Livres
492 644
Membres
488 552

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Les gens affirmaient qu'Ove ne voyait le monde qu'en noir et blanc. Et elle était les couleurs. Toutes les couleurs.

Afficher en entier

Tout ce que veut Ove, c'est mourir en paix.

Afficher en entier

Ove et le chat se sont rencontrés un matin à six heures moins cinq. Le chat a détesté Ove sur-le-champ. Le sentiment était plus que réciproque.

Ove s'est levé dix minutes plus tôt, à son heure habituelle. Il n'a aucune indulgence pour les gens qui traînent au lit et prétextent que « le réveil n'a pas sonné ». Ove n'a jamais utilisé de réveille-matin de sa vie ; il a toujours ouvert l'œil à six heures moins le quart pour se lever immédiatement.

Afficher en entier

Ove a cinquante-neuf ans et roule en Saab. Quand quelqu'un lui déplaît, il a la manie de brandir l'index à la façon de l'agent de police qui pointe sa torche sur un cambrioleur. Debout, face à la caisse d'une boutique où les conducteurs de voitures japonaises viennent acheter des câbles blancs, il observe longuement le vendeur avant d'agiter une boîte en carton.

Afficher en entier

La mort est une chose étonnante. Les gens passent leur vie entière à faire comme si elle n’existait pas, et pourtant elle est la plupart du temps notre principale raison de vivre. Certains d’entre nous prennent conscience de la fragilité humaine assez tôt pour vivre ensuite plus intensément, plus obstinément, plus furieusement. Quelques-uns ont besoin de sa présence constante pour se sentir vivants. D’autres sont tellement obsédés par la mort qu’ils s’assoient dans la salle d’attente bien avant qu’elle n’ait annoncé son arrivée. Nous la redoutons, et pourtant la plupart d’entre nous ont peur qu’elle n’emporte quelqu’un d’autre plus qu’elle ne nous emporte nous-mêmes. Car la plus grande crainte face à la mort est qu’elle passe à côté de nous. Et nous laisse esseulés.

Afficher en entier

Cela fait six mois qu’elle est morte, et Ove fait encore le tour de la maison deux fois par jour pour vérifier qu’elle n’a pas augmenté le chauffage en cachette.

Afficher en entier

Il doit mesurer presque deux mètres. Ove éprouve une méfiance instinctive face aux gens de plus d’un mètre quatre-vingts. Selon son expérience, le sang ne monte pas jusqu’à leur cerveau.

Afficher en entier

Le train est à sa hauteur quand le mécanicien arrive à l'immobiliser. La terreur a vidé de son sang le visage du môme jusqu'à la dernière goutte. Il retient visiblement ses larmes. Les deux hommes se regardent par la fenêtre de la locomotive, comme s'ils avaient tous deux erré dans un désert apocalyptique en arrivant de deux directions opposées et que chacun venait de se rendre compte qu'il n'était pas la dernière personne en vie au monde. L'un soulagé; l'autre déçu.

Afficher en entier

Bien des gens ont du mal à vivre avec une personne qui apprécie la solitude. Cela embarrasse ceux qui ont du mal à s'en accommoder eux-mêmes.

Afficher en entier

Ove considère le groupe dans l'habitacle comme s'il avait été enlevé et téléporté dans un univers parallèle. Un bref instant, il envisage de lancer la voiture dans le fossé, mais se dit tout de suite que, si les choses tournent mal, il aura ses passagers pour compagnie dans l'au-delà.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode