Livres
392 475
Comms
1 376 446
Membres
284 256

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Vint un chevalier ajouté par Rayathea 2012-11-11T12:39:31+01:00

Le temps ne compte pas

L'amour est le plus fort.

Afficher en entier
Extrait de Vint un chevalier ajouté par Hanayu 2014-12-17T22:17:57+01:00

Elle traversa la rue à la rencontre de Nicholas et fut enchantée de l'expression de son visage lorsqu'il l'aperçut.

- Eh bien?

- Quel que soit le siècle, la beauté est toujours la beauté, murmura-t-il en se levant pour lui baiser la main.

Ils avaient du bon, ces gentilshommes de l'époque élisabéthaine!

- Il n'est pas encore l'heure du thé? continua-t-il.

Correction : Quel que soit le siècle, les hommes sont toujours les mêmes. C'est toujours : tu-es-superbe-qu'y-a-t-il-pour-diner?

Afficher en entier
Extrait de Vint un chevalier ajouté par fanfan50 2013-07-19T15:53:42+02:00

p 287 : A l'entrée principale du château, ils sautèrent de cheval et Dougless, soulevant ses jupes, courut derrière Nicholas qui montait quatre à quatre les escaliers. Il la conduisit au dernier étage, où elle n'était jamais allée auparavant, et ouvrit une porte à la volée. Ce que découvrit Dougless l'horrifia encore plus que tout ce qu'elle avait vu dans la journée : un petit enfant, d'environ un an, emmailloté de la tête aux pieds dans ds langes de tissu serrés, suspendu à un croc de boucher fiché dans le mur. Bras et jambes enfermés dans les linges, il avait l'air d'une petite momie. La moitié inférieure de ses langes était souillée car il n'avait pas été changé. Sous lui se trouvait un seau où coulait ce qui n'avait pas été absorbé par les linges.

Dougless était pétrifiée à la vue de cet enfant aux yeux à demi fermés.

- L'enfantelet va bien, il ne lui est rien arrivé...

- Rien arrivé !

Au XXème siècle, un bébé ainsi traité serait retiré à ses parents et ceux-ci poursuivis en justice. Et Nicholas osait dire que l'enfant allait bien !

- Décrochez-le !

- Pourquoi le descendre ? Il n'y a rien à craindre, il n'y a point de raison de ...

- Descendez-le, répéta-t-elle avec un regard indigné.

Avec un soupir résigné, Nicholas prit l'enfant et, le tenant à bout de bras le plus loin possible de lui, se tourna vers Dougless.

Afficher en entier
Extrait de Vint un chevalier ajouté par fanfan50 2013-07-19T15:42:22+02:00

p 198 : "Le route était affreuse : étroite, envahie par les herbes, avec de profondes ornières et des morceaux de roc à ras de terre. Aux Etats-Unis, aucune route n'était en si mauvais état, même au fin fond de la campagne, et les chemins ruraux anglais étaient généralement bien mieux entretenus.

Elle se rangea sur le talus en entendant un véhicule approcher. Un pauvre vieil âne étique tirait une charrette à grandes roues. A son côté marchait un homme vêtu d'une robe courte que l'on aurait dite faite de toile de jute et ses jambes nues à partir de mi-mollet, étaient couvertes de vilaines plaies. Elle le regarda bouche bée et l'homme, se retournant, en fit autant. Son visage avait l'air d'un masque de cuir racorni et quand il ouvrit la bouche, elle aperçut des dents noires et gâtées. Il lui lança un regard de maquignon et quand il vit ses jambes et ses collants, il la lorgna en grimaçant et en montrant ses dents cariées. Elle détourna aussitôt la tête et s'éloigna rapidement. La route devenait de plus en plus défoncée, avec des ornières encore plus profondes et de la bouse ou du crottin partout.

- On se sert du fumier pour boucher les trous, en Angleterre, maintenant ? maugréa-t-elle ?"

Afficher en entier
Extrait de Vint un chevalier ajouté par Rayathea 2012-11-11T12:40:54+01:00

Voulez-vous dîner avec moi ?

Mon âme retrouvera la tienne, avait écrit Nicolas. Leurs âmes... pas leurs corps, leurs âmes...

Avec plaisir...

Il lui sourit, et ce sourire était exactement le même que celui de Nicolas. Ce fut du fond du coeur qu'elle pensa : Merci, mon Dieu !

Afficher en entier
Extrait de Vint un chevalier ajouté par Leane 2012-08-18T18:39:34+02:00

- Salut! Je me demandais si vous pourriez me prêter une épingle de nourrice. J'ai une bretelle qui a cassé, une bretelle d'importance stratégique, si vous voyez ce que je veux dire.

Nicholas était étendu sur le lit d'Arabella, chemise ouverte et sortie de son pantalon, et Arabella portait un court déshabillé noir d'une superficie très réduite, et de toute façon le peu de tissue qu'il y avait était transparent.

- Vous... vous... bafouilla-t-elle.

- Oh, bonsoir, Lord Stafford! Je ne vous ai pas interrompus, au moins?

Nicholas la regardait d'un air profondément amusé.

- Oh, continua Dougless d'une voix de tête, une télévision Bang et Olafson! Je n'en avais jamais vu. J'espère que cela ne vous dérange pas mais j'aimerais tellement voir les dernières informations! Ah! voici la télécommande...

Elle s'assit sur le bord du lit et appuya sur les touches.

- Regardez! Ceci commande le volume, et voilà les chaînes... Tiens, un vieux film sur la reine Elizabeth!

Elle éteignit le récepteur, posa la télécommande sur la table de nuit à côté de Nicholas, bâilla et dit:

- Mais je me souviens tout d'un coup que j'ai des épingles dans mes affaires. Merci, quand même, Lady Arabella. J'espère que je ne vous ai pas trop dérangée...

Elle fut obligée de sortir à toutes jambes car Arabella bondissait vers elle, toutes griffes dehors, et elle atteignit de justesse la porte, qui claqua dans son dos. Sans bouger, elle écouta. Au bout d'un instant, elle entendit des coups de feu, une galopade de chevaux: il n'y avait pas à s'y tromper, c'était la bande-son d'un western. Puis une voix aiguë cria:

- Mais éteignez donc cela!

Le sourire aux lèvres, elle retourna dans sa chambre et dormit comme un bébé.

Afficher en entier
Extrait de Vint un chevalier ajouté par Leane 2012-08-17T18:14:24+02:00

-Selon certaines rumeurs, le père de l'enfant était Lord Nicholas Stafford, qui était un peu plus jeune que Lady Arabella. Et...

Le guide baissa la voix et prit un ton conspirateur:

-... le bruit courut que le bébé avait été conçu sur cette table!

Tous les regards se tournèrent vers une table à tréteaux en chêne, placée contre le mur.

-De plus, continuait le guide, Lord Nicholas...

On entendit au fond de la pièce le signal d'alarme se déclencher, puis se taire, puis reprendre, s'arrêter de nouveau, empêchant le guide de parler.

-Je vous en prie! dit a femme.

Mais le bruit continua. Dougless n'eut pas besoin de regarder pour savoir qui ouvrait et refermait la porte munie du signal d'alarme, et ne douta pas un seul instant de la raison pour laquelle Nicholas se conduisait ainsi.

Afficher en entier
Extrait de Vint un chevalier ajouté par claire-obscure 2014-06-16T18:48:04+02:00

Ces extraits bi-lingues pour vous inciter à lire en VO, tant la traduction est souvent une trahison (traducteur Philippe Safavi). Faites-vous-en une idée, à partir de cette page.

Extrait 1 - américain :

The heads of shaggy-cap mushrooms poked whitely through the mold beneath the ferns. Jamie's blunt forefinger flipped one off its stem, and traced the spokes of the basidium as he marshaled his next words. When he spoke carefully, as now, he all but lost the slight Scots accent that usually marked his speech.

Extrait 1 - traduit :

Note 1 :Ici, on a oublié de traduire la dernière phrase, qui dit, littéralement :

"Quand il parlait prudemment, comme à présent, il gardait toujours son léger accent écossais qui le caractérisait en temps normal.

Note 2 : grisailleux n'existe pas dans le dico.

Les chapeaux grisailleux des charbonniers pointaient timidement dans la mousse sous les fougères. Jamie en cueillit un et en fendit la tige en deux du bout de l’ongle, l’air concentré. Puis il prit enfin la parole.

Extrait 2 américain :

"I do not wish to… that is… I do not mean to imply…" He looked up suddenly and smiled, with a helpless gesture. "I dinna want to insult you by sounding as though I think you've a vast experience of men, is all. But it would be foolish to pretend that ye don't know more than I do about such matters. What I meant to ask is, is this… usual? What it is between us, when I touch you, when you … lie with me? Is it always so between a man and a woman?"

Extrait 2 traduit :

“Je ne voudrais pas… euh… je veux simplement dire… » Il leva les yeux vers moi et m’adressa un sourire impuissant. « Je ne veux pas paraître insultant en insinuant que tu as une grande expérience des hommes, mais ce serait idiot de prétendre que tu n’en sais pas plus que moi sur le sujet. Ce que je voulais savoir, c’est… est-ce que c’est toujours comme ça ? Ce qui se passe entre nous, quand tu es couchée près de moi, quand on se touche ? C’est toujours ainsi entre un homme et une femme ?

Extrait 3 américain :

In spite of his difficulties, I knew exactly what he meant. His gaze was direct, holding my eyes as he waited my answer. I wanted to look away, but couldn't.

Extrait 3 traduit :

Il n’était pas très clair, mais j’avais parfaitement compris. Son regard était franc, soutenant le mien dans l’attente d’une réponse.

Extrait 4 américain :

"There's often something like it," I said, and had to stop and clear my throat. "But no. No, it isn't—usual. I have no idea why, but no. This is… different."

Extrait 4 traduit :

“C’est souvent le cas, commençais-je d’une voix rauque. Mais… non. Non, ce n’est pas toujours comme ça. Ne me demande pas pourquoi, mais c’est chaque fois… different.

Extrait 5 américain :

He relaxed a bit, as though I had confirmed something about which he had been anxious.

Extrait 5 traduit :

Il se détendit un peu, comme si je venais de confirmer ses doutes. Il tendit la main et effleura mes lèvres du bout des doigts.

Extrait 6 américain :

"I thought perhaps not. I've not lain with a woman before, but I've… ah, had my hands on a few." He smiled shyly, and shook his head. "It wasna the same. I mean, I've held women in my arms before, and kissed them, and… well." He waved a hand, dismissing the and. "It was verra pleasant indeed. Made my heart pound and my breath come short, and all that. But it wasna at all as it is when I take you in my arms and kiss you." His eyes, I thought, were the color of lakes and skies, and as fathomless as either.

Extrait 6 traduit :

CETTE PARTIE LA N'A TOUT SIMPLEMENT PAS ETE TRADUITE !!!

Extrait 7 américain :

He reached out and touched my lower lip, barely brushing the edge. "It starts out the same, but then, after a moment," he said, speaking softly, "suddenly it's as though I've a living flame in my arms." His touch grew firmer, outlining my lips and caressing the line of my jaw. "And I want only to throw myself into it and be consumed."

Extrait 7 traduit :

« Ça commence toujours pareil. Quand je te touche, j’ai l’impression que mon bras tout entier prend feu. Je ne pense plus qu’à une chose : te serrer contre moi et me consumer.

Extrait 8 américain :

I thought of telling him that his own touch seared my skin and filled my veins with fire. But I was already alight and glowing like a brand. I closed my eyes and felt the kindling touch move to cheek and temple, ear and neck, and shuddered as his hands dropped to my waist and drew me close.

Extrait 8 traduit :

Rien qu’à l’idée de lui répondre que je ressentais la même chose, mon sang se mit à bouillir et j’eus l’impression que mes tempes s’embrasaient. Je fermai les yeux et sentis ses doigts brulants caresser ma joue, mon oreille puis mon cou. Je tressaillis lorsque ses mains descendirent autour de ma taille et m’attirèrent à lui.

Afficher en entier
Extrait de Vint un chevalier ajouté par Leane 2012-08-18T18:15:26+02:00

Nicholas se réveilla à l'aube et, lorsqu'il s'aperçut que Dougless dormait dans ses bras, sa première pensée fut que ses rêves étaient exaucés. Leurs deux corps s'ajustaient l'un à l'autre comme s'ils étaient sculptés dans une même motte d'argile. Quel était ce mot qu'elle avait utilisé... télépathie... oui, une sorte d'entente entre eux, un lien profond tel qu'il n'en avait jamais eu avec aucune femme.

Il enfouit son visage douces mèches rousses, respira profondément et commença à la caresser. Jamais auparavant il n'avait ressenti une telle appétence pour une femme, jamais même il n'avait imaginé qu'un tel désir pût exister.

- Pardonnez-moi Seigneur, de ce que je suis pour faire. Et aidez- moi! Donnez-moi le courage de faire ce qui doit être fait.

Il espérait être assez fort pour agir comme il savait qu'il le devait mais il voulait d'abord goûter à Dougless, juste une fois, juste cette fois, et puis il ne la toucherait plus jamais.

Il embrassa ses cheveux, son cou, sa langue caressa la peau si douce, sa main remonta le long du bras blanc et se posa sur le sein de la jeune femme. Il entendait son propre cœur battre à ses oreilles. En s'éveillant, Dougless tourna le visage vers lui pour l'embrasser. Un baiser comme elle n'en avait jamais encore ni donné ni reçu. "Il est l'autre moitié de moi, songea-elle, celui que j'ai cherché toute ma vie, l'homme qui me correspond parfaitement."

- Ma Clémentine... chuchota Nicholas.

Ils se tenaient étroitement serrés, jambes enlacées. Dougless souriait aux anges en sentant les baisers brûlants dont Nicholas couvrait maintenant son cou et sa gorge.

- On m'a appelée Carotte, à cause de mes cheveux, mais jamais on ne m'a comparée à une orange.

- Clémentine est...

Ses baisers descendaient le long du corps de Dougless.

- ... mon épouse!

Afficher en entier
Extrait de Vint un chevalier ajouté par Leane 2012-08-18T14:59:07+02:00

Il toucha son épaule et lui caressa doucement le bras. Trois jours seulement que nous nous sommes rencontrés! Il y a trois jours, je ne l'avais jamais vue, et aujourd'hui je fais tout mon possible pour lui amener un sourire aux lèvres. Il est si facile de lui faire plaisir, il suffit d'un mot gentil, d'un petit cadeau, d'un sourire.

Afficher en entier