Livres
558 281
Membres
606 587

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Commentaires de livres faits par Verwandlung68

Extraits de livres par Verwandlung68

Commentaires de livres appréciés par Verwandlung68

Extraits de livres appréciés par Verwandlung68

Dans un monde où l’Angleterre a perdu la guerre en 1941, Winston Churchill a été exécuté et le roi George VI est emprisonné à la tour de Londres. Douglas Archer, inspecteur anglais dans un Scotland Yard dirigé par des Allemands, est chargé d’une enquête dont il va progressivement réaliser qu’elle est liée aux recherches de savants sur la bombe atomique. Personnage ambigu, tiraillé entre son travail pour l’occupant et ses sympathies pour la Résistance, il va également se rendre compte que, d’un côté comme de l’autre, tout n’est que machinations, complots et faux-semblants. Une description prenante de ce qu’aurait pu être l’Angleterre occupée, qui met également en valeurs les dissensions entre les différentes factions du parti nazi.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Un livre qui commence comme un western, se poursuit comme un polar et s’achève comme un film d’horreur. De l’action et de l’humour (noir) - ne cherchez pas par contre la profondeur psychologique des personnages, portés par une écriture jubilatoire, truffée de références (notamment cinématographiques) qui, parfois, comme chez Tarantino et Rodriguez, peuvent sembler gratuites.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Constitué de chapitres indépendants dont l’ensemble retrace la vie et la carrière de l’inspecteur Ragon, ce livre met en scène un héros atypique, passionné de littérature et résolvant des enquêtes en lien avec cette dernière. Empreint de fantastique, baignant dans une ambiance steampunk, avec une touche d’uchronie, d’une érudition qui parfois peut sembler artificielle, Feuillets de cuivre est une œuvre originale, surprenante et agréable à lire.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Une bonne surprise: un livre de fantasy agréable à lire, truffé de références (avec même un index à la fin) qui s’intègrent parfaitement à l’action, un système de magie original et une bonne dose d’humour.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Le très rangé et très honoré docteur Petypon s’est laissé entraîner par son ami Mongicourt à passer la soirée chez Maxim. Il en est revenu passablement ivre et surtout accompagné de la môme Crevette, une danseuse du Moulin-Rouge, pleine de gouaille et de verve. À partir de là vont s’enchaîner à un rythme infernal rebondissements et quiproquos, dans cette excellente comédie, écrite par un des maîtres du « théâtre de boulevard ».
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 06-06
Œuvre extrêmement subversive pour l’époque, « Dom Juan » met en scène un « grand seigneur méchant homme », débauché, hypocrite et libertin, ne respectant ni la religion, ni le mariage, ni son père, ni même la mort. Sa soif de conquêtes féminines et de provocations peut s’apparenter à une fuite en avant perpétuelle qui ne peut que le mener à sa propre perte.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Un des meilleurs tomes de la collection. Je vous recommande en particulier « Le temple de fer », à mi-chemin entre roman d’aventures et roman fantastique.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Après avoir affronté le regard des autres dans un cercle « privé », Yaichi affronte le regard des autres au niveau « institutionnel » - en l’occurrence, l’école de Kana. L’entrevue avec son professeur permet de mesurer le chemin parcouru.
Un tome final magnifique, tout en finesse et en émotion, où l’on quitte à regret ces personnages attachants.
Une série formidable, loin de toute vision caricaturale ou manichéenne (la mère de Yuki ou le professeur de Kana sont persuadés d’agir pour leur bien), qui amène à réfléchir et que je vous recommande vivement.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Peut-être le tome le plus « faible » de la série (enfin, vu la qualité de la série, c’est très relatif) qui se divise en deux parties: une sortie en « famille » aux sources thermales qui permet à Yaichi de réaliser à quel point il a évolué et la rencontre de Katoyan, un ex-condisciple de lycée de Ryôji, gay lui aussi mais qui a choisi de « rester dans le placard » qui renvoie à ce à quoi auraient pu ressembler les vies de Ryôji ou de Kayuza, l’adolescent croisé dans le tome 2.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Après s’être interrogé sur son propre regard vis-à-vis de l’homosexualité de Mike (et, par ricochet, de son frère), Yaichi doit à présent affronter le regard des autres, à travers celui de la mère d’une amie de Kana, qui refuse que sa fille rencontre Mike, craignant qu’il n’exerce une « mauvaise influence » sur elle. En parallèle, la rencontre de Kayuza, le grand frère d’un ami de Kana, venu rencontrer Mike pour faire son « coming out », montre à quel point il peut être difficile pour un adolescent d’en parler autour de lui, en particulier dans un pays bâti sur une certaine uniformisation, à tel point qu’une personne tatouée ne peut pas se baigner dans une piscine publique, les tatouages étant la marque des parias.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Pour ceux qui réduiraient les mangas à de la littérature pour ados ou jeunes adultes, mal dessinée, plutôt violente et sans véritable réflexion sur notre société (si, si, il y en a encore), Le Mari de mon frère leur apporte un éclatant démenti sur tous les points - normal pour une série qui cherche à lutter contre les idées reçues.
Yaichi, jeune père divorcé qui élève seul sa petite fille Kana (situation familiale considérée comme atypique au Japon), accueille Mike, un Canadien, époux de son frère jumeau Ryôgi, aujourd’hui décédé. Les liens entre les deux frères se sont peu à peu distendus après le « coming out » de Ryôgi puis son départ pour le Canada.
Si Kana accepte très rapidement la situation, les questions qu’elle pose à son père sur le « statut » de Mike par rapport à son oncle et à leur famille amènent Yaichi à réfléchir sur sa propre conception de l’acceptation de l’autre, sachant qu’il y a en outre des différences culturelles importantes.
Ce que je retiens de ce premier volume est surtout que la douleur et la peine ressenties suite à la perte d’un être aimé est la même, quelle que soit notre orientation sexuelle, car - comme le dit Kana à sa façon - le sentiment qui sous-tend tout ça, c’est l’amour.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Et si les aventures de Sherlock Holmes avaient été inventées de toutes pièces afin de dissimuler une vérité beaucoup plus inquiétante? C’est le postulat de ce livre qui nous fait assister à la « véritable » rencontre entre Holmes et Watson... avant qu’ils ne soient plongés dans une enquête où ils auront à affronter les monstrueuses créatures imaginées par Lovecraft.
James Lovegrove, grand admirateur de Conan Doyle et de Lovecraft, prend manifestement plaisir à leur rendre cet hommage, bien écrit, bien construit et plein d’humour.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Popularisé par le film avec Will Smith, Je suis une légende est moins un roman sur les vampires (même s’ils y tiennent une place importante) que sur la notion d’humanité qui, ici, constitue l’exception et non la norme. Une réflexion désenchantée qui donne à réfléchir.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 30-05
Loin de l’univers des Chroniques de Krondor, Feist nous raconte ici l’histoire d’une famille contemporaine confrontée à des phénomènes étranges dans la propriété où elle vient de s’installer. Il nous rappelle que la fantasy ce n’est pas uniquement les dragons et pose un regard différent sur le monde des fées. Différentes de celles que l’on rencontre dans les Contes de Perrault, ces fées relèvent davantage du folklore anglo-saxon, qui est aussi celui des lutins et des farfadets, des personnages du Songe d’une nuit d’été de Shakespeare ou du Roi des Aulnes de Goethe. Original, bien écrit et addictif.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Décevant. Une variation assez convenue et prévisible sur le thème de la maison hantée.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 24-05
Écrit par Robert Bloch, l’auteur de « Psychose », « Étranges Éons » est un hommage sous forme d’enquête policière, passionné et passionnant, à Lovecraft et à son œuvre. S’il n est pas absolument nécessaire d’avoir lu Lovecraft pour apprécier ce livre, une connaissance minimale de son œuvre permet de mieux apprécier les nombreux clins d œil de Bloch (paru précédemment sous le titre « Retour à Arkham », le nouveau titre, plus proche du titre original, constitue en outre une référence directe à Lovecraft).
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 14-05
Qu’est-ce qu’une œuvre d’art et quels sont les critères qui font que l’on qualifiera tel tableau de « croûte » et tel autre de chef d’œuvre? Et, par ailleurs, les personnes ayant une réponse différente voire opposée à ces questions peuvent-elles réellement s’entendre, malgré leur amitié? La pièce de théâtre de Yasmina Reza tente de répondre à ces questions; brillamment écrite, les trois personnages y sont bien caractérisés et leurs dialogues sont savoureux. Si vous en avez l’occasion, voyez la vidéo du spectacle original avec Arditi, Luchini et Vaneck.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Une très bonne surprise. Un roman de science-fiction passionnant sur l’évolution des espèces, où les humains ne sont pas forcément présentés à leur avantage.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Une seconde partie toujours aussi addictive et prenante, malgré une légère baisse d’intensité.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
J’ai découvert ce livre au collège et je le relis encore avec plaisir. Le talent de conteur de Pagnol est immense et son regard, faussement naïf, toujours plein de sincérité et de tendresse.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Livre intéressant et agréable à lire. L’idée de départ est originale et cette « enquête » littéraire suscite l’intérêt jusqu’au twist final. En revanche, je suis un peu déçu par le traitement des personnages pour lesquels j’ai eu du mal à éprouver de l’empathie.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 11-05
Une novella (donc un texte court), bien écrite, agréable à lire, avec une pointe d’humour. Si l’idée de départ est originale, cette « enquête » à travers le temps intriguant et suscitant l’intérêt, j’ai été un peu frustré par la fin.
Je retiens toutefois de beaux propos sur les livres et sur le pouvoir des mots et de la littérature.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Cyrano aime Roxane qui aime Christian; cela pourrait être l’argument d’une tragédie, mais, grâce à Rostand, cela devient une tragi-comédie romantique et flamboyante, se jouant des canons habituels du théâtre: le jeune premier est beau mais ne sait pas parler d’amour et la jeune première est une précieuse mais pas une ingénue - on aura même droit à un pastiche savoureux de la scène du balcon de « Roméo et Juliette ». Multipliant les tirades célèbres, Cyrano est une œuvre pleine de verve et, à l’instar de son héros, de panache.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 10-05
Oreste aime Hermione, qui aime Pyrrhus, qui aime Andromaque, qui reste fidèle à son époux Hector, mort pendant la guerre de Troie. Il serait dommage de ramener cette tragédie - une des plus accomplies de Racine - à une obligation scolaire car le langage racinien, tout en nuances, magnifie ces passions qui conduisent inéluctablement les personnages au dénouement.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 10-05
Pour moi, « L’Odyssée » est un livre incontournable, un des ouvrages fondateurs de la littérature occidentale et, chaque fois que je le relis, je suis stupéfait par la modernité des techniques littéraires narratives utilisées, telle que l’analepse (le « flash-back »). Mais, en dehors de cela, c’est avant tout le récit d’un formidable voyage, avec des rencontres qui ne sont pas si lointaines de celles de la fantasy d’aujourd’hui, et des personnages attachants, notamment le « rusé Ulysse » - héros, certes, mais avec ses faiblesses et qui acquiert définitivement ici son statut légendaire.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Pour moi, l’autre cycle fondateur de la science-fiction avec Le Cycle de Fondation d’Isaac Asimov. Là où Asimov nous fait voyager de planète en planète, Herbert se concentre sur une seule planète, Dune. Une œuvre imprégnée de mysticisme, mais dont les aspects économiques et politiques sont encore d’actualité aujourd’hui. Flamboyant.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0


  • aller en page :
  • 1
  • 2

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode