Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Veuillet : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Bossman Bossman
Vi Keeland   
https://aliceneverland.com/2017/10/31/boss-man-vi-keeland/

Par un étrange concours de circonstance, Reese se retrouve employée par l’entreprise de Chase. Sauf qu’il y a entre deux une attirance indéniable. Mais, après une expérience malheureuse lors de son précédent poste, il est hors de question pour Reese de succomber au charme de son patron, malgré les belles paroles de ce dernier. Ils se lancent alors tous deux dans une lutte sans merci : une lutte l’un contre l’autre, mais également une lutte contre eux-mêmes, et contre leurs sentiments.

L’histoire de Boss Man est simple, sans chichi : une romance pleine de pétillant, d’humour, de quoi faire passer un délicieux moment au lecteur. Personnellement, j’ai immédiatement accroché. Pourtant, Boss Man ne brille pas par son originalité, mais Vi Keeland nous prouve avec cette histoire que cela ne sert à rien d’en faire des tonnes et de verser dans le mélo pour nous servir une romance exquise et sensuelle à souhait.

Je me suis donc régalée avec cette histoire. La plume de Vi Keeland est simple mais regorge d’humour, de sensualité et de douceur à en faire frémir mon petit cœur de romantique. J’ai adoré le personnage de Chase, bien loin de l’aspect dominant que l’on pourrait en attendre. Quant à Reese, elle est l’image même de la femme forte mais pas non plus entêtée. Deux personnages normaux en somme, qui nous présentent leur histoire toute mignonne comme il faut. Le genre de romance que j’adore lire et relire et qui fait un bien fou !

par Kesciana
Désir fatal, Tome 1 : De tout mon être Désir fatal, Tome 1 : De tout mon être
Abbi Glines   
Abandon à 40% par KO.

Je crois que je peux m'inscrire dans le Guiness Book des Records, dans la catégorie "roulage de noeil". Je n'ai jamais autant levé les yeux, ni aussi haut, ils ont faillis faire le tour complet et désaxer la Terre… Mais heureusement, il fait toujours aussi beau et chaud en ce bon mois de mai. Ahem. Tout va bien dans le meilleur des mondes.

La première question qui m'est venue, c'est bon sang mais quel âge a Abbi Glines ? 15 ans ? 16, 17 ? Ah nan, 38 ans d'après Wikipedia, ça aurait pu expliquer tous ces enfantillages et l'intrigue toute moisie qui te donne juste envie d'entrer dans ce bouquin, de tous les flinguer et d'étrangler l'auteur. Oui mais non.

Généralement une plume simple pour moi rime souvent avec efficace, ici la simplicité est juste digne d'un pré-ado ou cela vient de la traduction. Alors J'ai Lu, on ne s'est pas beaucoup foulé, google trad ou bien ? C'est très médiocre mais si les échanges entre les deux persos principaux avaient été un peu plus digne de leurs âges et non pas des dialogues issus de téléréalité, j'aurai passé l'éponge.

Mais non, on se coltine une histoire à deux balles avec un personnage masculin qui se la joue trou du cul qui saute tout ce qui bouge et qui dés le départ est attirée par la douce et pure jeune fille… Au secours, c'est kitsh ! Et vla qu'il balance des petites phrases du genre : ne t'approche pas de moi, je ne suis pas assez bien. Et bla, et bla. Mec, elle veut juste un toit, tu n'es pas si sexy que tu ne le crois.

L'intrigue est inexistante, elle est bidon parce que sa mise en scène est pathétique. Abbi Glines croit que la technique de "je ne termine pas mes phrases comme ça on a du suspens" est une façon de faire. Je ne connais rien de plus agaçant. Tout le monde sait, l'héroïne entend bien des phrases où il manque des bouts et elle ne cherche pas plus que ça à savoir. Je ne compte pas les "mais qu'est ce qu'il entend par là ?". Bah demande, spèce de dinde !

Voilà, je vous donne mon avis à chaud sachant que je n'ai pas terminé, parce que si je le fais, je vais sauter plusieurs chapitres. Je ne sais pas à qui s'adresse ce genre de textes, parce que vu le cul qui est clairement annoncé, je n'ai pas envie de le proposer au moins de 15 ans même avec cette plume et l'intrigue basique. On a déjà lu des jeunesses bien plus développés que ça et ce serait complètement crétin de prendre les ados comme tels.

par LLyza
La Coloc La Coloc
Jean-Philippe Blondel   
Je ne savais pas trop à quoi m'attendre avec ce livre, parce que c'était un petit cadeau, que je n'en avais jamais entendu parlé et que … c'est le premier bouquin que je lis sans avoir fait des recherches sur booknode avant. De toute façon, vu le peu de commentaires ça ne m'aurait pas grandement aidé.

Pour être honnête, ce n'est pas un livre que j'aurais acheté de moi-même (je l'aurais lu à la bibliothèque comme une grosse radine) mais comme je l'ai dit, c'était un cadeau donc une jolie façon de sortir de mon univers de prédilection.

Ce roman est assez court, le scénario très basique et l'écriture très simpliste, mais j'ai envie de dire : c'est le but. Je ne m'attendais pas à de la grande littérature, et j'ai eu raison. C'était un petit bouquin qui m'a fait passer un agréable moment, voilà tout.

Les personnages sont attachants, agaçants à tour de rôle. Romain est quelqu'un à qui on peut facilement s'identifier. Il a des pensées très réalistes, et j'ai retenu certains phrases très belles : « Parfois, j'ai comme une nostalgie du présent. Je tente de vivre le moment à fond, mais une partie de mon cerveau enregistre les images, les cadre, en retouche les couleurs et j'entends le déclic de l'appareil intérieur. Je collectionne les moments dont j'aurai besoin plus tard pour me souvenir que, parfois, les existences prennent des chemins insoupçonnés. »

Rémi est sans doute le personnage le plus intriguant du livre. Il a ces petits sourires en coin, cet air mystérieux, ces phrases sybillines qui le rendent presque parfait : gentil et loyal, il est vraiment le pillier sur lequel peut se reposer Romain.

Maxime quant à lui, est tout l'opposé de Rémi. Il est populaire, audacieux, vif. Il manque de sang froid, enchaîne les conneries, mais il n'en reste pas moins attachant. [SPOILER]Bien que je ne comprends absolument pas comment Romain peut lui pardonner d'avoir piqué sa copine (bon ça à la limite c'est pas grave). Mais lui avoir volé vingt mille euros … euh … ça se voit que c'est un livre ![/SPOILER]

C'est un livre qui se lit en un rien de temps, qui a le mérite de nous émouvoir, et de nous faire partager un petit moment de vie de Romain, avec quelques petites phrases qui font réfléchir .:)

par Lexiie
Reapers Motorcycle Club, Tome 1 : Possesseur Reapers Motorcycle Club, Tome 1 : Possesseur
Joanna Wylde   
Un premier tome que j'ai beaucoup apprécié. L'histoire avec les bikers m'a fait penser à la série Sons of Anarchy.
C'est l'histoire de Marie, une jeune femme qui vient de quitter son ex-mari violent pour s'installer chez son frère. Celui-ci traite d'affaire avec les Reaper, des bikers. Elle rencontre l'un d'eux, Horse.
Dans ce livre, l'histoire se déroule autour de la rencontre de Marie et Horse, le rapprochement et leur vie ensemble. C'est très dur pour marie de rentrer dans le monde d'Horse car celui-ci vit dans un monde où les règles ne sont pas les mêmes que les citoyens lambda.
Beaucoup de scènes de sexe entre nos 2 personnages, de la violence aussi car on est plongé dans un monde dur et violent.
L'histoire est racontée par Marie et Horse, mais la partie de Marie est plus importante et est racontée à la première personne.


par chica07
Ten Tiny Breaths, Tome 1 : Respire Ten Tiny Breaths, Tome 1 : Respire
K. A. Tucker   
Ten Tiny Breaths est une bouffée d'air frais.
Kacey est dévastée, détruite par un accident qui a tué la plupart des siens. Elle s'est réfugiée dans la drogue, dans le sexe, dans la violence. Mais Livie, sa petite soeur, son unique famille, a besoin d'elle plus que jamais.
Pour Kacey, l'enfer est pour ceux qui reste. Dévastée par une haine contre la vie, contre ceux qui ont tués sa famille. Ce livre est centré sur la valeur du pardon. Comprendre la douleur des autres avant de penser à la sienne. Et pardonner ce qui parait impardonnable. Parce qu'un accident est vite arrivé, parce que la culpabilité est la pire des souffrances.
[spoiler]La fin était parfaite, un coup de pinceau pour finaliser une oeuvre d'art. Trent/Cole ne ressemble en rien au meurtrier qu'on se fait de celui qui est responsable de cette accident. Il est lui aussi dévasté par cette horrible nuit qui le hante depuis toujours. Un accident est vite arrivé, on ne peut pas en vouloir à la terre entière. Il faut pardonner pour aller de l'avant. Pour se sentir hors de l'eau et respirer enfin.[/spoiler]
“Just breathe. Ten tiny breaths … Seize them. Feel them. Love them.”
Pour conclure, Je vous le recommande vraiment. La lecture (en anglais) est peut être un peu plus complexe au niveau du vocabulaire, mais il en vaut largement la peine. Ce livre est un vrai petit bijoux. Précieux et qui comporte une morale simple et pourtant si compliquée.

par Kiiwako
On Dublin Street, Tome 1 : Dublin street On Dublin Street, Tome 1 : Dublin street
Samantha Young   
Envoutant : Ado, Jocelyn a perdu ses parents et sa soeur. 8 ans après, elle n'a toujours pas fait le deuil et refuse de s'attacher à quelqu'un pour ne pas avoir à le perdre. En prenant un appart en coloc à Dublin Street, elle ne pensait pas que sa vie allait être chamboulée et mettre ses principes à rude épreuve face aux sentiments qu'elle éprouve pour Ellie sa colloc et surtout pour son frère Braden qui l'attire comme un aimant...Une histoire fluide, sensuelle et captivante avec des personnages profonds et attachants ainsi qu'une multitude d'émotions à ressentir.

par Folize
Devil's Night, Tome 1 : Dark Romance Devil's Night, Tome 1 : Dark Romance
Penelope Douglas   
Voilà un roman que j’avais hâte de découvrir, notamment car son auteur avait déjà fait parler d’elle et ensuite l’histoire m’avait l’air assez inédite. J’aimerais remercier les Éditions Harlequin et NetGalley France de m’avoir permis de découvrir ce roman. Si je devais résumer mon état d’esprit ça donnerait ça : OhMonDieu. Je ne crois pas ressortir indemne de cette lecture, mon rythme cardiaque a été malmené par l’intensité du récit. Dès les premières pages le ton est donné et lorsque les sombres révélations ont été mises en lumière, j’ai cru que je n’allais pas m’en remettre. Le début a tout d’une romance classique et rapidement j’ai cru que j’allais suffoquer tellement certains chapitres sont frustrants.

Cette lecture ne conviendra pas à tous les lecteurs, ce n’est pas que le contenu soit dur, mais le récit dégage un côté malsain et l’intensité est telle qu’immédiatement la tension monte et j’ai parfois ressenti un certain malaise face à des scènes qui en soit du point de vue de l’héroïne sont stressantes, mais derrière pour le lecteur on a tendance à imaginer le pire. Tout ce stresse n’est pas bon pour mon cœur, j’ai ressenti tellement d’émotions par anticipations que j’ai vraiment cru que mon cœur allait lâcher. Afin de préserver l’intrigue, vous comprendrez que cette chronique n’abordera pas certains points essentiels à l’histoire et par sadisme, j’ai envie de vous voir tomber des nues face à la noirceur de l’intrigue.

Michael Crist est un personnage qui ne va pas dans la demi-mesure, issu d’une famille riche il a toujours obtenu ce qu’il désirait. Depuis l’enfance il côtoie Erika Fane, sans vraiment prêter à la jeune femme, également originaire d’une famille aisée, la jeune femme n’a jamais manqué de rien. La mort soudaine de son père, va la placer au rang de petite chose fragile par son entourage et tout le monde s’entend à la protéger de la moindre contrariété. Seulement seul Michael la voit telle qu’elle est vraiment et alors que tout le monde pense qu’elle prend une décision irréfléchie, Rika décide de quitter subitement son université, afin d’affronter la vie à sa manière et repartir de zéro sans parents, sans amis, rien qu’elle pour s’assumer.

Penelope Douglas a encore une fois prouvé qu’elle est maître dans l’art des relations mêlant haine/amour. Elle réaffirme son talent en suscitant des émotions contradictoires pour une romance qui n’aurait pas dû nous faire ressentir ça. C’est assez difficile à expliquer, on s’attache énormément au personnage de Rika, elle a tout d’une héroïne qui mérite d’être chouchoutée et pourtant elle n’est pas aussi sage que tout le monde le pense. Je suis passée d’un Michael qui fait grimper la température, à une douche froide face à ce qui se profile pour la jeune femme. J’ai été intriguée, excitée et finalement ce qui l’a emporté est un sentiment assez particulier, car arriver à un bon quart de la fin l’intensité est retombée d’un coup et le rythme du récit a pris un nouveau tournant qui m’a donné l’impression d’avoir perdu les émotions qui menaçaient d’exploser depuis le début du roman et pour ça, je n’ai pas pu lui mettre cinq étoiles.

Si vous devez retenir une chose de ce roman, c’est que la plume est très addictive et même si je n’ai pas toujours adhéré ce qui se déroulait, car assez machiavélique, les pages défilent à une vitesse impressionnante, même si le dernier quart m’a un peu déçu, car j’ai perdu une part de l’intensité qui m’avait animé pendant une bonne partie de ma lecture. Mais parfois, ça fait du bien de sortir de sa zone de confort, d’essayer des romans qu’on n’aurait pas pris le risque de découvrir. Toutes ces émotions contradictoires ont rendu ma lecture vivante et unique.

http://wp.me/p4u7Dl-30O

par Luxnbooks
The Field Party, Tome 1 : Dans un silence The Field Party, Tome 1 : Dans un silence
Abbi Glines   
Quand j’ai commencé à voir circuler ce roman sur la blogo, j’ai su que j’étais perdue et je suis ravie de m’être lancée. J’ai été ravie de voir que l’éditeur Hugo Roman, avait dénicher cette petites merveilles et lors de ma lecture en V.O. j’avais vraiment été sous le charme de cette histoire, car c’est le genre de roman authentique qu’il faut absolument découvrir et qui vous touche en plein cœur.

West Ashby est un footballeur populaire et tout le monde le connaît. En « relation » depuis 2 ans, il est réputé pour aimer s’accorder du bon temps et toutes les filles sont dingues de lui. Sous l’image du sportif populaire, se cache un jeune homme dans un déni complet. En effet, son père est malade et personne dans son entourage n’est au courant. Pour oublier sa douleur, il n’hésite pas à se jeter dans les bras des filles et ça lui convient parfaitement. Fuyant sa maison et voulant tout oublier, il se rend à une soirée où il a l’habitude de retrouver ses amis et il remarque tout de suite, la nouvelle venue Maggie Carleton. Son meilleur ami Brady fait passer rapidement le message, Maggie sa cousine est hors-limite pour ses coéquipiers et personne ne doit s’approcher d’elle.

La vie de Maggie a été bouleversé il y a deux ans, face à un acte d’une extrême barbarie, la jeune femme s’est murée dans le silence afin de se protéger. Alors qu’elle se cachait lors d’une soirée où son cousin l’a trainé, elle fait la connaissance d’un jeune homme, d’une bien étrange manière. West est au bout du rouleau et il a besoin de raconter à quelqu’un ce qui se passe dans sa vie, alors parler à Maggie pour expliquer à quel point il a peur de voir son père mourir, ne peut pas faire de mal puisqu’elle ne parle pas. Pourtant, contre toute attente elle prononce des mots qui vont le frapper en plein cœur et il était loin d’imaginer que cette fille allait devenir une source de motivation.

La relation qui va naître entre Maggie et West est juste incroyablement belle. Personne n’est en mesure de comprendre ce qu’ils vivent et ils vont développer une amitié particulière. Chaque minute qu’ils vont passer ensemble, va les rapprocher de plus en plus et même si la frontière entre l’amour et l’amitié n’est pas très claire, c’est surtout le soutien qu’ils vont s’apporter qui est merveilleux. A aucun moment, ils ne vont mélanger leurs amitiés et leurs sentiments et ils vont s’apporter un soutien inconditionnel. Ils ont tous les deux besoins de surmonter ça ensemble et tant pis si personne ne les comprend, car ils ont besoin de ça. On pourrait croire qu’après ce qu’a vécue Maggie, elle serait fragile, mais on est bien loin du compte. Dès sa première rencontre avec West, elle va tout de suite lire en lui et elle ne va pas le ménager. Seule la vérité compte, pour alléger son fardeau. De son côté, le jeune homme va lui permettre de s’épanouir et de réapprendre à sourire et surmonter ses propres démons

Abbi Glines dans toute sa splendeur dans un young adult touchant. La romance n’est pas aussi présente que le laissait supposer le résumé, mais c’est davantage une connexion entre Maggie et West. Il n’était pas concevable qu’il se réfugie dans une romance pour s’en sortir, West a besoin d’une amie, qui le guide dans son adieu à son père et ça vaut toutes les plus belles histoires d’amour. J’ai versé quelques larmes et j’ai vraiment été touché par les évènements que vont surmonter nos héros. Un univers maîtrisé à la perfection, des héros charismatiques qui se découvrent une aide inattendue alors qu’ils se croyaient seuls, des personnages secondaires mystérieux qui laissent un avant-goût alléchant des sportifs qui nous attendent. Tous les éléments sont réunis pour faire un premier tome génial.

http://wp.me/p4u7Dl-1mI

par Luxnbooks
Good Girls Love Bad Boys - Tome 1 Good Girls Love Bad Boys - Tome 1
Alana Scott   
Ce n'est pas le roman de l'année mais on en deviens vite accro.
Dans cette première partie on découvre Elodie qui se voit obliger de déménager avec sa famille puisque son père vient d'être muté à Saint-Louis dans le Missouri. Dans cette nouvelle ville Elodie et sa petite sœur, Sara vont vite comprendre que rien ne va à Saint-Louis, que cet endroit est réputé pour être un endroit dangereux à cause de personne pas du tout fréquentable. Le niveau de dealers, de violeurs est en hausse à Saint-Louis. Et dans leurs nouveaux établissements scolaire, c'est la loi du plus fort. Personne ne s’intéresse au cours, les profs ne font rien pour que leurs élèves s'intéressent un temps soit peu au cours. Les élèves font juste actes de présences rien de plus. Elodie va vite être plongée dans une dure réalité mais elle, elle ne compte pas se laisser faire même face au plus grand danger de l'école: Zach. La rencontre entre eux deux est aussi bien troublante que terrifiante pour Elodie. En effet, Zach qui a fait de la prison pour une raison inconnu par tous ne laisse pas indifférente Elodie. Cette dernière très têtue ne se laisse pas se démonter par les conseils de certains élèves qui lui disent de ne surtout pas l'approcher. Elle va tout faire pour savoir le pourquoi du comment en ce qui concerne Zach.
Un début de tome bien accrocheur. On deviens vite pris par la vie d'Elodie ce qui fait que l'on en devient accro sans s'en rendre compte. Mais il faut bien avoué que même si dans la globalité l'histoire est bien ficelé et qu'on en demande toujours plus, je dois dire qu'il y a deux gros éléments que l'on ne peux pas louper, qui ne sont pas crédible et qui sont beaucoup trop énervant.
La première c'est le harcèlement que fait preuve l’héroïne sur Zach. Elle en devient complètement obsédée que ça en devient un peu malsain. Elle en fait beaucoup trop à mon gout que c'est très vite énervant et terrifiant. Le pauvre Zach.
Et le deuxième est la soirée de Thanksgiving qui est un grand n'importe quoi de A à Z. La petite sœur qui part de chez elle le soir, Elodie qui essaye de la rattraper tant bien que mal alors que la mère lui dis de laisser Sara s'en aller de chez elle. Non mais c'est sérieux les parents ? Surtout dans une ville où le taux de danger est en forte hausse, la mère laisse sa fille partir. Non mais c'est n'importe quoi ! Je trouve que les parents d'Elodie sont beaucoup plus sur son dos (parfois pour pas grand chose) que sur Sara. Le comportement excessive des deux parents est à se tirer les cheveux. Et même Sara parfois je trouve que son comportement est un peu le comportement d'une fille superficiel, ce qui m'agace. Alors que pourtant parfois elle est vraiment une crème et compréhensive avec sa grande soeur.
Malgré ces deux problèmes, j'adore la relation qui se construit entre Zach et Elodie. Zach n'est pas du tout ce qu'il prétend être et j'adore voir petit à petit le vrai visage d'un personnage qui s'est construit une apparence de Bad Boy par obligation ou par choix.
J'adore la famille de Zach. On en apprend beaucoup plus sur lui que sur sa famille pour mon plus grand plaisir.
Un personnage que j'ai détesté et qui m'a donné envie de lui faire retirer son air condescendant est: Alex. Je ne m'attendais pas à ce qu'il soit comme ça au premier abord.
Le père d'Alex je le trouve un peu rend dedans avec Elodie. En tout cas j'ai un mauvais feeling avec lui. Il me met mal à l'aise ce qui fait que je n'arrive pas du tout à l'apprécier.
Quand à Elodie, beaucoup l'on critiqués d'enfant gâtée. Je ne l'ai pas ressenti dans ma lecture. Justement je pense le contraire. Elle s'adapte au gens de Saint-Louis avec facilité. Elle a du caractère ce que j'adore, elle ne se laisse pas faire et est très têtue.
Une première partie intéressante dans sa globalité mais qui peut être amélioré sur beaucoup de points. Je vais continuer ma lecture sur la partie deux malgré tout.

par lilo7788
Adopted Love, Tome 1 Adopted Love, Tome 1
Gaïa Alexia   
Je me suis tout de suite prise d'affection pour Teagan, surtout le Teagan enfant.
Une histoire magnifique j'attends impatiemment le 2

par Emy-3
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3