Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Viragone : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
Iphigénie Iphigénie
Jean Racine   
Une belle histoire que Racine raconte à la perfection. Le dilemme qui est le centre du sénario est un grand classique (l'honneur ou l'amour) que l'auteur parvient à bien traiter sans nous ennuyer.

par myra44
Tarandes et Sakranim, Tome 1 : La Treizième Concubine Tarandes et Sakranim, Tome 1 : La Treizième Concubine
Jo Ann Von Haff   

En 001, première année du millénaire-des-étoiles, une guerre fait rage depuis soixante-dix ans entre les royaumes de Laar et Galdan pour la souveraineté de la cordillère des Dangham qui les sépare. Dans ce monde hostile et glacé, Fiha, la jeune guérisseuse du village, tombe amoureuse de Tado, le guerrier aux origines nobles. Mais la guerre et l’ambition de la Princesse Lika de Laar arracheront Fiha au bonheur qui lui tend les bras. Son destin l’attend dans le harem de Mirȫ Ier, roi de Galdan, redouté pour sa cruauté et son art à manier l’épée. Parce qu’elle porte l’enfant de Tado, Fiha n’a plus qu’une obsession: survivre.

par Viragone
L'Éducation sentimentale L'Éducation sentimentale
Gustave Flaubert   
Ce livre est un désœuvrement… Que raconte-t-il ? Pas grand chose et il ne s’y passe presque rien ! Pourtant, j’ai vraiment beaucoup aimé cette lecture ; parce que je me suis peut-être un peu reconnu dans cette vision passive de l’existence. Mais ce qui m’a surtout marqué, c’est la qualité de la langue, le style de l’écriture avec lequel Flaubert est parvenu à me passionner pour un récit fait de petits riens. Les descriptions sont de vrais poèmes et cette éducation est d’une clarté sublime sur les sentiments des personnages, leurs vies, leurs états d’âme et leurs amours.
Flaubert nous offre ici un livre sur la grisaille des amours bourgeois, la grisailles des cœurs inertes et sur la niaiserie des souffrances de gens trop bien naît. C’est aussi un roman de passions. Frédéric Moreau a une passion ardente, sublime mais platonique pour madame Arnoux ; une passion charnelle avec Rosannette, encore une autre, plus intéressée avec madame Dambreuse. D’autres personnages ont eux, des ardeurs pour leur carrière et la gloire comme Deslauriers. Arnoux à lui, l’appétit pour l’argent et les femmes tandis que Pelerin a une adoration pour l’art. Etc. … Ainsi, tous ses personnages (et bien d’autres encore ; ils sont très nombreux dans ce roman) ont pour point commun la recherche vaine d’un idéal et d’une félicité qui semble leurs être promise. Malheureusement, ses exaltations sont éphémères et c’est la vacuité, l’échec de leurs vies (sentimentales et sociales) qui prédomine. Flaubert pourfend ainsi la bourgeoisie de province, incarnée par tous ses jeunes gens séduisants mais décevants. Se sont les rois de l’occasion manquée, les fils d’une révolution trop ambitieuse pour eux. Les occasions se multiplient mais ils n’en saisissent aucunes. Leurs désirs s’étiolent ; leurs projets meurent par manque de volonté… Frédéric Moreau, le personnage central de l’éducation sentimentale est un homme médiocre, influençable, insignifiant, hésitant… Je l’ai même souvent trouvé pathétique ! Sa participation même à des événements politiques bouillonnants, terribles et tragiques comme la fin de la monarchie de juillet, la révolution de 1848 et l’avènement de la seconde république deviennent fade à son contact. Il est si imbu de lui-même et sa personne est si ennuyeuse !
Mais que j’ai apprécié ce très bel ennui…


par RMarMat
La Chartreuse de Parme La Chartreuse de Parme
Stendhal   
La Chartreuse de Parme est pour moi un chef d’œuvre du romantisme. L’histoire quoi qu’un peu lente à se mettre en place va crescendo dans l’addiction qu’elle procure.
Sur font historique Stendhal nous fait voyager de Waterloo, à Milan, de Milan à Parme, de ses palais à sa prison. Tout au long du récit, on ressent la passion de l’auteur pour l’Italie qu’il arrive à nous faire aimer. Je me suis pris à rêver y voyager.

Histoire de vengeance, d’inceste, de tyrannie, Fabrice, dépassé par le monde qui l’entoure évolue comme un fantôme dans la société Italienne du XIXe siècle.
Au file des pages, je me suis de plus en plus attaché à ce personnage (une peu anti-héros). Fabrice est un être candide et très sensible émotionnellement. C’est un enfant gâté mais sincère. Il est aussi indécis puisque après avoir voulu entrer dans la carrière militaire, il décide de s’engager dans les ordres. Mais ce qui fait son malheur, se sont toutes ses nobles femmes de la cour de Parme qui sont éprises de sa personne. Elles sont toutes prêtes à l’aimer et à tout lui offrir pour en être aimer. C’est sans compter sur l’incapacité de Fabrice à aimer. Il pense que son cœur est sec, mort et incapable d’éprouvé un sentiment d’amour, un sentiment de désir pour une femme.
Jusqu’au jour où « cette folie sublime » comme il l’appelle s’empare de son cœur et de ses sens. Cette révolution intérieur intervient après avoir vu Célia à travers les barreau de sa prison. Les élans d’amour de Fabrice pour Célia sont alors profondément attendrissant. Je dois même avouer que son désespoir, à sa sortie de prison m’a pris le cœur et a fait briller mes yeux.
Fatalement, l’issu de cette course au bonheur est tragique, bouleversant. Mais je vous invite à le découvrir par vous même…

