés Hill" où les habitants de la ville ont des esprits aussi étroits que le chas d'une aiguille et la plupart sont rempli d'amertume.

Entre le sergent recruteur qui se fait regarder de travers parce qu'il n'est pas allé casser du boche, ceux qui se gaussent de lui mais n'ont pas eu les couilles de traverser l'océan pour mater les casques à pointes, ceux qui en sont revenus et déclarent que ce n'est qu'une vaste boucherie pour gagner quelques arpents de boues et cette haine de l'Allemand qui tout doucement s'installe.

La vie misérable de Laurel avait l'air toute tracée jusqu'à ce qu'elle croise Walter, un jeune homme mal en point, muet et jouant de la flûte comme un dieu. Entre eux va se développer quelques chose de fort, de beau…

Ami du trépidant, va t'amuser dans un thriller ou revisionne l'intégrale de "24h chrono" parce que ici, l'action est peu présente, mais ce n'est pas ce que l'on cherche dans un roman de Ron Rash.

Nous sommes face à un récit râpeux comme un vieux vin, long en bouche et avec des senteurs douces et sucrées de miel. Oui, dans toute cette misère, l'auteur nous construit une histoire d'amour qui ne tournera pas à la guimauve, évitant la mièvrerie et émerveillant son lecteur.

Amis du tragique, bonjour. N'étant pas dans un Harlequin, vous vous doutez que la tragédie nous guette.

L'imbécilité de l'homme qui craint ce qu'il ne connait pas, qui a besoin d'un bouc émissaire pour expurger ses propres fautes, qui veut jouer au dur parce qu'il veut montrer qu'il en a dans le froc et se faire un boche, puisqu'il n'est pas allé le faire sur le front en Europe.

Vous me direz que nous sommes un siècle plus tôt, dans un coin des Appalaches en Caroline-du-Sud, qu'il est donc normal d'avoir l'esprit plus étroit que le cul d'une pucelle qui subirait les assauts d'un troll… (étroit pour le troll, bien entendu !)

Oui, mais le problème est que l'être humain traine cette tare depuis la nuit des temps et que si un conflit revenait sur notre continent, beaucoup se comporteraient comme les habitants aussi bêtes que méchants de la ville de Mars "Préjugés" Hill.

On traquerait l'ennemi, se moquant bien qu'il soit vieux et inoffensif puisqu'il est moins dangereux de s'attaquer à lui qu'à un bataillon de militaires armés ! Oui, l'homme est un peu couard…

Un roman tout en finesse, sans mièvrerie, une écriture qui claque comme un coup de fusil dans la nuit et une manière de dénoncer les dommages collatéraux d'une guerre qui se déroule pourtant de l'autre côté de l'océan, sur l'accueil haineux des étrangers sur le sol du pays, sur la folie des hommes et les superstitions bêtes (qui survivent toujours en 2014 !).

Un roman aussi sombre que le vallon qu'il décrit, aussi dur et sans pitié que lui mais traversé aussi par des rayons de soleil avant que l'obscurité ne reprenne ses droits.

La nuit est tombée sur le vallon et on referme le livre avec une étrange sensation dans la gorge, comme si un noeud s'y était installé.

Merci Laurel, Hank, Walter et Slidell…

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Orlane61 2018-03-12T17:19:16+01:00
Or

Oulàlà, je l'ai eu dure mais j'ai ENFIN commencer à réellement m'intéresser à l'histoire au milieu du livre --' ce qui fait déjà dans les 135 pages. Pour finir cette fin ma laisser sur le cul et d'argent c'est ce qui ma permis de le surclasser en or (j'ai même pousser ma lecture pour relire le prologue qui ma tout remis en ordre dans mon cerveau après une lecture aussi longue (car oui un livre de cette taille en maximum 2 ou 3 jours c'est fini, là j'ai mis 2 mois --') "Ah oui, c'est vrais sa commencer comme ça, et je me demandais le pourquoi du comment, maintenant je comprend mieux !". A la vue des commentaires je voie que beaucoup pensent pareil, un genre policier qui ne correspond pas vraiment au récit, un début très long avant de commencer à intéresser le lecteur et de s'achever sur une fin excellente (bien que j'aurais espérer mieux pour tout ses personnages à qui on fini par s’attacher).

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lupa 2017-11-30T12:13:41+01:00
Or

Ron Rash est un auteur américain qu'il me tardait de découvrir ! Ce roman (The Cove), a remporté le Grand prix de littérature policière en 2014, et a été bien classé dans la liste des best-sellers du New York Times.

Je crois que rarement un lieu m'a semblé aussi oppressant que ce vallon au début de ma lecture ! Une terre d'ombre, comme le révèle bien son titre. Inquiétante, et dominée par d'immenses falaises, qui nous écrasent dès les premières pages, le soleil s'y faisant trop rare et l'horizon inexistant.

Et pourtant, pourtant... si ce n'était pas cet endroit qu'il fallait craindre le plus, mais plutôt la stupidité et la folie des hommes ?

[...]

Rapidement, le danger nous semble plus présent dans le village que dans cet endroit sauvage et préservé qu'est le vallon. L'isolement doit-il être le prix à payer pour fuir le comportement hostile des villageois ? Est-il permis d'y laisser entrer l'amour, comme un rayon de soleil ? Peut-on espérer voir le bonheur s'y inviter un jour ?

Difficile à croire, tant ce qui prédomine, est la sensation d'un brouillard chargé d'une tragédie prochaine qui s'épaissit de pages en pages pour aboutir à un dénouement pour lequel je m'étais préparée, fort heureusement...

Avec ce roman, je constate une fois de plus que je suis sensible à ce genre littéraire qu'est le "nature writing". J'aime quand la nature prend le premier rôle et qu'elle s'extériorise dans toute sa puissance. L'auteur en est amoureux, cela se ressent à chaque pages, et il sait nous la rendre intimidante et majestueuse à la fois.

[...]

Ron Rash nous offre ici un condensé de son talent avec ce thriller dramatique ! En peu de pages, il parvient à faire naître une intensité qui augmente crescendo. Il zoome sur un lieu sauvage et d'apparence inhospitalière, comme ce vallon ombreux, pour que les exactions des hommes et l'injustice de la guerre nous apparaissent derrière un verre grossissant, encore plus cruelles et affligeantes.

Je suis ressortie de cette terre d'ombre avec une envie de ciel bleu et d'horizon dégagé, comme après avoir essuyé un sinistre orage ! De ses prémices jusqu'aux détonations finales, en passant par toutes les étapes : atmosphère lourde, nuages noirs et chargés d’électricité qui s'avancent inexorablement, etc... j'ai senti le tonnerre gronder et se rapprocher, dans l'attente de la fulgurance irrémédiable de la foudre qui allait s'abattre...

Voilà ma prédilection pour la littérature américaine une fois encore furieusement renforcée ;-)

Ma chronique complète sur le blog :

http://lup-appassionata.blogspot.fr/2017/11/une-terre-dombre-de-ron-rash.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Rowena77 2017-08-22T15:02:30+02:00
Diamant

J’ai pris mon temps pour terminer ce livre, je le savourais d’autant plus que son rythme s’y prêtait volontiers. Ici, pas de rebondissements à outrance, pas d'actions artificielles. On se prête au jeu des descriptions avec bonheur et on prend le temps de découvrir le vallon pas à pas.

Ombrageux quasiment en permanence, la rumeur le dit maudit, porteur de malheur, lui mais aussi ceux qui y habitent. Mis à l’écart par leurs pairs, Laurel et Hank survivent du mieux qu’ils peuvent sur ses terres hostiles. Revenu de la guerre avec une main en moins et la gloire militaire en plus, Hank vit mieux cet ostracisme que sa sœur, perçue comme une sorcière à cause d’une tâche de naissance douteuse. Jusqu’au jour où ils recueillent Walter, mystérieux musicien muet, perdu dans les bois… Cette rencontre va tout bouleverser.

La nature dévoile des charmes inattendues, la lumière fugace rend sa beauté aux lieux et nous fait aimer ce vallon, et surtout ce trio merveilleux mais incompris des hommes. On se surprend à rêver de bonheur pour eux et à espérer que tout ceci ne soit pas qu’un mirage, un beau mais éphémère mirage.

Un merveilleux roman qui, dans ses dernières pages, aura su me donner quelques délicieux frissons. Eblouissant !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par llalande 2017-05-17T08:44:21+02:00
Argent

Le début de l'histoire est lent et même si à mesure que s'avance le récit le rythme s’accélère cela est resté trop tardif et trainant pour moi. Point fort pour les personnages et les enjeux dans leurs relations. Le reste n'est pas marquant selon moi et j'ai toujours du mal à comprendre pourquoi le livre fait partie de la catégorie "policier".

Afficher en entier
Commentaire ajouté par JinJie 2016-07-10T15:13:34+02:00
Argent

Une lecture en demi teinte pour moi. Je m’attendais à plus, plus de mystères, d'actions et de suspense.

Même si j'ai beaucoup aimé le personnage de Laurel, les autres m'ont plutôt dérangé, voir même dégoûté.

Je suis ressorti de ma lecture en aillant l'impression de n'avoir rien lu. Je suis donc un peu déçu.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Watson 2015-12-22T23:19:28+01:00
Or

Le rythme de l’histoire est assez lent. Le quotidien du frère et de la sœur est monotone. Heureusement, la nature est omniprésente. Cela égaie un peu le tableau. J’ai aimé être en pleine nature, avec la rencontre et la découverte entre Laurel et cet inconnu. Par ailleurs, il y a beaucoup de descriptions et de détails. Certains m’ont gêné, notamment à la construction du puits. J’avais des difficultés à me représenter les étapes de ce travail. En revanche, c’est un très beau roman avec des personnages attachants. La tension monte à la fin et on est maintenus en haleine. Je préfère vous prévenir qu’il s’agit d’une fin tragique, bouleversante… Mais cela ne doit pas vous empêcher de lire ce livre.

https://joyeuxluronsdelaculture.wordpress.com/2015/12/22/une-terre-dombre/

Afficher en entier

Dates de sortie

Une terre d'ombre

  • France : 2014-01-02 (Français)
  • France : 2015-04-09 - Poche (Français)

Activité récente

aspi13 l'ajoute dans sa biblio or
2018-05-08T17:17:21+02:00

Titres alternatifs

  • The Cove - Anglais

Évaluations

Editeurs

Les chiffres

Lecteurs 38
Commentaires 12
Extraits 11
Evaluations 21
Note globale 7.19 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode