Livres
436 367
Membres
361 685

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Viralata, le fils du caïman



Description ajoutée par Chrichrilecture 2018-06-26T05:02:09+02:00

Résumé

NouChimio, hôpitaux, médecins… Un quotidien que Martin ne connait que trop bien. Dans quelques semaines, un mois peut-être, son passage dans ce monde touchera à sa fin. Comment supporter cette idée d’abandonner son fils, Antonin, atteint d’un autisme sévère, aux seuls bras épuisés de sa maman ? Comment ne pas regretter de ne jamais lui avoir offert un frère ou une sœur sur qui compter sa vie durant ?

Ces questions le torturent, jusqu’au jour où…

Jusqu’au jour où un mystérieux message parvient à Martin : il aurait eu un autre enfant de son tout premier amour lors d’une précédente vie au Brésil, 18 ans auparavant.

Coup de sang ou conquête de la dernière chance, Martin se lance dans une folle course contre la montre et part à sa recherche en Amazonie, espérant quitter ce monde le cœur en paix.velle Description

Afficher en entier

Classement en biblio - 3 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par GabrielleViszs 2018-09-14T18:25:45+02:00

- Ben quoi ? N'est-ce pas sain de reconnaître qu'on puisse avoir de terribles pensées, même quand il s'agit de son propre enfant ? Et du point de vue philosophique, je ne vois aucun problème à soulever l'hypothèse, à réfléchir à cette question. N'était-ce pas Nietzsche qui disait que la comparaison contrarie en tout la grande loi de l'évolution ? Qu'elle préserve ce qui est mûr pour périr, donnant à la vie même un aspect sinistre et équivoque. en tant que biologistes évolutionnistes, je ne vois pas en quoi cette approche est choquante. Mais je vous rassure, docteur, quand Antonin pose ses petites mains sur mon visage, qu'il me serre dans ses bras, qu'il pose sur moi ce regard si doux et aimant, qu'il vient nous rejoindre dans notre lit le matin pour se blottir dans nos bras ou qu'il s'endort sur moi, je me moque bien de toutes ces considérations théoriques.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Aryia 2018-09-23T14:38:36+02:00
Or

Lorsque j’ai croisé le chemin du communiqué de presse de cet ouvrage, j’ai aussitôt été très intriguée par celui-ci … tellement intriguée que je n’ai eu aucune hésitation à l’idée de sortir de ma zone de confort, bien au contraire : j’avais terriblement hâte de commencer ma lecture ! J’étais fort curieuse : qu’allait donc me réserver cette « autobiographie fictionnelle » ? Par quelles émotions allait-elle me faire passer ? Jusqu’à quel point allait-elle me faire voyager ? J’étais bien loin de me douter de ce qui m’attendait : ce roman est incroyablement addictif, et je l’ai dévoré en deux soirées à peine, tellement j’avais envie, besoin, de savoir comment cette quête aux allures de road-trip de la dernière chance allait se terminer ! Je ne pensais pas une seule seconde que j’allais être tellement happée par ce tout petit roman si différent de ce que je lis d’ordinaire, je ne pensais pas une seule seconde qu’il allait me secouer à ce point …

Martin le sait : il ne lui reste plus beaucoup de temps à vivre. Il ne craint pas la mort, mais pourtant, il est terrifié. Une question le hante : qui s’occupera d’Antonin, son petit garçon de douze ans atteint d’une forme sévère d’autisme, lorsque sa femme aura elle aussi quitté ce monde ? Les remords le rongent : il regrette plus que jamais de ne pas lui avoir offert un frère ou une sœur qui aurait pu veiller sur lui lorsqu’Anne ne sera plus là à son tour. Alors, quand un mystérieux message lui affirme que Marcia, son premier amour, a eu un enfant de lui, il n’hésite pas une seule seconde : il s’envole pour le Brésil, dans l’espoir de retrouver celle qu’il a tant aimée il y a 18 ans et de rencontrer cet enfant, ce grand frère inespéré dont il ne sait rien. Malgré les douleurs causées par son cancer, malgré la souffrance entrainée par la séparation avec sa femme et son fils, malgré l’imminence de la fin qui le guette, Martin s’enfonce au cœur de la forêt amazonienne, bien décidé à survivre jusqu’à l’aboutissement de cette quête désespérée …

Au cœur de ce roman, il y a l’amour. L’amour infini d’un père pour son fils, pour ce petit garçon si différent des autres mais débordant d’amour, pour ce petit garçon perdu dans ce monde qu’il ne comprend pas et qui ne le comprend pas. Et de cet amour nait la peur, une angoisse sourde et douloureuse : qui s’occupera d’Antonin lorsque sa femme et lui ne seront plus là pour le faire ? C’est cette inquiétude, éprouvée par beaucoup de parents d’enfants porteurs de handicap, que l’auteur a placée au cœur de son intrigue : c’est cette crainte qui pousse Martin à effectuer ce voyage si éprouvant, autant physiquement qu’émotionnellement. Il ne peut se résoudre à laisser son fils, qui est parfaitement incapable de se débrouiller seul et le sera toujours, sans quelqu’un pour veiller sur lui. Alors, poussé par cet infime mais puissant espoir né d’un simple message d’une illustre inconnu, poussé par cet incroyable amour, Martin va tout faire pour retrouver ce fils dont il ne connaissait même pas l’existence. J’ai été bouleversée par cet amour inconditionnel, touchée par l’angoisse de ce père qui fait passer le bien-être futur de son enfant bien avant sa propre santé. C’est un roman incroyablement émouvant de ce point de vue !

Mais ce livre, c’est également un voyage … pour le personnage comme pour le lecteur. Un voyage au Brésil, au cœur de la forêt amazonienne. A travers ce roman, on ressent vraiment l’amour que l’auteur porte à ce pays : pour tout avouer, alors même que je déteste voyager, ce livre me donne presque l’envie de m’envoler pour l’Amazonie ! Mais le voyage que ce roman nous propose est loin d’être un voyage touristique : au fur et à mesure que Martin s’enfonce dans cette forêt tropicale, au fur et à mesure qu’il progresse dans sa quête, les souvenirs refont surface, et avec eux les questionnements, les doutes, les incompréhensions. Pour Martin, ce voyage sera le dernier : en revenant dans ce pays qui fut le sien durant des années, dans ce pays où il rencontra son premier grand amour, dans ce pays où naquirent ses deux fils, notre protagoniste renoue avec son passé, ferme la boucle. C’est également un voyage intérieur : toutes ses certitudes, basées sur un rationalisme exclusif, se voient balayées comme un château de cartes, au fil des rencontres, au fil des hasards … Philosophie, anthropologie et théologie sont très présentes dans cet ouvrage. On peut être d’accord avec les croyances et idées de Martin comme on peut ne pas l’être, ce n’est pas ce qui est important ici : l’important, c’est que les questions soient posées, que le lecteur soit invité, à son tour à réfléchir. J’ai pour ma part été très marquée par cette interrogation : n’est-ce pas de l’égoïsme que de vouloir donner naissance à un enfant dans ce monde où il ne pourra être heureux, où il ne fera que souffrir d’une façon ou d’une autre ? Je pense que c’est une question qui n’a pas fini de tourner dans ma tête …

Mais pourtant, ce livre, c’est vraiment une invitation à l’espoir. Cet espoir qui pousse Martin à avancer, qui brule au fond de lui et étouffe les assauts de découragement. En dépit de toutes les embuches qui se dressent sur son chemin, de toutes les complications qui semblent menacer sa quête, Martin ne désespère pas. Il ne désespère pas car il est soutenu par une ribambelle d’individus, dont la bonté, la bienveillance, l’altruisme, l’abnégation, redonnent foi en l’humanité. Le voyage de Martin est parsemé de belles rencontres : chaque sourire échangé est une force, et il ne fait aucun doute que notre héros ne serait jamais arrivé au bout de sa quête sans l’aide de Weena, de Djuena et des autres. Martin a accordé sa confiance à cette parfaite inconnue qui lui a annoncé par message qu’il avait un fils au bout du monde, il a accordé sa confiance à toutes les personnes qu’il a croisées au cours de son périple, parce que seul il n’est rien. Ce roman, c’est vraiment une invitation à l’ouverture aux autres, nous qui vivons dans une société où nous sommes profondément centrés sur nous-mêmes. Il suffit parfois d’un mot, d’un geste, d’un regard, pour illuminer la journée de quelqu’un … Il suffit de bien vouloir lever la tête et entrer en contact avec autrui …

En bref, vous l’aurez compris, ce livre m’a énormément émue. Peut-être est-ce parce que je suis grande sœur d’un plus-si-petit garçon autiste, et que je sais donc à quel point son futur préoccupe mes parents, que je sais qu’un jour viendra où se sera à moi de veiller sur lui. Peut-être est-ce parce que j’ai toujours été passionnée par les croyances et coutumes des tribus amazoniennes … Toujours est-il que ce roman, si différent de mes lectures habituelles, m’a vraiment captivée. Il y a ce sentiment d’urgence qui nous pousse à tourner page après page, de la même manière que Martin se rapproche pas après pas de cet enfant inconnu. Il y a ces émotions, si puissantes, qui semblent décuplées par l’environnement mystique dans lequel Martin évolue. Il y a cette poésie des mots, qui transporte le lecteur au cœur de cette forêt : il suffit de fermer les yeux pour voir, entendre, sentir, percevoir. Quel beau livre, quel beau livre !

http://lesmotsetaientlivres.blogspot.com/2018/08/viralata-le-fils-du-caiman-sebastien.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par diamelee 2018-09-15T01:02:18+02:00
Or

Le titre m’a beaucoup intriguée et m’a fait rêver à un monde proche de la nature, à l’abri de l’incidence de notre société et où l’homme avait gardé son humanité. Pas de déception. Comment, après des années d’absence, peut-on retourner dans un pays à la recherche d’un fils? A la recherche d’un amour enfoui au fond de son cœur? Partir en abandonnant tout, sur un coup de tête? Martin va oser. Pour savoir. Pour ne pas mourir sans avoir essayé. Pour s »éloigner de sa vie rythmée par les besoins de son fils autiste. Pour retrouver le second fils qu’il a toujours rêvé d’avoir.

Nous voilà embarqués dans une aventure dans la forêt amazonienne brésilienne. A la poursuite d’un rêve? D’une illusion? Au fil des chapitres, des pages, nous assistons aux sentiments mitigés d’un homme qui semble repousser l’échéance d’une fin en retrouvant un être, un enfant qu’il ne connait pas. Un enfant qu’il aime déjà. Les souvenirs se mêlent à la réalité et nous permettent de découvrir une histoire d’amour ancienne. Un amour fort qui a porté ses fruits à l’insu de Martin. Va t-il retrouvé le fruit de cet amour fou? Cette quête nous tient en haleine. une quête à travers le Brésil. Une course contre la montre. Une course contre la mort. Une course pour la vie.

Viralata le fils du caïman est un roman de tendresse. Un roman fort. Un roman d’amour au-delà de la vie. Au-delà de la mort. Un don de soi pour perpétuer la vie. Réparer un manque d’amour. Un très beau livre qui vous marque l’âme et vous fait rêver bien après le mot « fin ». Un roman d’une immense et d’une très fine tendresse. Vraiment très beau.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par GabrielleViszs 2018-09-14T18:24:26+02:00
Or

Je remercie Thomas Guibé ainsi que l'auteur Sébastien Acacia pour m'avoir proposé de découvrir Viralata. Ce qui m'a d'abord intrigué c'est la couverture, puis le résumé. Cela promettait bon nombre d'émotions.

Martin a fait une rechute. Le cancer est revenu, plus fort, plus virulent. I lui reste peu de temps à vivre. Il aime sa femme plus que tout et leur fils, Antonin. Ce dernier a douze ans, autiste. Le seul regret qu'à Martin, c'est de ne pas avoir eu un autre enfant avec Anne. Elle a eu peur qu'un autre enfant soit comme Antonin. La chance ? Peut-être, mais un message sur messenger lui fait prendre conscience qu'il a eu un fils, avant de rencontrer sa femme actuelle, avec Marcia, au Brésil. Il décide de partir et de risquer le tout pour le tout pour le retrouver, afin que son enfant est enfin ce frère qu'il aurait tant voulu.

Le dernier voyage d'un homme qui ne veut que le bonheur de sa famille. Mourir auprès d'eux ou terminer en retrouvant une chimère. Car le peu de détails qu'il a est vraiment infime. Et si ce n'était qu'un simple rêve ? Marcia a bien vécu au brésil, il y a 18 ans. Elle a eu une relation avec Martin, forte, indestructible, ou presque. Elle a disparu du jour au lendemain sans laisser de traces. Le temps aidant, Martin a refait sa vie au Brésil. À la naissance d'Antonin, quelques complications apparaissent. Le petit semble peu éveillé, il a du mal à faire pareil que les autres. Et puis le diagnostic tombe : il a une des formes d'autismes. Le brésil n'est pas le meilleur pays pour lui, il lui faut des soins adaptés. Martin et Anne retourne en France. Douze années ont passé, douze années où il y a eu des hauts et des bas.

C'est un livre qui parle de combat : contre la maladie, contre le désespoir, contre soi-même. L'auteur y met beaucoup d'émotions. Le prologue est le début de sa vie, lorsqu'il voit son propre fils qui n'est pas comme les autres. Sébastien Acacia a complètement changé de vie pour s'occuper de son fils. On sent tout l'amour qu'il a pour lui. Ce livre est un peu (beaucoup) de lui. Les contraintes qui existent lorsque son enfant n'est pas capable d'effectuer des gestes comme la plupart des autres enfants. Mais également la joie lorsqu'il se laisse approcher, lorsqu'il montre qu'il vous aime. Des petits moments de bonheur qu'il faut savoir savourer, sachant qu'ils ne dureront peut-être pas. Un enfant ne comprends pas toujours, il faut savoir lui expliquer ce qui n'est pas toujours évident.

Le personnage de Martin prend sa décision sur un coup de tête. Il ne préviens pas sa femme et prend un billet pour le Brésil. Ce voyage il sait que ce sera le dernier, celui de retrouver cet hypothétique fils qui serait déjà majeur. Par chance, il retrouve ses amis d'avant, ceux qui ne l'ont pas revu depuis douze ans. Des messages échangés, mais rien de très concret. Pourtant entre eux il y a toujours cette solidarité. Ils sont tous prêts à l'aider et apprennent que l'issue de Martin est sans retour. Pourtant ils ne s'apitoient pas, ils ne cherchent pas à le contredire, il doit aller jusqu'au bout.

Nous le suivons dans ses souvenirs, découvrons un pays par ces couleurs, mais aussi par la misère. Nous voyons souvent le Brésil par son côté festif, mais il y a l'envers du décor. Martin est un homme qui ne rechigne devant rien. Aider par ces médicaments, il traverse le Brésil pour découvrir la vie de son fils Julio. Marcia a bien eu un enfant, mais en ayant la même particularité que Martin au niveau de ses yeux, il a été "maudit", rejeté. Sa mère, sa grand-mère ont fait ce qu'ils ont pu, mais il a dû quitter leur peuple. Un périple qui n'est pas simple pour un homme mourant. Il ne lui restait plus qu'un à deux mois avant d'arriver au Brésil. Les jours défilent, l'angoisse montent. Va-t-il réussir à le retrouver ? Du départ, on sait qu'il l'a retrouvé, mais où ? comment ? Beaucoup de questions se posent au fur et à mesure de la lecture et toutes sont répondues.

Il y a bien sur Anne que l'on voit de temps en temps, mais Frank l'ami précieux de Martin qui répond présent et qui ne regarde pas à la dépense, l'obligeant à se bouger. Ce que nous dévoile Olinda montre un pays qui vit de tout : drogue, viol, vente de femmes, trafics en tout genre. La vie est rude, mais il y a cette petite parcelle d'espoir qui brille. Weena, une employée de l'hôtel où il séjourne qui prend soin de lui, tout comme Djuena, cette femme qui va l'accompagner durant un bon moment. Djuena est tel un ange gardien. Aucun mépris, aucune pitié, elle est à ses côtés sachant obstinément ce qui risque de se produire. Des obstacles, il en a. On espère un miracle, on espère jusqu'au bout CE miracle qui le fera le retrouver à temps.

En conclusion, une belle histoire sur le dernier rêve d'un homme qui ne veut pas quitter cette terre sans trouver une famille pour son fils. Un voyage au travers du Brésil (et ailleurs) : au sein de sa forêt, avec ses croyances, ses légendes qui ne sont pas forcément saines pour tous et tout ce qui va avec.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/viralata-le-fils-du-caiman-sebastien-acacia-a148583422

Afficher en entier

Activité récente

Aryia l'ajoute dans sa biblio or
2018-09-23T14:38:14+02:00

Les chiffres

Lecteurs 3
Commentaires 3
Extraits 2
Evaluations 1
Note globale 8 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode