Livres
627 270
Membres
735 076

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Vaste comme la nuit



Description ajoutée par x-Key 2019-06-21T23:58:39+02:00

Résumé

Le capitaine Mathilde Sénéchal repoussait ce moment où elle ferait parler son passé… Mais un événement va la décider à reprendre le chemin du Petit-Caux, qui l’a vue grandir chaque été jusqu’à ses 9 ans. Lazaret, son chef de groupe tout juste parti à la retraite, se sachant condamné par la maladie, a choisi de mettre fin à ses jours. À elle seule, elle avait promis de rouvrir une enquête vieille de trente ans. Il s’est assuré, avant de partir, que sa protégée regarderait dans la bonne direction. Car cette affaire la concerne, qu’elle le veuille ou non. L’été de ses 9 ans, sa professeure d’alto a mystérieusement disparu. Le même jour, Mathilde a fait une chute à vélo. De ce 24 juillet 1987, elle ne garde qu’une cicatrice à la tête et une hypersensibilité olfactive qui la rendent nauséeuse et l’isolent. Là où vivent encore les mêmes femmes et les mêmes hommes silencieux, elle va rompre avec ce qu’elle sait faire le mieux : éviter de débusquer les souvenirs enfouis au risque de connaître la vérité.

(Source : Fleuve Éditions)

Afficher en entier

Classement en biblio - 14 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par plumanna 2019-09-02T17:03:25+02:00

Legal parti, Orsalhièr a réintégré ses pénates. Le contenu de la sacoche est étalé sur la table de la cuisine : une épaisse chemise cartonnée, une pochette et une feuille volante. Jehan verse le café dans les verres et s'assied.

- Ça rime à quoi, dis-moi, tous ces mystères?

- Le gros dossier concerne la disparition en 1987 d'une jeune femme de vingt-cinq ans, une certaine Jeanne Bihorel.

- Et ils l'ont retrouvée morte, je parie...

L'oeil sombre, Orsalhièr secoue la tête.

- Ils n'ont rien trouvé du tout.

Pas même un corps... L'instruction Bihorel appartient à ces vingt pour cent d'affaires non élucidées dont le temps lisse les stigmates en apparence seulement. Sous la surface, le travail de sape se poursuit à bas bruit. Un boulot de termites. Un jour, un souffle, et ne reste que la sciure. Le berger fait tintinnabuler sa cuillère en évaluant la pile de documents d'un œil critique. Son verdict est sans appel.

- Les flics, c'est comme d'autres pour la parlotte, moins ils en savent, plus ils écrivent.

- T'as pas tout à fait tort... Mais dans ce cas, il s'agit des gendarmes. J'ai à peine survolé les documents, tu sais.

- Et les autres papiers ?

- Des mains courantes concernant des malveillances diverses, dégradations de biens, vols et des animaux morts...

- Eh bé ! Si un saligaud s'en prenait à mes bêtes, je le pèlerais à vif, tu feras la commission à ton Titan quand tu le croiseras. Si tu en réchappes !

Les deux amis se regardent de travers. Mais le cœur n'y est pas. Ils se chamailleront une autre fois à propos des ours et des hommes, de la bestialité des uns et de la toute-puissance assassine des autres, de l'impossible cohabitation aux dires du berger, de la nécessaire préservation selon le photographe naturaliste. Orsalhièr va chercher une bouteille d'eau-de-vie et met sa tournée. L'offrande vaut cessation des hostilités. Jehan aspire une gorgée et fait claquer sa langue de satisfaction.

Bon, bon... Ces saloperies, il y a un rapport avec la fille qui s'est volatilisée ?

L'ex-flic hausse les épaules, incertain. Les faits consignés dans les plaintes semblent étrangers à l'affaire principale, hormis qu'ils sont circonscrits au même espace temporel et géographique. Raison pour laquelle Lazaret explique les avoir retenus. Orsalhièr abonde dans son sens. C'est parfois à la périphérie des enquêtes que dépasse le fil permettant de démêler la pelote. Et le nœud de vipères.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Nausicaa_Npa 2021-11-21T21:51:19+01:00
Argent

Force est de constater que le second tome est vraiment meilleur que le premier !

On y retrouve donc notre femme de glace (Mathilde) dont la couche se fracture petit à petit et laisse enfin apercevoir quelque chose de très intéressant. Il faut dire que peu de choses lui sont épargnées dans ce tome puisqu’elle est au centre de toutes les attentions. Devant supporter le deuil d’une des rares personnes sur lesquelles elle se repose, Mathilde va plonger les deux pieds dans ses souvenirs pour tenter de trouver la réponse à la disparition de sa baby-sitter. Ce qui l'obligera à se dévoiler et arrêter de se cacher derrière les barrières qu’elle a mis si longtemps à ériger.

Alternant entre présent et passé, toujours avec des chapitres courts, Elena Piacentini arrive à créer une superbe dynamique dans son livre. Pas de temps mort, pas trop d’action : une juste dose qui créait un rythme parfait.

On sent venir certaines choses mais certainement pas le dénouement final !

J’ai été contente de retrouver certains personnages comme Orsalier (que j’appréciais déjà beaucoup dans le tome 1), et sa jeune voisine.

L’arrivée d’un personnage du passé, que Mathilde a oublié mais dont elle a été très proche, est probablement la plus belle intervention de ce livre. Cet homme est une force tranquille. Effrayant et ermite, il cache pourtant des secrets et des sacrifices qui vous remuent l’estomac et vous feront verser une petite larme.

Ce livre explore avec brio les explications complexes qui peuvent se cacher derrière les gens silencieux. Mais aussi, ce qui peut se cacher derrière les gens trop "expansifs".

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Goupilpm 2020-01-14T11:32:50+01:00
Bronze

Le commandant Lazaret, mentor et amant occasionnel de la capitaine Mathilde Sénéchal, atteint d'un cancer se suicide en mer, son bateau est retrouvé à la dérive. Il laisse à Mathilde un dossier vieux de trente ans, la disparition non élucidée de Jeanne Bihorel qui donnait parfois des cours de piano à Mathilde. Une disparition survenue le même jour où Mathilde, alors enfant, a eu un accident de vélo qui l'a laissée en partie amnésique.

L'intrigue met beaucoup de temps à débuter, il faut attendre plus de la moitié du récit pour que les premiers éléments de l'enquête et du passé nous parviennent. En effet dans cette première partie l'auteur s'attache surtout à faire ressortir le mal être et les états d'âme de Mathilde traumatisée par son passé. La dynamique de lecture s'avère très lente et le récit ne parvient pas à capter suffisamment l'attention du lecteur.

Quand débute réellement l'enquête, les interrogatoires des témoins du passé n'apportent que peu d'indices au lecteur sur la disparition de la jeune femme. Dans cette deuxième partie l'auteure fait ressortir les faits qui se sont déroulés le même jour que la disparition de la jeune femme femme dans les décennies passées. Des faits troublants de morts inexpliquées qui donnent une atmosphère oppressante au récit, des morts de proches des familles toujours au même dates qui permettent de maintenir le suspense. Les interrogatoires ne fourniront rien de véritablement concret pour l'enquête, c'est surtout le travail de Mathilde sur elle même qui conduira au dénouement. La totalité du récit est plus basé sur l'atmosphère que sur les faits.

Le personnage de Mathilde s'avère très fouillé , néanmoins le fait que l'on se retrouve une fois de plus avec un personnage marqué par son passé, c'est devenu une habitude dans les thrillers et les romans policiers, ne nous permet pas de s'attacher à elle. Dans ce roman de la deuxième série de l'auteure on est aux antipodes du personnage central de la première série de l'auteur qui lui se révélait attachant. A notre avis, hormis le personnages d'Hortense, les personnages secondaires ne sont pas suffisamment exploités.

La plume de l'auteure est beaucoup plus riche et travaillée que dans la majorité des romans du genre, mais cette qualité dans la première partie du roman à son revers. L'auteur comme mentionné ci-dessus s'attachant trop aux ressentis de son personnage, l'écriture accentue l'effet de lenteur.

Une lecture qui à la sortie nous laisse sur un sentiment mitigé.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lilith0608 2019-11-11T11:30:35+01:00
Pas apprécié

J'ai été très déçu alors que je m'attendais de part la quatrième de couverture à une super découverte.

Je n'ai en effet, rien compris durant tout le livre. On se perd entre tous les personnages et les flashback. Dommage....

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lilyanne 2019-11-02T17:56:55+01:00
Pas apprécié

Une déception pour moi, je m'attends à mieux. J'ai eu beaucoup de mal à le finir.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Christele-1 2019-10-24T19:28:49+02:00
Or

Vaste comme la nuit d’ Elena Piacentini

Il n’y a rien que j’aime plus que d’ouvrir un livre et découvrir l’arbre généalogique des personnages que nous allons côtoyer pendant plus de 300 pages. Mathilde Sénéchal est notre personnage central, elle est capitaine de Police et guidée par Lazaret son ancien mentor, elle va enquêter sur une ancienne affaire de plus de trente ans, sur les lieux de son enfance dans le petit village d’Arcourt. Elle a beau faire elle ne se souvient plus de ce qui est arrivé le jour où elle est tombé de vélo, le jour où Jeanne a disparu, elle avait neuf ans. Elle va se retrouver confronter au silence des habitants, plus taiseux il n’y a pas. Des souvenirs qui vont revenir la hanter, des odeurs insupportables… L’auteur nous propose de suivre plusieurs fils qui se croisent avec brio et nous mènent par le bout du nez avec intelligence. Les personnages sont abîmés par la vie que ce soit la jeune Adèle dont Mathilde prend soin ou encore la vieille « tante » Hortense, on ne rencontre quasiment que des personnages qui ont eu des vécus douloureux, Mathilde la première. L’intrigue est bien pensée et tous les ingrédients sont réunis, il y a des non-dits, des secrets, des pièges et des morts, du sang et un jour anniversaire. Tout s’enchaîne sous une plume fluide, les chapitres ont leur propre rythme et l’atmosphère qui s’en dégage devient de plus en plus pesante et angoissante. Il y a un jeu passé – présent qui entretient le suspense et les rebondissements nous font prendre conscience en même temps que Mathilde de ce qui se joue. Un thriller particulièrement efficace, tout en subtilité qui nous rend complètement dépendant jusqu’à la dernière ligne. Bonne lecture.

http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2019/10/24/37712097.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Unbrindelecture 2019-09-12T09:13:51+02:00

http://www.unbrindelecture.com/2019/09/vaste-comme-la-nuit-delena-piacentini.html

C'est un roman policier que j'ai beaucoup apprécié, passionnant et très intéressant. L'auteur nous livre ce récit, vif et extrêmement bien écrit dans une intrigue très bien ficelée, les rebondissements et le suspens sont permanents et je dois dire que je ne m'attendais pas du tout à ce final, parfaitement inattendu. C'est extrêmement prenant et ce livre se lit très vite afin d'en connaître la fin. Un très bon livre que j'ai pris beaucoup de plaisir à parcourir...

Afficher en entier
Argent

Un thriller rural incandescent.

Si nous avons pléthore d’excellents auteurs de thrillers à travers le monde, il y en a aussi que nous gardons jalousement pour nous.

Parmi ces fabuleuses plumes françaises, celle d’Elena Piacentini se taille une place de choix.

Mathilde Sénéchal, flic à l’excellent flair (avec ou sans jeu de mot), est une jeune femme toute en contradictions. Pour dépasser le mal-être qui la ronge il lui faudra se rappeler ce qui l’a généré, et surtout l’accepter. Ce qu’elle n’imagine nullement possible.

Aussi quand son ancien chef lui force un peu la main pour l’amener à enquêter sur une ancienne affaire dans le petit bourg d’Arcourt, où se trouve justement sa maison de famille, Mathilde pense qu’elle arrivera à faire la part des choses.

Mais si Arcourt semble plaisant et paisible au touriste qui passe, celui qui s’attardera un peu comprendra vite qu’ici tout le monde se connaît, la majorité se déteste, et surtout personne ne parle vraiment.

Peut-être parce qu’il y a des démons qu’il vaut mieux ne pas nommer de peur de les voir ressortir du bois…

Si les Maugris, les Sénéchal et les Jobenne sont les trois principales familles de ce si joli coin de France, ce qui les lie entre eux n’apparaît pas dans le guide touristique.

Et pour cause.

Des secrets, du sang, une date, il n’en faut pas plus pour transformer le présent en passé, et le passé en présent.

Le lecteur et Mathilde devront aller au-delà de l’épais voile des apparences et replonger au cœur de souvenirs qui trouvent leur source dans les recoins les plus sombres de l’humanité.

Dans « Vaste Comme La Nuit », Elena Piacentini parvient à garder la juste note tout au long d’un thriller aussi mélodieux que diabolique.

Ses personnages sont profonds et attachants (avec une mention toute particulière pour la petite Adèle), la trame est souple, addictive, et le rythme, oscillant entre passé et présent, a un côté hypnotique particulièrement plaisant.

L’auteure nous offre ici un cold-case parfait, dans lequel illusions et superstitions s’entremêlent et ferrent le lecteur jusqu’à la fin.

Oui, vraiment, je vous conseille d’aller passer quelques jours à Arcourt, vous ne serez pas déçu !

À lire !

Afficher en entier

Dates de sortie

Vaste comme la nuit

  • France : 2019-08-22 (Français)
  • France : 2020-08-20 - Poche (Français)

Activité récente

ninin61 l'ajoute dans sa biblio or
2020-02-15T19:19:40+01:00
Lilou le place en liste or
2019-10-11T11:00:23+02:00

Les chiffres

lecteurs 14
Commentaires 7
extraits 1
Evaluations 4
Note globale 6.75 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode