Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Valou1300 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Nexus, Tome 1 Nexus, Tome 1
Ramez Naam   
Je voudrais déjà remercier Babelio et la maison presse de la cité pour ce partenariat. Certes, j’avoue que je l’ai pris avec une grande curiosité, ne le voyant pas encore sur les blogs que je fréquente, j’ai beaucoup hésité à prendre ce partenariat. Et aujourd’hui en fermant le livre, même avant je pense, je ne suis pas déçue de ma lecture malgré quelques points négatifs pour moi. Il faut savoir que l’auteur nous projette dans un futur assez proche et en même temps la notion qu’offre Nexus est déjà en marche dans nos vies actuelles. Certes, sûrement pas de cette manière, mais à petite échelle, on sait que c’est dans les mains des chercheurs. Je parle du fait de pouvoir lire les pensées de l’autre d’être en symbiose. La fin de ce livre est bien faite, car l’auteur nous explique que son monde, son histoire n’est pas s’y éloigner de notre réalité et que du coup, on peut facilement se projeter dans ce futur-là. Surtout quand le lisant, on soulève certaines questions, sur le bien comme le mal qui peuvent en découler. Comme à chaque fois que l’on fait une avancée ou une découverte il y a toujours un débat. Et durant votre lecture, vous êtes au milieu de ce débat. Mais l’auteur ne vous force pas à prendre parti. Même si on suit beaucoup le personnage de Kade, qui est à l’origine du Nexus 5, on se fait notre chemin petit à petit. Il faut savoir que l’auteur est un ingénieur informaticien, donc autant vous dire qu’il faut un minimum de connaissances dans ce domaine pour comprendre et prendre conscience de ce que le Nexus 5 offre. Mais en même temps je dirais qu’il faut être aussi patient, parce que mine de rien l’auteur nous apporte de la lumière là où certaines choses sont assez compliquées à comprendre pour une personne qui n’y connaît rien. On est bien accompagné durant notre lecture, par forcément toujours au moment où l’on a cette information. Mais les choses sont relativement bien expliquées. Après je ne pense pas vous parler vraiment de l’histoire, parce que comme vous l’auriez compris normalement, c’est une histoire de bien ou de mal utiliser cette découverte. Ceux qui s’en servent n’y voyant que du bien et ceux qui ne connaissent pas en ont peur, après on a des avis différents, mais je pense que c’est à découvrir et non à lire au travers d’un avis. Mais on voit aussi Kade découvrir l’étendue de sa propre découverte. J’avoue que je ne le pensais pas en commençant ma lecture, mais on s’attache très vite à certaines personnes, personnellement je ne m’en suis pas forcément rendu compte sauf à certains moments assez fatidiques. J’étais tellement focalisé par cette découverte, par les possibilités qu’elle offrait, mais aussi par les choses assez mauvaises qu’elle pouvait engendré que je ne me suis pas forcément assez concentré sur les personnages. Après j’avoue que j’ai mis un moment pour le lire. Non, par ennui, mais plus par le fait qu’il est assez long. Que c’est parfois assez lourd à ingérer et que l’on a souvent des moments d’inaction, où l’on a cette impression de ne pas avancer. La fin est un peu ce à quoi je m’attendais avec beaucoup de variante, mais le fond reste le même. Du coup, je me demande pourquoi une suite et en même temps j’ai très envie de découvrir la répercussion de la fin de ce tome.

En conclusion, une belle découverte. On sent un sujet parfaitement maîtriser. La multitude de personnages est parfaitement bien gérée. Je ne peux que le conseiller aux fans de science-fiction pure. C’est un univers assez sympa à découvrir, une découverte « le Nexus » qui est si proche de notre monde, que l’on est très proche de ce futur. Mais une histoire vraiment longue par moments et qui reste pourtant fascinante. Je suis très curieuse de la suite et des répercussions qu’il va y avoir.

par Lily01
Le Syndrome [E] Le Syndrome [E]
Franck Thilliez   
Le Syndrome [E] est mon premier roman de Franck Thilliez et je dois bien avouer que je n'ai pas été déçu. L'histoire commence sur les chapeaux de roue avec un passionné de cinéma qui déniche quelques vielles bobines et en visualisant l'une d'elles se retrouve aveugle. Ah oui, j'oubliais il a aussi un cercle blanc en haut de la bobine, ça ne vous fait pas penser à un excellent film d'horreur japonais, vous?

Et oui, moi aussi mais la comparaison s'arrête là! Et bien heureusement d'ailleurs. Pour la suite Franck Thilliez nous embarque dans un thriller époustouflant bourré de rebondissements en tous genres et de plus, excellemment documenté. Il y a énormément de recherches, que ce soit scientifique (les effets des images subliminales par exemple), historiques (les orphelinats) ou techniques (le cinéma depuis ses débuts). Cela ne fait qu'augmenter la puissance de ce roman en ancrant l'histoire dans notre réalité.

Ensuite, il y a les deux personnages principaux bien connus des fans de Thilliez:
- Lucie Hennebelle: jeune inspectrice à Lille, mère de famille célibataire, d'apparence fragile mais très efficace
- Franck Sharko: commissaire balaise, un vrai roc, bourru, ressorti d'un placard, schizophrène

Ces 2 flics ont au début chacun leur enquête mais très vite, elles vont se rejoindre et ils devront apprendre à travailler ensemble ce qui ne sera pas simple.

Le thriller est énorme, abominable par moments, mais sans longueurs. Le seul bémol serait éventuellement la romance qui s'installe peu à peu dans le récit mais pourquoi pas? En tous cas cela ne m'a pas du tout gâché mon plaisir.

Je ne vous dévoilerais rien de plus pour ne pas vous empêcher de découvrir ce roman mais sachez juste que la suite (et pas encore la fin) se passe dans GATACA qui sera sans nul doute l'une de mes prochaines lectures.

par BenoitD67
[GATACA] [GATACA]
Franck Thilliez   
Pour moi ce n'est même plus un chef-d'oeuvre, c'est tout simplement le style de livre que j'attends depuis des lustres ! Un thriller passionant, envoûtant, qui ne vous lâche pas du début à la fin !
Se lit vite et malgré tous les rapports à la génétique, l'anthropologie, la paléotonlogie, les théories de l'évolution, il est accessible à tous. Pas besoins d'être un grand scientifique tellement il sait simplifier et nous faire comprendre l'essentiel. Cela en est d'ailleurs plus étonnant puisque l'on apprend énormément de chose.
Il nous fait se poser des questions sur nous même et nous invite à réfléchir au sens de la vie, avec ce rapport à la violence. [spoiler]Violence qui, donc serait liée à notre patrimoine génétique. [/spoiler]
Hormis le côté scientifique du livre qui m'a énormément plu, les personnages évoluent encore, on peut suivre l'aventure de notre cher Sharko et Lucie Henebelle. [spoiler]Qui d'ailleurs nous révèle d'horribles choses ![/spoiler] On peut suivre leurs sentiments, leurs aventures et tout ça avec un concept du rapport à l'humain très maîtrisé.

Ca faisait très longtemps, voire jamais que je n'avais fait un commentaire aussi complet. Et pour cause, je considère ce livre comme un des meilleurs que j'ai jamais lu, autant dans le genre qu'en général.

Franck Thilliez est l'un de mes auteurs préférés, dès que l'on commence un de ses bouquins, il est impossible de s'en décrocher !

Amateur de thriller, scientifiques, lisez-le !! Passionant et très attachant !

par Pruneiite
Le Tueur de l'ombre Le Tueur de l'ombre
Claire Favan   
La suite du Tueur intime à tenu ses promesses. Toujours plus sombre et violent, Will continue ses macabres aventures face à nos agents du FBI perdus parmi toutes ces scènes de crimes.
L écriture de Claire Favan est très agréable et les pages se tournent sans effort. Elle nous plonge littéralement dans l horreur de parcours de tueurs en série. Un très bon thriller avec une fin inattendue !
Osez... 20 histoires de sexe en 2050 Osez... 20 histoires de sexe en 2050
Julie Derussy    Noann Lynn    Marie Pinsard    Marie Minelli    Alexandre Otéro    Ian Cecil    Octavie Delvaux   
Je tiens dans un premier temps à remercier les Éditions La Musardine pour ce partenariat et leur confiance !

Alors, comme j’ai pu le dire notamment dans mon avis sur « The touch of love » de Linda Saint Jalmes, je ne suis pas très nouvelle ni roman en format court. Mais j’ai voulu retenter l’expérience et ce recueil me semblait être très attrayant au vu de sa quatrième de couverture pour renouer avec ce genre. Alors est-ce que la promesse est tenue ? Est-ce que je n’ai plus envie de revenir au présent ?

Eh bien, pas vraiment. Mon avis sera en demi-teinte. Étant donné le nombre de nouvelles que le recueil comporte, je ne peux malheureusement m’étendre sur chacune d’entre elles. Elles ne sont à mon avis pas toute au même niveau, j’ai pu déceler certaines incohérences notamment parmi les premières, mais rien de très grave non plus. J’en ai survolé certaines, mais ça c’est toujours le risque dans les recueils. Forcément, certaines nouvelles plaisent plus que d’autres. On a des styles différents, des points de vue différents aussi. Le gros point fort du recueil, c’est qu’il y a de la créativité, de l’imagination dans ces nouvelles. Ce que je regrette, c’est qu’elles sont toutes assez pessimistes. Je m’attendais à un futur un peu fou, à un peu de piquant, de mordant, un futur ultra sensuel, ultra libéré, et en fait ce n’est pas du tout le cas.

Hormis les technologies de pointe ultra sophistiquées en 2050, les libertés individuelles ont régressé. On se retrouve dans des situations avec des états autoritaires ou le sexe répond maintenant à des lois et des normes. Pour moi, déjà ça casse un peu l’ambiance à la base parce que faire l’amour à mon sens, c’est synonyme de plaisir, de liberté de faire ce que l’on veut de son corps dans le respect de son partenaire. Et là, finalement, même si les héroïnes prennent leurs pieds (ça, on peut le comprendre parce que la plupart du temps les différents personnages des différentes nouvelles se retrouvent en position d’enfreindre les règles, et tout le monde sait qu’aller au-delà des interdits est très excitant), le lecteur lui reste un peu sur le carreau, presque septique. On se pose beaucoup de questions et on zappe le côté sensuel.

En fait, si on fait le tour des nouvelles, on se rend compte qu’on tourne autour des thèmes suivants : futur où le sexe est aseptisé, robotisé, virtuel, ultra contrôlé, sexe avec clones, hermaphrodites, disparition ou raréfaction des hommes, mère porteuse avec obligation gouvernementale de procréer…. Bon, ce n’est pas la joie en somme.

Enfin, tous ces thèmes ne donnent pas un ton très réjouissant à ce recueil qui avait pourtant une bonne idée de départ. C’est dommage de n’avoir pas eu l’idée d’aller explorer des voies plus optimistes. On vit dans un monde où le but est de développer les libertés individuelles, enfin je crois que c’est le but de la plupart des gens et là on a l’impression de régresser. Au final, j’ai plus été désolée pour les personnages qu’autre chose, j’ai parfois pu avoir pitié. Alors non, je n’ai pas vraiment une envie folle de me retrouver en 2050 si le sexe est ainsi. Parce que, pour moi, la définition même du sexe c’est plaisir, partage, sensualité, tendresse, alchimie, passion, émotion enfin vous l’aurez compris, c’est un moment où plus rien ne compte hormis le plaisir que l’on prend avec son partenaire et qu’on lui donne également, et ça l’est surtout parce que c’est encore un des rares domaines où l’on reste aujourd’hui totalement maître de soi, libre d’agir comme bon nous semble (bon je parle dans le cadre de deux adultes consentants bien évidemment). Alors, là, pour le coup, se retrouver en 2050 dans des situations où la chose est très encadrée, voire parfois où le but n’est plus le plaisir, mais la procréation pour le coup, ça peut refroidir. Et puis il faut dire aussi que les nouvelles manquent d’émotion, on a beaucoup de description de sensation corporelle, mais pas une fois il n’est question de sentiment. Je sais qu’on n’est pas obligée de s’aimer pour faire la chose, mais bon, je ne pense pas que l’amour sera un concept dépassé en 2050. Je n’aurais pas été contre une ou deux nouvelles qui parlent de sexe et d’amour. Finalement, 2014, ce n’est pas si mal à bien y regarder.

D’ailleurs, il n’y a pas si longtemps, quelqu’un m’a dit que les lecteurs appréciaient rarement les romans où le personnage principal est dépeint de manière antipathique. Je pense que c’est la même chose pour les romans pessimistes. Certes, il y a les dystopies qui au départ sont pessimistes, mais tout l’intérêt réside dans le combat des persos pour la liberté et l’espoir qu’il transmet au lecteur. Dans une nouvelle, j’avoue qu’il est difficile d’essayer d’améliorer le contexte de l‘histoire. C’est un format court qui ouvre des possibilités restreintes en matière d’évolution scénaristique.

Un autre pont m’a chagriné. On a des scènes lesbiennes dans le roman, mais aucune scène gay. On ne peut pas dire que les hommes soient mis en avant dans le recueil, voire même, on a l’impression qu’ils ne servent plus à grand-chose. Dommage… Finalement, le rapport de force est inversé, les femmes sont clairement mises en avant. Je ne sais pas, je suis une bisounours qui milite pour la stricte égalité des sexes et n’ont pour inverser les rapports de force.

Malgré toutes ces remarques un peu négatives, je ne peux nier que certaines nouvelles sont émoustillantes. Quelques-unes tirent leur épingle du lot et se détachent du reste.

Enfin, bref, je pense que le futur n’est décidément pas à ma portée. Le mieux est de vous faire un avis en le lisant. Moi, j’ai jeté un petit coup d’oeil dans la collection "Osez" des Éditions La Musardine et je vais me laisser tenter par d’autres thèmes, qui, je pense sauront me distraire davantage ;) Par exemple, il y a en un qui se nomme « 20 histoires de sexe au bureau », un autre « 20 histoires de sexe en vacances » ou encore « 20 histoires de sexe avec des pompiers ». Bah oui, j’adore les pompiers, l’uniforme est un de mes fantasmes comme beaucoup de femmes je pense. Lol parce qu’un pompier sait comment éteindre les feux de toute nature :p

http://lecture-mania.eklablog.com/oser-20-histoires-de-sexe-en-2050-a108268472

par Manou-
Thérapie Thérapie
Sebastian Fitzek   
Ce n'est pas un grand livre mais, c'est un bon thriller.
Très addictif : une fois entamé, il est difficile de le lâcher.
Au début, j'étais assez déçue... Même si l'histoire commence immédiatement, l'intrigue me semblait un peu bateau et son dénouement bien trop facile à deviner.
Pour mon grand plaisir, j'avais tort. Les différents soupçons et hypothèses que nous pouvons avoir ne cessent d'être remis en question ce qui rend le suspense presque intenable.
Tout de même un petit bémol [spoiler]pour la pathologie de schizophrénie décrite ici. Encore une fois, on en retrouve uniquement le cliché bien que cette maladie soit bien plus complexe. C'est dommage.[/spoiler]

En conclusion : Je vous le recommande mais, attendez-vous à passer une nuit blanche ou à rater vos changements dans les transports en communs...

Petite recommandation à part : n'hésitez pas à lire les remerciements de l'auteur

[spoiler]Pour terminer je vais m'attarder à critiquer le terme de schizophrénie :
Les symptômes décrits ici montrent une psychose et EXCLUENT précisément la schizophrénie dont, telle que la décrit la psychiatrie française, les délires sont DÉSORGANISÉS ! On pourrait éventuellement supposer une psychose paranoïaque mais pas de la schizophrénie puisque le délire ici se tient.
La psychose ne veut pas forcément dire schizophrénie.
Je tenais à le préciser car c'est une erreur qui est souvent commise ; c'est un cliché qui se retrouve fréquemment mais qui est pourtant entièrement faux ![/spoiler]

par dadotiste
Addict Addict
 Jeanne Ryan   
http://lire-une-passion.eklablog.fr/addict-jeanne-ryan-a81706086

Waouh !

Je ressors de cette lecture dans je ne sais pas trop quel état. Je me sentais si proche de Vee que c'en devient complètement fou. J'en ressors pas bouleversée mais... je ne sais pas. Ce livre m'a touchée d'une façon que j'aurais du mal à expliquer. Durant cette lecture (qui, comme son nom l'indique, est cruellement addictive!) je n'ai pas su décrocher un seul instant. Si j'avais pu le lire d'une traite, croyez-moi, je l'aurais fait ! Mais mes yeux gagnaient toujours en jouant le coup de la fatigue (saletés!).

Ce livre est addictif dans le sens où on se prend tout de suite d'amitié pour Vee qui a du mal à faire croire à ses parents qu'elle est saine d'esprit. Un accident s'est produit un an auparavant, et ses parents croient qu'elle a voulu se donner la mort et la punissent. Interdiction de sortie ou alors couvre-feu très tôt le soir, donc impossibilité pour elle de profiter de ses amis comme elle le voudrait. En fait, on pourrait comparer ses parents à des flics tellement ils sont à l'affût du moindre geste qu'elle fait. Et nous jeunes, on sait très bien à quel point cette situation peut s'avérer vite encombrante et particulièrement agaçante !
Alors ce petit bout de Vee, renfermée, silencieuse et transparente aux yeux de certains m'a plu. Elle est loin des personnages stéréotypés, parfaits, magnifiques et Ô combien agaçants et irritants avec leurs manières. Elle est simple et prête à tout pour aider ses amis.

Puis un jour elle en a marre de cette transparence. Certes, elle est d'une aide indéniable envers Sydney, sa meilleure amie, mais elle souhaite trouver autre chose, qui lui donne de l'adrénaline, de l'action. Et quoi de mieux que de participer à « ADDICT » ? Un jeu mis en place pour on ne sait trop qui qui consiste à mettre en ligne des défis. Des personnes anonymes, et en accord avec les règles fondées pour le jeu, choisissent l'un des défis proposés et le tourne pour ensuite mettre la vidéo sur internet.
Elle prendra le défi le plus simple en se mettant en tête qu'elle en sera pas choisie pour la suite de l'émission. Manque de bol, sa presque performance fera le buzz sur le net et elle sera ensuite contactée pour « ADDICT » pour un nouveau défi... qu'elle ne pourra refuser. À la clé : des cadeaux qu'elle ne peut refuser. Des lots qu'elle reverrait de posséder ! Alors il lui est difficile de dire non, surtout qu'elle va se trouver en binôme avec un garçon beau comme un dieu et d'une attention qu'on reverrait toutes de trouver !
Il s'appelle Ian et lui aussi a fait un défi auquel il est ressorti vainqueur grâce aux votes des « Observateurs ». À partir de là, une soirée comme jamais elle n'en a eu va se produire. J'avoue que de ce côté-là, j'ai plutôt été surprise. Oui, parce que je pensais que les défis qu'elle devrait faire seraient étalés sur plusieurs jours, genre une semaine. Mais non, ils se produisent tous en une soirée, et plutôt courte et intense, vu ce qu'elle va vivre.
Je ne vous détaillerais pas ce qu'elle fera, sinon ça gâchera la découverte.
Enfin bon, de grade en grade et en compagnie de Ian, elle aura des défis de plus en plus durs à dépasser. Elle aura mal (pas physiquement, mais moralement) et je dois dire que l'auteure a très bien joué là-dessus parce que moi aussi parfois j'avais mal pour elle et j'arrivais à me poser des questions telles que : et si ça m'arrivait, comment je réagirais ? Serais-je assez forte pour subir tout ça ? Est-ce que j'aurais assez de cran, moi qui suis très timide ? Bon, la réponse à la dernière question est évidemment non, mais quand je vois que Vee a réussi alors qu'elle semble aussi réservée et timide que moi, je me dis que tout est possible.
Je ne sais pas si c'est un choix de l'auteure, mais j'avais l'impression de me retrouver dans une sorte de télé-réalité. Enfin en même temps, lorsqu'on lit le livre on se rend compte que c'est le cas mais... je ne sais pas comment expliquer en fait. C'est dur, j'ai tellement de choses à dire que je ne sais pas par où commencer et surtout je ne veux pas spoiler la moindre chose qui pourrait vous surprendre !
Les derniers chapitres de l'histoire (les cinq derniers, je dirais) sont tellement prenants et haletants que je n'ai pas réussi à lever une seule fois les yeux de mon livre. À chaque fois je me disais « à la fin de ce chapitre, je fais une pause ». Puis arrivait un événement auquel on est obligé de continuer. Presque parce qu'on a peur qu'il arrive malheur à Vee et ses compagnons, comme si le livre était vivant et que l'histoire était réelle. Presque comme si l'auteure pouvait à tout moment et d'un seul clic changer le court de l'histoire pendant notre pause. En fait, on a tout simplement peur de quitter les personnages, peur de les retrouver dans une situation grotesque ou dangereuse.
Mais la fin est tellement bien trouvée, que moi j'en reste baba. Oui parce que je me demandais bien comment ils allaient pouvoir s'en sortir car Jeanne Ryan trouvait toujours une couche à rajouter en faisant passer un message comme « ils ne s'en sortiront jamais. Ce jeu n'en est pas un. ». Et bien sûr, moi j'ai flippé parce que je me suis vraiment attachée aux personnages qui ont été façonnés de telle sorte qu'ils avaient chacun une vie différente et qu'il souffraient d'une manière différente. Même les plus irritants. Au fil du temps, on en apprend beaucoup sur eux, sans vraiment s'en rendre compte. Ce n'est qu'une fois le livre refermé qu'on se rend compte qu'ils nous manquent déjà.
Et puis la dernière phrase du livre... Ce n'est pas possible que ce soit un tome unique ! Enfin si, la fin se suffit amplement à elle-même. On s'imagine nous-mêmes la suite, ce qui est extra je trouve. Mais... Une suite ne m'aurais pas du tout dérangée !

En résumé, un livre haletant, qui ne prend pas forcément aux tripes, mais notre cœur bat facilement devant les difficultés des personnages pour réussir leurs défis. Une plume de l'auteure vraiment agréable à suivre. Une histoire hautement « ADDICTE » comme le titre du livre (qui correspond à merveille!). Un livre que je suis sûre de relire tellement ça m'a marquée à tel point que les personnages arrivent à me manquer.
À la lecture de cette chronique, je me rends compte que ce livre devient carrément un coup de foudre alors que ça ne devait être qu'une très très bonne lecture... :)

Merci à Forbidden book de me faire confiance pour chroniquer ses livres et surtout de me passer des merveilles !

Justine P.

par just2iine
Paranoïa, Tome 1 Paranoïa, Tome 1
Melissa Bellevigne   
Avis complet : http://vibrationlitteraire.com/2016/03/28/paranoia-melissa-bellevigne/

Paranoïa nous entraîne d’abord dans la vie de Lisa, psychiatre de renommée, appelée en dernier recours pour une patiente compliquée : Judy. Cette jeune femme ne parle à personne et semble voir un homme que personne ne voit et on confie à Lisa sa prise en charge. Petit à petit, Judy va prendre confiance et s’ouvrir à Lisa en lui livrant son histoire, ou en tout cas son délire.

Les personnages sont intéressants mais j’ai trouvé qu’il y en avait très peu. On est immiscé au coeur d’un groupe restreint. Le récit est raconté avec un changement continuel des points de vue entre Lisa et Judy majoritairement. J’ai trouvé ça très bien fait. Cela permet à l’auteure de nous emmener là où elle le souhaite au moment où elle le souhaite. On ne vit pas le récit de Judy dans sa chambre de psychiatrie. On est en dehors, au moment où elle le vit et c’est beaucoup mieux !
Malheureusement, j’ai trouvé que les personnages n’étaient pas assez exploités : on reste vraiment en surface de leur personnalité. Leurs sentiments sont expliqués directement, superficiels et souvent trop exagérés donc peu crédibles à mon avis.
Une romance arrive en plein milieu du récit sans qu’elle n’ait vraiment été annoncée, sans qu’il y ait réellement de signes avant-coureurs et cela m’a déconcerté. J’ai eu l’impression que c’était posé là, au milieu, parce que l’auteure en avait besoin à ce moment-là et pas à un autre mais ce passage de l’objet détesté à l’objet adoré, l’amour de sa vie est vraiment trop brutal. Le lecteur en est décontenancé.

Côté intrigue, l’idée était vraiment bonne. L’histoire semblait mêler la psychiatrie et le paranormal dans un doute perpétuel… Cependant, j’ai trouvé l’intrigue trop peu développée. Il y a clairement de bons éléments mais, encore une fois pas assez travaillés à mon goût. On ne va pas en profondeur, on ne va pas jusqu’au bout des choses.

De plus, pour ceux qui ne le savent pas, je suis interne en psychiatrie. Et ma formation m’a totalement empêché d’apprécier ma lecture. Je n’ai pas réussi à entrer dans l’histoire à cause de l’aspect psy de celle-ci que j’ai trouvé très maladroit. On voit qu’il y a eu peu de recherches sur la question. On reste dans les idées populaires. Les termes psychiatriques ne sont pas utilisés correctement et pourtant, si leur définition avait été connue de l’auteure, leur usage aurait été clairement adapté dans ce récit où l’on oscille entre folie et paranormal. J’ai trouvé que ces termes étaient balancés de temps à autre pour rappeler qu’on parlait un peu de psychiatrie mais en n’en saisissant pas vraiment le sens. Le sujet principal n’est pas maîtrisé et je pense que s’il l’avait été, cela aurait pu magnifier le roman.
On nous fait miroiter une jeune fille en plein délire de persécution avec le mot « Paranoïa » et pourtant il n’en est rien. Oui, elle est persécutée dans son délire par plusieurs personnes (au nombre de 2…) mais un vrai paranoïaque est persécuté par toutes les personnes qui l’entourent et ne fait vraiment confiance à personne. Et encore, cela n’est qu’un exemple parmi d’autres.

L’histoire de Lisa, la psychiatre, est vraiment très intéressante. Cependant, elle est mise au second plan et là encore, j’ai eu l’impression qu’on n’allait pas jusqu’au bout des choses. Son récit n’est pas trop mal intégré à l’histoire en elle-même mais j’ai trouvé que ça se surajoutait comme quelque chose » en plus » et pas assez abouti.
Le déroulement et la fin restent très prévisibles. Il n’y a aucune surprise. J’ai trouvé que la fin arrivait trop tôt. Le roman se termine à un moment clé attendu depuis le début par Lisa et il manque, selon moi, la conclusion.
L’auteure laisse un peu de doute au lecteur, oscillant toujours entre le paranormal et la psychiatrie, mais Lisa explique en quoi ses troubles peuvent en effet être plutôt psychiatriques. D’ailleurs, j’ai trouvé la phrase sur la couverture en trop « L’autre est la seule à la croire » . Lisa ne croit pas Judy, à aucun moment. Elle fait seulement son travail de psychiatre qui est d’écouter les patients expliquer leur délire et en tirer des conclusions internes sur la façon de la prendre en charge. Elle ne croit pas en son délire, elle lui donne juste suffisamment confiance pour qu’elle se livre…

En conclusion, ce livre était plein de bonnes idées à l’état brut. Le résumé et la couverture m’avait clairement donné envie ! Malheureusement, je n’ai pas été séduite car l’histoire est, à mon sens, trop peu développée. Le sujet dominant, l’aspect psychiatrique n’a pas bénéficié d’assez de recherches pour tenir la route et en étant interne en psychiatrie, cela m’a empêché d’entrer vraiment dans l’histoire.
Cependant, je pense que si vous n’y connaissez strictement rien dans cette discipline, ce roman peut tout à fait vous plaire. Les personnages sont attachants, le changement perpétuel de point de vue est intéressant et la frontière entre le délire et le paranormal est assez mince pour en faire douter plus d’un ! N’hésitez donc pas à vous lancer et à vous faire votre propre idée ! :)

par Mayumi
Sex and the TV Sex and the TV
Octavie Delvaux   
J ai beaucoup aime le premier. Un peu déçu par le deuxième. On s attend à ce au il va se passer. Il reste agréable et facile à lire!
La triste fin du petit Enfant Huître, et autres histoires La triste fin du petit Enfant Huître, et autres histoires
Tim Burton   
Burton est décidément bon dans tout ce qu'il entreprend. Les dessins sont étranges, innovants, et on reconnaît bien le style propre des films dans ce livre. C'est trop court, on en veut toujours plus, mais ce recueil, on peut le dire est sublime. Les poésies de Tim Burton devrait être à apprendre pour les cours ! (on a le droit de rêver...)

par Happy