Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Verooo : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Un lieu incertain Un lieu incertain
Fred Vargas   
J'ai beaucoup aimé ce roman, avec ce qu'il faut d'humour au 2ème degré, des personnages décalés, mais qui se respectent dans leurs douces folies, et qui poursuivent un tueur aussi décalé qu'eux. Un régal de lecture
87e District, tome 49 : La cité sans sommeil 87e District, tome 49 : La cité sans sommeil
Ed McBain   
Une jeune femme est retrouvée étranglée dans un jardin public à Isola. Pas de sac, pas de papier, pas de signe particulier si ce n'est une alliance gravée "IHS". Steve Carella mène l'enquête : cette alliance est celle d'une religieuse mais le rapport du médecin légiste précise qu'elle s'est fait faire récemment des implants mammaires... Qui est-elle ? Qui l'a assassiné et pourquoi ? Qui est ce cambrioleur qui laisse toujours derrière lui une boite de cookies ? Que veut cet homme qui suit Carella dans tous ses déplacements ?... Le pain quotidien pour les hommes du 87° District.

Un polar sans prétention, où les "mystères" s'élucident naturellement, en toute simplicité. Pas de Super-Flic non plus mais des hommes qui font leur boulot, systématiquement, méthodiquement. Une tranche de vie à l'américaine, une enquête bien menée, un roman agréable à lire pour passer un bon moment. Il arrive même que des histoires drôles racontées entre flics, soient drôles !

par Phil_33
La Mémoire des embruns La Mémoire des embruns
Karen Viggers   
C’est par la lettre déposée un matin par un homme que tout commence.
Mary est âgée et malade. Contre la volonté de sa fille aînée, elle ne veut pas se retrouver enfermée dans une structure médicale, elle qui a toujours apprécié le vent et la nature sauvage de l’île Bruny en Tasmanie. C’est d’ailleurs là-bas qu’elle se rendra, seule, dans un cottage au bord de la mer, pas très loin du phare où elle a longtemps vécu avec son mari et ses enfants. Elle part pour y mourir et auparavant, pour y retrouver ses souvenirs - un long et lent cheminement. Un pèlerinage en quelque sorte qui la mènera vers l’absolution et les retrouvailles définitives auprès de son défunt mari, dans les embruns, au bord de la plage.
Que dire de plus... Si les descriptions des paysages (l’île, l’Antarctique, le vent, le vol des oiseaux, les dunes...) sont attrayantes, les personnages sont plats. Je n’en parlerai pas car il n’y a rien à dire qui ne soit convenu.
Le secret ? Est-il vraiment un secret tant il semble évident dès que la porte se referme sur le “mystérieux messager” ?
La grandeur n’est pas au rendez-vous, moi qui pensait, à la vue de la couverture, avoir trouvé un nouveau tourbillon qui m’emmènerait vers un autre “grand marin”. Peine perdue. Le temps m’a semblé long, trop long.
Double identité Double identité
Didier Van Cauwelaert   
Un roman relatant les aventures mouvementées d’un militaire travaillant pour la CIA et de la veuve d’un botaniste …mon avis est très mitigé… j’ai une grande admiration pour l’auteur et malgré les thèmes très intéressants abordés et l’écriture, je n’ai pas été captivée …. Le rythme rapide, les enchaînements m’ont donné l’impression d’un survol ce que je n’ai jamais ressenti dans aucun des livres que j’ai lus de l’auteur bien au contraire…peut être à relire plus tard

par maeve81
Temps glaciaires Temps glaciaires
Fred Vargas   
À une période où on couvre de lauriers la littérature policière scandinave, et j'ai sacrifié à cette mode, un Vargas est un véritable bol d'air frais transmis sans l'intervention d'un traducteur. Ce livre est bâti sur un scénario joliment articulé. J'ai particulièrement apprécié la description de la concrétisation d'une intuition en idée sous forme de la métaphore de la transformation d'un têtard en grenouille. Le premier usage de cette figure de style constitue selon moi l'acmé de l'intrigue.

Comme toujours chez Vargas, l'intrigue ne finit pas en apothéose mais medio voce. Cela est de peu d'importance. L'intérêt de ce roman se situe dans le processus intellectuel du commissaire Adamsberg qui évidemment permet d'identifier le coupable.

Les souvenirs de la lecture d'un livre sur la révolution française, "Bourgeois et Bras-nus" de Daniel Guérin, m'ont été d'un précieux secours. Il ne faut pas être totalement inculte sur cette période si on veut retirer la "Substantifique Moelle" du scénario.


par Biquet
Juste avant le bonheur Juste avant le bonheur
Agnès Ledig   
Poignant

J'ai adoré la 1ère moitié du roman, la rencontre de 3 personnes que tout oppose, une jeune caissière mère d'un petit garçon de 3 ans qu'elle élève seule avec difficulté, un quinquagénaire fortuné et son fils veuf. Des vacances en Bretagne où chacun va apprendre à découvrir l'autre à son rythme, avec beaucoup d'émotion, en affrontant ses propres démons. La connexion entre les personnages est magnifique, l'écriture est belle, très belle, on savoure chaque page avec délectation. Ensuite un évènement fait que le roman prend un virage à 180°. J'avoue que je m'attendais à quelque chose de triste, mais alors vraiment pas à ça. Au delà du côté dramatique de l'histoire, j'ai beaucoup plus apprécié la première partie que la 2ème. Sans doute un peu trop pour moi.

Argent : 7,5/10
Quelqu'un pour qui trembler Quelqu'un pour qui trembler
Gilles Legardinier   
Comme chaque année, je me suis procuré mon remède contre la déprime automnale, non pas chez mon médecin mais chez mon libraire.
Avec ce nouvel roman, Gilles Legardinier nous fait passer du rire aux larmes et inversement en quelques minutes. Comme pour son précédent livre, je tiens à rassurer les passagers de la ligne 27, je ne suis pas encore folle. Mes larmes étaient dues à la blessure d’Atila et mes éclats de rire à un scène mémorable avec une lépreuse poursuivant Céline, le tout ponctué d’injures proférées par un résident atteint du syndrome de Gilles de la Tourette.

Il n’y a que Gilles Legardinier pour faire passer les émotions de telle manière dans un roman. Certes l’histoire est simple, elle pourrait concerner n’importe lequel d’entre nous mais l’auteur nous la décrit avec tellement d’émotion, de douceur, … Tout au long du roman, on se sent dans un cocon doux, rassurant, à l’image de cette superbe couverture.

Comme toujours l’écriture de l’auteur est fluide, les chapitres s’enchainent sans peine et on regrette d’avoir terminé le livre. On voudrait continuer à vivre avec Thomas et ses « petits vieux », savoir comment vont Pauline, son fils, que va faire Emma dans la vie, … A ce sujet, merci monsieur Legardinier d’avoir rajouté ces quelques phrases pour nous donner des nouvelles de Chantal. Vos personnages ont fait partie de notre vie, sont devenus notre famille pour quelques heures, on s’y est attaché, vous l’avez compris. Cces quelques mots nous aident à les quitter en sachant qu’ils vont bien et sont heureux.

Et ,cette fois ci j’en suis convaincue, Gilles Legardinier est le seul homme qui a tout compris aux femmes (heureuse soit son épouse), il devrait d’ailleurs écrire un manuel à ce sujet.
Je ne vous dirai pas pourquoi, ça serait dévoiler une partie de ce superbe roman et je m’y refuse. Mais sachez que j’aime beaucoup Bruno Mars.

Si vous cherchez un roman à lire en cette période morose, n’hésitez pas, foncez chez votre libraire et « plongez dans quelqu’un pour qui trembler »


87e District, tome 54 : Jeux de mots 87e District, tome 54 : Jeux de mots
Ed McBain   
J'ai toujours beaucoup de plaisir à retrouver Steve Carella, sa femme et les inspecteurs du 87è district... Ed McBain est un de mes auteurs de polars préférés.

par Nath56
L'Instant présent L'Instant présent
Guillaume Musso   
On pourrait difficilement faire plus décevant que ce livre là, et pourtant, j'ai lu absolument tous les Guillaume Musso. J'étais une fan. Etais, parce que Monsieur Musso réécrit la même formule encore et encore: une histoire fantastique, une histoire d'amour difficile, et un twist finale.
Sauf que cette fois, et depuis déjà quelques romans, cela ne prend plus.
La fin de "L'instant présent" donne terriblement envie de pleurer: soit la fin est inutile, soit c'est tout le roman. En tous cas, les deux ne vont pas ensemble et j'ai eu l'horrible impression d'avoir perdu 4heures de ma vie (par chance, c'est le sujet initiale du livre!) en le lisant.
Si on aimait "Et Après", si on aimait "Seras tu là", c'est parce qu'on ouvrait revenir en arrière et voir les petits indices, ici non, ici on efface tout simplement plus du trois quart du livre qui finalement, ne servaient pas à grand chose.
Et bien sûr on échappe pas au héros médecin, écorché vif...
Bref. J'avais un doute avec les derniers Musso, mais maintenant, il semble sûr que celui ci aura été mon dernier...

par Eledwyn
L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa
Romain Puértolas   
D'abord, on rit à la lecture des aventures rocambolesques du héros au nom imprononçable, un peu fakir, beaucoup escroc. Puis on est ému par les souffrances de tous ces clandestins à la recherche de l'Eldorado (pour eux c'est l'Europe). Bien sûr dans le roman les clandestins ont tous un grand cœur et un grand courage alors que les autorités européennes sont dures et sans pitié. Peut-être que dans la vraie vie tout n'est pas si blanc ni si noir. Mais notre héros qui, dans sa vie, a beaucoup menti, beaucoup trompé, beaucoup escroqué (toutefois c'est un escroc sympathique) trouve peu à peu le chemin de sa rédemption en ouvrant son cœur à la solidarité et l'aide à autrui. Tout ça est pétri de bons sentiments mais amène à réfléchir sur notre condition de nantis face à toute cette misère.
Et ne croyez pas qu'il s'agit d'un livre de morale, au contraire, c'est très agréable et facile à lire, avec une bonne dose d'humour

par peyrelong