Livres
455 042
Membres
404 190

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par cocomilady 2019-04-15T21:43:46+02:00
Or

Quel beau roman aussi sombre, romantique que poétique !

http://cocomilady2.revolublog.com/vert-de-lierre-p1437182

Quel plaisir j'ai eu à découvrir cette histoire ! La couverture annonce la couleur d'ailleurs. Elle est magnifique, colorée avec toutes cette verdure, mais sombre également et intrigante, un avant-goût de l'histoire qui va nous être contée.

Ce roman regroupe de multiples histoires. En effet, on alterne successivement entre le livre et les faits vécus par l'auteur, et le roman et écrit par la belle Rose, qu'il va lire petit à petit et qui va nous conduire jusqu'aux dernière pages.

Je ne connaissais pas cette légende du Vert-de-Lierre, mi-vampire, mi-sirène on pourrait dire. Un monstre végétal qui se nourrit des vivants.

C'est l'intrigue de fond de cette histoire dans laquelle on évolue avec passion, engouement, sans avoir envie de lâcher le livre avant la toute dernière page.

En amoureuse de la nature, je n'ai pu être que touchée par cette histoire qui l'honore. Un hymne sombre, mais pas dénué de beauté, loin de là, ni d'amour d'ailleurs.

Différents thèmes sont abordés, notamment la condition de la femme, les maltraitances à son encontre, mais tout ceci se mêle habilement à l'histoire sans passer pour le message principal et nous détourner du sujet.

Par contre, un petit bémol pour le personnage d'Olivier, l'auteur en mal d'inspiration, qui m'a irritée par moments. En effet, je l'ai trouvé particulièrement aveugle et stupide parfois de ne rien comprendre et ne pas faire le lien, ce jusqu'à la toute fin, alors que nous, lecteurs, avons tout saisi depuis le début.

C'est la seule chose qui m'a ennuyée, mais c'est vraiment moindre par rapport au plaisir que j'ai retiré de lire ce récit, tout en appréciant la plume poétique de l'auteure et les nombreuses vies du Vert-de-Lierre.

C'est vraiment un roman à découvrir pour ceux qui recherchent l'originalité et les belles histoires fantastiques et gothiques !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par emelinevdc76 2019-04-05T21:11:10+02:00
Or

J’ai vraiment apprécier cette lecture

Et j’ai eu beaucoup de mal à m’arrêter, tout du long j’étais intrigué sur l’énigme de la ville et le mystère du vert de lierre. Qui est cette personne etc.

En plus l’histoire parle d’un écrivain, un héros. Je lis très peu d’histoire ou le personnage principal est un homme donc ça me change mais j’ai beaucoup apprécié cette lecture.

J’avoue avoir eu un peu peur de découvrir le mystère et de savoir ce qu’il va arriver. Il y a également des retours dans le passé, de l’histoire et des fantômes.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Malicie 2019-03-14T12:57:33+01:00
Diamant

Je tiens en premier à remercier les Editions Noir d'Absinthe pour leur confiance. Comme toujours, la couverture est absolument magnifique, et je pense même qu'elle fait partie de mes préférées. Bravo à l'illustratrice qui a su parfaitement retranscrire l'ambiance de ce roman. Un roman qui est d'ailleurs un vrai coup de cœur pour moi.

Olivier est un écrivain à succès : ses polars ont su séduire de nombreux lecteurs, c'est pourquoi son éditeur l'encourage à poursuivre sur cette voie, et vite. Hélas Olivier manque d'inspiration, et peine du coup à démarrer l'écriture d'un nouveau roman... Entre temps, il apprend le décès de sa grand mère. Il décide alors de prendre quelques semaines de 'vacances' dans son village natale, où il espère trouver des idées pour son prochain livre. Le jeune écrivain se remémore alors les histoires que lui racontait autrefois sa grand mère, et plus particulièrement celle concernant une créature peu commune : Le Vert-de-Lierre. Le souvenir de cette légende le pousse à interroger les villageois, mais ces derniers s'intéressent peu à cette vieille histoire destinée à effrayer les enfants. En revanche, la mystérieuse 'Dame Anglaise' qui vit à l'autre bout de la ville est un sujet qui les préoccupe tous : beaucoup de rumeurs circulent à son sujet, et certains n'hésitent pas à la qualifier de folle, ou de sorcière ! Mais leurs avertissements ne suffisent pas à effrayer Olivier, qui va tout faire pour la rencontrer...

La plume de l'auteur est vraiment le point fort de ce roman ! Douce, envoûtante, poétique, les mots défilent et on se surprend à les savourer, comme une douce mélodie qui nous bercerait pendant notre lecture. Les pages défilent vite, même trop vite tant on veut prendre le temps d'apprécier chaque chapitre, chaque découverte, chaque nouveau mystère. L'auteur parvient sans difficulté à nous emporter dans un récit sombre, gothique, passionné. Le rythme est lent, le suspense s'installe progressivement, l'action n'est pas omniprésente, et si au départ je pensais que cela finirait par me déranger, ce fut au contraire très agréable.

Au départ, nous suivons les pensées d'Oliver, l'écrivain atteint du syndrome de la page blanche. Je me suis très rapidement identifiée à lui. J'ai partagé ses doutes, son agacement quand son éditeur n'hésite pas à lui mettre la pression pour qu'il ponde un autre polar sans se soucier des ses désirs, sa curiosité lorsque Rose est entrée dans sa vie. Ou plutôt, lorsqu'il est entré dans la sienne...

Sans rentrer dans les détails pour ne pas vous spoiler, cette rencontre va conduire Olivier à découvrir le roman inachevé de cette belle et mystérieuse jeune femme. On alterne donc entre le point de vue d'Olivier, qui continue ses petites recherches et se passionne pour sa muse aux cheveux roux, et le roman de sa nouvelle 'amie'.

Nous apprenons alors à connaître l'héroïne du récit de Rose, une jeune paysanne forcée d'épouser un rustre qu'elle déteste. Sa soif de liberté la guidera finalement vers des chemins plus tortueux, où la Mort et la Nature ne cesseront de la poursuivre sous la forme d'une créature végétale... Amour, chagrin, désir : l'univers de ce roman est aussi beau que cruel, et c'est ce que j'ai adoré ! Au final, j'ai presque fini par oublier le personnage d'Olivier. Je ne souhaitais qu'une chose : découvrir les aventures de cette femme, comprendre ce qu'il lui été arrivé, la soutenir aussi à certains moments, et ce malgré ses actes... Je me suis perdue, comme Olivier, j'assemblais des pièces du puzzle en pensant deviner l'intrigue, puis réalisai avec surprise que la créature de ce roman me dupait moi aussi. Alors, j'émettais de nouvelles hypothèses jusqu'au final, que j'ai pressenti sans pour autant que cela ait gâché ma lecture. Bien au contraire ! L'histoire continue, la légende n'a pas de fin... C'est tout simplement parfait.

Je ne peux vous en dire plus, si ce n'est que je vais avoir bien du mal à trouver une prochaine lecture qui me passionne autant !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par AlexianeTh 2019-03-14T09:08:20+01:00
Or

Vert-de-lierre a un début assez classique ou, tout du moins, démarre avec un schéma assez connu : Olivier, auteur de polar à grand succès, retourne dans le village de son enfance, Mon-Drienne, là où il passait ses étés auprès de sa grand-mère, Juliette. En manque d’inspiration, l’homme essaie de relativiser en se disant que c’est peut-être l’occasion de se changer les idées, même si cela signifie faire face au décès de sa grand-mère. À l’issue de ces deux semaines de « pause », Olivier espère pouvoir fournir de nouvelles pages à son éditeur oppressif.

Si certains romans introniseraient un meurtre ou une disparition, l’élément déclencheur, une rencontre qui déboucherait sur un genre feel-good, ici, Olivier se remémore une vieille légende qui prépare une ambiance fantastique : celle du Lierreux.

Très intrigué, submergé par des souvenirs et des rêves, Olivier souhaite découvrir comment est né un tel mythe. Il se met alors à interroger les natifs de Mon-Drienne que ce soit la boulangère ou le fleuriste, par exemple, et remonte les différentes pistes, sans savoir jusqu’où cela le conduira.

Si Olivier est celui par qui tout commence, difficile de le qualifier comme étant le seul héros, voire le héros principal tout court. La place de la femme dans le récit est prépondérante et attire à elle le halo des projecteurs. Nous rencontrons notamment Dahlia, une veuve introvertie et recluse, qui attise les commérages et la suspicion des villageois, mais aussi Rose, la nièce de Dahlia, opposée de cette dernière : douce, belle, écrivaine à ses heures perdues. Elle confie par ailleurs son manuscrit à Olivier, l’encourageant à lui faire ses retours critiques. Mais là encore, ces femmes sont-elles les héroïnes ? À moins que la nature soit le seul et véritable démiurge de toute cette histoire.

La nature est partout. Vraiment partout.

Elle s’immisce dans la narration que ce soit dans les envolées métaphoriques ou dans les émotions, introspections des protagonistes, dans les descriptions et jusque dans les noms : Dalhia, Rose et même Olivier. Orchidées, glycine, saule pleureur, roses, lierres… c’est un kaléidoscope floral qui colore notre imagination, et donne au contexte une allure onirique. La nature est personnifiée, notamment aussi à travers les mythes, récits oraux ou écrits, et ne nous lâche pas la main jusqu’à la fin.

Le récit se construit entre le point de vue d’Olivier — « narration classique » —, les textes sur lesquels ils tombent, sous forme de contes, puis s’alterne avec les chapitres du manuscrit de Rose. Nous avons plusieurs histoires en une et c’est une concentration indispensable que cela exige de nous, afin que nous relevions tous les indices qui nous amèneront à la conclusion finale. Pas d’inquiétude, la transition est très fluide, aucun risque que nous soyons perdus.

La lecture est très intense ; il se pourrait qu’en ressortant de votre lecture, vous ayez l’impression d’avoir terminé trois romans. Cela peut être dû à la qualité de la plume qui vient chercher la beauté des mots et du phrasé, créant une poésie narrative qui nous pousse à relire certains passages pour nous en imprégner et qui dégage une telle puissance qu’elle nous coupe les jambes. Mais aussi par les différents évènements relatés, notamment par le biais des chapitres de Rose qui se différencie des passages consacrés à Olivier par le langage plus soutenu.

Nous notons aussi les [...]

Pour lire toute la chronique, rendez-vous ici : http://marmiteauxplumes.com/vert-de-lierre-de-louise-le-bars/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MaudeElyther 2018-10-30T10:55:51+01:00
Diamant

De premier abord, l'on pense qu'Olivier est le protagoniste de l'histoire, mais en réalité c'est lui qui nous ouvre les portes du réel propos du roman. En effet, sa rencontre avec la belle Rose, nièce de Dahlia, va être décisive. Au coeur du jardin du manoir, parmi la végétation luxuriante, les roses, les orchidées, les arbres, les deux jeunes gens vont discuter mythologie, légendes... Envoûté par la belle, l'auteur en manque d'inspiration va pénétrer un univers à la fois beau et cruel, le tout à travers l'histoire d'une femme, héroïne du manuscrit que lui confie Rose. Sorcellerie, hystérie (avec tout ce qui est rattaché à cette notion du XIXème siècle) etc : Louise aborde la figure de la femme au fil des époques, le tout en un véritable cri de coeur pour l'indépendance de la femme.

Avec Vert-de-Lierre, Louise nous offre un roman gothico-fantastique envoûtant avec un discours sur la place des femmes saisissant.

L'ambiance et l'univers gothico-fantastique brouille le réel et l'irréel et aborde la question de l'identité, met en valeur les émotions.

Un petit bijou écrit avec le coeur.

A noter que Louise Le Bars a signé un contrat d'édition chez Noir d'Absinthe, aussi Vert-de-Lierre sera prochainement disponible dans une version sublimée !

chronique entière : http://maude-elyther.over-blog.com/2018/10/louise-le-bars-vert-de-lierre-auto-edition.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Dorian-Lake 2018-10-10T13:31:25+02:00
Diamant

Le récit est assez délicat à chroniquer, et j’ai peur que les mots ne suffisent pas à exprimer la fascination de cette lecture. On pense d’abord entrer dans un roman masculin, centré sur le personnage principal (auteur de polar en manque d’inspiration), qui découvre les mystères dans un petit village. Dans un sens ce n’est pas faux, mais le récit va bien plus loin.

Il confronte Olivier, mais aussi le lecteur, à d’autres personnages, féminins, dont la psyché est délicatement ciselée. L’histoire nous échappe d’ailleurs, tout comme à Olivier, et appartient aux héroïnes du récit, nymphes cruelles qui se sont jouées de nous et nous ont fait croire que nous avions un mot à dire, alors que nous avions seulement des yeux pour lire.

La plume de Louise permet de trouver cette finesse et cette subtilité, tant elle est magique. C’est le genre de romans où l’on peut s’arrêter sur les phrases, pour les relire, tant elles sont belles. Difficile de croire qu’il s’agit d’un premier roman, et plus dur encore d’imaginer jusqu’où l’autrice pourra aller. Vraisemblablement au sommet, si elle continue sur cette voie.

Cela dit, une belle plume sans fond n’a que peu d’intérêt, et c’est là que l’œuvre brille. Il ne s’agit pas d’un ersatz, mais d’un authentique diamant. Véritable roman gothique, dans la lignée de la littérature du XIXe siècle, l’intrigue se paye le luxe d’être admirablement construite et de se tenir, de bout en bout, même si on la voit venir. Pas grave, Louise le fait si bien qu’on a envie de se laisser piéger, même une fois qu’on a perçu ces toiles dont je vous parlais plus tôt. Il n’y a pas de souci de rythme non plus, écueil qui peut souvent faire chavirer les textes uniquement stylistiques, et, cerise sur un gâteau déjà bien toqué, le texte est engagé et fait réfléchir sur la condition féminine, à travers les siècles comme aujourd’hui.

Comment une jeune autrice peut produire tel bijou, je l’ignore.

Si vous êtes sensible au beau, à la fascination et aux sentiments, au vampire et à la virtuosité de la langue, alors n’hésitez pas. On tient peut-être notre future Anne Rice.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par FungiLumini 2018-07-19T10:55:50+02:00
Or

Une très chouette lecture qui explore à la fois une figure méconnue du folklore et la féminité dans une société guidée par l’homme. Un roman plein de mystère et de magie, de poésie, mais aussi un peu d’horreur. Qui est vraiment le Vert-de-Lierre?

En savoir plus sur : https://livraisonslitteraires.wordpress.com/2018/07/19/vert-de-lierre/

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode