Livres
469 509
Membres
436 862

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Une vie à soi



Description ajoutée par anonyme 2014-09-19T15:01:24+02:00

Résumé

A quoi cela a-t-il tenu ? A la solitude d'un jour d'automne, à la tristesse tenace de ces derniers mois, au souvenir inattendu du Jeu de paume où elle se rendait parfois enfant ? Peu de choses, en somme, qui conduisent Laurence T. à pousser la porte de l'exposition consacrée à la photographe Diane Arbus. Le choc, d'abord esthétique, devient peu à peu existentiel. La narratrice va revisiter son histoire personnelle et familiale à la lumière de celle de Diane Arbus, jumelle soudain découverte.

Leurs histoires se répondent: l'enfance est privilégiée mais recluse, le désir de venir enfin au monde se confond avec celui de créer, les hommes et les enfants sont toujours là, essentiels. En partant à la recherche de Diane Arbus, Laurence T. va se reconnaître elle-même dans le miroir. Ce livre entrelace souvenirs, évocations, scènes d'hier et d'aujourd'hui, rêves et fragments biographiques pour devenir le roman d'une rencontre et d'une quête, celle d'une vie enfin retrouvée.

Afficher en entier

Classement en biblio - 7 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Croquignolle 2017-01-30T21:32:59+01:00

Dans mon film, Diane et Allan se voient et se revoient, et chaque fois le désir monte, le désir envahit le corps, la tête, le désir fait exploser des images derrière les yeux qui se ferment, le désir donne la mesure du temps, la mesure de l’attente, et elle sent ça, si nouveau en elle. Son corps s’ouvre, fleur humide et odorante. C’est une lente naissance, violente comme toutes les naissances, mais si douce. Ils se voient en secret, et face à Allan le voile de brume se déchire et un monde apparaît. Derrière le voile de brume, elle entrevoit autre chose, qui n’a rien à voir avec ce qu’elle connaissait. C’est quelque chose auquel elle pourrait enfin se cogner, se frotter. Quelque chose qu’elle pourrait toucher, éprouver. De l’autre côté du corps d’Allan c’est le réel qui pourrait entrer dans sa vie. Le réel, la vie, la sève.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Toldo 2019-09-06T18:45:14+02:00
Argent

Difficile de commenter un tel texte... il faut le lire tout simplement.... parce cette introspection est livrée par une très belle plume, et que chacun y trouvera également des liens avec sa propre histoire, ses propres souvenirs d'enfance , de rapports familiaux, de choix... S'autoriser à vivre. A tracer son propre chemin. Bien des barrières à franchir avant de pouvoir y parvenir.

Et puis, il y a aussi une réflexion sur l'écriture, l'art, la photographie, et une envie maintenant pour moi de mieux connaître Diane Arbus et d'explorer son oeuvre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Framb0ise 2017-06-21T18:43:28+02:00
Argent

C'est une jolie façon pour Laurence Tardieu de raconter son retour à la lecture par l'intermédiaire de Diane Arbus, un récit très beau où deux destins s'entremêlent.. On n'est pas si seuls après tout.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Croquignolle 2017-01-30T21:32:20+01:00
Diamant

Je referme ce livre à l'instant, sans mots.

Je reprends mon souffle petit à petit. Je reprends ma vie, petit à petit.

La rencontre de Laurence et de Diane est d'une force sans nom, d'une violence désarmante, d'une évidence extrême. Des âmes, des corps, des coeurs qui se trouvent, enfin, pour s'apprendre, se conduire, s'aider, s'aimer.

Laurence Tardieu a su prendre possession de mes émotions, comme elle-même s'est laissée envahir par Diane Arbus. Mélange de trois vies qui se répondent, s'enlacent, se titillent, se cherchent, s'éloignent pour mieux se retrouver au fil des pages.

Diane Arbus, dont je ne connaissais rien, m'a révélé sa sensibilité extrême. Je suis allée découvrir son oeuvre, en images. Et j'ai aimée, passionnément. J'ai aimé son regard sur les gens, sur l'extraordinaire, sur la vie. Dérangeante, décapante, déshabillante… Si vraie !

Ma vie ne ressemble pas à celle de ces deux femmes, pourtant, Diane et Laurence m'ont rejointe, au plus profond, dans cet espace que je n'ose pas toujours explorer. Une porte s'est ouverte. Je ne vais plus la refermer. J'y ai pressenti quelque chose d'inconfortable mais de beau. Je vais m'y plonger encore, en douceur, petit à petit. Un chemin s'est ouvert…

J'ai relevé cinq pages de citations. Des perles à lire et à relire. Encore et encore…Comme Laurence Tardieu exprime bien mieux que moi les émotions, je lui laisse le dernier mot :

« Tes photos m'ont fait comprendre ce que je ressentais, et ne savais pas nommer : chaque fois qu'on comprend un autre, qu'on le comprend de l'intérieur, on grandit de ce qu'il est. On devient plus vaste. »

« Je sens ta présence encore, oui tu es là encore, tout près, tu me regardes immobile et tu me laisses m'éloigner de toi, reprendre ma route. »

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MiLn 2016-01-11T10:41:15+01:00
Or

La rencontre avec les photographies puis la vie de Diane Arbus,va transformer le quotidien de l'auteure:Diane-Laurence,Laurence-Diane...Deux vies tellement proche...Un joli récit.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par denisarnoud 2015-01-28T18:45:05+01:00
Or

L'auteure est perdue dans sa vie, perdue dans son métier par lequel elle vit tant financièrement que moralement. Elle ne parvient plus à écrire. Un après-midi errant sans but dans les rues de Paris, elle rentre au musée du Jeu de Paume où elle a des souvenirs de petite fille avec ses parents. Dans ce musée se tient une exposition des photographies de Diane Arbus, photographe décédée une il y a une quarantaine d'année. C'et LA rencontre. Une rencontre qui n'aurait pu jamais se faire mais qui va changer sa vie. Lui rendre sa vie.

"A quoi ma rencontre avec Diane Arbus a-t-elle tenu? A rien, à la lumière et à la solitude de ce jour d'automne, au souvenir du musée du Jeu de Paume avec mes parents. A rien. J'en ai rétrospectivement le vertige. Car il y a des rencontres qui sauvent, elles vous saisissent au corps, elles vous soulèvent du sol auquel vous êtes englué, elles vous font passer de la nuit à la lumière."

Bouleversée par cette exposition, par l'émotion ressentie à la vue des photos de l'artiste, Laurence Tardieu va faire des recherches sur cette photographe, va devenir obsédée, hantée par cette femme et par les parallèles entre leur deux vies à quarante ans d'écart. En se plongeant dans la vie de Diane Arbus c'est dans sa propre vie que l'auteure s'immerge. Des souvenirs enfouis lui reviennent. Comme Diane Arbus, Laurence Tardieu se construit grâce à l'écriture, apprend à se connaître grâce à l'écriture, cette écriture qui la fuit.

" Les mots s'écrivaient, je les découvrais. C'était celle que j'étais qui commençait à s'écrire, et que je reconnaissais enfin. C'était celle que j'étais qui commençait à exister. J'avançais vers des territoires interdits : ceux situés de l'autre côté des convenances, des masques, des décors parfaits. J'avançais mot après mot vers le vivant."

Cette écriture vitale, nécessaire à son équilibre mental :

"A chaque livre je retrouvais sans le savoir la chambre de mon enfance. Je descendais en moi, j'allais à la rencontre de tout ce que je ne savais pas nommer. Aujourd'hui, je descends encore, je descends, je rencontre ma douleur, ma folie, ma peur, ma violence, ma joie, ma petitesse, ma force, ma précarité, ma difformité, mon enfance, ma vieillesse, mon langage, mon impudeur, mon envie de vivre, mon envie d'en finir, je rencontre celle que je suis en mille morceaux et j'essaie chaque fois de nommer, pour ne pas demeurer engloutie dans mes propres fonds."

Cette rencontre par delà, le temps, par delà l'espace avec Diane Arbus, une rencontre presque physique va rendre à l'auteure ce qui manquait à sa vie, ce qui faisait sa vie : l'écriture.

Une vie à soi est de ces livres dont plus on arrive vers la fin plus on ralentit le rythme de lecture pour ne pas le refermer. Ce livre sur l'écriture et la vie, sur la vie par l'écriture, la vie pour l'écriture, sur ces rapports vitaux, entre l'artiste est son oeuvre m'accompagnera longtemps. Laurence Tardieu votre livre est de ceux vers lesquels on revient pour s'y replonger régulièrement tant ils est riche en vie et en émotions. Un livre au style à fleur de peau bien au delà d'un simple coup de coeur ce qui a rendu cette chronique bien difficile à écrire.

Afficher en entier

Date de sortie

Une vie à soi

  • France : 2014-08-20 (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 7
Commentaires 5
Extraits 17
Evaluations 3
Note globale 7.67 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode