Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Valerie-222 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Assassin's Creed, Tome 6 : Black Flag Assassin's Creed, Tome 6 : Black Flag
Oliver Bowden   
Le livre est découpé en plusieurs parties. Je vais faire ma critique en me basant sur ces dernières. Dans la première partie, ce que j'ai trouvé bien, c'est de découvrir la vie d'Edward Kenway avant qu'il ne s'embarque pour les Caraïbes et qu'il ne devienne un pirate redoutable, sa rencontre avec sa femme Caroline, son voeu de devenir corsaire et son amitié avec les illustres pirates Edward Thatch dit Barbe Noire et Benjamin Hornigold. C'est un personnage que je trouve vraiment égoïste au premier abord qui ne rêve que de gloire et de richesse. On est très loin d'Altaïr, Ezio (Edward avait été décrit sur la toile comme ressemblant le plus à Ezio (je ne parle pas du physique mais de tout le reste) mais ce n'est pas vrai du tout.) ou même Connor (le petit-fils d'Edward justement). Dans la deuxième partie, on découvre un monde empli de violence. Eh oui, c'est pas joli-joli l'âge d'or de la piraterie avec les maladies, la débauche, les mutineries, le sang qui gicle à tout va, le rhum... mais toutes ces descriptions donnent un vrai côté réaliste, on a vraiment l'impression d'y être, de vivre la scène au détail près. Cette deuxième partie annonce également l'histoire même du jeu vidéo avec quelques passages passés sous silence (car trop de descriptif ou inintéressants) et, où Edward devient finalement pirate, luttant aux côtés de ses amis, pères fondateurs de la piraterie. Il va également y voir un peu plus clair, s'intéresser un peu plus à la lutte entre les Assassins et les Templiers. Dans la troisième partie, je n'ai pas grand chose à dire... si. Que j'aime beaucoup les personnages de James Kidd alias Mary Read et Barbe Noire (j'aurais aimé en apprendre beaucoup plus sur ce dernier, qu'il soit encore plus présent dans le livre). Dans la dernière partie, Edward est enfin devenu ou presque un Assassin. Il a changé. Au fil du temps, des épreuves, des pertes qu'il aura subi et à l'annonce d'un meilleur avenir. Un bon point positif. Appréciables aussi, les derniers chapitres qui concernent son retour en Angleterre (passage absent du jeu).

par MaMt
Carry On Carry On
Rainbow Rowell   
Sans voix. Je suis sans voix. Rainbow m'a anéanti. Elle a pris mon petit cœur et l'a ruinée. Quelle expérience!
Ce livre! Ce livre ,mais mon dieu ! Quelle voyage ,je n'arrive pas a m'en remettre. Je veux plus de Simon ,plus de Baz et de Penny dans ma vie !
J'avais certaines attentes pour ce livre et je peux vous dire qu'elles ont toutes étaient dépassées! Ce bouquin si on le commence on ne pas s'arrêtais de lire avant de l'avoir fini ,et, pourtant je devais parfois m'arrêtais de lire parce que je ne voulais le finir trop vite et je que je devais remettre de l'ordre dans mes émotions .
C'est vrai qu'au début j'ai trouvée le livre très similaire à Harry Potter mais Rainbow nous apporte une histoire tout a fait différente et cependant tout autant magnifique !
Simon est juste adorable ,tout maladroit et mignon !
Penelope est le genre de fille que j'aime dans un bouquin :sur d'elle ,badass, courageuse, drôle ,bref géniale! J'ai adorée l'amitié entre Penny et Simon.
Baz est bgefbkjhg ! La dynamique entre lui est Simon était parfaite, et leur histoire d'amour est celle que je recherche dans une bonne LGBT.
Ce livre est aussi très touchant sur le point de vue maternel et m'a donner les larmes aux yeux.
On finit par un twist très surprenant que j'ai n'ai pas vu venir.
Le monde est magnifique, la fin est merveilleuse ,bref ces personnages vont me manquer...Dans le top 5 des mes favoris de 2015 !

par Forbidden
Super Lovers, Tome 11 Super Lovers, Tome 11
Miyuki Abe   
L’essentiel du tome se base après l’incident des escaliers : une amnésie de Haru. Encore. C’est la deuxième fois qu’il en a une, l’auteure ne l’a pas oublié et semble vouloir faire passer un message derrière ceci.

Cependant, le message que j’ai perçu reste le même que celui inscrit dans les autres tomes : Haru s’en veut à s’en faire du mal mentalement de la mort de ses parents. Et inconsciemment, il semble se livrer une bataille émotionnelle : dire des choses horribles à Ren pour voir s’il resterait envers et contre tout avec lui, s’il l’aime assez pour supporter tous ses côtés, même ceux les plus tordus.

Et c’est là que ça se casse. Les dix derniers tomes, la psychologie de Haru était claire à mes yeux. Mais pas celle où il a un âge mental de 17 ans suite à son accident, je ne comprends pas pourquoi il s’est ainsi comporté avec Ren…Au delà du fait qu’il ait perdu la mémoire, ce « dégoût » qu’il disait ressentir à son égard et envers lui-même (son lui de 25 ans), m’échappe. A moins que ça ne soit pour montrer en miroir comment un personne « normale » aurait réagi dans un tel contexte, je ne vois pas l’intérêt.

Par ailleurs, l’auteure a remis en avant un personnage féminin qui me répugne sérieusement : Asakura. Elle peint le portrait parfait de l’harceleuse obsessionnelle. Sur ce point, il ne fait aucun doute que cette femme est complètement atteinte et mythomane. Même s’il faut avouer que cela « dynamise » le récit, son retour n’était pas nécessaire, tout comme cette phase d’amnésie. Parce que j’ai beau chercher, je n’ai pas cerné l’intérêt de ces deux éléments scénaristiques, à part pour faire un étalage mental (qui n’a servi qu’à m’embrouiller).

Du coup, j’ai la désagréable sensation d’un tome faisant du surplace….Ce qui est décevant sachant qu’il s’agit du onzième…et que Ren est au lycée, que Kodaka semble être plus qu’il n’y parait parce qu’il s’intéresse trop à la vie des Kaido, qu’on a pas plus d’informations sur le passé de Ren ou sur ses parents biologiques (est-ce que l’auteure compte y venir même ?), et que les vies de Natsuo et des frères jumeaux auraient pu être creusées, ou encore le fait que Haru n’a toujours pas pris une décision une bonne fois pour toute sur son dilemme personnel concernant son amour envers Ren.

Il aurait fallu une avancée, ne serait-ce que de lui faire prendre conscience à quel point il est détraqué et que ça n’a rien de fraternel. Qu’il se ment à lui-même. Le médecin à parler des réalités créées par les gens qui s’auto-conditionnent, ce qu’est Haru, eh bien il aurait fallu creuser ça ou les autres pistes de sa psyché parsemées dans les tomes précédents. C’est dommage.

A voir ce que réserve la suite, en espérant que l’auteure permette à l’histoire de progresser car il y a divers éléments qui méritent d’être mis en avant.

Sur le blog : https://letempodeslivres.wordpress.com/2019/06/29/super-lovers-tome-11/#more-3944
Going Wild, Tome 2 : Loup y es-tu Going Wild, Tome 2 : Loup y es-tu
Candice Ulrik   
Ce tome comment dire.... un mot règne à l'ordre, c'est maladresse. Et je peux dire, une déception. Parce qu'à cause de cette maladresse, la psychologie des personnes, en devient bancale, surtout Stephen. Et c'est bien dommage, parce que l'écriture est agréable à lire mais je ne sais vraiment pas ce qui s'est passé dans ce tome. Le prologue était intéressant mais lorsque j'ai tourné la page, au premier chapitre, j'ai bugué.

En quoi c'est maladroit? Le découpage du livre et l'ellipse de l'été.

Parlons d'abords de l'ellipse de l'été où il se passe des choses importantes que l'autrice ne décrit pas... Juste pourquoi? Ça gâche toute l'évolution, la psychologie des personnages. Alors certes, les émotions des personnages sont bien décrites après mais comme on a pas eu ce passage fondamental de l'été qui marque vraiment un tournant du point de vue émotionnel, relationnel et psychologique (pas du point de vue d'une intrigue policière) mais du point de vue du développement des personnes et de leurs relations entre eux. C'était bien fait dans le tome 1 et du coup dans ce tome 2... Vraiment dommage. Je ne comprends absolument pas ce choix, on fait des ellipses quand ce n'est pas important.... Là, il n'y a vraiment aucune logique.

On quitte dans le tome 1...[spoiler]Stephen et Fiona ensembles, où il commençait à prendre conscience de ses sentiments pour Jason qui lui est avec Isabeau[/spoiler].

Et on revient dans le tome 2...

[spoiler] A une ellipse de l'été où il s'est passé, la rupture entre Stephen et Fiona (what?!?! Il ne faut pas oublier que dans le tome 1, Stephen appréciait vraiment Fiona...), la rupture entre Isabeau et Jason même si prévisible, on saisit pas l'évolution pour Jason, un rapprochement lent entre Stephen et Jason, et pour finir, Stephen embrasse Jason dû à ce rapprochement, ayant eu l'impression de voir des signes chez Jason. Et attendez ce n'est pas tout, on commence le tome 2, par Jason qui ne parle plus à Stephen.... Ouais, on en arrive loin... Bref, ils finissent par se rapprocher, c'est doux, c'est beau mais tu loupes tout l'entre-deux, ça n'a pas de sens. Et en plus, même si ça se voit que Stephen est attaché à Jason, on parle tellement de son loup qu'à la fin je finis par me poser une question, si ce n'est pas juste un instinct. Il ne faut pas oublier que le passage où Stephen et Fiona sont ensembles dans le tome 1, enfin se remettent ensembles, t'as Stephen qui se pose la question pourquoi mon loup n'est pas content? On zappe totalement ce côté là qui pourrait être questionné par les deux personnages.[/spoiler]

[spoiler]Ah et aussi incohérence, les parents qui acceptaient la relation entre Fiona et Stephen, taquinaient et tout, là ils taquinent en deux seconde sur la relation entre Jason et Stephen, ne se posant aucune question (que je sache, on les a quitté lorsqu'ils savaient pour Stephen et Fiona) alors ce moment aurait pu passer pour une acceptation en sous entendu, sauf que les pensées de Stephen ne vont pas dans ce sens, que lui-même ce soit une évidence d'aimer Jason, cela ne me surprend pas, et c'est cool, mais qu'il ne se pose pas de question à propos de ses parents, ne serait-ce qu'une pensée pour expliquer que ses parents se fichent complètement avec qui il sort.... c'est totalement... En fait, j'ai interprété le passage comme une acceptation des parents silencieuse en humour, mais les pensées de Stephen sont en totales contradiction avec cette interprétation. On dirait que c'est pas la première fois qu'il annonce à ses parents qu'il est avec Jason. Qui sait si ce n'est pas dit dans ce fameux été qu'on ne voit pas du tout. Les parents sont dits quand même assez protecteur envers leur fils mais on n'a pas cette impression tellement on les voit pas... Cela aurait pu être mieux si on savait comment les parents ont réagi à la rupture entre Stephen et Fiona. Ce sont juste des plantes dans le décors et c'est franchement dommage parce qu'on voit des moments d'affection bien conté entre Stephen et ses parents, mais ça rend plat vu qu'ils n'ont pas vraiment de consistance.
[/spoiler]

D'autre part, on joue un peu trop sur la jalousie, il faudrait rappeler que la jalousie, c'est pas forcément romantique [spoiler]surtout la jalousie envers le petit?! A aucun moment Stephen dit que c'est juste fraternel, il fait entendre raison sur ce point à Jason, il dit plutôt, c'est normal d'être jaloux mais ne dit rien, ne rassure pas après sur ce point. J'en viens à me demander si les liens lunaires, c'est forcément couple... Parce que ça peut être familial aussi. [/spoiler]
J'attache beaucoup d'importance aux relations entre les personnages et pour le coup, c'est raté dans ce tome 2 alors que dans le tome 1 pourtant...


Autre point, les dernières 50 pages avec un pdv d'un personnage secondaire... Ça coupe totalement le récit, ça n'a strictement aucun sens. C'est beaucoup trop brutal. Déjà le nombre de page total au regard du prix papier, c'est franchement abusé. Si l'autrice avait mis l'été, ça aurait plus rempli. Bref, la dernière partie est fait en plus sur un personnage spécial, je ne comprends vraiment pas ce découpage. Je me dis on aurait pu mettre aussi l'été du personnage principal et pas seulement celui d'un personnage secondaire...

Certes, c'est pour l'intrigue et de ce point de vue c'est intéressant, mais le découpage est beaucoup trop brutal. On dirait qu'en fait l'autrice n'aime pas parler des relations entre les personnages et préfère les enquêtes. Or, non, vu que l'autrice semble bien décrire des moments entre eux, alors non je ne comprends pas tellement. Elle pouvait très bien parler de l'été mêlé à une enquête, l'enquête qui serait incarné par le séjour du personnage secondaire. Et en alternant les chapitres entre l'été du perso secondaire et du perso principal, beaucoup plus cohérent et de rythme.

Voilà, c'est franchement dommage parce que l'écriture est sympathique à lire, que les moments décrits entre les différents personnages c'est bien décrit, que les enquêtes sont intéressantes (j'ai bien aimé le prologue du tome 2, ça change de ton avec le tome 1, pas dans l'écriture, mais plus dans...[spoiler]l'ambiance glauque[/spoiler]), mais que la découpure du livre est franchement pas très bien faites et qui a un impact malheureux sur le développement des personnages et leurs relations entre eux, tout un pan qu'on ne voit pas ( sauf un résumé de 10 lignes... qui n'aide pas).

J'encourage quand même l'autrice parce que sa plume est originale et agréable à lire et que ses intrigues sont intéressantes. Dans celui du tome 2, avec [spoiler]loup taré et psychopathe et aussi la scène avec Sébastien, ainsi que du petit avec Stephen[/spoiler]Et que malgré ce raté sur le développement des émotions et psychologie (avec les événements non décrits) des personnages et de leur relation entre eux, ben, l'autrice sait écrire des moments entre les personnages avec émotion.

par Alpharys
Scarlet et le Loup Blanc, Tome 5 : Sur la route du temple Scarlet et le Loup Blanc, Tome 5 : Sur la route du temple
Kirby Crow   
Les couvertures française sont vraiment belle *v*.

par fred9
Hexworld, Tome 2 : Le Lanceur de maléfice Hexworld, Tome 2 : Le Lanceur de maléfice
Jordan L. Hawk   
J'ai beaucoup hésité avant de me lancer dans ce second tome car, même si j'avais bien aimé le premier tome, cela n'avait pas non plus été mirobolant. Cependant, j'ai bien fait de passer outre ma légère appréhension car ce tome-ci est bien mieux, à la hauteur du talent de Jordan L. Hawk !
On retrouve ici Owen, personnage déjà aperçu dans le premier tome, plus Malachi, un familier renard. J'ai aimé la manière dont leur relation se développe. Ce n'est ni trop rapide ni trop lent. Owen permet à Malachi de sortir de sa vie difficile et Malachi ouvre les yeux à Owen quant à ce qu'il veut réellement dans la vie. Ils se complètent donc parfaitement l'un et l'autre.
De la même manière, l'enquête qu'ils poursuivent est plaisante à suivre. Je n'avais vraiment pas vu venir un des méchants.
En bref, un très bon tome, encore mieux que le premier à lire sans tarder !

par Melou78
Le Clan Bennett, Tome 3 : Le Chant du cœur Le Clan Bennett, Tome 3 : Le Chant du cœur
T. J. Klune   
J’ai tendance a oublié à quel point cette série est poignante entre chaque tome.
En effet, à chaque fois que je referme un de ces livres, je suis toujours bouleversée. Et puis le temps passe, et souvent il s’agit d’une ou plusieurs années avant qu’un autre tome paraisse.

Je dois dire que je n’avais que quelques brefs souvenirs du tome précédent.
Pour ma défense, le début de celui-ci est vraiment particulier. J'étais tout autant perdue que Robbie. Et puis, vient le moment où tout s’éclaire et se remet en place. J’ai été tellement, mais tellement bouleversée à ce moment là. Je me disais « Non, comment une telle chose a pu se réaliser ? »

Et à partir de cet instant, ça en a été fini de moi. J’étais à fond dedans, happée par les personnages, l’intrigue, l’écriture, par TOUT.

Robbie et Kelly sont extrêmement touchants ensemble, mais j’aurais aimé assister aux prémices de leur histoire, et ne pas en avoir qu’un bref aperçu.

Mais ce qui m’a le plus touché, c’est Carter. Carter dévasté, qui se voilait la face depuis si longtemps. Et en même temps que la perte, tout se fait jour en lui, trop tardivement hélas. Bref, j’ai vraiment hâte de lire le prochain tome, qui je le sais par avance ne sortira pas tout de suite, mais qui vaut largement le temps d’attente.
Les Quatre Cavaliers, Tome 1 : Pestilence Les Quatre Cavaliers, Tome 1 : Pestilence
Laura Thalassa   
Dire du mal d'un livre n'est pas ce que je préfère faire. Selon moi, chaque écrit mériterait d'être honoré pour toutes les heures de travail passées dessus. Je tiens à le préciser avant de commencer à donner mon avis. Malheureusement, je dois rester objective, et quand rien ne va, rien ne va.

La nouvelle saga « Les Quatre Cavaliers » de Laura Thalassa me faisait terriblement envie. Bien que je ne connaissais pas du tout l'auteure, l'histoire me semblait assez originale dans sa thématique, et j'avais relativement confiance en la maison d'édition. Autant dire que je me suis précipitée dessus sans avoir toute ma tête, et que le résultat final n'a pas été des plus glorieux.

Qu'est-ce qui ne va pas ?

Ce premier tome sur « Pestilence » m'a profondément ennuyé. Le premier chapitre n'était pas si mauvais, et je pensais sincèrement que l'histoire allait me passionner. Mais au fur et à mesure de ma lecture, j'ai réalisé que l'histoire n'avait rien d'accrocheur. Cette thématique sur les quatre cavaliers de l'Apocalypse était vraiment bien trouvée, mais je suis assez frustrée de m'en être complètement désintéressée. Son développement est malheureusement trop fade, avec trop de passages sans intérêts et parfois même redondants. Si je devais faire un résumé, je dirais juste que les personnages vont de maison en maison, après un trajet à cheval. L'histoire aurait pu être plus passionnante si elle n'avait pas manqué autant de rythme. Il n'y avait pas assez de rebondissements à mon goût.

Le deuxième problème que j'ai pu relever, c'est que l'histoire tourne seulement autour de Pestilence et de Sara. Nous n'avons pas de personnages secondaires pour les accompagner, si ce n'est des rencontres temporaires. Et en toute franchise, je n'ai accroché à aucun des personnages dont les réactions m'ont paru tellement surréalistes. La romance s'installe trop rapidement, et je n'arrive pas à comprendre comment Sara a pu tomber amoureuse d'un homme comme lui qui s'est comporté comme un monstre pendant la majorité de l'histoire. Il n'a preuve d'aucune pitié, autant dans son traitement que dans celui des autres. Je ne comprends pas non plus comment elle peut le défendre et même critiqué les tentatives de meurtre à son encontre alors qu'elle-même a tenté de l'assassiner. C'est un peu hypocrite de sa part. Et même si Pestilence se rattrape sur les derniers chapitres, impossible d'oublier son manque de compassion, sa cruauté et sa détermination à terminer sa tache. C'était beaucoup trop.

Je pense avoir fait le tour de ce que je pensais. C'est une déception, clairement. Je pense pas poursuivre cette saga dont le deuxième tome sera sur Guerre. Personnellement, je ne recommanderais pas ce livre mais je vous laisse vous faire votre propre décision sur le sujet. Ce qui ne me plait pas pas aussi vous plaire.
Perfect crime, Tome 4 Perfect crime, Tome 4
Arata Miyatsuki    Yūya Kanzaki   
Un tome dans la lignée des autres, où on en apprend davantage sur les insensibles et où les choses commencent à bouger un peu pour notre « héros ». Je suis curieuse de voir le tome 5 mais j'ai peur que la série ne traine en longueur. A voir..

par Bluenn
Perfect crime, Tome 5 Perfect crime, Tome 5
Yūya Kanzaki    Arata Miyatsuki   
Les choses commencent enfin à bouger pour Usobuki. Le climat psychologique déjà fort monte d'un cran, et un véritable grand rôle secondaire commence à se faire une place dans l'intrigue.

Hâte de lire la suite....
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3