Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Uslovely : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Noël et préjugés Noël et préjugés
Isabelle Alexis    Tonie Behar    Adèle Bréau    Sophie Henrionnet    Marianne Levy    Marie Vareille   
Alors, je n'aime pas du tout les romances de Noel, que ce soit en téléfilm ou en livre, mais je n'ai pu résister à cette austenerie... Du coup, voici mon avis sur chaque nouvelle proposée par ce recueil


* Comme une princesse Disney de Tonie Behar : première nouvelle de recueil, celle ci pose également les bases du livre voyageur de Noël. L'histoire est bien construite et est celle qui fait le plus de rappel à Orgueil et Préjugés, que ce soit à travers les citations mais aussi sur la trame de l'histoire. Eva campe une Lizzie Bennet assez convaincante (en raison de son franc parler) tandis que Daniel est parfait dans le rôle de Darcy (même si dans ce cas, le châtelain est ruiné). La forme du journal est sympathique et j'ai aimé les remarques d'Eva sur le séjour détox.

Ce que j'aime : léger, sympathique et une trame générale qui rappelle l'histoire de Darcy et Lizzie

Ce que j'aime moins : la romance va trop vite, sans doute en raison du format de la nouvelle

Ma note : 8/10


* L'hôtel des monts enneigés de Marie Vareille : c'est la seule auteure que je connaissais déjà et j'ai beaucoup aimé sa nouvelle qui m'a plus rappelé Persuasion que P&P. Cassandra est attachante et j'aime la manière dont elle se rappelle encore de sa grande histoire d'amour avec Alexandre. L'histoire est légère et agréable et j'ai apprécié la manière dont Alexandre la sauve ( rappelant cette fois Raison et Sentiments).

Ce que j'aime : le rythme de l'histoire, le fait qu'elle rappelle Persuasion, les petites références à l'oeuvre de Jane Austen

Ce que j'aime moins : toujours le format, trop court

Ma note : 8/10


*Le manoir des Wilfried d'Isabelle Alexis :j'avoue que j'ai eu plus de mal à trouver des points communs entre cette nouvelle et les oeuvres de Jane Austen. Je dirais que l'inspiration est peut-être plus sur Persuasion et Mansfield Park. J'ai aimé le concept de raconter l'histoire à une psy (la pauvre, le jour du réveillon de Noel). Lisa est amusante même si l'idée qu'elle a une histoire avec Nico après l'accident de Max (le frère du premier, sensé être le grand amour de sa vie) m'a fait tiquer. Cependant, le ton est assez amusant et j'ai beaucoup ri

Ce que j'aime : l'humour avec lequel l'histoire est racontée

Ce que j'aime moins : le rapport avec Jane Austen est assez lointain

Ma note : 7/10


* Love Coach de Sophie Henrionnet : cette fois je n'ai pas trouvé de rapport avec Jane Austen. L'histoire tient plus du feel good que de l'austenerie. Le personnage de Vincent, obsédé par son ex est attachant mais j'avoue que je me suis rapidement lassée de cette nouvelle dont la seule originalité est sa fin

Ce que j'aime : la fin

Ce que j'aime moins : aucun rapport avec Jane Austen

Ma note : 6/10


* Nuit blanche au magasin de jouets d'Adèle Bréau : ahhh la référence à Orgueil et Préjugés est évidente pour cette nouvelle et le duo Lara / Matt est juste craquant. L'histoire est une fois de plus légère et la relation entre les personnages est aussi piquante que l'on pourrait s'y attendre

Ce que j'aime : la relation entre Lara et Matt, la chute

Ce que j'aime moins : j'aurais bien voulu voir comment ça se passait ensuite

Ma note : 8/10


* Amour, tempête et best-seller de Marianne Levy : l'histoire est divertissante et j'ai apprécié le côté auteure maudite de l'héroïne, cependant, je n'ai pas retrouvé de trame à la Jane Austen et j'avoue que je n'ai pas adhéré aux traits d'humour de l'auteure

Ce que j'aime : le côté antisocial de l'héroine

Ce que j'aime moins : je n'ai pas été sensible à l'humour de l'auteure

Ma note : 6/10


Pour résumer


Un recueil plaisant qui réussit son pari de divertir !


Ma note


7/10

par JessSwann
Un chant de Noël Un chant de Noël
Charles Dickens   
J'ai choisi ce conte pour apprendre à faire une fiche de lecture professionnelle (dans les métiers de l'édition). J'ai déjà vu par le passé la version de Disney (Le Drôle de Noël de Scrooge) et je n'ai pas été déçue de lire l'oeuvre qui a permise cette adaptation. C'est une très belle histoire, bien pensée, bien écrite. Le personnage de Scrooge est très intéressant, aigri, bougon, mesquin, mais touchant.
Le père Noël était presque parfait Le père Noël était presque parfait
Rose M. Becker   
Un avis + détaillé sur : http://wp.me/p6618l-75B

{Jenni}

Au premier abord c’est la couverture qui m’a tapée dans l’œil. En découvrant le résumé, je me suis dit que « Le père Noël était presque parfait » tombe à point nommé durant cette période hivernale avec les fêtes de fin d’année… je ne regrette pas ce choix de lecture car ce que nous offre Rose M. Becker est non seulement mignon tout plein, mais met aussi du baume au cœur !

[...]

C’est mignon tout plein. On se laisse entraîner dans cette romance idyllique à souhait sans résistance et on laisse la magie de Noël opérer.

J’ai passé un très bon moment avec ce roman. La seule chose que j’aurai à reprocher à ce dernier, ce serait de ne pas avoir le point de vue du personnage de Liam pour cerner ses pensées. Cela m’a manqué et aurait pu apporter un petit « plus » à l’histoire.

[...]

En bref nous avons ici une délicieuse romance dans laquelle le temps est glacial mais où l’amour et le désir des personnages principaux vous réchauffe.
Y aura-t-il trop de neige à Noël ? Y aura-t-il trop de neige à Noël ?
Sophie Henrionnet    Marianne Levy    Marie Vareille    Adèle Bréau    Tonie Behar    Isabelle Alexis   
J'ai commencé ce livre pendant les vacances mais malheureusement je n'ai pas dépassé la premiere nouvelle qui était a mon avis de tres mauvais gout.
[spoiler]Personnellement pour Noel je ne vois pas l'interet de mettre en scene une famille qui explose. Rien de l'esprit de Noel la dedans[/spoiler]
Peut-etre que j'ai tort de n'avoir pas continué, les autres sont peut-etre meilleures mais ça m'a refroidie direct
Noël, toi & moi Noël, toi & moi
Gwen Delmas   
Avis complet : http://vibrationlitteraire.com/noel-toi-moi-de-gwen-delmas/

Une romance de Noël comme on les aime !

Dans ce roman, nous suivons Héloïse, une jeune femme ambitieuse venant d’une famille riche mais peu étayante, et Alexandre, un jeune homme pétillant. Ils vont se croiser dans l’enfer des courses de Noël et se lancer dans un improbable défi !

J’ai vraiment bien aimé cette romance. Elle a tout ce que je pouvais attendre d’une belle romance de Noël et m’a vraiment immergée dans une ambiance romantique et féérique.

Les personnages sont plutôt bien travaillés et attachants, ce qui n’est pas toujours le cas dans ce genre-là donc c’était vraiment très appréciable !
C’est évidemment prévisible et pas trop compliqué, mais c’est le propre de la plupart des romances de Noël ! On ne se prend pas la tête et on se laisse bercer par une belle histoire !

J’ai vraiment bien aimé les particularités de chacun des personnages principaux et leur attachement sincère. On les sent aussi surpris que nous de la rapidité des événements et c’est vraiment un gros plus. On prend le temps de la réflexion, mais aussi de parler de certaines difficultés relationnelles intra-familiales, très importantes en cette période de Noël.

Enfin, j’ai beaucoup apprécié la plume de l’auteure et c’est bourré d’humour. Si vous recherchez une romance de Noël, alors vous pouvez vous laisser happer par celle-ci en toute confiance !

Noël toi & moi contient tout ce que l’on attend d’une romance de Noël. J’ai beaucoup apprécié cette histoire pleine d’humour et de magie romantique en cette belle période estivale. Je vous la conseille vivement !

par Mayumi
Mon ex, sa copine, mon faux mec et moi Mon ex, sa copine, mon faux mec et moi
Juliette Bonte   
Une très bonne comédie romantique qui tient ses promesses.
Juliette Bonte écrit avec humour une histoire idéale à lire l hiver bien calée au chaud : direction la Savoie, entre quiproquos et catastrophe sur catastrophe, Chloé nous embarque dans ses aventures rocambolesques. Chassés croisés de destins contraires et de caractères opposés, les situations cocasses s accumulent.
Si vous nourrissez une envie de revanche sur la vie, ce roman se dévore tout seul. On se reconnaît dans les personnages, même secondaires et on apprécie la normalité de Chloé qui n est ni un canon de la mode ni une ecervelé patentée. Elle a juste la poisse et c est difficile de ne pas s y retrouver.
Tous les codes de ce style de littérature sont respectés, on sait dans quoi on s embarque néanmoins ce fut une bonne surprise dans le genre pour le côté décalé.
Très bon moment avec Juliette Bonte.
54 minutes 54 minutes
Marieke Nijkamp   
Vous avez sans doute entendu parler de ces tragédies évoquées dans les faits divers : un adolescent qui ouvre le feu sur ses camarades de lycée. C’est un sujet d’actualité qui a fait beaucoup de remous ces dernières années (et qui en fait même depuis deux jours, là). De quoi donner bien des sueurs froides. Marieke Nijkamp aborde ce sujet brûlant à travers son œuvre fictionnelle 54 minutes.

Dans ce court roman de 289 pages, nous suivons Tomás, Sylv, Autumn et Claire. Tous sont élèves à Opportunity School. Un jour, alors que deux d’entre eux assistent au discours de leur principale, un ancien lycéen fait son entrée, verrouille les portes et tire sur la foule. Il s’agit de Tyler, le frère d’Autumn. Mais alors que veut-il ? Pourquoi fait-il ça ? C’est à travers la voix de 4 personnages que les tourments de Tyler vont être révélés au grand jour. Minute après minute, nous allons marcher dans leurs pas et découvrir l’horreur de ce qui les attend.

C’était pour moi un vrai challenge de lire ce roman. Une amie m’en avait parlé, et si j’étais particulièrement attirée par le thème, je savais en revanche qu’il allait mettre mes nerfs à vif. J’ignorais si j’étais vraiment prête à le supporter. Finalement, j’ai tenté le coup.

Dès les premières pages, je n’ai pas pu m'empêcher d'avoir une boule dans la gorge, parce que je savais pertinemment ce qui allait se passer. Puis Tyler arrive et l’irréparable se produit. Là, on se sent étrangement claustrophobe. On se figure sans mal la détresse, le chagrin, la mort, le sang… tout cela nous explose en plein visage, et le lecteur n’est que l’impuissant témoin de cette tuerie de masse.

Ce qui fait la force de 54 minutes, c’est son rythme. À la fois effréné et terriblement lent. Le temps est comme ralenti. On est suspendu à un fil, passant minute après minute aux côtés des personnages. Et en même temps, la vitesse avec laquelle les éléments s’imbriquent donnerait presque le tournis. C’est finement amené de ce côté-là et ça ne fait qu’alimenter le caractère anxiogène du récit.

Marieke Nijkamp a décidé de donner la parole à 4 personnages. Tous sont des adolescents à l'aube de l'âge adulte. Ils ont des rêves, des aspirations, des fêlures et des secrets. Beaucoup de secrets. Leurs voix s'élèvent à l'unisson pour reconstituer l'histoire. Les témoignages, les sentiments et les émotions de chacun sont mis à nu. De temps à autre, des messages Twitter viennent agrémenter le récit pour nous rappeler qu’en dehors de ce huis clos, la vie continue, les gens s’agitent. Ça ne fait que renforcer la crédibilité de l’histoire.  

54 minutes repose sur un thème actuel. En sachant que de réelles personnes ont dû vivre un calvaire similaire, l’histoire n’en est que plus glaçante. Et l’auteur se sert de ça pour apporter plus de poids encore à son intrigue. Même si dans l’ensemble celle-ci m’a paru assez convenue, j’ai trouvé la plume d’une simplicité tranchante, presque chirurgicale. Cette absence de fioritures rend le rythme plus percutant encore.

La fragmentation des points de vue pour un livre aussi court est un risque en soi. Chaque témoignage tient sur 3 à 4 pages avant de passer au suivant, ce qui, pour ma part, m’a empêché d’être entièrement dans l’empathie avec les personnages. Je les ai trouvés émouvants dans leur fragilité, mais le roman se focalise sur l’instant ou sur des aspects très précis du passé de certains. Il est évident que le roman n’a pas pour portée de s’attarder sur tous les personnages en profondeur. Il y a plutôt un sentiment d’urgence et une rapidité dans les actions qui permet à la machine de s’emballer très vite pour nous laisser essoufflés en fin de course. D’ici quelques années, je ne pense pas me souvenir encore des personnages ; en revanche, je me souviendrai du thème de ce roman et ce qu’il m’a poussé à éprouver.

On peut également être tenté de se demander quelle est la morale d’un livre pareil. Je suppose qu’en plus de chercher à nous décrire l’horreur de l’acte, Marieke Nijkamp a également voulu nous expliquer ce qui pouvait se jouer dans la tête du tueur. Comment peut-on en arriver à tirer sur ses camarades sans autre forme de procès ? Qu’est-ce qui se cache vraiment derrière le masque d’un meurtrier ? Est-ce qu’il existe des raisons valables qui puissent justifier un acte aussi barbare ? Elle nous laisse nous faire notre propre avis sur la question…

En résumé, j’ai passé 54 minutes au cœur d’une tuerie. J’y ai rencontré des personnages fragiles et vulnérables. J’ai eu mal, mais pas autant que je le craignais. J’ai réfléchi, aussi. Parce qu’on a tendance à oublier que tout peut partir en vrille le temps d’un battement de paupières. Je n’ai jamais trouvé le temps aussi long et en même temps aussi rapide… Et n’oubliez pas : 54 minutes peuvent suffire à changer votre vie à jamais.

Ma chronique : https://april-the-seven.weebly.com/jeunesse---young-adult/54-minutes-marieke-nijkamp
Le Journal de Mr Darcy Le Journal de Mr Darcy
Amanda Grange   
Comme cela fait du bien de se replonger dans nos vieux bon classique, même si celui ci n'a pas était écrit pas notre grande Jane Asten, mais je doit dire que l'auteure Amanda Grange, as réussi à rester fidèle à l'histoire, je doit dire que j'ai adorer pouvoir découvrir les pensées intime de notre cher Mr Darcy. chose que j'ai bien apprécié c'est que l'histoire ne s'arrête pas au moment ou Elizabeth accepte d'épouser Mr Darcy mais on peut découvre quelques mois de leur vie à Permberley.
Que dire de plus a part que tout comme l'original j'ai eu un coup de coeur pour cette histoire.

par marick76
Wonder Woman : Warbringer Wonder Woman : Warbringer
Leigh Bardugo   
Ma note: 5/5
Chronique disponible sur mon blog: https://callmeeluh.wordpress.com/2017/09/04/dc-icons-tome-1-wonder-woman-warbringer-de-leigh-bardugo/

“Sisters in battle, I am shield and blade to you. As I breathe, your enemies will know no sanctuary. While I live, your cause is mine.”

Leigh Bardugo étant mon auteure préférée de tous les temps, c’est sans surprise que je me suis jetée sur son dernier livre dès sa sortie (ou plutôt dès que j’avais terminé ma lecture en cours). J’avais à la fois peur et hâte de découvrir ce dont elle était capable en dehors du Grishaverse, et comme il fallait s’y attendre je n’ai pas été déçue!

Diana est une jeune Amazone de 17 ans. Bien qu’elle soit la fille de Hyppolyte, ses sœurs Amazones ne la considère pas comme l’une des leurs puisqu’elle est la seule à être née sur l’île de Themyscira. Elle cherche donc à gagner la reconnaissance des Amazones par tous les moyens.
Un jour elle brave l’interdiction de sauver et ramener un humain sur l’île en sauvant Alia d’un naufrage. Mais Alia n’est pas une humaine comme les autres: elle est une Warbringer, descendante de Hélène, et sème malgré elle la discorde là où elle va.
Elles vont se lancer dans une quête afin de mettre fin à cette longue lignée de Warbringer et sauver le monde d’une guerre sans précédents.

Avant de commencer ce livre j’avoue que j’avais un peu peur. Je suis loin d’être une grande fan de comics (non pas que j’aime pas, mais c’est loin d’être une passion) et j’avais peur de ne pas trop comprendre cet univers, mais Leigh Bardugo est parvenue à rester fidèle à l’univers DC Comics tout en permettant à ceux qui connaissent moins de comprendre l’histoire.

Malgré un début un peu difficile pendant les deux ou trois premiers chapitres, j’ai rapidement été prise dans l’histoire et bientôt je ne savais plus me détacher de ma lecture. La plume de Leigh est toujours aussi magnifique et addictive, et malgré ma relecture de Six of Crows au début de l’été, je me rend compte qu’elle m’avait bien manqué.

“We can’t help the way we’re born. We can’t help what we are, only what life we choose to make for ourselves.”

J’ai adoré chacun des personnages. Que ce soit Diana, Alia, Theo, Nim et même Jason, j’ai trouvé que c’était difficile de ne pas s’attacher à eux. Leigh développe parvient encore une fois à créer des personnages divers et assez large, loins des clichés et surtout tous plus incroyables les uns que les autres.
D’ailleurs, même si l’histoire est de base centrée sur Diana, on se rend rapidement compte que l’auteure met surtout l’accent sur les autres personnages, et même si c’est quelque chose qui m’a surpris j’ai beaucoup aimé. En faisant ça on se rend compte que même si Diana est une Amazone destinée à devenir une héroïne, ces autres personnages, bien qu’étant humains, sont également des héros.

J’ai trouvé l’innocence de Diana tellement adorable. Ayant grandi sur Themyscira, et malgré ses cours sur la civilisation humaine, elle ignore beaucoup de choses sur le monde, ce qui peut l’amener dans certaines situations assez drôles. Heureusement elle pouvait compter sur ses nouveaux amis pour l’aider à s’habituer à ce nouveau monde. Malgré tout elle reste vraiment badass, et j’ai trouvé ça intéressant qu’on découvre en même temps qu’elle se dont elle est capable.

Contrairement à ce que laisse entendre le résumé (en tout cas en français), il y a très peu de romance dans Wonder Woman: Warbringer. Honnêtement je trouve que c’est pas plus mal, ça permet de rester centrer sur l’intrigue principale, même si j‘ai eu un peu l’impression qu’il y avait une romance juste pour en mettre une dans ce livre.

“We cannot spend our lives in hiding, wondering what we might accomplish if given the chance. We have to take that chance ourselves.”

Pour moi ce livre était une vraie bombe: des dialogues géniaux, une bonne dose d’humour, des scènes de combat incroyables, des personnages incroyables, et surtout un plot-twist très surprenant. Bon malheureusement pour moi je savais déjà que ce plot-twist allait arriver (ça m’apprendra à décider de braver la balise ‘spoiler’ de certains sites quand j’ai même pas passé la moitié), mais c’est vrai que si je n’avais pas été au courant, je ne l’aurai pas vu venir.
C’est ce que j’aime le plus dans les livres de Leigh Bardugo: sa capacité à nous surprendre alors que tous les indices qui nous permettent de comprendre ce qu’il va arriver sont là.

Sans surprise, j’ai adoré ma lecture. Après tout, c’est de Leigh Bardugo qu’on parle, j’étais quasi sûre d’adorer ce livre. Elle a prouvé qu’elle était capable d’écrire en dehors du Grishaverse et de faire un travail toujours aussi incroyable, ce qui me donne très envie de lire ses prochains livres qui ne feront pas parti du Grishaverse. Mais d’abord, LISEZ CE LIVRE !!

par Callmeluh
Cruelles Cruelles
Cat Clarke   
http://wandering-world.skyrock.com/3135023528-Torn.html

Je crois qu'on devrait coller une étiquette "Attention, livres impossibles à lâcher" sur les romans de Cat Clarke. Vous avez sûrement déjà entendu parler de CONFUSION, son premier roman ? Livre qui avait été un énorme coup de cœur pour moi, et qui m'avait permis de découvrir cette auteure au style si particulier. J'ai retrouvé avec TORN toutes les émotions à la fois violentes et captivantes que m'avait procuré CONFUSION. Cat Clarke a un truc. Un truc qui fait que son monde, ses mots, ses personnages et son histoire nous prennent aux tripes, nous coupent le souffle, nous habitent et nous obsèdent longtemps après avoir terminé le roman. Même si la conclusion de TORN m'a moins pris au dépourvu que celle de CONFUSION, et qu'elle me frustre énormément vu qu'elle est très ouverte, je sais pertinemment que ce récit va autant me perturber et m'enivrer que mon précédent coup de cœur. Pour tout vous dire, je ressors de ma lecture complètement perdu. Je suis à la fois grisé, à bout de souffle, agacé, renversé, frustré, ébloui et complètement sous le charme. Difficile de faire la part des choses dans des conditions pareilles !
Une fois de plus, Cat Clarke a su créer une histoire troublante et passionnante, où amour, tensions, revanche, amitié déchues, désillusions, désir et espoirs adolescents se mêlent, s'entrecroisent, se lient et se déchirent. J'ai vraiment beaucoup de mal à retranscrire tout ce que j'ai ressenti en découvrant au fur et à mesure de ma lecture l'évolution de l'intrigue. Je pense que le résumé donne suffisamment l'eau à la bouche comme ça. Quatre adolescentes, un voyage scolaire, un meurtre, des vies bouleversées à jamais. Comment ne pas vouloir en savoir plus ? Cat Clarke a eu la brillante idée de démarrer son récit par des funérailles, en plus. Ainsi, on rentre immédiatement dans l'histoire. L'auteure va droit au début, et c'est ultra rafraîchissant. Surtout qu'elle sait comment nous faire saliver et nous tenir en haleine. Pendant toute notre lecture on se demande "mais qu'est-ce qui va se passer ensuite ?", "qui va craquer ?", "comment vont-elles assumer leurs actes ?". Les interrogations s'accumulent sans cesse, et Cat Clarke prend un plaisir malsain à y répondre seulement à la fin. On se ronge les ongles, on s'imagine des dizaines de scénarios possibles, on évite certaines conclusions qui nous paraissent trop horribles et on panique devant les décisions que prend l'auteure... Bref, impossible de rester de marbre en lisant TORN !
Évidemment, TORN, ce n'est pas seulement l'histoire de quatre filles qui tuent quelqu'un et qui semblent s'en sortir. Tout cela serait bien trop simple. TORN, c'est surtout l'histoire d'Alice, une des adolescentes, justement. Haaaaaaaaaaa, Alice !!! Exactement comme pour Grace dans CONFUSION, Cat Clarke nous la décrit de façon parfaite. Elle parvient à littéralement faire naître un personnage sous nos yeux. Je pourrais croiser Alice n'importe où. Vous le pourriez, vous aussi, pour la simple et bonne raison qu'elle paraît TELLEMENT vraie ! L'auteure sait complètement comment décrire le monde impitoyable qu'est celui du lycée, de l'adolescence, du passage à l'âge adulte et de tous les troubles qui en découlent. Alice est humaine. Vraie. Authentique. Chaque parcelle du roman décrite derrière son regard et P-A-R-F-A-I-T-E. C'est encore mieux que de regarder un film. Tout est net, clair, précis. C'est fascinant !
Mais l'auteure ne s'arrête pas là, puisque pratiquement tout le récit et basé sur sa manière de réagir après le meurtre. Là, on joue véritablement avec la santé mentale de l'héroïne. Et, vous me connaissez, j'ai adoré ça !!! On ne peut pas s'empêcher de se demander si Alice ne va pas exploser, devenir dingue, tout quitter ou faire comme si de rien n'était. On reste suspendus au moindre mot qui s'échappe de ses lèvres, à la moindre pensée qui effleure son esprit, au moindre petit choix qu'elle fait. Franchement, je n'ai connu ça qu'avec Cat Clarke, je crois. Elle possède vraiment un don pour nous rendre accros et faire de son récit un objet sur lequel toute notre attention est portée ! Quel bonheur !
Nous ne découvrons pas seulement les réactions d'Alice et sa nouvelle vie après cet évènement bouleversant. Il y a aussi Cass, Rae et Polly, ainsi que Jack, le frère de Tara. Mon dieu, que j'ai adoré décrypter leurs comportements et leurs réactions à eux aussi ! Chaque personnage représente, pour moi, une façon de réagir face à la mort de quelqu'un. Folie, amour, vengeance, profit ou encore profonde tristesse... Aucun sentiment ne nous est épargné. L'histoire de ses cinq protagonistes est vraiment saisissante. Là aussi, on se demande sans cesse "qui est la personne la plus faible ?", "qui va faire une erreur et va révéler le secret au grand jour ?", ou encore "jusqu'où Alice est prête à aller avec Jack ?". Bref, encore tout un tas de questions, mais qui gravitent cette fois autour de personnages tout aussi magnifiquement bien décrits que celui d'Alice. Les rapports entre eux sont bourrés de justesse et de vérités. C'est tout un monde réel et logique qui s'offre à nous, et on a véritablement aucun mal à s'y laisser piéger.
Autre aspect sensationnel de ma lecture : mes retrouvailles avec l'écriture de Cat Clarke. J'avais déjà succombé à elle en lisant CONFUSION. Tout est clair, concis, et on va directement au cœur-même des choses. Ici, l'auteure fait un pas de plus dans sa perfection. Elle a réussi à me faire pleurer de rire alors que l'ambiance du roman est lourde, mais dans le meilleur sens du terme qui existe. Cat Clarke sait comment ébranler nos sentiments en un claquement de doigt. J'ai ri, j'ai eu les larmes aux yeux, j'ai angoissé comme jamais et j'ai stressé au point de jeter le roman sur mon lit de peur de découvrir ce qui m'attendais dans la suite de l'histoire. Elle n'hésite pas à en faire voir de toutes les couleurs à ses personnages, à les faire souffrir et ne rien leur épargner. Elle décrit avec rigueur et de manière efficace tous les sentiments qui nous parcourent et nous consument à certaines périodes de notre vie. Tout est exact. Tout est juste. Tout est dévastateur.
Seul défaut : la conclusion. Haaaalala, que je suis frustré et en colère de devoir dire ça ! Avec la fin juste annihilante et ravageuse de CONFUSION, je m'attendais à, une fois de plus, en prendre plein la tête. C'est exactement ce qu'il s'est passé, mais pas de la manière dont je l'espérais. Il reste malheureusement pas mal d'interrogations en suspens, et de destins trop flous pour complètement me satisfaire. J'ai eu l'impression que Cat Clarke avait décidé de laisser certains personnages de côté pour seulement se concentrer sur Alice dans les ultimes pages. Elle ne s'embête pas à nous offrir les réponses à des questions pourtant très souvent mises en avant. La fin est quand même pas mal ouverte, en fait. C'est aussi simple que ça. Sauf que les fins ouvertes et moi, ça fait deux. Par contre, je comprends très bien pourquoi l'auteure a choisi cette voie. Ainsi, elle continue d'avancer dans le chemin réaliste qu'elle a choisi de prendre. Tout cela ne fait que rajouter "du vrai" à l'histoire. Mais, au final, je suis plus frustré qu'autre chose, lol ! Et c'est vraiment terriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiible !!! Par contre, les toutes dernières lignes m'ont vraiment marqué et achevé ! Je peux, sans l'ombre d'un doute, affirmer que l'histoire d'Alice, Cass, Rae, Polly, Jack et Tara va me hanter et m'obséder encore un bout de temps !
Au final, TORN est pratiquement tout aussi bon et jouissif à lire que CONFUSION. Si ce n'est pas un coup de cœur à cause de sa conclusion ouverte, ce roman reste envoûtant, noir, consumant, et merveilleusement bien écrit. Cat Clarke a, une nouvelle fois, su me combler et me convaincre qu'elle était une des meilleures auteures YA qui existe ( et qu'il faut qu'elle continue à écrire encore et encore et encore et encore :p ). En fait, je crois que je vais même pouvoir nommer cet effet qu'elle a sur moi « l'Effet Cat Clarke », puisqu'il n'y qu'avec elle que je ressens mes émotions de façon aussi palpitante et intense. TORN est une véritable perle. Une bombe qui n'a pas fini de me brûler de me fasciner. Je vais désormais devoir attendre la fin du mois de Janvier pour pouvoir me jeter sur le troisième roman de l'auteure, UNDONE, qui, j'en suis sûr, va autant me renverser que TORN et CONFUSION. Une lecture exaltante, dramatique et vibrante, à ne pas manquer.

par Jordan