Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de valerie11 : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
The Beauty, Tome 1 : Contamination The Beauty, Tome 1 : Contamination
Jason A. Hurley    Jeremy Haun    John Rauch   
Une nouvelle MST a vu le jour, infection qui rend les gens physiquement quasi parfaits. Et dans notre monde où on porte la beauté et l’apparence aux nues, hommes et femmes multiplient alors les relations sexuelles afin d’être « sublimés » à leur tour. Or, personne ne connaît encore les effets secondaires à long terme de cette maladie. Quand -enfin- ils se manifestent violemment, il va falloir trouver rapidement un vaccin. Mais cette solution ne plait bien évidemment pas aux investisseurs et politiques qui se cachent derrière l’industrie pharmaceutique. Deux flics vont payer le prix fort pour avoir osé enquêter...
J’ai été immédiatement immergée dans ce récit à la narration bien rythmée et mélangeant avec adresse polar anticipatif et critique sociale.
Moins séduite, par contre, par le graphisme un peu trop uniformisé de Jérémy Haun. Ce qui ne m’empêche pas d’espérer de voir paraître bientôt le deuxième tome en VF.

par Do
Magic 7, tome 1 : Jamais seuls Magic 7, tome 1 : Jamais seuls
Giuseppe Quattrocchi    Kid Toussaint   
L'histoire commence plutôt bien, avec de bonne idées (même si beaucoup ont déjà été vue ailleurs : les fantômes célèbres qui parle au héros, le garçon qui parle aux animaux avec des instruments, les 7 qui doivent se réunir pour sauver le monde, tralala). Et puis vers les dernières pages, ça part en sucette, genre manga nawak, des robots délire... C'est peut-être utile à l'histoire mais ça n'a pas été super bien amené... A voir avec la suite...
Suicide Squad Rebirth, Tome 1 : La Chambre noire Suicide Squad Rebirth, Tome 1 : La Chambre noire
Jim Lee   
Suicide Squad Rebirth est vraiment un très bon comics, je l'ai payé environ 15 € mais je suis content de l'avoir acheté, il m'a bien occupé et captivé, l'histoire est bien cela se tient assez bien et il n'y a pas besoin d'avoir lu 30000 autres comics avant. Donc ce comics est TOP.
No Game No Life, tome 1 (manga) No Game No Life, tome 1 (manga)
Yuu Kamiya    Mashiro Hiiragi    Yû Kamiya   
Sora et Shiro sont deux frères et soeurs : le plus grand est sans emploi, la plus jeune, déscolarisée.
Ils vivent ensemble confinés chez eux, en marge de la société.
Sur Internet, on parle d’eux comme une véritable légende urbaine, au vu de leur talent aux jeux vidéo. Le monde réel, lui, n’est rien de plus qu’un « jeu pourri » pour la fratrie. Mais un beau jour, quelqu’un se surnommant « Dieu » les transporte soudainement dans un autre monde où tout serait déterminé par les jeux !
Ces deux rebuts de la société deviendront-ils les sauveurs de ce nouveau monde ?

par eleya
Come to me, tome 7 Come to me, tome 7
Nachi Yûki   
J'ai lu ce septième tome d'une traite et je dois admettre qu'il m'a bien fait rire, par moments. Autant les premiers tomes m'agaçaient considérablement, autant les derniers que j'ai terminé récemment m'amusent de plus en plus fréquemment.
Après, je n'irai pas non plus clamer que Come to me est un coup de cœur, loin de là. Et c'est d'ailleurs pour cette raison que je le laisse en liste "J'ai lu aussi", même s'il aurait peut-être une meilleure place au sein de ma liste de Bronze, enfin passons...
Si j'avais moi-même commencé cette saga, je l'aurais certainement abandonnée avant même d'atteindre le cinquième tome mais grâce à l'amie qui me prête cette série, j'ai pu noter une nette amélioration du scénario, de la personnalité des personnages et de l'humour au fil des tomes.

Dans ce septième volume, on suit le Noël et la Saint Valentin de Mirei et de Mano. Au début, on a le droit à plusieurs répliques de notre héroïne qui m'ont littéralement fait pleurer de rire, notamment quand elle s'assoit sur le lit à côté de Mano, toute figée, et qu'elle finit par se mettre sous les draps, en fixant le plafond sans bouger d'un millimètre, avec la petite indication "à cause du stress, elle redevient une poubelle".
Mais, alors que je m'attendais à ce que toute la soirée reste aussi risible, elle a pris une tournure bien plus sérieuse que j'ai beaucoup appréciée. Mirei prend enfin confiance en elle, ne se traite plus de déchet à longueur de journée, et profite des moments qu'elle partage avec son petit-ami. D'ailleurs, j'arrive enfin à les trouver mignons ensemble car avant, Mirei m'insupportait et je trouvais Mano bien trop mou et sans intérêt. Mais maintenant, la protagoniste me fait souvent rire et il m'arrive assez fréquemment de ressentir de la compassion à son égard même si parfois, ses réactions et son attitude platonique ou naïve me révolte. Quant à Mano, il est devenu beaucoup plus profond et attachant ; et j'avoue le trouver de plus en plus adorable au fil des pages.
Pour revenir à cette soirée dans cet hôtel de luxe, j'étais agréablement surprise que Mirei se rende enfin compte que quelque chose clochait dans la façon dont la soirée se déroulait. D'habitude, elle ne réalise jamais ce qu'une adolescente de son âge devrait immédiatement comprendre, mais là elle s'est montrée plus futée et ça fait du bien.

En ce qui concerne la Saint Valentin, j'ai ragé intérieurement lorsque Mirei a incité Mano à participer au concours de Mister Valentine... OK, il faut des péripéties dans tout manga. Mais bon, là j'ai trouvé Mirei particulièrement naïve et stupide. Parce qu'elle sait pertinemment que son copain a déjà énormément de succès auprès des filles, que la plupart de ses camarades lui tournent autour en le poussant à la tromper, et elle devait se douter que ce concours n'arrangerait rien! Des fois je me demande si elle réfléchit avant de prendre la parole et si elle n'aime pas s'infliger de la souffrance émotionnelle... Et évidemment, l'arrivée d'une rivale amoureuse n'a servi qu'à me faire soupirer davantage. Je savais bien qu'elle disparaîtrait rapidement après avoir légèrement bousculé le couple de nos deux protagonistes, mais quand même. Si cette histoire était réelle, ça ferait bien longtemps que Mano aurait quitté Mirei, je pense. Parce qu'il est déjà bien assez sollicité par des filles plus jolies et populaires les unes que les autres, et Mirei prend ensuite des décisions qui le rapprochent de certaines de ces étudiantes... Après ça, elle ne peut pas se plaindre des épreuves qu'elle est obligée de se surmonter, par contre c'est plutôt Mano qui pourrait en avoir assez, au bout d'un moment! Il est vraiment d'une incroyable bonté et patience pour ne jamais céder à la tentation...

Bon sinon dans l'ensemble, c'était tout de même un tome très drôle, agréable et rapide à lire, et même si je ne me jette jamais sur cette saga, une fois que je suis plongée dans l'histoire, je lis généralement le volume d'une traite.

par Cassy33
La Quête d'Ewilan, Tome 1 : D'un Monde à l'Autre (BD) La Quête d'Ewilan, Tome 1 : D'un Monde à l'Autre (BD)
Lylian    Laurence Baldetti    Pierre Bottero   
Avant de me lancer dans ma chronique, une petite précision : j’ai conscience d’être un peu sévère, intransigeante même ; sachez juste que vous avez ici une inconditionnelle de Pierre Bottero, tombée dans la potion magique quand elle avait huit ans, qui a lu tellement de fois chacun de ses livres qu’elle pourrait voyager en Gwendalavir les yeux fermés et connaît tous les meilleurs coins à framboises de la Forêt Maison des Petits. Oui, c’est moi, enchantée.
Attention, je n’ai pas non plus dit que j’avais l’intention de démolir cet ouvrage ; je veux juste préciser que mon avis n’est pas (et ne peut pas être objectif). Parce que là, on touche carrément à de l’affectif.

Cette bande-dessinée est donc l’adaptation de la première moitié du premier tome de La Quête d’Ewilan, D’un monde à l’autre. Les tout débuts de cette belle aventure.
Au premier coup d’œil, le lecteur sait qu’il tient entre ces mains un superbe objet. Très grand format, couverture bien épaisse et bien dure, un beau papier, c’est magnifique. J’adore.

Avant de parler du contenu de la bande-dessinée elle-même, je tiens à glisser un mot sur les dessins. Le style de Laurence Baldetti est assez différent de ce à quoi je suis habituée, mais j’ai bien accroché. Malgré quelques dessins un peu simples pour la partie qui se passe dans notre monde, il y a de jolies idées et de très sympathiques trouvailles, et, si j’étais loin de m’imaginer les personnages comme ils sont ici représentés, leurs traits très marqués leur donnent un charme et un caractère qui ne sont pas pour me déplaire. Quant à Gwendalavir, ses paysages, ses animaux et ses plantes, c’est impressionnant. Deux petits bémols : tout d’abord, mais c’est très personnel, je n’ai pas du tout accroché avec le peu d’Ellana qu’on peut apercevoir. Les autres personnages étaient différents, oui, mais leur esprit restait le même. Là, c’était comme si un panneau lumineux clignotait sous mon nez : non, ce n’est pas elle ! Mais on verra ce que ça donnera par la suite, et je me braque probablement pour rien. Et, sinon, j’ai aussi trouvé que les images et les actions s’enchaînaient parfois trop rapidement, sans vraies transitions ; dans certains rares passages, il s’agissait presque plus d’illustration que de bande-dessinée. Encore un détail, mais un détail qui pourrait facilement être amélioré et rendrait tout ça encore meilleur ! Mais le bilan côté dessins reste très positif. Un très très gros coup de cœur pour le fameux « visage du bonheur », extrait du « Cancre » de Prévert. Rien à dire, c'est magique.

Passons donc à l’adaptation elle-même, réalisée par Lylian K. D’abord, un bon point : on note une vraie fidélité au texte, les détails sont respectés, les paroles souvent les mêmes ; on garde ainsi un esprit très Bottero. Une de mes craintes était de voir l’histoire réécrite, réinventée, mais ce n’est pas du tout le cas. Il y a une très grande attention portée aux détails, et c’est aussi ce qui fait la qualité de cette adaptation.

Tout semble donc, sur le papier, parfait. Pourtant, il y a un tout petit quelque chose qui n’est pas totalement passé, l’alchimie n’a pas complètement fonctionné… Pourquoi ? Rationnellement, rien n’explique cela, mais j’ai ma petite idée.
D’abord, tout ça est un peu léger. Concrètement, même s’il y a beaucoup d’actions ou de révélations, l’histoire elle-même n’avance pas beaucoup ; et je trouve dommage de n’avoir pas fait un seul album, plus gros, par tome. Non pas deux fois 72 pages, mais 144 d’un coup ! Simplement pour éviter de laisser le lecteur sur sa faim.
L’autre chose (qui peut paraître un peu surprenante de la part de la puriste que je suis) m’a été plus difficile, plus longue à comprendre. J’ai repensé à ces grandes bandes-dessinées que j’aime tant, de Gotlib à Arleston en passant par Joan Sfar, et j’ai compris ce qu’il manquait à cette très belle bande-dessinée. Un tout petit, microscopique grain de folie, ce qui fait que l’ouvrage va véritablement sortir du lot et se démarquer par son originalité. Oui, finalement, j’aurais peut-être aimé un tout petit peu plus de liberté ; pas grand choses, juste quelques détails, ce qu’on trouve déjà un petit peu dans le dessin mais moins dans le scénario.

Malgré ma sévérité, probablement injustifiée, je tiens tout de même à saluer le travail effectué, qui reste remarquable et d’une qualité rare. Les critiques que j’ai émises sont microscopiques à côté de tout le bien que j’ai pu penser, en fin de compte, de ce superbe projet. Un projet qui était fou, périlleux, et qui, en fin de compte, est une jolie réussite. Car ce premier tome a beau avoir de petits défauts, il est incroyablement prometteur et je prédis un franc succès pour les tomes à venir ! Le mot de la fin ? Bravo, tout simplement. Je conseille cette bande-dessinée à tous les lecteurs qui, un jour, ont rêvé d’arpenter les routes de Gwendalavir… Pour revivre une nouvelle fois la magie de cette belle aventure.

par Vavi
Le maître des livres, tome 2 Le maître des livres, tome 2
Umiharu Shinohara   
J'aime beaucoup ce manga, découvrir les personnages grâce aux livres. C'est original et plein de poésie. En plus, ça nous fait réfléchir, nous qui aimons tant les livres^^
Lady Mechanika, Tome 1 : Le Mystère du corps mécanique Lady Mechanika, Tome 1 : Le Mystère du corps mécanique
Peter Steigerwald    Joe Benitez   
Ce comic me faisait très envie car j'adore le steampunk et je l'ai vraiment beaucoup aimé. Les dessins sont beaux et l'histoire est assez cool et original. L'univers steampunk est assez développée et intéressant ! J'ai adoré l'héroïne qui est vraiment hyper badass (je crois que c'est le mot qui la définit le mieux).
Un seul point négatif : J'ai trouvé qu'il y avait un peu trop de dialogues sur certaines planches. Même si c'est important, j'aurais aimé que l'auteur
laisse un peu plus de place aux illustrations (en plus elles sont belles).

Hâte de lire la suite !
Les Sisters, tome 1 : Un air de famille Les Sisters, tome 1 : Un air de famille
Christophe Cazenove   
Bonne BD, qui reflète relativement bien la réalité, avec en plus des gags renouvelés à chaque fois... vraiment sympa!

par nitrams
Mes Cop's, tome 1 : Des copines à l'appel Mes Cop's, tome 1 : Des copines à l'appel
Philippe Fenech    Christophe Cazenove   
Je ne l'ai pas trouvé fantastique. Il y a certaines planches qui sont drôles et d'autre moins. Les dessins sont beaux, je peux même dire qu'ils sont très bien fait. Mais ce n'est pas la meilleure BD que j'ai lu.