Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Vidar : Liste de bronze

retour à l'index de la bibliothèque
L'Hérésie d'Horus, tome 35 : L'Oeil de Terra L'Hérésie d'Horus, tome 35 : L'Oeil de Terra
Gav Thorpe    Graham McNeill    Aaron Dembski-Bowden    Nick Kyme    Chris Wraight    Matthew Farrer    Rob Sanders    Guy Haley    John French    David Annandale    Andy Smillie   
— J’étais là, » dirait-il plus tard, jusqu’au jour de sa mort, à la suite duquel il n’était plus aussi loquace. « J’étais là le jour où Horus a sauvé l’Empereur. » Cela avait été un épisode singulier ; l’Empereur et Horus, l’un près de l’autre dans les profondeurs brûlantes et chargées de cendres du monde-ferraille. Réunis dans la chaleur du combat et la lumière rouge, presque pour la dernière fois, bien qu’un seul des deux en ait eu conscience alors.
Le père et le fils, dos à dos.
Leurs épées tirées et leurs ennemis tout autour.
Un condensé synthétique de la Croisade, plus parfait qu’il ne le serait immortalisé plus tard à l’encre ou au pinceau, avant que le souvenir même de ces jours ne soit devienne une source de crainte.
Le monde-ferraille de Gorro : c’était là que tout s’était passé, au plus profond de l’espace dépotoir des Confins de Telon. L’empire peau-verte qui prétendait autrefois dominer ces astres était en flammes, assailli de tous côtés par les armées inépuisables de l’Imperium. L’emprise des xenos était sur le point d’être renversée, leurs mondes crasseux et fortifiés brûlaient, mais pas assez vite.
Gorro était la clé.
La trajectoire qu’il suivait était erratique, à la lumière lointaine d’un soleil rouge bouffi, là où aucune planète n’avait jamais été modelée par le temps et la gravitation inexorables. Pas un vagabond, mais plutôt un intrus.
Sa destruction fut décrétée la plus haute priorité de la Croisade.
L’ordre tomba, transmis de la main même de l’Empereur, et son fils favori, le plus brillant d’entre tous, répondit à cet appel aux armes.
Horus Lupercal, Primarque des Luna Wolves.

par neicna16
L'hérésie d'Horus, tome 19 : La Bataille de Calth L'hérésie d'Horus, tome 19 : La Bataille de Calth
Dan Abnett   
Très bon roman de l'Hérésie d'Horus dans son ensemble. La partie centrale de l'histoire est un peu longue à mon goût et il en faut beaucoup pour peu avancer dans l'intrigue.

Le roman a la particularité sympathique que dès le début de celui-ci, le lecteur est au courant de l'intrigue principale. Plus énormément de surprises ne peuvent ce faire attendre. de ce fait, le lecteur devra prendre son mal en patience en attendant que les protagonistes du livres, eux, se rendent compte de ce qu'il se passe.

Début et fin du roman fluide et remplie d'action.
Très bon roman dans l'ensemble.

par tarzajuju
L'hérésie d'Horus, tome 20 : Les Primarques L'hérésie d'Horus, tome 20 : Les Primarques
Gav Thorpe    Graham McNeill    Nick Kyme   
Roman en demi teinte pour ce tome XX de l'Hérésie d'Horus. Oeuvre divisée en quatre nouvelles reprenant les aventures des Primarques Fulgrim, Ferrus Manus , Lion El Johnson et Alpharius/Omégon.

La première nouvelle traitant du Primarque Fulgrim est relativement bien écrite et agréable à lire. En revanche, la trame de la nouvelle n'est pas extrêmement recherchée.
- La seconde nouvelle concerne Ferrus Manus. Ecriture soporifique, manque d'action en encore une fois, une trame pauvre.
La troisième nouvelle concerne Lion El Johnson. Ici en revanche, bonne écriture, plus d'action et une trame révélant un but final.
La quatrième nouvelle concerne Omégon. L'écriture est très agréable et on s'investit directement dans l'histoire jusqu'à son final.
Roman à conseiller pour les nouvelles 1,3 et 4.

par tarzajuju
L'hérésie d'Horus, tome 21 : Signus Daemonicus L'hérésie d'Horus, tome 21 : Signus Daemonicus
James Swallow   
La guerre qui advint sur Melchior fut celle des dieux et des anges. Elle fissura le ciel et la terre, brûla les montagnes et changea les océans en cendres, mais au bout du compte, il ne fut jamais question que d’un seul objectif. Sur les plaines blanches et salines du Désert d’Argent, où des millions d’enrôlés et de fidèles s’étaient démenés pour ériger les tours d’adoration et les chapelles empathes, les nephilim se rassemblèrent pour le dernier combat.
Au fil des mois de cette guerre, les nephilim s’étaient repliés, laissant chaque champ de bataille derrière eux, qu’ils y aient été les vainqueurs ou les vaincus. Presque comme si les villes, les plates étendues et les canyons avaient été souillés à leurs yeux par le sang versé. Ils leur tournaient le dos et s’en allaient, et progressivement, l’endroit où ils se dirigeaient devint clair. Depuis l’orbite, une fois que leur nef ovoïde eut été détruite et qu’ils eurent perdu la supériorité spatiale, leurs colonnes en mouvement étaient suffisamment larges pour s’observer à l’œil nu. Des files de silhouettes, des rubans noirs de populations déplacées depuis les quatre points cardinaux se détachaient sur le paysage, comme les colonnes de fumée montant des villes.
La guerre des dieux et des anges aurait pu s’achever depuis cette haute position d’observation. Cela n’aurait demandé que le temps de pousser l’ennemi vers son dernier bastion, et de le bombarder jusqu’à l’anéantir.
Mais tel n’était pas le genre de cette guerre, car ceux qui la livraient n’étaient pas enclins à rester bras croisés. Il leur fallait répondre par la réciproque aux affronts de grande envergure qui avaient été commis ; des leçons devaient être données, une démonstration de force pour toute la galaxie. Les nephilim avaient offensé, et tous devaient les voir châtiés pour leur crime.
Et puis il y avait ces gens. Tous ne chantaient pas les hymnes, le visage strié de larmes béates et les yeux levés vers les géants qui marchaient parmi eux. Tous n’avaient pas donné tout ce qu’ils possédaient, depuis leurs possessions matérielles jusqu’à leurs premiers-nés, sur un simple mot des nephilim. Beaucoup, entravés et réduits en esclavage, se trouvaient parmi la multitude sans en avoir fait le choix. Ceux-là méritaient d’être libérés ; suggérer qu’ils pouvaient être sacrifiés aux exigences de la guerre était indéfendable.
Certains considéraient qu’en élargissant le sens de ce terme, tous les adorateurs étaient des esclaves. En fin de compte, le débat était stérile : afin que le peuple de Melchior soit libre, les nephilim devaient être exterminés jusqu’au dernier d’entre eux. Ce point-ci ne souffrait aucun désaccord.
Au cœur du Désert d’Argent, sur le gypse blanc et étincelant dont irradiait la chaleur du soleil, les nephilim se rassemblèrent avec leur grand entourage, au milieu des rochers brisés et des escarpements ; et là, ils se mirent à chanter leurs psalmodies hululantes et travaillèrent à achever les armatures de cuivre rouge de leurs constructions. Et ils attendirent la venue de leurs ennemis.

par neicna16
L'Hérésie d'Horus, tome 22 : Les Ombres de la traitrise L'Hérésie d'Horus, tome 22 : Les Ombres de la traitrise
Gav Thorpe    Dan Abnett    Graham McNeill    Aaron Dembski-Bowden    John French   
Excellent ! Comme toujours je ne suis jamais déçue par un roman de l'hérésie d'Horus, mais celui ci était vraiment bien. Toutes les nouvelles étaient très intéressantes et permettent de découvrir des événements passé pour certains avec de nouveaux personnages comme ceux présents dans le projet Kaban et qui décrivent les événements sur Mars. Les deux romans courts sont ceux qui m'ont le plus marqué, être plonger dans l'univers des Imperial Fists et des Night Lords était le plus intéressant et nouveau quand on n'a pas beaucoup les Night Lords par exemple par le passé. Des personnages marquant comme Sigismund et Sevatar que j'aimerais énormément revoir par la suite. Les primarques sont aussi très présents, ils doivent faire face à leurs propres démons et leurs envies. Je les ai trouvé plus humain qu'à l'accoutumée et bien plus intéressant que les rares fois ou nous avons pu en voir certains. Pour finir, c'était mon premier recueil de nouvelles que je lisais que se soit dans l'univers de Warhammer ou autre et j'ai bien aimé le principe même si j'aurais aimé que certaines histoires soient plus longues ^^
L'Hérésie d'Horus, tome 23 : L'Ange Exterminatus L'Hérésie d'Horus, tome 23 : L'Ange Exterminatus
Graham McNeill   
Un des meilleurs que j'ai lu jusqu'ici ! J'ai était captivée du début à la fin. L'intrigue est très bien menée et il y a des rebondissements inattendu tout au long de l'histoire.
L'Hérésie d'Horus, tome 24 : Félon L'Hérésie d'Horus, tome 24 : Félon
Aaron Dembski-Bowden   
Un super livre ! C'est vrai que la fin est palpitante, on en apprend beaucoup et en même temps, on en veut toujours plus !!
J'espère que cet auteur de génie va vite reprendre la plume pour un nouvel opus mêlant World Eaters et Word Bearers pour que brûle la galaxie !!!

par Azeuh
L'Hérésie d'Horus, tome 25 : La Marque de Calth L'Hérésie d'Horus, tome 25 : La Marque de Calth
Rob Sanders    Guy Haley    John French    David Annandale    Anthony Reynolds    Aaron Dembski-Bowden    Graham McNeill    Dan Abnett   
Les chants que scandaient les prêtres humains d’Erebus atteignirent leur paroxysme lorsqu’il déballa l’anathame de son linge consacré. Avec révérence, l’Apôtre Noir le souleva ; une main sur le manche, l’autre sous la lame, paume ouverte, afin de ne pas en toucher le tranchant redoutable.
Il n’était fait ni de métal ni de pierre, mais possédait les caractéristiques des deux, et dégageait une chaleur au toucher, comme s’il était vivant. Cette arme était celle qu’Erebus avait volée à l’interex, celle qui avait blessé le Maître de Guerre et l’avait amené à la voie authentique. Un artefact sacré, la clé d’une conjuration qui s’étendait sur des dizaines de millénaires.
Et Erebus allait à présent devoir l’outrager.
Il présenta la lame aux statues des quatre puissances qui dominaient l’espace du sacellum à bord du Destiny’s Hand, leur adressa ses prières et ses incantations, en saluant tour à tour chacun des seigneurs du Warp. Huit prêtres des cultes, porteurs d’icônes et d’encensoirs, imitaient tous ses mouvements en joignant leur propre chœur à ses suppliques. Ils emboîtèrent le pas à Erebus quand celui-ci marcha solennellement jusqu’au grand autel de l’Octed qui dominait la nef. L’Apôtre Noir n’accordait guère d’intérêt aux simples mortels, mais ces prêtres comptaient parmi ses serviteurs de confiance.
Ce qu’il accomplissait ici devait rester secret jusqu’à l’heure voulue. Les portes étaient barrées. Ses guerriers personnels montaient la garde au-dehors.
Devant la grande étoile d’airain et de fer avait été installée une enclume, spécialement fondue et sanctifiée pour ce seul rituel. Des artisans encapuchonnés se tenaient prêts de part et d’autre d’elle : Guldire, premier parmi les façonneurs du Warp de l’Apôtre Noir, accompagné de son meilleur apprenti. Ils l’assisteraient dans sa tâche, dirigeraient ses coups et écarteraient de lui les énergies dangereuses qui pourraient être libérées.
Les façonneurs ne cillèrent pas lorsqu’Erebus tendit la lame terrible vers eux. Il saisit la poignée à deux mains et leva l’anathame, pointe vers le haut, contre son front. Les yeux fermés, une prière murmurée par le mouvement rapide de ses lèvres, il plaça l’arme sur l’enclume, l’arme sainte qui avait amené Horus Lupercal vers la lumière.
Les prêtres baissèrent leurs icônes et étouffèrent leurs flambeaux. Ils tirèrent leurs athamés de leurs manches. Leur psalmodie se fit plus grave.

par neicna16
L'Hérésie d'Horus, tome 26 : Vulkan est vivant L'Hérésie d'Horus, tome 26 : Vulkan est vivant
Nick Kyme   
Excellent tome. L'histoire suit Isstvan 5 en racontant les actions des survivants Salamanders ainsi que la captivité de leur Primarque. La narration à la première personne des parties concernants Vulkan sont de plus très intéressantes. J'ai aussi eu une surprise en retrouvant La Cabale que j'avais découvert dans Légion et qui continue à agir comme elle pense devoir le faire...

par romain1
L'Hérésie d'Horus, tome 27: Imperium Secundus L'Hérésie d'Horus, tome 27: Imperium Secundus
Dan Abnett   
D’apprendre que des fantômes hantaient Macragge n’était une surprise pour personne, après les horreurs qu’avaient récemment connues la planète et toutes les autres sous son égide.
Les populations des Cinq Cents Mondes avaient subi l’atrocité de Calth, la trahison immonde de Lorgar, le bain de sang à grande échelle qui s’en était suivi, et la dévastation pan-galactique de cette fameuse “Tempête de Ruine”. Tous ces milliards d’âmes se trouvaient dans un état de choc existentiel. Ces événements monumentaux avaient laissé des cicatrices psychologiques, des blessures fantômes dans l’esprit des hommes : le traumatisme des combats, le deuil de ceux que chacun avait pu perdre, les lésions physiques, l’amertume, la rancœur, les désordres dus au stress, des cauchemars suscités par le Warp, et d’autres effets moins facilement classables. Calth, le point d’embrasement, datant d’à peine plus de deux ans, avait hanté depuis lors les citoyens d’Ultramar.
Non, quand ces dernières apparitions survinrent, la seule surprise fut qu’elles soient aussi réelles.

par neicna16
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4