Un dernier mot sur le style de Stendhal. Légère, tintée de moquerie et d’ironie savamment distillée, la lecture de la chartreuse de Parme a été pour moi,jouissive. Souvent les personnages, les actions, les paysages sont à peine esquissées ce qui m’a laissé une grande liberté de songes. On peut également en être perdu mais c’est aussi le charme du roman : ses sauts dans le temps, cette narration pleine d’allusion, ses changements de points de vues et le fatras des thèmes.

par RMarMat
Lettres de mon moulin Lettres de mon moulin
Alphonse Daudet   
Je l'ai lu étant petite. J'aime beaucoup les contes. Que de souvenirs !

par Linou
Les Raisins de la colère Les Raisins de la colère
John Steinbeck   
Ce roman conte l'aventure d'une famille de fermiers (Les Joad) pendant la Grande Dépression (la crise de 1929), leur exode vers l'Ouest Américain.
Le style et la maitrise de l'auteur nous mènent trés rapidement aux émotions, à l'attachement, à l'accompagnement des personnages, dans ce long voyage où la misère humaine et l'humiliation sont omniprésentes.

Il a été considéré comme une critique communiste lors de sa parution. Pas étonnant ! La misère décrite et "génante" (politiquement à cette époque épique) a amené l'inévitable interdiction de vente en Californie. Il faut dire que la bestialité des injustices sociales qui existent dans ce système capitaliste US est mise en exergue, et contraste avec l'honnêteté des paysans. On découvre ainsi la portée de la lutte quotidienne, le courage émouvant et l'espoir de ces milliers de paysans qui ont subi la perte de leur terre et le deuil de leurs proches.

C'est réellement un ouvrage superbe avec des instants révoltants, un roman sociologique, historique et humaniste, d'une trés grande profondeur.
Caligula Caligula
Albert Camus   
Magnifique!

Une pièce à nulle autre pareil dont chaque phrase dénonce la complexité et la naissance de la folie de l'empereur romain Caligula. J'ai été subjuguée par la plume d'Albert Camus que je découvre pour la première fois, les tournures sont splendides, les mots puissants. J'ai été effrayée et impressionnée par le personnage de Caligula, prise de pitié pour les autres personnages qui sont très intéressants, parfois courageux, d'autres lâches. J'ai ressenti toutes les émotions à la fois, j'ai été très émue.

Cette pièce de théâtre est incroyable ; je la conseille absolument, c'est un chef-d'œuvre.

par Eparm12
Au nom de tous les miens Au nom de tous les miens
Martin Gray   
Un sublime témoignage de la Seconde Guerre Mondiale, par un auteur qui a traversé tant d'épreuves qu'on ne peut qu'admirer sa volonté de vivre.
Un livre bouleversant, qui nous plonge aux côtés de Martin GRAY, et qui nous permet de tout ressentir de cette époque: peur, tristesse, anéantissement, horreur, épouvante, mais également espoir. Oui, de l'espoir, comme une lumière au bout de la nuit, une lueur vacillante, incertaine, à laquelle Martin s'est accroché, qui lui a permi de survivre au camp, de trouver la force nécessaire pour ne pas succomber au désespoir.
A lire absolument. Et préparez-vous à pleurer...

par Ophie
Un parfait inconnu Un parfait inconnu
Danielle Steel   
Hello,
Fille unique d'un riche banquier français et d'une marquise espagnole, Raphaella a tout pour être heureuse. A dix-huit ans, elle épouse le meilleur ami de son père, John Henry Phillips, financier de renommée internationale qui est tombé fou amoureux d'elle. une sublime histoire je le recommande
excellent livre !!!!
marquise66
Madame Bovary Madame Bovary
Gustave Flaubert   
Sans trop en dire, l'auteur dénonce ici le romantisme féminin en y décrivant la vie d'Emma avec le réalisme de sa plume.
Il s'agît de l'histoire d'une femme dont la vie manque de péripéties rythmées par la passion. La vie lui laisse entrevoir un monde luxueux mouvementé dont elle rêve éperdument. Elle se nourrit de chimères, imagine une vie meilleure.
Il s'agît de l'histoire d'un retour brutal à la réalité, d'un désabusement féminin et d'une vie ennuyeuse, et malgré l'apparition de passions amoureuses et de réconfort religieux, les derniers chapitres nous conduisent inévitablement vers une fin tragique.
J'ai apprécié le style d'écriture, cependant les descriptions des lieux sont longues. Le must étant la description des différents personnages... Je n'ai pas d'étude approfondie, mais je suis certain qu'il y aurait beaucoup à analyser dans cet ouvrage. On pourrait parler de Grand Art de Littérature.