Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de violette6989 : Je suis en train de lire

retour à l'index de la bibliothèque
Protection rapprochée Protection rapprochée
Zara Cox   
L'avis de Lilie :
Habituée aux romances de la collection Magnetic, j’espérais beaucoup avant de débuter celui-ci. En effet, je me demandais si j’allais de nouveau être surprise, de quelle manière l’héroïne allait démontrer sa force de caractère…. Je vous préviens tout de suite, je me suis régalée lors de cette lecture et je vais vous expliquer pourquoi.

Nous faisons ici connaissance avec Caleb, un garde du corps sexy, et Lily, jeune programmeuse harcelée alors qu’elle est sur le point de mettre au point un nouveau code qui permettra de révolutionner le stockage des données. Entre les deux protagonistes, écorchés par la vie, l’attirance est immédiate. Mais ont-ils vraiment digéré leurs passés ? Caleb, en mission, peut-il se permettre de succomber aux charmes de sa cliente ?

Caleb a tout du garde du corps idéal : grand, musclé, sexy, avec un regard de braise, capable de garder la tête froide alors qu’il bout intérieurement, il cache derrière cette carapace des failles que l’on découvre tout au long de l’histoire. Concernant Lily, on met également du temps à connaitre son histoire mais ce que je peux vous dire, c’est que c’est une jeune femme qui sait ce qu’elle veut et qui s’assume pleinement. L’autrice a fait le choix de se focaliser sur ce duo et on ne sait pas grand-chose de leurs proches, notamment leurs amis. C’est un peu dommage car cela aurait pu nous permettre d’en savoir plus sur certains aspects de leurs personnalités.

Ce que j’ai apprécié dans ce roman, c’est l’originalité de l’intrigue. A priori, la femme « célèbre » et le garde du corps, c’est un point de départ classique. Néanmoins, Zara Cox arrive à nous surprendre, notamment en choisissant une héroïne programmeuse, avec une tête bien pleine et un passé complexe.

Comme toujours, les romances Magnetic font monter la température. Ce que j’ai apprécié, c’est que les protagonistes font connaissance, se tournent autour, s’apprivoisent et ne se sautent pas dessus dès le deuxième chapitre. Le dosage érotisme/intrigue est parfait et j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir les différents pans des histoires des protagonistes. La plume de l’autrice est fluide, facile à lire. Une fois entamé, ce roman est impossible à poser et il se lit donc très vite. Les chapitres sont écrits en alternance du point de vue de Caleb et de Lily et comme toujours, j’ai trouvé cela très malin car cela permet d’avoir une vision assez globale de l’intrigue.

Pour conclure, « Protection rapprochée » est un livre facile à lire, une romance contemporaine agréable et sans prise de tête. Si vous cherchez une histoire sexy avec des protagonistes au caractère bien affirmé, n’hésitez plus ! Pour ma part, j’ai passé un bon moment de lecture et n’hésiterai pas à relire un roman de l’autrice.
Dans un battement de coeur Dans un battement de coeur
K.L. Shandwick   
Je vous dis que ce livre est de la daube. J'ai sauté pleins de passages. Sur la fin je ne lisais limite que les dialogue.
Si vous voulais connaitre l'histoire lisais l'avis ci dessous. Plein de Spoilers.

Déjà je trouve trop bizarre la façon dont Kane revient dans la vie de Jo.
Jo craque super vite et ils couchent ensemble. On dirait qu'il veut un truc sérieux mais elle regrette ce qu'ils ont fait le lendemain.
Après on apprend qu'en faite Kane est célib depuis une semaine et qu'il était dans une histoire sérieuse avant ça. Alors s'il dit qu'il veut un truc sérieux avec Jo j'y crois pas une seconde.
C'est pas faux ce qu'elle dit sur son mode de vie et le fait qu'il s'est passé d'elle pendant 12 ans.
Eliott revient à la charge.
Et Jo est une vrai girouette, elle redonne une chance à Eliott mais pense à Kane.
Du coup Kane abandonne vite. Cela ne m'étonne pas. Pourtant il dit qu'elle mérite quelqu'un qui se batte pour elle. Mais lui se tire et couche déjà avec une autre.
Elle est au resto et la Eliott lui dit que tout le weekend il s'est tapé une conaissance pour bien la faire souffrir. Kane débarque. Elle recouche avec lui. Meuf sans volonté.
Et le lendemain rebelote. Elle le jete alors il part à nouveau.
Plus tard elle apprend la mord d'Eliott. Elle apprend qu'elle est enceinte mais ne sait pas de qui.
Kane l'appel 1fois par moi. MDR.

Plusieurs mois plus tard il apprend enfin q'elle est enceinte, mais même si c'est pas lui le père il veut encore d'elle.
Jo lui claque ses 4 vérités sur son mode de vie et le fait qu'il la tromperai à la 1ère occasion. Et lui au lieu de la rassurer il lui dit qu'elle est folle. Tu parle d'un gars qui veut s'engager.

On apprend 2 jours plus tard qu'il s'est fait poignardé dans sa chambre d'hotel. Moi je dis CARMA.
Jo s'avoue qu'elle l'aime mais qu'elle pourra pas accepeter son mode de vie. Donc c'est toujours pareil dans sa tête.
Elle recontre l'oncle de Kane et raconte la malformation de son bébé.
Du coup on découvre que c'est pas Eliott mais Kane le père.
Et comment on apprend ça me donne envie de vomir. Le gars lui raconte que quand elle l'a mis dehors il était furieux, il a ramaser une meuf est avec tout le groupe ils l'on "saut-é à tour de rôle", ce sont les mots de Kane. Langage cru et dégueulasse. Mais le pire c'est que la meuf s'est retrouvé en cloque. Et c'était lui le père sans le savoir car la meuf voulai juste du frik pour avorter car il avait le même problème au coeur.
Le mec j'ai envie de le tuer, de gerber, de me crever les yeux et lavé mon cerveau.
Du coup genre Kane est dégouté et va subir une vasectomie...MDR MDR.
C'est à mourrir de rire ce livre.
Quand à la fin, epilogue 5ans plus tard, un passage de Kane et sa fille.Et on s'est juste qu'il est fidèle à Jo depuis la naissance de sa fille en gros.
Métronome : L'histoire de France au rythme du métro parisien Métronome : L'histoire de France au rythme du métro parisien
Lorànt Deutsch   
Dans la préface du livre, Lorànt Deutsch annonce qu’il va raconter « l’Histoire [...] encore vivante sur les lieux où jadis elle se déroula ». Premier souci : aucune source et aucune bibliographie ne sont disponibles.

Et le « Métronome » comporte des erreurs : « au moins une dizaine » selon William Blanc. Parmi elle, il est par exemple écrit dans le « Métronome illustré » :

« Quand Childéric s’envola pour le paradis des guerriers germains, son fils Clovis acheva [le Louvre]. »

William Blanc corrige :

« Le Louvre aurait été construit par le père de Clovis, alors qu’il l’a été par Philippe Auguste, sept siècles plus tard, en 1190. »

Mais pour le site Histoire pour Tous et J.Perrin, les coquilles sont une chose, avancer des faits sans « étayer », en est une autre :

« Lorànt Deutsch affirme mais ne livre aucune vision critique. Par exemple, sa théorie comme quoi Jeanne d’Arc serait la demi-sœur du roi Charles VII [...]. Avancer des hypothèses, c’est le b.a.-ba de tout livre d’histoire. Mais on ne peut pas se contenter de lancer un pavé dans la mare en quelques mots, sans rien justifier, et passer ensuite au paragraphe suivant. »

Exemples des épisodes 1 et 2 de la série

Prenons pour exemple le prolongement télévisuel du « Métronome », soit l’adaptation de l’ouvrage par France 5, réalisée par Fabrice Hourlier. Concentrons nous sur les deux premiers épisodes, qui durent environ cinquante minutes chacun.

Des rois, chefs et saints omniprésents

Au-delà des lutéciennes « qui faisaient leur shopping » au forum et des raccourcis chronologiques soudain entre le VIe et le XIVe puis le VIIe et le XIIe, Lorànt Deutsch a une particularité : il ne parle pratiquement que des saints, des empereurs, des chefs, des rois. Et les encense.

Ce sont eux, et seulement eux, qui font l’histoire. De Saint Denis « notre saint » à Martin de Tours, « un homme généreux qui se consacra aux pauvres », en passant par Sainte Geneviève qui, avec son « charisme, sa foi chrétienne, son autorité et sa richesse, lui permettent de prendre la haute main sur le destin de Paris », on ne compte plus les hommes d’Eglise.

Omissions historiques et légendes au présent de vérité générale

Dès lors que Lorànt Deutsch parle de sanctuaires, d’abbayes ou d’églises, une musique dramatique est utilisée. Le vocabulaire de l’écrivain est parfois exagéré lorsqu’il s’agit de décrire ces lieux avec objectivité : « grandeur de notre patrimoine » ; « symbolique » ; « émouvant » ; etc.

Et tout est fait pour glorifier, en oubliant certains passages de l’histoire, ou en ommettant d’employer le conditionnel :

en 885, Paris est assiégé par les Vikings. Et selon Lorànt Deutsch, dans l’épisode 2, c’est le comte de Paris d’alors, Eudes de France, « véritable héros », qui a permis de les faire partir. Il oublie de préciser que le roi Charles III le Gros a dû payer un tribut aux Vikings pour qu’ils déguerpissent, comme le précise Christophe Naudin.
Les miracles ? Ils existent ! Martin de Tours sauve un lépreux et l’évêque Saint Marcel tue une bête mystérieuse. Lorànt Deutsch raconte aussi l’histoire du serrurier Biscornet à Notre-Dame qui signe un pacte avec le diable. Tout cela est raconté au présent, sans aucune précision ou mise en garde.
Les révolutionnaires, ces horribles « persécuteurs »

Enfin, avec Lorànt Deutsch, il ne fait pas bon être révolutionnaire et défier l’ordre, la monarchie ou la royauté. Car avant même que la révolution ne soit évoquée par l’écrivain, les acteurs en prennent pour leur grade.

L’écrivain parle, dans un premier temps, de « fureur révolutionnaire » ; « fureur populaire » et des « nouveaux persécuteurs » qui « saccagèrent » une abbaye bénédictine. Dans l’épisode 2, le présentateur va plus loin.

Selon lui, les révolutionnaires auraient sciemment stocké du salpètre [poudre à munition, ndlr] dans l’église Saint-Germain avec « une volonté réfléchie de faire pourir de l’intérieur le fondement des édifices religieux ». Comme l’avance Christophe Naudin, Lorànt Deutsch oublie de préciser qu’il pouvait tout simplement s’agir d’un lieux de dépôt pour les armes.

Et lorsqu’il évoque le roi Dagobert, au sujet de sa mauvaise réputation, la faute revient à « la brutalité révolutionnaire ». Il précise :

« La Révolution, qui se moque bien de la vérité historique, a produit cette rengaine pour railler les rois et les saints. »

Des convictions politiques trop visibles

D’après William Blanc, ces erreurs et ommissions sont « orchestrées » afin de rendre compte d’une histoire « où rois et saints catholiques sont à la fois héros et moteur ». La comparaison avec le livre « Le Tour de la France par deux enfants » est appropriée selon lui.

Sur le site Histoire pour Tous, J. Perrin acquiesce :

« L’histoire ne cesse de graviter autour des rois, des reines et de leurs proches au point que nous avons parfois le sentiment que c’est à eux seuls que nous devons cette histoire. »

Matthieu Lépine, professeur d’histoire, parle en ces termes de l’émission dans un article consacré à la série :

« Cette émission, présentée comme un outil d’éducation populaire n’est en réalité qu’une arme de propagande, faisant à la fois l’éloge de la monarchie, la glorification de la chrétienté et le réquisitoire de la Révolution française. »

Et William Blanc de conclure :

« Derrière cette vision, il y a sans doute un auteur qui a du mal à cacher ses convictions royalistes et catholiques ultra. »

Lorànt Deutsch : « un royaliste de gauche »

Loin de la frilosité de certains artistes à s’épancher sur leurs opinions, l’écrivain français assume ses positions politiques dans les médias : il se dit « royaliste de gauche ».

Il l’a afffirmé au micro de RMC le 28 septembre 2009, puis lors de l’émission « On n’est pas couché » le 27 novembre 2010, et plus récemment sur Europe 1 le 6 avril 2012.

Et au Figaro, en mars 2011, il déclare :

« Pour moi, l’histoire de notre pays s’est arrêtée en 1793, à la mort de Louis XVI. Cet événement a marqué la fin de notre civilisation, on a coupé la tête à nos racines et depuis on les cherche [...].

C’est comme avec la religion, on essaie de faire triompher la laïcité, je ne sais pas ce que cela veut dire. Sans religion et sans foi, on se prive de quelque chose dont on va avoir besoin dans les années à venir. Il faut réintroduire la religion en France, il faut un concordat. »


par kaline
Slow Burn, tome 4 : Crush Slow Burn, tome 4 : Crush
Maya Banks   
http://liliandtheworldofbooks.blogspot.be/2017/12/slow-burn-tome-4-crush.html

J'avais lu les trois tomes précédents que j'avais appréciés, par contre, je n'ai pas accroché avec celui-ci.

Je m'explique, j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de répétions et de longueur dans cette histoire, par contre, j'ai quand même trouvé l'intrigue pas mal.
J'aime toujours sa plume qui est fluide, légère et elle ne manque pas d'idée. Par contre, c'est avec les personnages que j'ai eu du mal et leur histoire. J'ai trouvé que c'était rapide entre eux et je ne sais comment l'expliquer, mais je n'ai pas su m'accrocher à eux.

Pour conclure, j'aurais aimé que leur histoire soit un peu plus développée ainsi qu'en savoir plus sur eux et je pense que j'aurais pu accrocher. C'est dommage, car ce livre a du potentiel. Bref, ne vous arrêtez pas sur mon avis négatif, car vous allez peut-être l'adorer.


par Lili1989
La Vie secrète des écrivains La Vie secrète des écrivains
Guillaume Musso   
Petite déception, une fois n'est pas coutume en refermant la dernière page de ce roman. On arrive par intermittence, à retrouver ce qui fait la magie des oeuvres de Guillaume Musso, en particulier quand l'auteur arrive à nous entrainer sur des "fausses routes". Je suis d accord qu'un livre peut nous faire rêver mais , ici, plusieurs chapitres sont vraiment trop improbables et j'ai du m'accrocher pour pas me perdre sur ces fausses routes. En clair, je reste, à ma grande surprise "déçu" par cet opus, bien trop courte. Je reste néanmoins un fan de Mr MUSSO. Je ne désespère pas de le retrouver dans un meilleur roman l'année prochaine.
Traqués Traqués
Aurore Doignies   
Je suis bien embêtée, j'aime beaucoup cette auteure en temps normal mais là je dois dire que j'ai été bien déçue... Ce que je vais dire ici, concerne mes goûts, mes ressentis. Déjà, principal point qui me déplaît : le trio/polyamour. J'aurais vraiment aimé savoir que cela serait présent dans ce livre, ça m'aurait évité de l'acheter... Je n'aime vraiment pas ça, je le conçois difficilement. Que cela prenne une telle importance ici, alors qu'il ne s'agit même pas des personnages principaux, ça me hérisse le poil, surtout vu tous les détails entre les partenaires. Aussi, j'ai rapidement passé tous ces passages concernant ce trouple. Oui, j'aurais pu arrêter et j'y ai songé de nombreuses fois mais l'intrigue m'intéressait et je voulais le fin mot de ce coup monté. Ensuite, même les personnages je n'ai pas réussi à les apprécier. La relation de Lex et Sebastian m'a mis un peu mal à l'aise, je ne la trouvais pas saine au début, vu certaines de leurs discussions houleuses dirons-nous. Sebastian aura passé pas mal de temps dans le livre à blesser ses proches soit par ses paroles, soit par ses actes. Son côté soldat à fond a même fini par me soûler également. Et son implication dans cette relation polyamoureuse m'a aussi un peu braqué contre lui. Surtout vu les sentiments de ses partenaires et des déchirements que cela a produit lorsqu'il a choisi Lex.
Aussi, l'importance que les autres personnages prennent, avec déjà Rafael, meilleur ami, béguin, partenaire de travail et ex-amant de Sebastian donc... Storm et Halysia. Je crois que c'est elle que j'ai le plus apprécié dans cette histoire, elle a une douceur, une compréhension de son entourage et une fragilité qui m'ont touchée. Storm par contre, je n'ai pas accroché à son comportement injuste envers Lex et ses interactions avec Seb par la suite. On a régulièrement leurs points de vue. Ce qui m'a donné l'impression au final que leur relation à trois avait plus d'importance que ce qui se passe entre Lex et Seb. De même pour la relation de Rafael et Sebastian, leurs inquiétudes, séparations, déchirements sont omniprésents dans tout le roman, éclipsant parfois je trouve les sentiments de Lex.
Autre point qui m'a déplu : des longueurs de détails... Franchement, l'histoire des conflits israëlo-palestiniens ça m'a vite gavé, et j'ai fini là aussi par zapper. Je ne dis pas qu'Aurore Doignies n'a pas fait un superbe travail de recherche, mais là c'était bien trop d'informations en trop.
Bon, malgré ces divers points, j'ai aimé l'intrigue, je trouve que c'était bien pensé, bien amené et tarabiscoté. C'est bien cet aspect du suspense qui m'a tenu en haleine. Même si la "résolution" m'a un peu laissée sur ma faim...

par Mayzie
The Boss The Boss
Erin Graham   
On rit, on pleure … une magnifique histoire !!!
Une petite perle , pleins d'émotions !!
Histoire addictive et très bien construite , les personnages principaux et secondaires sont très attachants!
Pas de mal alpha , ni de sexe à outrance puisque l'histoire débute par un drame…
J'ai passé un excellent moment!

par Izabo
Les Écorchés, Tome 1 : Ruine Les Écorchés, Tome 1 : Ruine
Tillie Cole   
Chose certaine ce livre n'est pas pour tout le monde. On aime ou on n'aime pas. Pour ceux qui ne sont pas fans de romance noire où la violence est très présente ce livre n'est pas pour vous. Pour les amoureux de la plume de Tillie Cole ce livre est pour vous sans l'ombre d'un doute. Tillie est le genre d'auteur qui assume totalement les histoires d'amours sombres et les personnages torturés qu'elle créer. Avec ''Raze'' je dois dire que nous sommes servis. Pour la moral on repasse bien sûr parce que quand on tombe dans une livre où l'univers nous emporte dans la mafia russe, la Bratva, on ne peut s'attendre à rien d'autre que du sang, de la violence et bien des choses sombres. Mais le plus beau dans tout ça, c'est la magnifique histoire d'amour battis autour. ''Raze'' est un livre unique en son genre, dur, violent oui mais il y a tellement de sentiment profond, une histoire captivante & addictive remplie d'amour malgré tout les horreurs qu'on peut y lire. ''Raze'' est chose certaine une histoire de destin mais aussi de seconde chance mais c'est aussi une histoire de revanche. À travers ce livre nous découvrons l'histoire de Raze et comprenons graduellement son vécue, son passer mais aussi le présent au quel il est relier. Ce livre est très difficile à décrire sans spoilier le tout il mérite juste de se lancer sans trop savoir où ça nous mène. Je dirais simplement que Kira et Raze était du pour se rencontrer et que la manière donc est raconter l'histoire est vraiment dur oui mais touchante. Raze m'a ému & Kira aussi. Mon cœur sait briser à quelques reprises pour eux mais sait bien vite recoller à la fin. Oui ce livre est sombre, oui certaine chose sont dur à lire, oui la violence y fait rage mais malgré tout cette histoire est tout de même belle car beaucoup d'amour et de sentiment sincère s'y trouve.

Tillie Cole une fois de plus m'a bluffer avec ce livre. L'histoire est extrèmement bien construite, l'univers est particulier et unique en son genre. La façon donc les personnages principaux sont créer est sublime. L'écriture est fluide comme toujours et Tillie Cole a son style bien à elle pour ce genre de romance. Raze & Kisa m'ont vraiment bien plu. Ils sont uniques, émouvants et rempli d'amour dans un monde où souvent il est difficile de trouver ce qu'ils partagent. Et ce qu'ils partagent est fort et magnifique. Fan de Tillie Cole lancer vous !

par Marieno89