Livres
540 242
Membres
570 634

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de vanesssa : Mes envies

Écorchés, Tome 1 : Attirance interdite Écorchés, Tome 1 : Attirance interdite
Carian Cole   
Une très belle histoire, magnifiquement écrite, et l'alternance des points de vue entre Kensie et Tor, passé et présent, donne un bon rythme à cette romance. Lu en une journée. J'ai hâte de lire le tome deux.

par Celence
Écorchés, Tome 2 : Dangereuse attraction Écorchés, Tome 2 : Dangereuse attraction
Carian Cole   
MA NOTE : 4,5/5

TIED est le deuxième tome de la série Devils Wolves, le premier étant TORN

Tyler découvre Holly sous une sorte de trappe, par hasard, au milieu des bois qu’il hante depuis la vie d’ermite qu’il s’est imposée. Elle avait été victime des abus en tous genres d’un monstre qui l’avait enlevée alors qu’elle n’était qu’une fillette. En l’arrachant à ce trou, où ses seuls compagnons étaient un chien sans cordes vocales lui permettant d’aboyer et le sac à dos qu’elle portait le jour de son enlèvement, renfermant les contes de fées qu’elle a tant lus et relus pour lui donner le courage d’espérer qu’un jour viendrait où un prince viendrait la sauver, elle a tenu le coup pendant une décennie…
TIED est mon premier roman de Carian Cole. Et quel talent !
Ce n’était pas une histoire facile à raconter.
Celle de Tyler est tragique, d’abord avec l’accident où il est gravement brûlé, notamment au visage, puis avec les conséquences et tristes choix qui se succèdent après : il était une idole du lycée, un athlète promis à un bel avenir, puis il perd tout ; sa petite amie le laisse tomber parce qu’elle ne supporte pas de le regarder, il tombe dans une spirale de désarroi, d’addictions et d’autodestruction qui provoquera également une très lourde perte, ce qui le conduira finalement à s’isoler de toute sa famille.
Il vit donc dans les bois et prend un malin plaisir à effrayer les randonneurs, avec ses masques horrifiques. Mais il sauve également les animaux ou retrouve ceux qui se sont égarés.

Lorsqu’il sauve Holly, celle-ci doit entreprendre le dur chemin vers la réadaptation et la réinsertion dans la société. Elle a tant de chose à rattraper et à assimiler, tant de traumatismes à surmonter. Elle s’accroche toujours à son petit sac à dos et à ses contes et elle constate aussi, hélas, qu’elle n’est plus qu’une étrangère pour ses parents, une sœur morte-puis vivante pour la petite sœur qui est née quelques années après sa disparition. Elle ne se sent réellement acceptée et chérie que par sa grand-mère son frère aîné et sa future belle-sœur.
Elle avait tenté d’avoir des nouvelles du jeune homme qui l’avait retrouvée, et de son chien, mais ses parents l’ont tenue à l’écart de tout, d’abord dans un centre spécialisé pendant un an, et même lorsqu’elle s’est installée dans une résidence pour des anciens patients comme elle.

Chaque jour, elle souhaite cependant repousser les limites que sa famille lui imposent, elle veut passer son permis, trouver un petit boulot. Elle s’obstine à marcher seule un peu plus loin chaque jour. Jusqu’à l’orée des bois.
Un jour, elle pénètre finalement la forêt et n’en croit pas ses yeux lorsqu’elle croise son chien (censé avoir été adopté par une famille adoptive aimante) … en compagnie du jeune homme aux yeux bleus, ce regard auquel elle s’était si désespérément accrochée lorsqu’il l’a retrouvée, et même après ce jour-là.
L’auteure nous narre donc cette histoire à travers le double point de vue, celui d’une Holly encore immature à bien des égards, mais si courageuse et obstinée aussi, et celui d’un Tyler silencieux, torturé et amer, qui va pourtant commencer à parler, sourire et s’ouvrir grâce à cette jeune fille qui, avec son passé, devrait pourtant être terrorisée par son apparence et son hostilité.
Mais curieusement, s’il y a bien une seule personne avec laquelle Holly se sente en sécurité, même en pleine forêt, c’est Tyler.
Et s’il y a bien une seule personne qui ne semble pas rebutée par l’apparence de Tyler, bien au contraire, c’est Holly.

L’auteure décrit avec beaucoup d’intelligence les sentiments et la confusion d’une jeune Holly retrouvée, qui sent pourtant qu’elle n’a plus vraiment sa place au sein de son foyer, et qui s’accroche à son idéal de conte de fées. Nous découvrons aussi des bribes de son passé, de ce qu’elle a supporté, ce n’est jamais bien long, mais cela suffit à imaginer l’ampleur de la cruauté dont elle a été victime durant toutes ces années.
Nous en apprenons aussi davantage sur le passé de Tyler, les terribles évènements qui en ont fait l’homme qu’il est aujourd’hui.


Ce récit est empli d’émotions fortes, nous ressentons la froideur des parents qui sont incapables de gérer le retour d’une enfant disparue, la cruauté du ravisseur, la force d’Holly, pour avoir survécu mais également dans sa façon de se reconstruire et d’avancer, de mûrir, d’assimiler ses sentiments, ses sensations nouvelles qu’elle découvre, et d’oser en vouloir plus dans la vie et de repousser ses limites.
Et il y a tellement de tendresse.
Ce livre plein de contrastes, il est sombre à bien des égards, et également profondément émouvant, et j’ai réellement beaucoup aimé l’évolution des sentiments entre les deux héros est très bien écrite.

Il y aura également quelques rebondissements inattendus, et le dénouement est parfait.

Encore une auteure à découvrir !

The Folk of the air, Tome 1 : Le Prince cruel The Folk of the air, Tome 1 : Le Prince cruel
Holly Black   
5/5

Lire ma review : https://www.wilkymay.com/article/livres/458/chronique/the-cruel-prince-the-folk-of-the-air-1-de-holly-black

“Faerie might be beautiful, but its beauty is like a golden stag’s carcass, crawling with maggots beneath his hide, ready to burst.”

J'ai entendu tellement de bien de ce livre. Mon dieu la hype autour de The Cruel Prince est dingue. Il fallait absolument que je voie par moi-même si tout ce bruit en valait la peine. ET FRANCHEMENT. CE LIVRE ÉTAIT GÉNIAL. Premier coup de cœur de l’année 2018. Allez hop, ça c’est fait !

“Because you’re like a story that hasn’t happened yet. Because I want to see what you will do. I want to be part of the unfolding of the tale.”

The Cruel Prince a largement su dépasser mes attentes J’ai été transportée par la plume de l’auteure du début jusqu’à la fin.

Les parents de Jude ont été assassinés sous ses yeux lorsqu’elle était plus jeune. Emmenée de force et élevée dans l’impitoyable monde des fées avec ses deux sœurs, Jude mène une vie de tourments. Les humains ne sont pas les bienvenus sur le territoire des fées, à moins qu’ils ne soient ensorcelés pour les divertir… Elle doit faire face à de nombreux obstacles chaque jour pour survivre parmi ces terribles créatures. Mais celui qui lui fait le plus du tort n’est autre que le prince Cardan, le plus jeune mais aussi le plus vicieux des fils du High King.

C’est simple, j’ai TOUT aimé dans ce livre. Notamment l’héroïne de l’histoire, Jude, qui est juste badass et incroyable. Les fées lui en ont tellement fait baver depuis qu’elle est toute petite et elle continue malgré tout à les affronter chaque jour. Jude ne se laisse pas abattre, au contraire, elle endure chaque pique, chaque nouvelle torture que lui inflige Cardan et sa troupe. Elle est tellement forte, j’avais trop de peine pour elle mais j’étais également hyper fière d’elle pour sa bravoure.

“If I cannot be better than them, I will become so much worse.”

Ce que je déteste dans les livres, c’est les personnages qui se laissent faire et subissent le harcèlement sans broncher. Même si ça peut paraître peu réaliste, c’est très frustrant de lire à propos de ça et je suis contente que ce n’ait pas été le cas car Jude sait tenir tête à ses bourreaux (même si parfois, on se dit que ça ne va rien arranger !). MAIS JUDE EST TROP BADASS. Je l’aime. C’est le genre de personne qui règle ses différents avec sa propre sœur au moyen d’un combat à l’épée (!!). Oh mon dieu, mais quelle classe.

“I stand in front of my window and imagine myself a fearless knight, imagine myself a witch who hid her heart in her finger and then chopped her finger off.”

J’ai d’ailleurs beaucoup aimé sa relation complexe avec ses sœurs. Un peu moins avec Taryn, la sœur jumelle de Jude, qui est la moins sympa je trouve. D’un autre côté, j’arrive à comprendre son point de vue. Et puis leurs conflits étaient assez intéressants. Quant à Vivienne, la grande sœur de June était tout aussi géniale. C’est une demi-fée. Elle est donc celle qui est la plus acceptée dans le royaume des fées mais c’est elle qui veut le plus retourner vivre dans le monde des humains auprès de sa petite amie ! TROP CHOU.

Je ne peux pas trop vous parler de l’intrigue, mais sachez qu’elle est GLORIEUSE. Additionné à la plume addictive de l’auteure, j’ai trouvé ce livre hyper captivant. Sachant que d’habitude je ne suis pas très axée “intrigues politiques”, j’ai beaucoup aimé celle-ci. Riche en rebondissement et en révélations, j’ai été complètement renversée durant ma lecture ! Impossible de voir les plot twists venir.

JE VEUX LA SUITE NOW. Cette fin était la meilleure des choses qui soient.

par wilkymay
Les tribulations d'Esther Parmentier, sorcière stagiaire - Cadavre haché - vampire fâché Les tribulations d'Esther Parmentier, sorcière stagiaire - Cadavre haché - vampire fâché
Maëlle Desard   
Je n'ai pas été convaincue, déjà de base je m'en doutais un peu que ce livre n'était pas pour moi donc c'est pas une grande surprise que je n'ai pas apprécié.
C'est un roman qui repose sur l'humour et sur son héroïne, les deux sont indissociables. L'humour vient exclusivement des réflexions de l'héroïne et je trouve que ça ressemble à l'humour de chick-lit que je n'aime pas. Ça fait vite too much et pas un seule moment j'ai trouvé ça drôle.
C'est aussi un roman très clichés les gamers sont limités décrit comme des adolescents à boutons qui vivent dans le sous sol de leur parents. On est plus dans les années 80, l'image du gamer à changer. Pour les personnages adultes eux savent même pas ce qu'est une adresse ip, bref on a les deux extrêmes et l'héroïne fait le lien. J'ai eu parfois l'impression qu'on était à la limite de la condescendance sur tout quand on parle des jeunes.
Je trouve que ça manque de cohérence dans l'univers, quasiment tous les enquêteurs sont des incapables et c'est la stagiaire sans pouvoir, sans compétences, sans connaissances du monde qui l'entour, sans qualification... Qui leur apprend à faire leur métier. Ça passe moyen.
À la vie, à l'amour À la vie, à l'amour
Reynold Justin a.   
https://www.my-bo0ks.com/2020/12/a-la-vie-a-l-amour-justin-a.reynold.html

Aujourd'hui, je vais faire appel à vos souvenirs lointains en espérant que vous voyez de quoi je parle car sinon, je vais me sentir encore plus vieille que je ne le suis. Quand j'ai pris connaissance de quoi allait traiter A la vie à l'amour, j'ai de suite pensé à Un jour sans fin (film avec Bill Murray de 1993) dans lequel celui-ci revit la même journée pendant des lustres dans le but de corriger quelque chose. Et plus récemment, on peut également penser au roman de Lauren Oliver Le Dernier Jour de ma vie qui a été adapté, (bien loin d'être joyeux). Honnêtement, le schéma de la boucle temporelle dans laquelle un héros/héroïne revit sans cesse la même journée (ou la même période) est quelque chose que j'aime beaucoup et donc j'étais vraiment enthousiaste à l'idée de découvrir dans quoi allait nous embarquer l'auteur avec A la vie, à l'amour.

