Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de VDMaud : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
La face cachée de Margo La face cachée de Margo
John Green   
Avant tout, j'aimerais préciser que si je rencontre l'éditeur francais de ce bouquin je l'enterre. A cause du titre ABSOLUMENT DEBILE QUI NE COLLE PAS DU TOUT A L'HISTOIRE (alors que le titre original, "Paper Town", est tellement beau) et de la couverture immonde qui vous empêche de vous représenter Margo autrement que comme la fille sur la couverture, j'ai faillit ne jamais lire ce livre.

Je crois que sans rire c'est l'un des meilleurs livres que j'aie lu de ma vie. Peut-être parce que le sujet me touche car j'aimerais avoir le courage de Margo. Car l'écriture reste de l'écriture jeunesse, en restant objective ; mais c'est drole, c'est bien fait, c'est beau, ca fait réfléchir, et c'est génial. La plupart des commentaires que j'aie vu ne sont pas très enthousiastes mais je l'ai vraiment trouvé magnifique, personnellement, peut-être encore plus que nos etoiles contraires (mais la encore c'est peut etre parce que le sujet me touche et me correspond plus).

Et pour ceux qui ne parlent pas allemand, "Spiegel"(man) signifie miroir. Depuis le début, depuis toujours, Margo est un miroir dans lequel tout le monde ne voit que la Margo qu'il veut voir.

par Firefly
Nos étoiles contraires Nos étoiles contraires
John Green   
http://wandering-world.skyrock.com/3080070673-The-Fault-In-Our-Stars.html

Il y a des livres qui vous plaisent, qui vous embarquent avec eux dans un univers fascinant et qui vous permettent de vraiment vous évader. Et puis, il y a des livres comme The Fault In Our Stars. Ceux qui vous font rire et pleurer, qui vous bouleversent jusqu'au point à penser à eux au lycée, lorsqu'on est avec des amis, qui nous dévastent et vous consument jusqu'à la dernière page. C'est définitivement le cas de ce magnifique ouvrage. Rien qu'en repensant à sa fabuleuse histoire, j'ai des papillons dans le ventre.
En lisant le résumé, on se doute que l'intrigue va nous toucher. Vous commencez à me connaître, j'ai des tendances un peu étranges, comme celle d'aimer les histoires atrocement tristes. Alors quand Marie m'a conseillé The Fault In Our Stars, j'ai vite compris que j'allais être bouleversé. Et mon sentiment s'est révélé exact. Ce roman m'a ébranlé au plus haut point. On passe du rire aux larmes en un claquement de doigt, on a sans cesse envie de rassure les héros, et on prend une énorme gifle à la fin du livre. Tout ce que j'aime.
Nous rencontrons deux protagonistes extraordinaires : Hazel et Augustus, tous deux atteints d'un cancer. J'ai envie de dire "Évidemment, ils vont se rencontrer. Évidemment, ils vont s'attacher l'un à l'autre. Évidemment, ils vont tomber amoureux. Et évidemment, il va leur arriver la chose la plus horrible du monde.", mais ce serait rendre affreusement justice au livre. Car oui, l'intrigue est exactement ça, mais également tellement plus. Tellement, tellement plus.
Tout d'abord, et peut-être que cela va paraître vraiment étrange, j'ai énormément ri pendant ma lecture. Hazel et Augustus possèdent un sens de l'humour franchement décalé, et une auto-dérision sur eux-mêmes et leurs maladies à toute épreuve. Leurs répliques sont sensationnelles et drôles, et on ne peut, grâce à celles-ci, que s'attacher à eux. Ils ne veulent sous aucun prétexte que leurs cancers ne prennent possession d'eux. Ils ne veulent pas qu'ils leurs dictent leurs vies. Ils veulent se battre. Toujours et encore. Pour vivre. Exister. Ne pas être oubliés.
Les personnages secondaires sont également marquants et hautement touchants. Les parents d'Hazel et Isaac, par exemple, sont aussi bien décris que les deux adolescents. Ils sont profonds, bruts, réels. On sent que l'auteur a vraiment travaillé son chef-d'œuvre. Tout y est parfait. D'ailleurs, John Green est vraiment un romancier exceptionnel. Sa plume est saisissante, haletante, prenante. On se perd dans chaque phrase, chaque tournure, chaque mot, chaque expression. Il parvient à nous faire sourire et à nous écrire des moments coup de poing quelques passages après. On passe par toutes les émotions possibles. Et qu'est-ce que c'est beau. J'en veux encore !
On s'amuse et on a les larmes aux yeux pendant premières deux cents pages, où tout se met en place. On apprend à découvrir pleinement Hazel et Augustus. Leurs failles, leurs faiblesses, leurs points forts, leur détermination à survivre malgré tout. Absolument tout. Et lorsqu'ils tombent amoureux, que la romance peut vraiment s'épanouir, c'est à ce moment précis que l'auteur décide de nous achever. Le coup de grâce est enfin donné.
Les cents dernières pages sont atroces. Aussi bien fascinantes qu'émouvantes. Notre moral connait alors une chute libre. C'est par la répétition de phrases frappantes et littéralement ravageuses que John Green rend son histoire encore plus renversante qu'elle ne l'était déjà. J'ai pleuré. Beaucoup. J'ai eu les yeux gonflés pendant de longues minutes. Cette horrible centaine de pages nous dévore et nous coupe le souffle. Ce n'est pas plus compliqué. Pourtant, je savais que j'allai avoir mal, que j'allai souffrir. Mais la peur n'évite pas le danger. J'ai donc plongé avec Hazel et Augustus dans un ouragan de sentiments annihilants. Ouaw. Juste ouaw.
Concernant la romance en elle-même, elle fait partie d'une des plus belles que j'ai jamais découvert. Nos deux fantastiques héros représentent tout l'un pour l'autre. Ils s'accrochent car ils savent pertinemment que la vie va horriblement les séparer. Alors ils profitent de chaque moment. Chaque seconde qui s'égraine est un pas de plus vers la conclusion de leurs existences. Ils décident d'écrire le dernier chapitre de leurs vies ensemble. Oh god. Comment ne pas succomber à cette histoire, sincèrement ?
En refermant The Fault In Our Stars, j'étais dans un état second. J'ai dû attendre un petit moment avant de pouvoir repenser normalement. J'avais le coeur qui battait à cent à l'heure, les idées confuses, l'esprit embué. Ce livre nous offre une très, très belle leçon de vie. On réalise qu'il y a des cas pires que les nôtres. Que la vie vaut la peine d'être vécue, malgré ses hauts et ses bas. Qu'il faut profiter de tout, à tout moment. Car d'un instant à l'autre, tout peut violemment basculer. Hazel et Augustus sont deux personnages qui resterons très certainement gravés dans ma mémoire pendant très longtemps, tout comme leur passionnante et frappante histoire. Merci à John Green pour avoir écrit un tel livre. Merci, merci, merci. Et, évidemment, merci à Marie pour me l'avoir conseillé. Je serais passé à côté d'un vrai trésor.

par Jordan
The Driven, Tome 4 : Aced The Driven, Tome 4 : Aced
K. Bromberg   
Un tome stressant
L'histoire se déroule 6 ans après le mariage de Rylee et Colton.
Rylee disjoncte totalement à cause de plusieurs évènements.
Cette fois ci, c'est Colton qui la soutient totalement.

par Adèle
Avalon, Tome 1 : Le Jeu des Tentations Avalon, Tome 1 : Le Jeu des Tentations
Indigo Bloome   
Roman érotique malgré les sentiments existants entre les deux héros, ce livre m'a laissé un sentiment de malaise. Si j'apprécie l'érotisme, je n'aime pas voir la femme se transformer en marionnette dans les mains de son amant même si c'est par amour, avoir envie de dire non puis se laisser convaincre par désir et perte des sens a quelque chose de malsain.

L'héroïne Alexandra Blake, a trente sept ans et exerce le métier de psychologue,mariée et mère de deux enfants, elle semble bien installée dans sa vie confortable et pourtant lors d'une conférence elle va retrouver son ex-amant et meilleur ami le Docteur Jeremy Quinn et là tout va basculer.Il va l'entrainer dans un jeu pervers qui n'a pas de règles vraiment établies sauf pour lui, au delà de toutes ses inhibitions, quarante-huit heures les yeux bandés pour explorer ses fantasmes sexuels les plus intimes (ou plutôt les siens) et pousser ses limites jusqu'à leur l'extrême.

Ce voyage érotique se passe à travers des expériences très bizarres, pas de violence physique ( ne vous attendez pas à du BDSM )mais une certaine violence morale par la volonté de Jeremy sous couvert de sentiments de dominer Alexandra.Sous prétexte de découvrir de nouvelles sensations il la manipule et la modèle, je ne dénie pas le fait qu'il l'aime et l'a toujours aimé mais si leurs relations antérieures étaient ludiques, celle qu'il lui fait vivre dans ce quasi huis-clos est dérangeante. Les scènes intimes sont assez classiques,sans vraiment d'originalité, entrecoupées de longues descriptions ennuyeuses, l'auteure manque de sensualité dans sa plume et le sentiment permanent de contrainte d'Alexandra dans la découverte de ses sensations ôte tout passion.Les scènes trop cliniques ainsi que la découverte de "l'enjeu médical" réduisent ses relations à des expériences sexuelles ni plus ni moins : toute notion d'érotisme s'efface.

A aucun moment je n'ai ressenti un sentiment profond, Jeremy est sombre, provocateur et manipulateur,quant à Alexandra je l'ai trouvé un peu fade sans vraiment de personnalité, sensation renforcée par le fait que le livre est écrit à la première personne, ses monologues intérieurs sur ce que va penser son mari sont un peu hypocrites alors qu'elle a accepté de plein gré de le tromper, voilà mon gros problème son incapacité à assumer sa décision ( en se disant à tout bout de champs" mon dieu que va penser mon mari,je ne devrais pas faire ça ,je suis une mère de famille etc..." ) c'est d'une lassitude.

Au final ,je dirais que l'idée de départ était bonne mais qu'Indigo Bloome n'a pas réussit à la concrétiser nous livrant un récit d'une grande fadeur excepté peut être les quelques retours dans le passé qui nous compte les frasques des années de collège de Jeremy et d'Alexandra. Ces petits interludes torrides sont ma partie préférée car le reste du livre est plutôt ennuyeux et ce n'est pas la fin tellement facile qui va relever le tout. Le début du récit promettait une explosion des sens et un feu d'artifice sensuel et nous nous retrouvons avec un pétard mouillé très frustrant, de plus l'auteure sans vraiment de finesse annoce dans sa conclusion quasiment ce qui va se passer dans le second tome !

Maintenant ce ressenti m'est propre, d'autres lectrices apprécieront sûrement différemment cet érotique, pour ma part il y a un sentiment de ratage.

par samba
Plaisirs, Tome 2 : Les Plaisirs d'Été Plaisirs, Tome 2 : Les Plaisirs d'Été
Evie Hunter   
a quand la sortie en france?

par audoky1
Le feu du plaisir Le feu du plaisir
Karen Anders   
Je n'ai pas trouvé ça terrible je dois dire...

La façon de raconter l'histoire était assez puérile et niaise, très cliché, avec la répétition en permanence des prénoms des deux personnages principaux au lieu de varier par des pronoms ou dérivés (elle, il, le jeune homme, la jeune femme, etc..). Cela donnait une impression de lourdeur désagréable.

Le couple était assez sympa par contre, avec une femme de caractère et un peu soupe au lait, et un homme très serviable, gentil, attentionné et sentimental.

Il y a aussi un soupçon de mystère avec l'enquête sur le pyromane.

Les scènes sensuelles sont plutôt bien écrites et assez chaudes (collection audace oblige), un peu trop nombreuses à mon goût pour la durée de l'histoire cependant...

Au final, si l'écriture avait été meilleure, je l'aurais davantage apprécié.
Dommage...

par Vitany
La Trilogie italienne, tome 1 : Sur tes yeux La Trilogie italienne, tome 1 : Sur tes yeux
Irene Cao   
une romance érotique en trois tomes, donc celui-ci est le premier, avec son lot d'hésitations, de secrets, de revirements...... Chaud, chaud, chaud !
Pour les fans de ce genre de littérature, voilà le roman idéal pour les vacances, à lire sur la plage !
Mais, me direz-vous, qu'est-ce que ça vaut ? C'est vraiment bien ? A cette question, on en peut s'empêcher de répondre par comparaison avec une autre trilogie bien connue, vous savez, les cinquante nuances.....entre gris clair et gris foncé.
Et là, je vous le dirai tout net : pour moi c'est beaucoup mieux que les 50 nuances ! Pourquoi ? Parce que cette trilogie, au moins, elle n'est pas en noir et blanc, elle est en couleurs ! C'est facile à comprendre, par exemple pour les personnages, on a d'un côté Anastasia, journaliste malgré elle, et Christian, homme d'affaires. De l'autre, une restauratrice en peinture, Elena, et un cuisinier d'exception, Leonardo. Cela suffit à nous offrir des plaisirs beaucoup plus colorés et riches en saveur que ceux, assez noirs effectivement, offert par E. L. James.
Enfin, tout est affaire de goût, et il n'y a pas réellement concurrence entre les deux, qui sont publiés chez le même éditeur. A vous de voir.
Bonnes vacances !

par Bookeny
Désirs et désastres, tome 3 Désirs et désastres, tome 3
Rose M. Becker   
Ce tome est aussi une découverte de personnage mais cette fois-ci celui d'Elena même si je ne pensais pas qu'il soit aussi noir. Un tome qui montre une relation qui évolue très vite ou du moins qui se montre plus ouverte en sentiment que sur les deux tomes précédents et une fin tout aussi inattendu qu'horrible (mais quand même moins que celle d'avant)!
Émancipés Émancipés
M.G. Reyes   
L'histoire de ce roman concerne six jeunes, entre 15 et 17 ans, qui ont été émancipés pour des raisons propres à leur histoire. Ils se retrouvent tous colocataires d'une magnifique villa située au bord de la mer, à Venice Beach. Ils y vivent seuls, sans parents, ni adultes. Chacun apporte avec lui dans cette maison, sa propre histoire, ses ambitions et ses secrets et ils ont tous quelque chose à cacher. En plus de cela, une personne les espionne. On ne connaît ni ses raisons, ni dans quel but.
Une histoire qui au premier abord s'annonce intrigante, où se mélangent mensonges, espionnage et faux-semblants.

La narration est à la troisième personne. Un point de vue externe qui permet de suivre chacun des 6 personnages principaux et un personnage mystérieux. La disposition des chapitres alternent entre chacun de ces personnages.

L'ambiance est un mélange étrange de tension et de curiosité avec une point de légèreté. Un mélange agréable pour les vacances.

Le rythme est plutôt lent. Il n'y a pas d'action à proprement parler, seulement des passages où les événements se précipitent. Il arrive que la tension grimpe un peu mais elle redescend assez vite, ce que j'ai trouvé bien dommage.

Le style de l'auteur est plus que correct, le livre est bien écrit avec une plume simple et fluide mais les nombreux personnages et l'alternance des chapitres m'ont parfois un peu perdu. Il y a beaucoup d'histoires à suivre avec ces six personnages principaux qui se présentent presque à tour de rôle. Il faut certes, mettre en place l'histoire mais l'intrigue met de cette façon pas mal de temps à arriver.

L'intrigue est tournée vers les secrets que chacun des six jeunes cachent et vers cette mystérieuse personne qui les espionne sans que l'on sache véritablement pour quoi, du moins au départ. Les pièces du puzzle finissent par se mettent en place mais nous laisse avec plus de questions qu'elle n'apportent de réponses à la fin du roman.

Les personnages sont plutôt intéressants même si je ne les ai pas trouvé suffisamment approfondis. Certains, tels que Lucy, Grace ou John-Michael sont tout de même attachants. Dans l'ensemble, j'ai apprécié découvrir les quelques éléments disponibles à leur sujet.

Pour finir, j'ai trouvé ce roman plutôt pas mal dans l'ensemble. Le vif du sujet met plus de la moitié du roman avant d'arriver et la fin ouverte nous laisse totalement sur notre faim. Un peu comme un soufflé qui se serait donner du mal à monter pour être finalement tout "raplapla".
Il n'y a, au final, pas de véritable enjeu dans ce roman, certes l'histoire doit se mettre en place mais il y a trop de questions sans réponse à la fin.
J'ai tout de même suffisamment apprécié ce roman pour lire une suite, s'il y en a une et je l'espère, car je suis vraiment très curieuse de savoir le fin mot de cette histoire.

par Azurore
Un grand amour peut en cacher un autre Un grand amour peut en cacher un autre
Kristan Higgins   
je suis très ennuyée par rapport à ce livre.
j aime beaucoup kristan higgins, je les ai tous lu. on retrouve tous ces codes, l humour, les descriptions,....mais pour celui là j avoue que je me suis ennuyée une grosse partie du livre. l action n est pas des plus palpitantes au début.
un autre reproche que je lui ferais aussi et surtt qd on la lit souvent c est qu on devine directement ce que sera la fin dans 90% de ces livres, dc il ns reste plus qu à se laisser surprendre par le reste.
il n en reste pas moins, qu il est agréable à lire

par sissou83