Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Usagi21 : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
Des délits et des peines Des délits et des peines
Cesare Beccaria   
Livre que j'ai lu dans le cadre de mes études de Droit... Bah je vais pas vous mentir, à part dans ce cadre, je ne conseille pas ce livre. De 1, je ne vois pas du tout quel intéret une personne qui ne pratique pas cette matière pourrait trouver dans cette lecture. C'est vraiment un manuel, il n'y a aucune dimension "distraction", comme on peut en trouver dans certain ouvrage philosophique ou théologique, par exemple. De 2, je ne suis pas du tout certaine que ce livre soit compréhensible si on ne connait pas au moins les notions de base du droit pénal.

Par contre, je recommande ce livre à tout ceux qui s'intéresse à cette matière. La doctrine de Beccaria est juste un incontournable du droit pénal, très, très, très souvent cité comme référence. Plutôt que d'en entendre parler par d'autres, c'est agréable d'enfin la lire par soi-même. D'ailleurs, bien que le livre ait été publié au XVIIIème siècle, je le trouve résolument moderne. On nous propose une analyse, sur de nombreux points, encore très pertinente aujourd'hui. Et donc ce livre est utile pour mieux comprendre le droit positif et certaines questions d'actualité.

De plus, je trouve que c'est un livre assez abordable. Je ne dis pas que c'est simple à lire, ça reste un ouvrage de droit vieux de trois siècles, le niveau de langue est élevé, le vocabulaire un peu daté et, comme tout manuel, il faut le lire avec attention pour arriver à suivre. Mais il présente l'avantage d'avoir des chapitres très courts (seulement 1, 2 ou 3 pages), construits autour d'un seul thème. Du coup, l'idée directrice est toujours parfaitement claire. Je pense donc qu'on peut vraiment en tirer un enseignement bénéfique pour sa culture juridique.
Comment se débarrasser d'un vampire amoureux, Tome 2 : Comment sauver un vampire amoureux Comment se débarrasser d'un vampire amoureux, Tome 2 : Comment sauver un vampire amoureux
Beth Fantaskey   
Attention tout le monde, ne pas commencer ce livre si vous n'avez pas de temps devant vous, car une fois entamé, on ne le lâche pas !
Je viens de finir ce deuxième tome et il fait bien honneur au premier mais dans un style assez différent. Jessica (alias Anastasia) doit devenir une reine et j'ai adoré son évolution au cours du tome.
Et on a une nouvelle narratrice : Mindy ! On en apprend beaucoup plus sur elle et je l'ai adoré, tout comme Raniero, ce crétin de vampire italien !
Bref à acheter, dévorer et relire !
Les abeilles Les abeilles
Yoko Ogawa   
Comme à son habitude, Ogawa procède par petites touches délicates, subtiles et obsédantes, met en place un climat angoissant qui prend littéralement possession de toi, le lecteur.
Ce roman de 76 pages est agréable à lire.
Deuils de miel Deuils de miel
Franck Thilliez   
Quel plaisir j'ai eu à retrouvé l'inspecteur Sharko avec tout ses défauts et son côté sombre. Voici un thriller digne de ce nom que je conseille vivement.

par YomYom
Nos étoiles contraires Nos étoiles contraires
John Green   
http://wandering-world.skyrock.com/3080070673-The-Fault-In-Our-Stars.html

Il y a des livres qui vous plaisent, qui vous embarquent avec eux dans un univers fascinant et qui vous permettent de vraiment vous évader. Et puis, il y a des livres comme The Fault In Our Stars. Ceux qui vous font rire et pleurer, qui vous bouleversent jusqu'au point à penser à eux au lycée, lorsqu'on est avec des amis, qui nous dévastent et vous consument jusqu'à la dernière page. C'est définitivement le cas de ce magnifique ouvrage. Rien qu'en repensant à sa fabuleuse histoire, j'ai des papillons dans le ventre.
En lisant le résumé, on se doute que l'intrigue va nous toucher. Vous commencez à me connaître, j'ai des tendances un peu étranges, comme celle d'aimer les histoires atrocement tristes. Alors quand Marie m'a conseillé The Fault In Our Stars, j'ai vite compris que j'allais être bouleversé. Et mon sentiment s'est révélé exact. Ce roman m'a ébranlé au plus haut point. On passe du rire aux larmes en un claquement de doigt, on a sans cesse envie de rassure les héros, et on prend une énorme gifle à la fin du livre. Tout ce que j'aime.
Nous rencontrons deux protagonistes extraordinaires : Hazel et Augustus, tous deux atteints d'un cancer. J'ai envie de dire "Évidemment, ils vont se rencontrer. Évidemment, ils vont s'attacher l'un à l'autre. Évidemment, ils vont tomber amoureux. Et évidemment, il va leur arriver la chose la plus horrible du monde.", mais ce serait rendre affreusement justice au livre. Car oui, l'intrigue est exactement ça, mais également tellement plus. Tellement, tellement plus.
Tout d'abord, et peut-être que cela va paraître vraiment étrange, j'ai énormément ri pendant ma lecture. Hazel et Augustus possèdent un sens de l'humour franchement décalé, et une auto-dérision sur eux-mêmes et leurs maladies à toute épreuve. Leurs répliques sont sensationnelles et drôles, et on ne peut, grâce à celles-ci, que s'attacher à eux. Ils ne veulent sous aucun prétexte que leurs cancers ne prennent possession d'eux. Ils ne veulent pas qu'ils leurs dictent leurs vies. Ils veulent se battre. Toujours et encore. Pour vivre. Exister. Ne pas être oubliés.
Les personnages secondaires sont également marquants et hautement touchants. Les parents d'Hazel et Isaac, par exemple, sont aussi bien décris que les deux adolescents. Ils sont profonds, bruts, réels. On sent que l'auteur a vraiment travaillé son chef-d'œuvre. Tout y est parfait. D'ailleurs, John Green est vraiment un romancier exceptionnel. Sa plume est saisissante, haletante, prenante. On se perd dans chaque phrase, chaque tournure, chaque mot, chaque expression. Il parvient à nous faire sourire et à nous écrire des moments coup de poing quelques passages après. On passe par toutes les émotions possibles. Et qu'est-ce que c'est beau. J'en veux encore !
On s'amuse et on a les larmes aux yeux pendant premières deux cents pages, où tout se met en place. On apprend à découvrir pleinement Hazel et Augustus. Leurs failles, leurs faiblesses, leurs points forts, leur détermination à survivre malgré tout. Absolument tout. Et lorsqu'ils tombent amoureux, que la romance peut vraiment s'épanouir, c'est à ce moment précis que l'auteur décide de nous achever. Le coup de grâce est enfin donné.
Les cents dernières pages sont atroces. Aussi bien fascinantes qu'émouvantes. Notre moral connait alors une chute libre. C'est par la répétition de phrases frappantes et littéralement ravageuses que John Green rend son histoire encore plus renversante qu'elle ne l'était déjà. J'ai pleuré. Beaucoup. J'ai eu les yeux gonflés pendant de longues minutes. Cette horrible centaine de pages nous dévore et nous coupe le souffle. Ce n'est pas plus compliqué. Pourtant, je savais que j'allai avoir mal, que j'allai souffrir. Mais la peur n'évite pas le danger. J'ai donc plongé avec Hazel et Augustus dans un ouragan de sentiments annihilants. Ouaw. Juste ouaw.
Concernant la romance en elle-même, elle fait partie d'une des plus belles que j'ai jamais découvert. Nos deux fantastiques héros représentent tout l'un pour l'autre. Ils s'accrochent car ils savent pertinemment que la vie va horriblement les séparer. Alors ils profitent de chaque moment. Chaque seconde qui s'égraine est un pas de plus vers la conclusion de leurs existences. Ils décident d'écrire le dernier chapitre de leurs vies ensemble. Oh god. Comment ne pas succomber à cette histoire, sincèrement ?
En refermant The Fault In Our Stars, j'étais dans un état second. J'ai dû attendre un petit moment avant de pouvoir repenser normalement. J'avais le coeur qui battait à cent à l'heure, les idées confuses, l'esprit embué. Ce livre nous offre une très, très belle leçon de vie. On réalise qu'il y a des cas pires que les nôtres. Que la vie vaut la peine d'être vécue, malgré ses hauts et ses bas. Qu'il faut profiter de tout, à tout moment. Car d'un instant à l'autre, tout peut violemment basculer. Hazel et Augustus sont deux personnages qui resterons très certainement gravés dans ma mémoire pendant très longtemps, tout comme leur passionnante et frappante histoire. Merci à John Green pour avoir écrit un tel livre. Merci, merci, merci. Et, évidemment, merci à Marie pour me l'avoir conseillé. Je serais passé à côté d'un vrai trésor.

par Jordan
Le Parfum Le Parfum
Patrick Süskind   
Je m'attendais à un roman long, incompréhensible et barbant, mais c'est raté et j'ai été agréablement surprise. Comme l'à dit une critique :" à chaque page, de nouvelles senteurs", c'était le but non ?

par vagabonde
La Bête humaine La Bête humaine
Émile Zola   
Autant j'étais en froid avec Zola depuis qu'on m'a forcé à lire Germinal (seul livre que je n'ai jamais pu terminer) autant la Bête humaine m'a réconciliée avec l'auteur. Je comprends désormais pourquoi on en parle avec tant de respect, pourquoi il a marqué son siècle.
Ce roman est une vraie perle qui force la remise en question du fondement même de la psychologie et de la morale humaine. A lire absolument !!

par Bluenn
Dame Merveille et autres contes d'Égypte Dame Merveille et autres contes d'Égypte
Praline Gay-Para   
Tout avait commencé dans une rue des faubourgs du Caire.
Le vizir du roi fait sa tournée quotidienne pour observer la population. Il aperçoit soudain une femme pauvre, pauvre, au degré extrême de la pauvreté, elle est maigre comme un os et asperge sa porte avec du lait de chèvre. Les pauvres sont bien fous, songe-t-il.
Elle ferait mieux de le boire, sont lait !
Il s'approche de la vieille et demande :
- Bonjour femme, le lait que tu jettes sur ta porte, pourquoi ne le bois-tu pas plutôt, toi qui as la peau sur les os ?
- Le boire ? Tout vizir que tu es, qu'en sais-tu ? Comment veut-tu que je boive le lait avec lequel je lave, tous les matins, le visage de ma fille avant d'y tremper ses doigts de pied ?
Le vizir est très surpris par la réponse. Les pauvres sont encore plus fous qu'il ne pensait !

par zarg
One Piece, Tome 1 : À l'aube d'une grande aventure One Piece, Tome 1 : À l'aube d'une grande aventure
Eiichirō Oda   
One Piece est un mange plutôt destiné aux lecteurs amateurs d'actions ! Les personnages sont très attachants et l'on s'amuse énormément à lire ce shonen rire en émotion et en humour ! Luffy et son équipage tantôt loufoque, tantôt sérieux plaira aussi bien au enfants, ados qu'au adultes ! Bonne lecture mais attention, il y a énormément de tomes, donc une fois qu'on commence, on termine !

par poupiiz
One-Punch Man, Tome 1 One-Punch Man, Tome 1
ONE    Yusuke Murata   
Lien de l'avis : http://theshadowbooks.blogspot.fr/2016/03/one-punch-man-one-yusuke-murata.html

One Punch Man, ou le Seinen/Shonen qui a mis un siècle à sortir dans notre pays. Après nombreuses annonces puis annulations de la part de l’auteur, ce manga rédigé par One, et surtout dessiné par Yusuke Murata (le génie derrière Eyeshield 21, ou encore assistant et apprenti de Takashi Obata a qui l’ont doit Death Note, Bakuman et bientôt Platinum End). La série a eu aussi le droit à un coup d’éclat grâce à l’animé en fin d’année 2015, suivi par l’annonce de Kurokawa pour la sortie en manga ! Et après tout ce temps, l’œuvre qui a gagné tous ses galons grâce aux Webséries arrive dans nos rayons. Une histoire à lire ?
Saitama vit dans un monde assez chaotique. En effet pas mal de créatures sont faites leurs arriver sur Terre, et la paix n’es plus vraiment au gout du jour. C’est dans cette ambiance que de nombreux Héros ont vu le jour. Et au milieu nous avons Saitama. Après un entrainement intensif de trois ans, ce dernier est arrivé au stade ou plus aucun ennemi ne parvient à le satisfaire : il a acquis tellement de force qu’il parvient à finir tous ses affrontements en un seul et unique coup de poing… Une routine et un ennui se créent alors en lui. Trouvera-t-il un adversaire à sa hauteur ? D’où vient sa force magistrale ? Le monde survivra-t-il ?
Si vous cherchez une histoire complète et cousue, One Punch Man ne sera pas vraiment le manga pour vous. En effet, les chapitres suivent la tendance de Saitama à en finir avec un seul coup de poing. Beaucoup sont des mini histoires ou notre héros enchaine combat sur combat encapsulé par ce personnage complètement atypique. Ce qui fait le charme du manga, outre ses graphismes complètement sublimes, c’est Saitama. Il est simple, dans un décalage total par rapport au récit et il en joue. Rien ne le surprend, et l’ennui est vraiment devenu son meilleur ami. Là où tout l’univers est détaillé, lui n’ai composé que de traits simples : Un costume des plus simple, chauve, lisse niveau personnalité… Bref, c’est vraiment lui qui porte le récit et beaucoup de l’intérêt de l’histoire !
One Punch Man, grâce à Saitama ne propose sur pas mal de points et grâce à l’humour une satire du genre Shonen avec un héros surpuissant grâce à un entrainement acharné et régulier comment nous pouvons le voir avec Sangoku (Dragon Ball), Ichigo (Bleach) ou encore Naruto. Saitama a fait un entrainement oui, mais qui se révèle être lui-même qu’une parodie d’une préparation pour devenir un héros. Et ceci n’est que le reflet de tout ce qui est présent dans l’œuvre de One. Il emprunte aussi sous quelques aspects des traits qui sont propres au Comics et mélange ainsi les genres. Saitama peut être aussi le personnage qui se reflète dans bon nombre de petits garçons (et petites filles). Qui n’a jamais rêvé d’être un jour, même une fois, un héros a la force herculéenne, pouvoir vaincre un « grand méchant » ? Saitama suit ce chemin ce qui permet de s’identifier facilement à lui !
En conclusion, One Punch Man arrive enfin après de nombreuses années chez nous, et je ne peux que vous conseiller de lire au moins le début de ses aventures, même si vous n’êtes pas fan des mangas de bastons, car ce n’est vraiment pas ce qu’il fait le charme de l’œuvre. Et surtout, vous passerez à côté d’une œuvre monumentale !
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4