Entrons maintenant dans le vif du sujet. Personnellement, le titre m'a convaincu de lire ce roman. J'étais très intrigué par ce jeu de mot (à la vie, à la mort/l'amour) et j'avais vraiment hâte de savoir de quoi il retournait. Pour tout vous dire, lorsque j'ai commencé ma lecture, je ne savais absolument pas dans quoi je m'embarquais si ce n'est qu'il y avait une boucle temporelle et deux personnages qui tombent amoureux.

Jack, notre héros a toujours été un PRESQUE. Presque le premier de sa classe, presque un roi, presque sortit avec sa meilleure amie. Vous l'aurez compris, c'est l'ado classique. Ni le populaire, ni le ringard de service qui ne connait personne. Il aimerait que cela change et surtout réussir à avouer à sa meilleure amie qu'il l'aime en secret depuis toujours... Mais ça c'est de loin le plus dur. Car elle est déjà en couple et avec son autre meilleur ami... Force de constater qu'ils vont bien ensemble, Jack prend son mal en patience et accompagne Jillian (alias la meilleure amie) pour visiter une université. Et contre toute attente, il va faire une rencontre qui va changer sa vie. Kate. Elle n'a pas sa langue dans sa poche, ni même de filtre et dit clairement ce qu'elle pense. Sauf que rien ne va se passer comme prévu et Jack va revivre leur rencontre... encore et encore.

Autant, j'ai apprécié Kate et son côté mystérieux. Il faut dire que ne pas avoir son point de vue, ajoute vraiment du mystère à son personnage. Il est difficile de la cerner. Elle reste assez évasive la concernant et se concentre essentiellement sur le présent. Autant, je suis un peu plus sur la réserve concernant Jack. Bien sur, on s'attache un minimum à lui. Etant notre héros et ayant ses pensées en boucle, c'est inévitable. Pourtant, quelques unes de ses réactions m'ont embêté. Parfois égoïste, parfois généreux, finalement, on sent qu'il est jeune et notamment en terme de maturité. Il faut dire qu'à revivre ces mois en compagnie de Kate ne facilite pas les choses.

Car vous l'aurez compris, dans A à la vie, à l'amour, nous suivons Jack dans sa boucle temporelle. Il revit les quelques mois qu'il passe avec Kate mais toujours avec la même fin à leur histoire, la mort de Kate. Que ce passe t-il ? Pourquoi se retrouve t-il de nouveau dans le passé et surtout, pourra t-il sauver Kate ? Telle est la question. Du coup, dans chacune de ses versions nous sommes face à un Jack parfois enthousiaste à l'idée de pouvoir tout recommencer, parfois défaitiste, parfois totalement obsédé ou encore pas du tout attentif à ceux qui l'entoure.

Si j'ai trouvé ça assez entrainant et vraiment sympa à suivre, l'histoire n'est pas si joyeuse que cela au contraire. C'était bien plus triste que je ne le pensais et j'avoue qu'en ce moment, je suis plutôt en quête de lectures qui me font du bien au moral. Mais ce qui m'a le plus "dérangé (bien que ce ne soit pas vraiment le terme qui représente le mieux ce que je ressens) c'est que les retours dans le temps sont intéressants, dans le sens où on en apprend toujours plus mais cela devient assez répétitif. Dans un roman, je trouve que c'est dur de rester à fond jusqu'au bout. A vrai dire, je pense que A la vie, à l'amour serait parfait à l'écran ! En tout cas, je pense que les émotions seront d'autant plus fortes et l'histoire dynamique.

Quoiqu'il en soit, j'ai passé un bon moment de lecture. J'ai été assez surprise des choix de l'auteur et me suis tout de même laisser embarquer dans l'histoire le temps de quelques pages. Jack et Kate sont mignons à suivre et leur histoire a de quoi séduire le lecteur.

par Carole94P
L'Année de Grâce L'Année de Grâce
Kim Liggett   
Sans le moindre doute la maison d’édition dont les publications m’auront le plus marquées en 2020 est et restera Casterman. Ils ont fait paraître cette année la plupart de mes coups de cœur. Aussi quand des teasers sont apparus sur leurs réseaux sociaux annonçant une super parution à venir, je trépignais d’impatience d’en savoir plus. Et grâce à Babelio j’ai eu la chance de découvrir en avant-première le superbe et révolutionnaire roman de Kim Liggett, L’année de grâce qui comme toutes mes autres lectures Casterman a été un véritable coup de cœur.

Là où vit Tiernen, les filles ont le droit de se taire et d’obéir. Et à leur seize ans, quand leur magie se révèle, elles sont contraintes de s’exiler dans la forêt pour une année complète, le temps que leur magie se dissipe. Cette année c’est au tour de Tiernen de partir et d’affronter les épreuves de l’année de grâce. Des épreuves dont elle ne sortira pas indemne, si tant est qu’elle parvienne à rentrer en vie chez elle. Car durant l’année de grâce les dangers ne viennent pas toujours de là où on l’imagine.

C’était un roman époustouflant et spectaculaire sur tellement de sujets différents qu’il m’a fallu un long moment pour parvenir à analyser tout ce que j’avais ressenti à la lecture de ce livre et tous les messages que l’autrice tente de nous faire passer. Je ne vous parlerai pas dans cette chronique de l’histoire en elle-même au risque de vous spoiler les extraordinaires révélations et rebondissements du roman. Mais je vais vous parler de mes ressentis et des thématiques abordées.

Ce roman est un roman féministe. Il nous interroge sur la place des femmes dans la société, sur la vitesse avec laquelle des croyances peuvent se mettre en place et avec elles un régime totalitaire. Mais ce roman soulève aussi l’idée selon laquelle les femmes sont souvent les premières victimes des politiques de répression ou de croyances aussi improbables que dangereuses.

Cependant ce que j’ai réellement apprécié dans ce roman c’est qu’il n’est pas manichéen. Les hommes ne sont pas les méchants et les femmes les innocentes victimes. Il y a des gens qui profitent du système mis en place dans un « camp » comme dans l’autre de même qu’il y a des gens pour s’opposer à ce système aussi bien chez les hommes que chez les femmes. De plus, j’ai également adoré la manière dont Kim Liggett nous rappelle que le patriarcat est un problème aussi bien pour les hommes que pour les femmes.

Kim Liggett nous interroge également sur l’influence de nos croyances et de notre éducation, sur nos choix de vie. Avec beaucoup de brio, l’autrice parvient à créer une ambiance à la fois pesante et fascinante dont l’injustice flagrante vous mettra en rage par moment. Mais ce qui prédomine la plus par du temps c’est le doute : les croyances sont-elles fondées ou sommes-nous face à un cas de persuasion collective ? La magie est-elle réelle ou non ? Jusqu’à la toute fin du roman Kim Liggett nous fait douter, nous pousse à nous questionner, à remettre en question ce que nous savons et ce que nous croyons établi.

Enfin, autre point à la fois intriguant et angoissant de ce roman : l’absence de repères spatio-temporels. On ne sait pas à quel moment ni dans quels lieux se déroule l’histoire. Une manière détournée pour l’autrice, semble-t-il, de nous rappeler que ce qui arrive à Tiersen et à ses proches peut arriver n’importe où, n’importe quand et à n’importe qui. Quant aux remerciements de ce roman ils sont aussi incroyables que tout l’ouvrage et nous expliquent un peu mieux la genèse de l’écriture de ce roman.

Un roman extraordinaire porté par des personnages imparfaits et donc terriblement attachants et par des messages et thématiques très fortes. J’ai été emportée par un maelström d’émotions de la toute première à la toute dernière phrase de ce roman. L’année de grâce est de ces ouvrages à lire absolument et à mettre entre toutes les mains !
Rosewood chronicles, tome 1 : Princesse incognito Rosewood chronicles, tome 1 : Princesse incognito
Connie Glynn   
Je me suis enfin laissée tenter par ce livre qui était dans ma PAL depuis un petit moment déja, et je dois dire que ça a été une belle déception...

On suit Lottie et Ellie, deux jeunes filles qui font leur rentrée à Rosewood, un pensionnat très réputé d'Angleterre. L'une est une adolescente ordinaire, et l'autre est une princesse qui vient faire ses études incognito, et bien sûr, suite à un quiproquo, leurs rôles vont être échangés...

Nous voilà donc embarqués dans un monde de princesses et de paillettes, auquel j'ai malheureusement pas du tout accroché (alors qu'en principe Disney c'est ma vie ahah). C'est dommage parce que l'idée de base était bonne, on voit que le livre a du potentiel mais tout n'a été que survolé. Par exemple, il n'y a aucun world building par rapport au pays dont est originaire Ellie, Maradova, on ne sait même pas où il se situe. Pareil pour Rosewood, il n'y a pas vraiment de description donc c'est très difficile de visualiser l'école. Dans le même genre, l'idée du sénéchal est assez originale mais vraiment très bancale, ça aurait pu etre développé davantage. Tout l'univers reste vraiment trop superficiel.

Concernant l'écriture c'est très (trop ?) simple, mais bon au moins c'est fluide et ça se lit relativement vite. J'ai relevé pas mal d'incohérences : quel était le but de l'énigme de Binah ? J'ai pas non plus compris le délire avec le fondateur de l'école. Tout va vraiment trop vite, que ce soit les relations des perso où le choix de Lottie de devenir sénéchale sans réfléchir. On sent vraiment le côté baclé et enfantin.

Pour ce qui est des personnages, Lottie est vraiment trop niaise et clichée. Ellie reste ma préféré mais elle n'est pas si rebelle que ce que nous vend le résumé, et j'ai trouvé Jamie hyper ennuyeux. Lottie semble attirée par à peu près n'importe qui, les relations sont plutôt ambiguës (surtout Lottie/Ellie où on voit bien que ce n'est pas qu'une question d'amitié mais rien n'est dit clairement), et je sens gros venir un triangle amoureux pour la suite. Pour moi le développement des personnages est vraiment très pauvre et leurs réactions sont parfois démesurées, ce qui m'a très souvent fait lever les yeux au ciel ?

Bref l'histoire est trop simple et vide pour moi malgré que ce soit du jeunesse (genre que j'adore). J'ai pourtant essayé de le lire en mode détente et sans m'attendre à grand chose mais ça n'a pas pris donc je ne pense pas lire la suite !

2,5 / 5
The Rosewood Chronicles, Tome 2 : Apprentie Princesse The Rosewood Chronicles, Tome 2 : Apprentie Princesse
Connie Glynn   
Ayant adoré le premier volet, j'avais grand hâte de découvrir cette suite. Si le prologue m'a immédiatement replongée dans l'ambiance, les premiers chapitres m'ont un peu refroidie à cause de leur lenteur. En effet, ce n'est encore que la fin des vacances d'été, donc en soi, il ne se passe pas grand-chose. C'est pour ça que j'ai été ravie quand Ellie et Lottie retournent à Rosewood Hall pour la rentrée. A partir de là, tout s'est enchaîné et je n'ai pas pu lâcher le livre jusqu'à la fin.
La première partie, qui délivre beaucoup d'informations sur les origines de Lottie, m'a véritablement passionnée. Le mystère m'a totalement emportée, au point que j'essayais de le résoudre avant Lottie de mon côté. Et j'étais ravie de la révélation finale, surtout qu'elle était en lien avec des passages du premier tome.
La seconde moitié du livre m'a beaucoup plu aussi, même si elle est nettement moins marrante. Là, on se concentre plus sur les Léviathans et les empoisonnements que Rosewood subit. L'enquête des filles est très intéressante, et j'ai adoré la suivre "en temps réel". C'est entraînant, à tel point qu'on tourne les pages frénétiquement pour avoir le dernier mot de l'histoire.
Revenir à Rosewood avec tous les personnages, c'était comme retrouver de vieux camarades de classe. Ce qui m'a aussi beaucoup plu les concernant, c'est la façon dont ils se serrent les coudes au moment où il y en a le plus besoin. L'amitié est au centre de cette saga, et je suis fan du message transmis ("ensemble, on est plus forts").
Concernant le trio de tête, j'ai aimé l'évolution de Lottie, bien qu'à cause de son rôle de Sénéchale, elle paraisse bien plus âgée que ses 15 ans. Et comme l'histoire se centre beaucoup sur elle cette fois, Ellie passe un peu dans son ombre. Quant à Jamie, j'avais mal pour lui. A la fin du livre, la crainte qu'il se laisse dévorer par ses démons et fasse une énorme bêtise ne me lâchait pas. J'ai même un peu peur de son évolution dans l'opus suivant... Concernant le triangle amoureux qui se tisse entre eux, j'avoue que même s'il est un peu plus original que ce que j'ai vu jusqu'à présent, ça n'en reste pas moins agaçant (car je n'aime pas les triangles amoureux).
Ce qui m'a aussi fait lever les yeux au ciel, c'est l'abondance de romances. Il faut savoir que les romances, je les consomme avec modération, donc un petit peu, c'est sympa, mais 4 (voire 5, vu les sous-entendus), ça commence à faire beaucoup à mes yeux. Autant je comprends les enjeux du triangle amoureux et j'approuve celle d'Anastasia parce qu'elle a une importance capitale dans l'histoire, autant la romance de Micky m'a parue de trop. Elle arrive comme un cheveu sur la soupe et ne fait pas avancer l'intrigue, ce qui fait que je ne lui ai trouvé aucun intérêt. Pour moi, c'était juste un moyen de l'auteure d'insister encore sur un point qu'on a pourtant déjà bien compris grâce aux autres romances. J'ai trouvé ça lourd et maladroit, parce qu'on n'a pas besoin de ça pour comprendre le message qu'elle veut nous transmettre : il passe très bien sans en faire des caisses. Quant à la romance qui semble se tramer pour Ollie, je me suis dit que c'était pour mieux lui donner de raisons d'intervenir dans le tome 3. Même si lui non plus n'a pas besoin de ça pour ça puisque Lottie est à elle seule une raison suffisante pour qu'il intervienne, justement...
En bref, malgré un petit point noir à mes yeux, c'est une chouette suite, qui se lit facilement grâce à la plume simple et fluide de l'auteure et rapidement grâce à tous les mystères qu'on veut résoudre. J'ai effectué mon retour à Rosewood Hall avec grand plaisir, et j'attends le dénouement de cette saga avec impatience !

par KarolynD
Rosewood chronicles, Tome 3 : Princesses à Tokyo Rosewood chronicles, Tome 3 : Princesses à Tokyo
Connie Glynn   
Mon avis :
.
Comme pour le premier et le second opus, j’ai énormément aimé cette lecture! Retrouver les personnages, l’univers et la plume de l’auteure sont, à chaque fois, un bonheur!
Et puis ces couvertures, on en parle?
Elles sont MA-GNI-FI-QUES !!
.
Quel plaisir de retrouver Lottie, Jamie et Ellie. Un trio qui fonctionne du tonnerre, avec des hauts et des bas comme dans toute amitié.
Dans cet opus, direction le Japon. J’ai beaucoup aimé toutes les références à ce pays ainsi que les petits mots par-ci par-là!
.
La plume de l’auteure est fluide, moderne et addictive.
Son récit est complètement captivant. L’intrigue est elle, très bien ficelée. À aucun moment, je ne me suis ennuyée.
Les nombreux mystères et rebondissements ainsi que les chapitres plutôt courts rythment le roman.
À chaque chapitre terminé, je voulais connaitre la suite.
C’est un roman qui se lit facilement et rapidement!
.
Vous l’aurez sûrement compris, j’ai passé un très bon moment de lecture avec ce roman!
Je ne peux que vous conseiller de lire cette saga et j’ai hâte de découvrir la suite qui sortira en 2021!
•••
Ma note : 5/5
Fashion Victime Fashion Victime
Juno Dawson   
http://www.my-bo0ks.com/2020/10/fashion-victime-juno-dawson.html

Je n'avais encore jamais lu de roman de Juno Dawson, mais je savais que son précédent roman avait beaucoup plu et surtout marqué les esprits. J'étais donc encore plus curieuse de découvrir la plume de l'auteure avec Fashion Victime.

Fashion Victime est un roman percutant. Contrairement à ce que l'on pense, le monde de la mode n'est pas que paillettes, fêtes, argents et vie réussie. Non bien au contraire. Avec Fashion Victime, Juno Dawson montre l'envers du décor. Les drogues, la manipulation, les agressions sexuelles, la violence et tout ce qui va avec. On sent que l'auteure a pris le soin de faire des recherches pour son roman et exposé aux lecteurs la vérité, brute et dure de ce monde si enjolivé. Ce roman est donc à mon sens à mettre dans toutes les mains, tout en faisant attention à l'âge du lecteur puisque celui-ci contient des passages choquants.

Notre héroïne Jana, tout juste seize ans se fait remarquer par un type qui la suivait. Pensant d'abord à une plaisanterie, la jeune fille était loin de se douter que l'homme en question disait vrai et souhaite faire d'elle un mannequin pour les plus grandes marques. D'abord sceptique, Jana accepte en voyant qu'elle pourrait réaliser tout ses rêves avec l'argent gagné. Mais au fil des défilés et des rencontres, elle va découvrir que derrières les paillettes, se cachent bien des dangers et le rêve vire au cauchemar.

Avant d'entrer dans le vif du sujet, je dois préciser que j'ai eu beaucoup de mal avec l'héroine, et ce, tout au long de ma lecture. Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais j'ai eu du mal à avoir de l'empathie pour elle, dans le sens où, les événements sont horribles et bien sur, je ne suis pas insensible à cela, mais je n'ai pas spécialement adhéré à l'héroïne en elle-même. Ses réactions au début et son comportement vis-à-vis de ses amis ou encore son petit-ami m'ont laissé perplexe. Du coup, le début du roman n'était pas simple pour moi.

Pourtant, je dois avouer que Fashion Victime est un roman pour lequel on a envie d'aller au bout. La tension monte petit à petit et on sait que quoiqu'il arrive, les choses vont mal tourner. Il faut dire que le résumé ne cache rien et les quelques passages dans lesquels Jana parle de ce qu'il s'est passé ne laisse pas de place aux doutes.

Fashion Victime dépeint la réalité des mannequins. Oui, leurs vies peuvent être agréables, elles peuvent avoir beaucoup de chance, voyager, porter de grandes marques, rencontrer beaucoup de célébrités mais ce n'est pas seulement ça. Et Jana va le découvrir au fil des défilés. Comme je vous le disais, la tension monte petit à petit. On sent que la roue va tourner. Jana commence sa nouvelle vie en pensant tout contrôler mais c'est une illusion. Finalement, rien ne se passera comme elle le pensait et surtout, elle ne sera plus qu'une marionnette.

Sans entrer trop dans les détails, des thèmes forts sont abordés. Agressions sexuelles, manipulation, drogues, alcool, dérapages en tout genre, on est bien loin des paillettes. Fashion Victime est un roman plus sombre qu'il n'y parait. Ne vous fiez pas au rose sur la couverture car ce n'est absolument pas joyeux. Je ne vous cache pas que j'étais très mal à l'aise durant toute ma lecture. Il faut dire qu'on assiste, impuissant, aux événements tous plus horrible les uns que les autres. Pour autant, l'auteure laisse tout de même un peu d'espoir à son histoire avec sa fin. On termine sur une note un peu plus positive et qui arrive telle une bouffée d'air frais.

Fashion Victime est un roman percutant, coup de poing. Le lecteur est, comme son héroine, Jana, pas épargné. Un mal pour un bien au final car il est important de dénoncé ces agissements et ne pas rester dans le silence. Rien que pour cela, ce roman est important.

Pour autant, je m'attendais à être beaucoup plus touchée par cette histoire. D'être bouleversée, submergée par les émotions. Et ça n'a pas été le cas. Bien sur, les sujets abordés sont forts et ce roman a une part de réalité qui me révolte mais je m'attendais vraiment à être plus dans l'émotion. Au final, passée la première moitié, j'ai trouvé que l'on était trop spectateur de l'histoire et plus vraiment en plein dedans. Sous doute pour cela que je n'ai pas eu les émotions auxquelles je m'attendais.

En conclusion, Fashion Victime est un roman sombre et réaliste. Il aborde des sujets importants et qui ne devraient plus être tabou aujourd'hui.

par Carole94P

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode