Livres
486 773
Membres
476 987

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par marshmallow 2011-08-09T20:29:02+02:00
Diamant

Je voudrais juste donner mon avis par rapport aux commentaires plus bas. Pour moi, la narration en "nous" est une sorte de miroir par rapport aux filles Lisbon qui sont souvent décrites comme une seule entité et pas comme 5 adolescentes à part entière. Il y a des moments où l'on parle de l'une ou l'autre en la mentionnant explicitement, comme il y a des moments où l'un des narrateurs est cité (p. ex: Joe Hill Conley, Kevin Head, Parkie Denton, durant la soirée du bal).

Pour ce qui est de ce que l'on sait ou pas, ce qui est sûr ou pas, il faut justement revenir aux narrateurs. En tant que voisins qui observent les filles, ils ne savent pas ce qui se passe dans leur tête ni pourquoi elles se sont suicidées. C'est un peu comme dans la vie réelle: on ne sait pas toujours tout, et en particulier lors d'un suicide où on ne peut que faire des suppositions sur la raison du passage à l'acte. C'est en cela que je trouve que le roman est très réussi: il ne donne pas d'explication mais montre simplement les choses, donnant les différentes interprétations des uns et des autres mais sans imposer une seule qui se veut être "la bonne" ou "la vraie".

Afficher en entier
Commentaire ajouté par marshmallow 2011-08-08T17:15:44+02:00
Diamant

Ce livre me laisse une sensation étrange et peu habituelle. Je l'ai énormément aimé (il est dans ma liste de diamant) malgré les thèmes difficiles abordés: suicide, mort, où se trouve sa place dans le monde, le délicat et douloureux passage de l'adolescence, etc. L'auteur pose un regard intéressant parce qu'il ne prétend jamais donner de réponses aux questions; il ne fait que lister des faits, décrire (en une prose remarquable) les sentiments des garçons narrateurs et laisse toute la place au lecteur pour se faire sa propre opinion sur ces sujets délicats.

Pour ma part, j'avais vu la magnifique adaptation ciné de Sofia Coppola il y a quelques années et je n'ai découvert que récemment que c'était un livre au départ. Et en le lisant, les mêmes impressions sont remontées en moi qu'en voyant le film. Car on se sent proche de ces ados (narrateurs) mais tellement loin des héroïnes (les filles Lisbon) que l'on ne peut s'empêcher d'aimer nous aussi. La merveilleuse musique du film, interprétée par Air, m'a tournée dans la tête durant toute la lecture car elle s'accorde parfaitement à l'ambiance. Et, comme lorsque j'ai vu le film, il y a eu un moment où je me disais "Mon Dieu, mais vivement que cela se termine" car l'ambiance est très lourde dès les premières lignes et lorsque j'ai enfin refermé le livre, c'était avec une sorte de soulagement que le calvaire des Lisbon prenne fin et que je quitte ce quartier résidentiel chargé de tant de souvenirs.

Je conseille juste un truc: si vous êtes vraiment pris dans le livre (comme je l'ai été) faites quelque chose une fois qu'il est fini: sortez vous balader, voir des gens, écouter une musique joyeuse et mièvre au possible histoire de ne pas déprimer =) !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par luciie27 2013-06-13T11:28:22+02:00
Bronze

Lu après avoir lu le film, adorant le film j'étais assez curieuse de lire le roman, j'ai apprécié le roman mais préferé le film, je trouve que la version ciné a quelque chose de planant que je n'ai pas retrouvé dans le livre. J'ai par contre trouvé très interessant le point de vue des garcons sur les soeurs Lisbon.

L'histoire, sur écran comme par écrit reste tragiquement poétique et très troublante !

Je conseille (comme toujours) l'ordre inverse au mien, le livre d'abord bon sang ! :)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Amita 2014-07-03T18:46:00+02:00
Or

« Et ce furent ceux qui n’avaient pas de blessures qui travaillèrent à leur propre guérison. »

L’histoire se passe après une guerre, sûrement la Seconde Guerre Mondiale, ou plus récemment celle du Vietnam puisque nous nous trouvons dans les années 1970, dans une banlieue huppée du Michigan .

J’aime beaucoup tout ce qui se passe en 1900, le XXIème siècle m’est un peu trop commun, j’aime comprendre et savoir comment ils vivaient à une certaine époque seulement grâce à quelques détails dans un livre. De plus, le fait que ça se passe dans une petite banlieue restreint le terrain de l’histoire, d’un côté on se sent rassuré, mais très vite, on se sent enfermé.

« Nous savons enfin que les filles étaient des femmes déguisées, qu’elles comprenaient l’amour et même la mort, et que notre boulot se bornait à créer le bruit qui semblait tant les fascinait »

Il y a six personnages principales, les cinq sœurs Lisbon, et leur père. Je ne compte pas leur mère comme étant un personnage principale, car, à mon sens, elle a beaucoup d’importance mais l’histoire ne tourne pas autour d’elle.

« Cécilia était bizarre mais pas nous […] On veut juste vivre. Si on veut bien nous laisser. »

Il y a Cécilia (13 ans), qui disparait très vite, dès le premier chapitre, mais elle reste très présente dans l’histoire, disons que c’est un personnage principal mort.

Puis il ya ses sœurs, Lux (14 ans), Bonnie (15 ans), Mary (16 ans), Thérèse (17 ans). On pourrait penser que l’histoire tourne autour de Cécilia, même morte, mais, la vérité, c’est que Cécilia était l’entrée, la mise en bouche, le prologue, l’important, celle autour de qui tout tourne (et pas seulement les garçons) c’est Lux.

Lux est belle, drôle, espiègle, sexy, elle sait ce que les garçons aiment et fait tout pour leur plaire d’avantage, au début, c’est juste une ado rebelle qui se cherche, mais plus l’histoire avance, plus elle perd pied, elle dégringole, jusqu’à toucher le fond.

Seulement, les Lisbon sont solidaires, et bien que les trois autres soient plus discrètes dans l’histoire, elles y passent aussi.

Le père quant à lui, à son lot d’infortune, c’est un personnage très humain qui essai de vivre après chaque drame, qui relativise et tente d’offrir un tant soit peu de bonheur à ses pauvres filles, seulement, sa femme et lui n’ont pas la même notion du bonheur, et de la manière dont on peut l’offrir aux jeunes filles.

C’est en ça que Mme Lisbon fait avancer l’histoire (mais il n’y a que l’histoire qu’elle fait avancer) croyant, ou se persuadant, aider ses filles et son mari, elle les fait tous plonger un par un dans la miséricorde et la détresse.

Il y a aussi le narrateur dont on ne connaitra jamais l’identité, ce que je trouve très intelligent comme procédé, et assez amusant, car il peut être n’importe qui, et n’importe qui se permet de raconter l’histoire de ces filles, avec plus ou moins d’objectivité.

Mais personnellement, je trouve que lui, avec les informations qu’il a amassé, y parvient assez justement.

Il y aussi toutes ces personnes qui ont fait avancer son récit, grâce à des témoignages, des souvenirs ou des pièces à conviction, des gens qui n’ont fait que passer, ce qui a augmenté l’effet de « zoom » sur la famille Lison, mais il était donc assez facile de se perdre dans un nom déjà lu et de na pas retrouver en quoi il avait contribué à l’histoire.

Le titre est une chanson du groupe Cruel Crux, portant le titre « Virgin Suicide » qui le donnera au livre, Cruel Crux (groupe qui, à ma connaissance, n’existe pas, et j’ai pourtant fait des recherches) est un groupe que Lux écoutait, ce qui prouve encore qu’à mon avis, l’histoire tourne autour d’elle, puisque c’est la chanson de Lux qui deviendra le titre de leur histoire.

Une autre hypothèse quant au rapport titre/histoire, plus connotée et personnelle, et que Jeffrey Eugénides ait voulu montrer que les suicides des filles étaient, en quelques sortes, purs et innocents, qu’elles sont « vierges » du suicide, peut-être cela voulait-il dire que c’étaient leurs premières fautes commises (sauf Lux peut-être…), de se suicider, d’où la Vierge (qui, en plus, est un symbole très récurrent du livre)

L’histoire est simple en surface : Des ados qui se suicident, à la chaine si j’ose dire, et un groupe de garçons qui observent, spectateurs horrifiés, la vie les emporter. Mais si on creuse un peu, c’est bien plus compliqué que ça en à l’air, ce livre est une vraie réflexion sur le suicide et sur l’adolescence, et la vie en banlieue, trop serrée, trop étriquée avec les codes de la bourgeoisie, être une fille de banlieue des années 70, c’est se taire et regarder les hommes défiler à notre porte.

« Pourquoi les gens font semblant d’être heureux tout le temps ? »

Tout à l’heure j’ai vaguement évoqué les thèmes abordés, parmi eux, donc, les codes de la mondanité, le suicide, l’adolescence, mais surtout, celui sur lequel je voudrais en dire un peu plus, c’est l’obsession du bonheur chez les américains, en premier lieu, on sait tous que l’Amérique, c’est le « Rêve Américain » (« chers amis, tout est possible dans le Nouveau monde ! » -Non, non, bien trop de gens y croient et y meurent…) Ensuite, et pour en revenir à notre roman, il y a un personnage en particulier qui incarne cette obsession, c’est la très chère mère des filles, qui tente de se persuader qu’elle contrôle tout, qu’elle contrôle les passions, les rêves, l’avenir, qu’elle contrôle ses filles et le monde qui les entoure. Le bonheur est dans le confort pour elle, confort qui commence vite à devenir étouffant, jusqu’à être une prison.

Mais finalement, bien d’autres personnages, juste par une phrase, un geste… représente cette obsession.

L’histoire commence par la fin. Par la mort. Par le suicide de la dernière fille, donc on sait d’entrée de jeu qu’on ne doit pas s’attacher à ces filles, puisque dès les premières lignes le narrateur nous explique que c’est terminé, on arrive trop tard. Et pourtant, il est fort Jeffrey ! Il a réussi malgré tout à me faire éprouver des tas de choses, mais pire que tout, je m’y suis attachée à ces filles ! Alors que je savais comment ça allait finir, comme quoi, c’est un bon auteur.

A la fin, on a toujours rien compris, on se sent bizarre, une partie de nous y est encore, tentant désespérément de comprendre le pourquoi du comment, on a la drôle d’impression qu’il manque quelque chose « Là où les pièces manquantes manqueront à jamais »

Mais on se sent quand même soulagé, un poids en moins, pense-t-on, C’est qu’elle était plus lourde que les autres, la dernière page.

« Afin d’être éternellement seules, seules dans le suicide, qui est plus profond que la mort. »

Je n’ai pas beaucoup parlé de Jeffrey Eugénides, pourtant, tout ça c’est grâce à lui, donc, je n’avais jamais rien lu de lui et sans doute ne relirai-je jamais une de ses œuvres (Ou peut-être Middlesex) c’est beaucoup de réflexions, ce sont des histoires simples qui cachent beaucoup de questions, on réfléchit à chaque page qu’on tourne, et lorsque c’est la dernière, on se sent différent, c’est particulier comme manière d’écrire, ça fait rêver tout en faisait redescendre sur Terre.

Je le dis souvent, mais il a réussit à se mettre dans la peau d’adolescents, autant heureux que préoccupés, il est parvenu à écrire un livre sur le suicide, sans que ce la soit morbide, il a su s’arrêter à la limite.

De plus, il dit des choses simples mais de manières tellement belle que ça les rend passionnates.

Mon grand-père me demande souvent « Comment tu les trouves tous ces livres ? » Pour celui ci, en fait, c’est assez tordu, je me baladais sur Facebook, en regardant les descriptions que certaines filles écrivaient et je suis tombée sur une très jolie phrase sans références, et je me suis dit « C’est trop beau pour être d’elle » et je ne m’étais pas trompée, ça venait d’un drôle de film intitulé « Virgin Suicides » mais l’histoire ne me disait rien, mais elle était vraiment belle cette phrase ! Et un jour il est passé en VO à la télé, mais ce jour là, j’ai fait des recherches, c’était donc bel et bien un livre à la base, bonne nouvelle puisque j’adore les livres, et qui plus est, ceux qui ont une adaptation, alors je l’ai acheté, et ce livre est un des rares livres a m’avoir changé (moi ou ma manière de voir les choses). A m’avoir secoué.

« On a affaire à une rêveuse totalement déconnectée de la réalité, en sautant elle a du penser qu’elle s’envolerait. »

Merci à la jolie jeune fille qui a mis cette citation, en revanche, la prochaine fois, mets les références.

Et surtout, merci à ce merveilleux auteur, qui à l’honneur de compter parmi mes modèles d’écritures et parmi ceux qui m’ont littéralement renversé.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Bouboule 2011-08-12T12:51:08+02:00
Argent

Je n'ai pas rencontré de problèmes pour me positionner par rapport au narrateur, je trouve même que l'écriture montre assez clairement le fait que le groupe de garçons trouve les filles Lisbon totalement insaisissables, ce qu'elles sont au final durant tout le livre. C'est difficile de saisir ce qui s'est passé dans leur vie, mais c'est ce que l'auteur voulait certainement mettre en évidence (si pas c'est ce qu'il a le mieux réussi) et j'ai aimé cet aspect du livre qui montre clairement qu'on ne peut savoir ce qui se passe dans la vie d'une famille, dans une maison alors que l'on n'y vit pas. Chacun vit des choses derrière ses propres murs.

En conclusion, ce n'est pas le meilleur livre que j'ai jamais lu mais il ne m'a pas rebutée non plus, j'ai passé un bon moment durant ma lecture (même s'il est lu rapidement).

Afficher en entier
Commentaire ajouté par mabiblio1988 2010-08-29T18:31:59+02:00
Pas apprécié

Après cette lecture, je n’arrive plus à me souvenir de la raison qui m’a poussé à choisir ce livre mon challenge ABC.

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, ce livre ne m’a absolument pas plu. Je me suis ennuyée du début à la fin, je n’ai pas réussi à rentrer dans l’histoire.

Voilà ce qui m’a déplu, en détail.

Pour commencer, je n’ai pas réussi à identifier le narrateur. Qui est-il réellement par rapport aux filles Lisbon ? Les connait-il vraiment ? Ne sachant pas qui raconte l’histoire, je n’aie pas réussi à me positionner.

Ensuite, on se promène tellement dans le temps et l’espace qu’au final on ne sait plus où on est et quand on est. Ce qui a été raconté deux lignes plus haut a eu lieu avant ou après ce qu’on me raconte maintenant ?

Je n’ai même pas compris où voulait en venir le narrateur puisque lui-même ne sait pas si ce qu’il nous raconte est vrai ou n’est que ragot. On ne connait donc pas le dénouement réelle de l’histoire.

Pour finir, le style d’écriture de l’auteur ne m’a pas permis de ressentir ce que ressentent les personnages or quand je lis j’aime me mettre à la place des personnages, ressentir ce qu’ils vivent…

Afficher en entier
Commentaire ajouté par gowithlurk 2015-09-04T20:15:10+02:00
Argent

Je suis restée perplexe à la fin de ce livre...

Pour commencer, je trouve que la narration est originale. L'histoire est racontée par un des jeunes hommes (qui a maintenant grandit) qui côtoyait les filles Lisbon. Le texte est peut-être un peu long et lourd à lire car, il n'y a que peu de chapitres qui ne sont presque pas divisés, les paragraphes s’enchaînent sans interruption. Et dernier point négatif, je pense que j'aurais plus apprécié si on en avait su un peu plus sur l'état d'esprit des filles Lisbon et sur le comportement de la mère par exemple,Spoiler(cliquez pour révéler) pourquoi garde-t-elle ses filles chez elle? Pourquoi n'accepte-t-elle pas l'aide extérieur ?

Pour conclure, l'histoire est intéressante. Elle traite de sujet plus ou moins tabous comme le sexe et le suicide mais elle aurait pu être plus complète.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Abyssos 2014-12-04T21:46:40+01:00
Argent

Un roman sur lequel je me suis penché après l'adaptation sur grand écran par la talentueuse Sofia Coppola. Le style est tout aussi lourd que l'histoire qui compte le suicide de cinq sœurs.

Cette rétrospective narrée par des garçons qui ont voué et vouent encore un véritable culte à ces filles aurait pu être géniale. Au lieu de ça, on s'égare entre passages inutiles et épisodes alléchants, c'est assez inégal. Mais à part les suicides, il n'y a pas de réelle progression et structures à cette histoire qui se veut assez décousue. Après, il faut garder à l'esprit que tout n'est qu'une reconstitution à travers la mémoire de ces garçons.

Parfois on s’ennuie, parfois on jubile, mais ce qui est sûr c'est que Virgin Suicides doit être avant tout appréhendé comme un roman d'ambiance dont la question demeure encore intacte après le bouquet final : est-ce que ces filles avaient réellement l'aura et le charisme décrit par les garçons ou ont-ils, au final, ébauché ce tableau trop parfait et précis car ils étaient noyés dans l'ennui ? Le mysticisme qui plane autour de l'oeuvre est l'argument fort de ce roman. Car à la fin, on se surprend à vouer un culte aux sœurs Lisbon qu'on a pourtant jamais eu la chance d'approcher...

Un livre très spécial.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par rollitup 2012-08-01T13:09:14+02:00
Or

Oeuvre bouleversante. Une fois terminée, l’histoire nous hante malgré tout.

C’est le film qui m’a poussé à m'intéresser au livre, de ce fait je n’ai pas été déçue du rythme comme beaucoup puisque j’y été déjà préparée.

J’ai tout particulièrement été en osmose avec les narrateurs, partageant leur obsession pour les filles Lisbon, insaisissables et pleines de mystère, au point que l’on ne saura jamais l’exacte motivation de leurs actes. Et c’est peut-être un point qui rend le livre aussi intriguant puisque l'on relate les faits, on recueille divers témoignages et avis de ceux qui les ont côtoyées de près ou de loin, mais à aucun moment on ne nous impose la "vraie" raison qui a motivé tous ces actes. Chacun peut donc laisser libre cours à son imagination pour se faire son opinion sur le pourquoi de leur mort.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Romanemlk 2017-03-19T20:35:14+01:00
Pas apprécié

Je n'ai pas aimé ce livre, le pitch paraissait pourtant intéressant, 5 sœurs décident de se suicider la même année, on ne sait pas pourquoi et le tout est raconté d'un point de vue extérieur par un ancien voisin des sœurs Lisbon.

Mais désolée ça n'a pas marché pour moi...

Que le livre soit raconté par un tiers pourquoi pas sauf qu'on ne sait rien de cette personne, bon, ça passe encore même si c'est assez déroutant car j'aurai préféré vivre cette histoire dans la tête des filles. Mais le gros point noir pour moi c'est l'écriture de l'auteur, c'est d'une lourdeur ! Il passe d'une histoire à une autre, on ne sait plus où on se trouve dans l'histoire, passé, présent, futur, tout se mélange et puis surtout il nous raconte des trucs pendant trois plombes qui n'apportent rien à l'histoire.

Au final je suis au même point que quand j'ai commencé le bouquin, j'en sais toujours pas plus sur les Lisbon ni vraiment pourquoi elles ont pris cette décision.

Enfin bref, grosse déception, j'ai l'impression d'avoir perdu mon temps en lisant ce livre.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode