Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de venouuu-26 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
A Beautiful Dark, tome 3 : A Radiant Sky A Beautiful Dark, tome 3 : A Radiant Sky
Jocelyn Davies   
Très belle conclusion pour cette trilogie! J'ai aimé ma lecture du début jusqu'à la fin!
On retrouve Skye, qui a formé un troisième groupe. Un groupe ni totalement bien ni totalement mal. The Uprising.
Avec ses amis et sa famille, Ian, Cassie, Dan, Aunt Jo et Raven dont les ailes sont argentées comme celles de Skye, Skye a comme mission de garder l'univers encore en vie. Pour ce faire, elle doit continuer ce que ses parents avaient commencé.
L'histoire était très bien j'ai bien aimé ce que Jocelyn Davies a crée pour ce tome. L'action est présenté, mais sans trop être étouffante.
Par contre j'ai un peu moins aimé le concept: je prends enfin mes responsabilités et mes pouvoirs en main, je vais sauver le monde et mes amis sont toujours là pour moi! Un peu trop cliché pour moi!
Maintenant Asher ou Devin?


[spoiler]Asher!!!!!! Pour mon bonheur absolu!!! Par contre il n'a pas beaucoup été présent dans le livre...
Mon coup de coeur comme personnage était Earth! Tout simplement adorable cette gamine! Elle apporte une touche de légerté et de magie tout en étant une très bonne conseillère!


La fin était superbe! L'armée de Rogue et tout et tout! J'ai bien aimé le "Conseil" créer par Skye pour garder l'ordre, qui est composé de Gideon, Ian et Raven. La mort de Devin m'attriste un peu, Raven et lui auraient pu passer l'éternité ensemble.[/spoiler]
Une très bonne trilogie que je vous recommande!

par wicca64
Le Divin Enfer de Gabriel, Tome 1 : Le Divin Enfer de Gabriel Le Divin Enfer de Gabriel, Tome 1 : Le Divin Enfer de Gabriel
Sylvain Reynard   
Il est rare, en tout cas pour moi, de ne pas savoir exactement ce que l’on ressent pour un livre, soit on aime, soit on aime pas, soit on se réserve pour la suite. Et bien là, je ne sais pas, j’ai tout ressenti !! En ce qui me concerne, le fait de ne pas savoir ce que j’éprouve réellement à la fin de cette lecture est sûrement du au fait que je m’attendais à une énième histoire à la FSOG, mais non rien à voir avec M. GREY, M. STARK ou même M. CROSS. Je peux dire que ce livre est tout public, mais je vous rassure, ce n’est pas un jeunesse non plus !! lol
Tout comme nos chouchous, M. le Professeur Emerson n’a rien d’un ange, il est hanté par son passé, et sa vie sexuelle est des plus intenses, mais pour Julia, il va devenir un ange de vertu, et va tenter de la séduire dans les règles de l'art.
Dans ce roman, nous sommes plongées dans la construction d’une histoire d’amour autre que par le sexe, et ça fait du bien un peu de romantisme. Ils apprennent à se connaitre, se courtisent, se confient leurs secrets, mais cela n’empêche pas qu’il y ai une tension sexuelle entre ses deux personnages.
L’auteur jongle avec les points de vues de Julia et de Gabriel, et certains passages auraient mérité d'être plus approfondies alors que d'autres auraient pu être survolés, mais cela ne m'a pas empêché d'avoir des papillons dans le ventre lors de certaines situations. Il nous fait également découvrir l'histoire de Dante et Béatrice.

Julia est une jeune femme fragile, peureuse, timide, anéantie par ce que son ex lui a fait subir, mais elle est malgré tout d’une bonté extraordinaire. Elle m’a fait sourire quand elle faisait appel au Dieu des étudiants, au Dieu des maladroits, au Dieu du sexe et autres. Mais, Julia va en agacer plus d’une, et oui, c’est comme ça !! lol. En tout cas, moi elle m’a agacé. Ok M. le Professeur en impose, mais quand même à 23 ans, on peut affronter le regard d’une personne, on peut aussi répondre quand on se fait agresser verbalement, et bien non, Julia est trop timide pour tout ça, donc elle encaisse, bon heureusement pour nous, cette situation ne dure pas, et elle va reprendre du poil de la bête !! Au fil des pages Gabriel, va de moins en moins l’impressionner, et elle va réussir à s’imposer. Leur confrontation verbale en salle de classe est pur bonheur ;-))

Gabriel est difficile à cerner, il ne laisse rien transparaître, un seul regard et tout le monde se tait, et toutes les femmes se damnent sur son passage. Son passé est douloureux, il se compare à un démon, il ne pense donc pas mériter le bonheur, pourtant sa rencontre avec Julia va lui faire entrevoir la lumière et il va prendre conscience qu’il a honte de son passé. Mais dire la vérité à Julia, veut aussi dire prendre le risque de la perdre, et maintenant que le bonheur est à porté de main, est-il prêt à perdre tout cela ?? Comment réagira-t-elle quand il lui dira ce qu'il a fait ??

Bon et bien au final, après une nuit de sommeil, je peux dire que j'ai apprécié cette lecture, et même si pour moi ce tome se suffit à lui même, je lirais la suite ;-)


par coco69
La Malédiction du tigre La Malédiction du tigre
Colleen Houck   
Pour ceux qui doutent encore que ce livre soit digne d'intérêt, je vais vous le dire simplement : vous devez le lire. Marre des vampires, loups-garous, histoires banales et répétitives ? Ou même juste envie d'un bon moment de lecture qui déménage ? Foncez. Vous ne serez pas déçus.
Ça faisait très, très, très longtemps que je n'avais pas lu un livre au scénario aussi complexe et en même temps bien construit. Cette histoire de deux Princes maudits et condamnés à se changer en tigres est tout simplement passionnante. Elle m'a rappelé à quel point j'adorais les histoires de quêtes, de mondes cachés et de mythes venus des quatre coins du monde. L'auteure manie si bien le réel et l'imaginaire qu'on en vient à se demander où se trouve la limite entre les deux.
Dans cette aventure, vous rencontrerez de nombreux personnages, la plupart très attachants (comme nos chers Princes et Mr. Kadam, leur protecteur) et d'autres franchement effrayants, comme Lokesh, le super-vilain de l'histoire, responsable de la Malédiction pesant sur les deux Princes.
Mais vous serez surtout confrontés à Kelsey, la narratrice, seule personne capable d'aider les Princes à briser la Malédiction. Kelsey est pleine de contradictions, à la fois forte et intérieurement fragile, dévouée même si parfois égoïste, courageuse face à des créatures souvent horribles mais effrayée à l'idée d'être abandonnée... Elle est humaine et c'est ce qui fait tout son charme (même s'il y a des moments où on a vraiment envie de la secouer). Jetée dans une aventure qu'elle n'aurait jamais imaginée, Kelsey va se retrouver face à face avec une déesse, des monstres issus de mythologies en tout genre et un sorcier avide de pouvoir tout en menant une bataille intérieure contre ses propres sentiments.
De plus, l'auteure fournit une foule de détails sur la vie et les coutumes de l'Inde, aussi bien celle d'aujourd'hui que l'Inde à l'époque des deux Princes. Ce pays féérique qui sert de décor à la majeure partie du récit vous enchantera par sa beauté (souvent) sauvage.
Qui sait ? Peut-être ce livre vous donnera-t-il envie de vous y rendre comme Kelsey pour trouver un prince en détresse...
Ten Tiny Breaths, Tome 1 : Respire Ten Tiny Breaths, Tome 1 : Respire
K. A. Tucker   
Ten Tiny Breaths est une bouffée d'air frais.
Kacey est dévastée, détruite par un accident qui a tué la plupart des siens. Elle s'est réfugiée dans la drogue, dans le sexe, dans la violence. Mais Livie, sa petite soeur, son unique famille, a besoin d'elle plus que jamais.
Pour Kacey, l'enfer est pour ceux qui reste. Dévastée par une haine contre la vie, contre ceux qui ont tués sa famille. Ce livre est centré sur la valeur du pardon. Comprendre la douleur des autres avant de penser à la sienne. Et pardonner ce qui parait impardonnable. Parce qu'un accident est vite arrivé, parce que la culpabilité est la pire des souffrances.
[spoiler]La fin était parfaite, un coup de pinceau pour finaliser une oeuvre d'art. Trent/Cole ne ressemble en rien au meurtrier qu'on se fait de celui qui est responsable de cette accident. Il est lui aussi dévasté par cette horrible nuit qui le hante depuis toujours. Un accident est vite arrivé, on ne peut pas en vouloir à la terre entière. Il faut pardonner pour aller de l'avant. Pour se sentir hors de l'eau et respirer enfin.[/spoiler]
“Just breathe. Ten tiny breaths … Seize them. Feel them. Love them.”
Pour conclure, Je vous le recommande vraiment. La lecture (en anglais) est peut être un peu plus complexe au niveau du vocabulaire, mais il en vaut largement la peine. Ce livre est un vrai petit bijoux. Précieux et qui comporte une morale simple et pourtant si compliquée.

par Kiiwako
Une Chose, Tome 1 : Une Petite Chose Une Chose, Tome 1 : Une Petite Chose
M. J. O'Shea    Piper Vaughn   
Une romance adorable à ne pas manquer...une petite merveille

Cette romance M/M est absolument délicieuse et à ne pas manquer, une vraie comédie romantique et vous ne pourrez que craquer pour le héros Rue Murray qui se retrouve père après une erreur d’une nuit avec l’unique femme qu’il aura essayée. C’est vif, bourré d’humour, une gaité incroyable se dégage de ce récit et les dialogues réservent de petites perles absolument irrésistibles. C’est le genre de romance légère à lire l’après-midi, blottie au coin du feu avec un thé et une tablette de chocolat. Une histoire simple qui vous fait sourire et vous met de bonne humeur et vous fait oublier qu’il fait froid dehors.

Rue est gay et célibataire, il travaille comme barman dans un bar afin de payer ses cours d’esthétisme, son rêve étant de partir à Hollywood. Lors d’une soirée très arrosée, il a eu l’idée de génie de vérifier s’il était homosexuel en couchant avec une femme. Il y avait une chance sur mille de pointer juste et bingo c’est tombé sur notre héros, et quand la jeune femme en question vient lui annoncer la « bonne nouvelle » au lieu de la laisser mettre le futur bébé à l’adoption, il décide de le garder ou plutôt de la garder. Et voilà notre héros six mois plus tard qui rentre avec sa fille Alice et qui malgré la multitude de cours pris au planning familial du coin se retrouve complètement perdu devant l’ampleur de la tâche qui l’attend. Devant jongler avec ses horaires, les crèches qui ne lui conviennent pas, ses moyens financiers et les horaires de sa baby-sitter gratuite et accessoirement son meilleur ami, il décide un jour de tenter sa chance auprès de son voisin Erik Van Nuys qu’il a surnommé Monsieur Gatorade, c’est un véritable choc pour tous les deux. D’une part pour Rue qui s’attendait à voir un vénérable papy et pour Erik que la rencontre laisse sans voix.

Erik est un véritable ermite, asocial et bourré de manies de vieux garçon, affublé d’un léger bégaiement en cas de stress, ne supportant pas d’être touché, sa rencontre avec Rue est épique, un tsunami pour ce pauvre homme. Auteur au bord du désespoir suite aux refus de ses derniers manuscrits, ayant été obligé de quitter sa maison refuge ne pouvant pas l’acheter, il commence tout doucement à reprendre ses marques quand Rue débarque et lui propose de garder la petite Alice. Notre pauvre écrivain, sujet aux crises de paniques dès qu’un changement survient et réfractaire au bruit le plus infime va accepter, car sa situation financière et en alerte rouge cramoisie. Ainsi commence une relation amicale haute en couleur où les passages drôles causés par les catastrophes engendrées par l’inexpérience des deux hommes succèdent à leur découverte de leur attraction mutuelle.

Le style narratif alternatif est parfaitement adapté au récit, à tour de rôle nous sommes dans les pensées de Rue et d’Erik, nous faisant participer directement à la construction de leur histoire. Ces deux hommes étaient destinés à être ensemble tellement ils se complètent à la perfection. C’est une romance chaleureuse où toutes les pièces de puzzle se mettent en place en douceur comme nous aimons.

par samba
Kaleb, Tome 1 : Kaleb Kaleb, Tome 1 : Kaleb
Myra Eljundir   
http://wandering-world.skyrock.com/3096284313-Kaleb-Tome-1-Kaleb.html

Sexy. Excitant. Ardent. Intense. Kaleb, c'est une bombe. Si je devais publier un livre, ce serait un roman comme Kaleb que j'aimerai écrire. Ce thème de l'empathie me touche énormément, ainsi que tous les sentiments forts qui y sont traités. Mais, mon dieu, que ce livre est exceptionnel. En achevant la dernière page hier, j'étais juste dans la brume. Une brume qui sonnait comme une claque. J'étais lessivé. Abasourdi. Fasciné. Choqué. Autant de sensations contradictoires provenant directement de ce petit chef-d'œuvre. Je pense que vous le savez, mes attentes pour Kaleb étaient très élevées. Hé bien il n'a pas fait que brillamment les remplir, il les a surpassé comme rarement un livre l'a fait.
La présentation nous informe que nous allons, avec cet ouvrage, passer du côté obscur de la force et être bercés par le Mal. Je ne me doutais pas une seconde à quel point cela allait être vrai, et c'est essentiellement grâce au héros de l'histoire, le fameux Kaleb Helgusson. Il a la beauté des anges et le caractère du diable. Toutes les filles craquent pour lui. Il aime ça. Et il en redemande. Lorsque son don d'empathe va se révéler à lui, il va avoir du mal à comprendre ce qui lui arrive. J'ai adoré découvrir comment ce pouvoir s'est manifesté, ainsi que la façon qu'à Kaleb de l'apprivoiser.
Ce qui est saisissant avec ce roman, c'est la façon qu'à Myra Eljundir de retranscrire les sentiments de ses personnages. On erre entre exaltation, douleur et effroi. Les descriptions sont ultra visuelles et sensorielles. Tout est hyper haletant, comme si on regardait un film dans lequel un tas d'images s'entrechoqueraient, et où la tension irait crescendo. Il y a énormément de scènes où l'auteur maîtrise tellement bien son sujet qu'elle parvient à nous rendre nous-mêmes empathes. Si si, je vous assure. Et je peux également vous certifier que c'est bien la première fois de ma vie que j'ai mal aux dents en lisant un roman. Non non, ne prenez pas ce regard surpris. Vous avez bien lu. Certaines scènes de torture sont juste hyper dures psychologiquement, tellement stressantes et poignantes qu'on ressent le mal physiquement. Et, en grand masochiste reconnu que je suis, j'ai complètement adoré ça. Le plaisir dans la douleur. Une phrase qui résume à la perfection tout le livre.
Comme dit précédemment, tout est vraiment intense dans ce roman. Et en plus de vivre une foultitude de sensations destructrices, Kaleb va devoir apprendre à contrôler son don et à canaliser ses désirs bestiaux. Étrangement, même si ce personnage est le diable en personne, c'est un protagoniste que j'ai appris à aimer. Même si c'est un véritablement monstre, il ressent énormément d'émotions paradoxales en lui durant une bonne partie du livre. Regrets, désolation, amour, joie... On traverse réellement toute une palette forte de sentiments brutaux et tous plus humains les uns que les autres.
Le gros plus de Kaleb dépend aussi des faits réels qui y sont rapportés. Et là... Ô God quoi. J'en suis encore tout retourné ! Myra Eljundir a su détourner avec brio la Peste du XVIIème siècle, ou encore l'explosion du volcan islandais Eyjafjöll. Rien qu'avec ça, j'étais déjà sous le charme. Mais avec tous les autres éléments qui sont entrés en jeu, je n'ai pas seulement été captivé par ce livre. Non, c'était bien plus que ça... Kaleb était devenu une véritable obsession. Un pur bonheur malsain. C'est terriblement excitant de découvrir les émotions des "mauvais" protagonistes. Personnellement, j'ai plus que craqué pour cette idée et pour toutes les sensations addictives qui en découlent.
Pour celles et ceux qui se posent la question, oui, il y a bien une histoire d'amour. Ok, elle est complètement déroutante et diamétralement opposée de toutes celles auxquelles nous sommes habitués, mais elle est bien là. D'ailleurs, c'est cette différence avec les autres qui m'a perturbé et irrémédiablement attiré. L'amour qui rend fou. Qui consume. Qui blesse. Qui tue. Je pense que vous avez commencé à le comprendre : j'adore tout ce qui lie des choses impossibles à unir en apparence. L'amour et la mort. La plaisir et la douleur. Et Kaleb regorge d'oppositions comme celles-ci. De quoi me rendre complètement dingue.
L'intrigue du roman est juste... Indescriptible. Myra Eljundir nous a brodé une histoire extraordinaire. Je n'ai vu AUCUN rebondissement venir. A chaque fois que j'ai essayé de trouver une réponse avant Kaleb, je me trompais, et pas qu'un peu. J'ai souvent dû poser mon livre quelques minutes pour reprendre mes esprits, souffler et me dire "oh chiasse !". Oui oui, j'étais obligé de jurer tant les surprises sont immenses et les révélations imprévisibles et inouïes. Tout dans cet ouvrage est renversant. Incroyable. Inhabituel. Frappant. Unique.
On pénètre véritablement au coeur d'un tourbillon de sensations. Jusqu'à la fin du livre, nous sommes bousculés, poussés en dehors de notre zone de confort, ce qui est juste ensorcelant. Dans les dernières pages, tout s'accélère. Tout devient encore plus saisissant, plus haletant. Chaque ligne nous coupe le souffle et nous déchire le coeur. J'ai refermé le roman avec tout un tas d'émotions encore brûlantes en moi : horreur, passion, choc, surprise, torpeur... Un cocktail mystérieux qui m'a laissé un étrange goût dans la bouche. Mais je sais une chose : j'en veux encore.
En résumé, je ne peux pas vous conseiller ce livre. Ô ça non. Je vais vous forcer à vous le procurer. Kaleb est un ouvrage rare et puissant. Les personnages sont juste extraordinaires, l'intrigue est diaboliquement séduisante, et tout n'est qu'euphories violentes. J'ai adoré ce livre. Attendre la suite s'avère déjà atroce. Je suis comme en manque. A travers ses mots, Myra Eljundir a su toucher mon âme et mes émotions. A me rendre accro. Kaleb est une vraie drogue. C'est tellement mal d'éprouver tant de plaisir. C'est si bon d'être mauvais.

par Jordan
Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur
Harper Lee   
A travers les yeux d'une petite fille, on montre la ségrégation aux Etats-Unis. Le style est léger et drôle, mais derrière se cache une histoire pesante. Je le conseille à tout le monde.

par myosotis
A Kiss in the Dark A Kiss in the Dark
Cat Clarke   
Avec A KISS IN THE DARK, Cat Clarke revient en force et nous offre une histoire à la fois poignante, émouvante et pleine d’intensité. Ce n’est plus un secret pour personne : l’année dernière, UNDONE/REVANCHE m’a complètement dévasté et m’a permis d’appréhender la lecture sous un nouvel angle. C’est donc sans grande surprise que vous apprendrez que oui, effectivement, mes attentes concernant ce roman étaient plutôt élevées. Malgré tout, j’ai essayé de ne pas trop repenser à toutes les émotions que j’ai ressenties en lisant UNDONE, histoire de pouvoir laisser à A KISS IN THE DARK toutes ses chances de me séduire. Si j’ai vraiment beaucoup aimé la première partie du récit et que j’ai retrouvé avec bonheur le style de Cat Clarke, je dois bien avouer que la seconde moitié du roman m’a un peu plus déconcerté. Disons juste qu’en fait l’un des principaux renversements de situation ne m’a pas semblé légitime du tout et que, à cause de cela, je n’ai pas pu être pris par ma lecture autant que j’aurais souhaité l’être. Je pense que si je devais classer les romans de Cat Clarke par ordre de préférence, A KISS IN THE DARK finirait dernier. Je vous assure que ça me brise le cœur de le reconnaître, mais je ne peux pas nier ce que je ressens. Néanmoins, j’ai sincèrement passé un excellent moment en compagnie de ce livre, puis pouvoir lire un nouveau Cat Clarke est tellement extraordinaire que je ne peux que ressortir satisfait de ma lecture.

SUITE : http://wandering-world.skyrock.com/3213203737-A-KISS-IN-THE-DARK.html?connect=1&kiff=3213203737&k=QgUvE5dQudwZv7g6kd5U9lhWyUg%3A

par Jordan
Irrésistible, Tome 2 : Irrésistible attraction Irrésistible, Tome 2 : Irrésistible attraction
Simone Elkeles   
Je viens juste de le terminer (4h du matin , hier, morte de fatigue mais trop heureuse de l'avoir lu).
Que dire? Tout simplement génial. Aussi bon que le premier tome. Même schéma, mais on ne s'ennuie pas une seule minute. Et quel homme ce Carlos! ( bave ...), digne frangin du beau et inoubliable Alex d'Irrésistible alchimie. Aussi beau et aussi sexy que son frère (oui, oui, c'est possible je vous assure...), et avec autant de gentillesse, de virilité (c'est pour ça qu'on les aime, ne niez pas! lol) et un petit côté fragile par moments. Ajoutez à ça, Kiara, bien dans sa peau et dans sa tête, avec une aisance assez bluffante pour la repartie, et vous obtenez un cocktail explosif!
[spoiler]Ce couple est aussi bien que celui formé par Alex et Brit dans le premier tome, mais un peu moins émouvant (peut-etre l'émotion du tome 1 était due au personnage de la soeur handicapée de Brit, et la fin chargée de tension avec le tabassage d'Alex par son gang par exemple...)[/spoiler]. En tout cas, on est très vite pris par le roman.
Les dialogues s'enchaînent et les répliques fusent, parfois osées et souvent très drôles, avec des passages qui deviendront sûrement cultes. [spoiler](par exemple, la fameuse réponse de Carlos sur son sport préféré: "le tango horizontal". No comment...)[/spoiler].
[spoiler]Pour toutes (ou peut-être tous) les déçu(e)s de la fameuse scène du garage dans le tome 1, que l'auteur a un peu éludé, après nous avoir fait mariner dans un suspens et une tension sexuelle presque insoutenable entre Alex et Brit, vous n'allez pas être déçus par ce tome! Kiara est, disons, une fille qui sait ce qu'elle veut. Et Simone Elkeles y va beaucoup plus franco (sans jamais être vulgaire). [/spoiler].
Bref tout ce roman (navrée, c'est l'enthousiasme qui me fait faire ça ^^) pour vous dire que ce livre est super. J'ai vraiment hâte de lire le dernier tome avec le troisième frère Luis .
J'avais lu ce deuxième tome en anglais il y a quelques mois, mais il semblerait que la maison d'édition française qui a acheté les droits du livre, a publié récemment le livre en français, ce qui est génial pour tous les addicts comme moi de cette série passionnante. Et je vais d'ailleurs de ce pas me le fournir en librairie. :)
Bonne lecture à toutes (et à tous).

par Olyna69
Nos faces cachées Nos faces cachées
Amy Harmon   
Ce livre est terminé.
Une larme au coin de l'oeil.
Un coeur remplit de chaleur.
Et l'impression que ce livre m'a changé.

C'est l'histoire de la vie, des souffrances, de la mort, de nos âmes belles ou laides, de la vraie beauté, de l'amour et de tous ses sentiments qui nous dépassent.

On trouve dans ce livre, des personnages aux grands coeurs, qui nous font rire, et pleurer.
Des personnages honnêtes, et qui voient la vie comme elle est.
Des personnages qu'on aiment parfois un peu trop...

Fern, la jeune fille qui a peur de son visage, qui a peur de son corps, qui croit être laide. Un personnage grâce à cela au grand coeur, qui aide toutes les personnes qui l'entoure. Une jeune fille qui aime lire et écrire comme nous. Comme c'est dit dans le livre, elle est un Miracle.
Ambrose, le beau garçon...
Non, pour sa beauté mais pour ce qu'il est à l'intérieur, c'est ce qui le rend beau. Il est intelligent, et cite Shakespeare. Au fur à mesure du livre, il apprend des choses qui le rend meilleurs.
Bailey, le plus amusant, intelligent.
Celui qui restera sûrement le plus dans ma mémoire.
Rita, la jeune fille magnifique. Qui a croisé des personnes sur sa route qu'elle n'aurait pas dû croiser, et l'a rendue forte et indépendante.

Souvent, on peut lire des souvenirs, ce qui est vraiment important car ça nous fait aimer encore plus les personnages. Ces souvenirs deviennent mes souvenirs et restent à tout jamais graver dans ma mémoire.

Dans le livre, on cite beaucoup de chansons, je vous conseille de les écouter en les lisant. On a presque l'impression d'être dans la pièce avec eux et d'être un nouveau personnage; c'est très amusant.

Conclusion, on nous apprend qu'il faut regarder par dessus l'apparence pour voir ce qu'il y a dans le coeur des gens. Pour voir enfin la lumière des âmes qui nous entourent et qui nous éblouissent parfois.
Car souvent les personnes qu'on croient les meilleurs sont souvent les pires.

par Ayat