Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de valentine2905 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Conversion Conversion
Katherine Howe   
Conversion a été un livre difficile a lire pour moi. J'ai du me forcer à continuer ma lecture et à achever cette histoire.
Je n'ai pas accroché, c'est aussi simple que ça.
Trop de choses m'ont dérangées, voir même effarée. [spoiler]1/ Le comportement d'Ann : mais qu'est ce que cette fille avait dans la tête ? Je veux dire... cette gamine et les autres, elles ont condamnées de nombreuses personnes qui étaient en réalité totalement innocentes, et ça ne les gêne pas? Merde alors. Elles inventent tout ça, pour le fun, prise dans l'hystérie générale(?)....
2/ Toute l'histoire de cette maladie. Toutes ces filles malades, et seule une infirmière, au début, est chargée de résoudre tout ça ? Et les médecins dans tout ça ? A part la mère d'Emma, les médecins semblent avoir été éradiqués de la surface de la Terre.
3/ Toute cette affaire médiatique. Dingue. On avait l'impression d'être dans une foire.
4/ Coleen/Spence. J'ai pas accrochée. Leur rencontre m'avait plu, mais le reste... bof, j'ai trouvé ça plat.
5/ La mère d'Emma. Vraiment étrange cette femme. On pourrait croire que toute cette famille est vraiment une famille de sorcières, mais au final, rien n'est assez expliqué clairement, c'est trop flou, il n'y a pas assez d'explications concrètes.
6/ Ann qui embrasse le révérend ? WTF j'ai pas compris.
7/ Le piaf a la fin, a la fenêtre de Coleen. OK pourquoi pas. On est plus a un élément près, vraiment zarbi de l'histoire hein? [/spoiler]

Bref, pleins de choses trop floues, mal expliquées, totalement aberrantes.
Plus ont se rapprochaient de la fin, plus j'avais envie de me frapper avec ce bouquin. J'avais envie de secouer tous ces personnages et de leur dire "Mais c'est quoi ce bordel putain?!"

Voilà voilà. Je pense que vous aurez compris que j'ai pas accroché à l'histoire. Mais bon, chacun son avis hein :)


par FLTulipe
Delirium, Tome 1 : Delirium Delirium, Tome 1 : Delirium
Lauren Oliver   
Wahou, Wahou et re-Wahou!
Que dire? Un livre magique? Magnifique?
Au début il faut s'accrocher car il y a plein de choses à comprendre: la Procédure, leur mode de vie (au moindre écart de conduite: coups de matraque), la famille de Lena...
Les personnages sont attachants mais je regrette un peu que Grace ne soit pas plus présente... Alex est encore un de ces garcon trop beau et trop parfait =)
Pendant qu'on lis le livre on ne se rends pas compte à quel point on aime et quand on le pose on se dit "Mince, je l'ai déjà fini !!"
Vivement le tome 2 car cette fin nous laisse un peu sur notre faim =)

par Rachel
Delirium, Tome 3 : Requiem Delirium, Tome 3 : Requiem
Lauren Oliver   
Juste quatre mots : Faites tomber les murs

par laura31
Delirium, Tome 2 : Pandemonium Delirium, Tome 2 : Pandemonium
Lauren Oliver   
http://wandering-world.skyrock.com/3074076381-Delirium-Tome-2-Pandemonium.html

Je viens juste de finir Pandemonium... Et ouaw. J'en suis encore tout retourné. Complètement chamboulé. J'ai attendu ce roman une année et un mois. Et ça y est. Le voyage est terminé. J'en veux plus. Encore et toujours plus. Plus, plus, plus. La suite de Delirium est tout aussi captivante que le premier opus. Plus. Plus. Plus. Je suis déjà en manque des mots de Lauren Oliver. De ses magnifiques expressions. De ses phrases qui m'ont brûlé les veines et ont fait frissonner ma peau. Je sors d'un brouillard épais et merveilleux. Plus. Plus. Plus. Encore. Et toujours. Plus.
Je sens que je vais vraiment avoir du mal à écrire mon avis. Pandemonium nous offre tellement d'émotions, tellement de sentiments, qu'on en ressort complètement abasourdis. Une nouvelle fois, l'auteure parvient à nous embarquer avec Lena dans un monde dystopique aussi horrible et atroce que passionnant et déchirant. On a les jambes qui flageolent, la respiration coupée, les yeux qui piquent. Les sensations de bonheur infini et de détresse intense jouent à nous faire souffrir à tour de rôle. On a l'impression que tout va bien, alors qu'on sait pertinemment que quelque chose cloche. On se blesse. On ouvre notre âme au monde poignant de Pandemonium. On souffre. Et on en redemande. Plus. Plus. Plus.
Le roman est divisé en plusieurs parties qui nous ramènent alternativement dans l'"avant" et "maintenant". Ainsi, nous découvrons comment Lena a évolué après la fin terrible de Delirium. Nous vivons avec elle ce qu'elle qualifie comme sa "renaissance". Nous découvrons un tout nouveau personnage. La Lena naïve et innocente du premier opus a complètement disparu. Un peu à la façon d'Hunger Games, Pandemonium n'hésite pas à refléter les failles et les cicatrices du protagoniste principal. La douleur et la peine sont définitivement ancrées dans le coeur de Lena. A tout jamais. Mais elle doit avancer. Continuer. Encore. Toujours.
Nous traversons dans les deux époques des moments très, très forts. Très durs psychologiquement, aussi bien pour nous que pour notre chère Lena. En pénétrant dans la Nature, elle va devoir affronter sa décision de quitter le monde des "Invulnérables". Mais, désormais, elle est forte. Déterminée. Forgée par son passé. Alors elle va réussir à s'en sortir. Enfin, elle va également recevoir l'aide importante d'une constellation de nouveaux personnages : Raven, Sarah, Tack, Blue, et j'en passe. Chaque nouvelle personne a un rôle bien précis dans cet opus : nous faire rire, nous émouvoir, nous faire pleurer, nous faire vibrer. Bref, on passe par une foultitude d'émotions tout au long de notre lecture. Mais c'est essentiellement dans l'"avant" que nous apprenons à les connaître, à s'attacher à eux, puis à éprouver de la tristesse.
A l'inverse, dans le monde de "maintenant", nous nous concentrons sur Lena. Le monde dystopique de la trilogie nous est, cette fois, exposé en profondeur. La révolte est complètement en place, et ça se sent. L'action est beaucoup plus présente dans ce second tome. Le chaos règne, l'adrénaline et le suspense vont crescendo. On s'agrippe aux pages du roman, les mains moites, pour parvenir à tenir le coup. Comme Lena, on se cramponne à quelques lueurs d'espoir, à nos rêves les plus fous.
Mais ce n'est pas tout. Car Pandemonium, bien que l'on aurait pu penser le contraire, regorge également de passion et d'amour. Oui, un nouveau personnage masculin va faire son entrée dans la vie de Lena. Et ce personnage, c'est Julian. Le fils du créateur de l'APASD, une association qui vise à supprimer le plus rapidement possible le deliria, la maladie de l'amour. Comment, pourquoi, à cause de qui ? Je vous laisse le découvrir. Mais comme je le disais, l'action est omniprésente. Préparez-vous donc à vivre les montagnes russes côté sentiments grâce à Julian.
Ce nouveau héros n'est pas comparable à Alex, mais je dois bien reconnaître que je l'apprécie grandement. Il représente parfaitement ce que la société de l'univers dystopique de Delirium veut nous faire comprendre : il gobe bêtement tout ce qu'on lui raconte, a peur d'approcher Lena, d'être contaminé par l'amour. Autant de choses qui m'ont rappelé mon addiction pour le premier opus de cette trilogie inoubliable, et qui m'ont permis de tomber amoureux de Pandemonium.
Rien que de repenser à tout ce qu'on traverse dans le roman, j'ai des palpitations. Tout est, une nouvelle fois, parfait. Lauren Oliver arrive à toucher l'endroit le plus profond de nos être. Nous émouvoir au plus haut point, c'est définitivement son truc. Elle sait nous renvoyer la dure difficulté qu'est celle de se battre pour ses rêves à la figure par le biais de mots et d'expressions saisissantes. Mais elle nous transmet sans cesse le même message : par amour, rien ne peut nous arrêter. Et c'est cela que je retiendrais du roman. Aussi bien grâce à la détermination de Lena que grâce aux instants palpitants, prenants, exaltés et profonds qu'elle va vivre avec Julian.
Nous sommes donc plongés dans un univers envoûtant, qui ne cesse de nous hanter et nous fasciner à la fois. L'aventure que vivent nos deux héros nous coupe le souffle et nous consume de l'intérieur. Jusqu'à la fin. Jusqu'à la dernière page, qui, elle, m'a laissé... Haletant. Écoutez-moi bien : ne lisez surtout pas la dernière ligne du roman si vous ne voulez pas vous faire spoiler. Car... Ouaw. Nous apprenons, enfin, ce qui est arrivé à Alex. Et, je vous préviens, c'est du très, très, très lourd. Je veux la suite. Sur-le-champ. Je ne sais réellement pas comment je vais faire pour attendre Requiem. Cette impatience, je vais la vivre comme une vraie torture.
En définitif, et je pense que vous l'aurez compris, Pandemonium est un roman brutal et extraordinaire, qui nous envoie autant d'espérances et de certitudes que de peines et de souffrances. On termine ce magnifique ouvrage les larmes aux yeux, avec un désir familier : une fois le livre refermé, on en redemande. Plus. Plus. Plus. Encore. Et toujours. Plus.

par Jordan
Gone, Tome 6 : La Lumière Gone, Tome 6 : La Lumière
Michael Grant   
Put*in de m*rde de chiasse de...
Rrm. Interlude juron mérité, puisque je viens de finir Gone 6, Light, en anglais. Et f*ck, that was sooooooo great! Amazing!! En fait, j'hésite entre les regrets de l'avoir lu et pleurer. En fait, je pleure. Depuis que je l'ai fini, je vous annonce que je suis en deuil. Deuil de cette magnifique série, et de mon perso préféré. En larmes, je vous dis. Je n'ai jamais autant pleurer de ma vie.
Sincèrement, ce tome propulse cette série au rang de chef d'oeuvre. Je sais pas quoi dire de plus parce que j'ai la gorge nouée et les larmes aux yeux, et ça m'empêche d'organiser mes pensées.
A vous, chanceux (ou pas, d'ailleurs, je ne sais pas trop), qui n'avez pas encore fini avec cette incroyable aventure...
Gone, Tome 5 : La Peur Gone, Tome 5 : La Peur
Michael Grant   
Je l'ai dévoré le jour même de sa sortie... Il est magnifique !!!
On commence le livre : Tout va bien !
On avance dans sa lecture : Tout va mal...
Et on finit le bouquin : ...... Je vous laisse la surprise !!!
On pensait qu'au bout de quatre tomes, on connaissait bien les personnages... En fait, non ! Certains nous étonnent, d'autres nous déçoivent, les autres gardent leurs personnalités...
La fin est... Bah, c'est une fin, quoi ! On a seulement hâte que le tome 6 sorte !!!
Gone, Tome 4 : L'Épidémie Gone, Tome 4 : L'Épidémie
Michael Grant   
Wahouu ce tome est génial ! J'en ai pris plein la tête, plein les yeux, l'auteur est un géni.
Ces enfants souffrent tellement, tant de morts...
J'ai hâte de connaître enfin le pourquoi du comment de cette fameuse "zone".
Effectivement cette série est assez gore et à ne pas mettre entre les mains des plus jeunes.
J'aime toujours autant l'allure de cette saga, de l'action encore et toujours.
Vivement la suite.
Ne jamais tomber amoureuse Ne jamais tomber amoureuse
Melissa Marr   
J'ai beaucoup aimé ce livre car il change totalement de ces nombreuses histoires de vampires. On change de thème tout en retrouvant quelques similitudes: je parle de l'amour. Je suis une lectrice de romans fantastiques (je suis passé par twilight, la cité des ténèbres, les livres de anne rice, ect) , et je recommande ce livre à tous ceux qui ont des goùts similaires.
Ne jamais te croire Ne jamais te croire
Melissa Marr   
Voilà je viens de le finir,j'ai plus aimé ce tome que le premier.Les personnages étaient plus intéréssants même si j'étais contente de retrouver ceux du premier surtout Seth biensûr!Grace à lui je me dis que tout éspoir n'est pas perdu pour moi pauvre amoureuse de créatures imaginaires,des mortels ont encore la facultée de faire battre mon coeur!Merci Seth!

par electra
Wicked Lovely, Tome 5 Wicked Lovely, Tome 5
Melissa Marr   
Dans cette petite merveille de dernier tome, j'ai bien l'impression que Melissa Marr nous concilie "fairy tale" avec "faery tale".
Tous les fils des intrigues, les fils des futurs se rejoignent une harmonie et une désharmonie finale pour créer une fin qui ne peut que satisfaire tout ceux qui aiment cette série. Les sacrifices, les pleurs étaient inévitables, mais la joie l'est aussi, il faut bien célébrer la vie de ceux qui ont survécu, tout ce qu'on a traversé aux côtés des personnages...

par Lothfleur