Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Vivi_Black : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
54 minutes 54 minutes
Marieke Nijkamp   
Vous avez sans doute entendu parler de ces tragédies évoquées dans les faits divers : un adolescent qui ouvre le feu sur ses camarades de lycée. C’est un sujet d’actualité qui a fait beaucoup de remous ces dernières années (et qui en fait même depuis deux jours, là). De quoi donner bien des sueurs froides. Marieke Nijkamp aborde ce sujet brûlant à travers son œuvre fictionnelle 54 minutes.

Dans ce court roman de 289 pages, nous suivons Tomás, Sylv, Autumn et Claire. Tous sont élèves à Opportunity School. Un jour, alors que deux d’entre eux assistent au discours de leur principale, un ancien lycéen fait son entrée, verrouille les portes et tire sur la foule. Il s’agit de Tyler, le frère d’Autumn. Mais alors que veut-il ? Pourquoi fait-il ça ? C’est à travers la voix de 4 personnages que les tourments de Tyler vont être révélés au grand jour. Minute après minute, nous allons marcher dans leurs pas et découvrir l’horreur de ce qui les attend.

C’était pour moi un vrai challenge de lire ce roman. Une amie m’en avait parlé, et si j’étais particulièrement attirée par le thème, je savais en revanche qu’il allait mettre mes nerfs à vif. J’ignorais si j’étais vraiment prête à le supporter. Finalement, j’ai tenté le coup.

Dès les premières pages, je n’ai pas pu m'empêcher d'avoir une boule dans la gorge, parce que je savais pertinemment ce qui allait se passer. Puis Tyler arrive et l’irréparable se produit. Là, on se sent étrangement claustrophobe. On se figure sans mal la détresse, le chagrin, la mort, le sang… tout cela nous explose en plein visage, et le lecteur n’est que l’impuissant témoin de cette tuerie de masse.

Ce qui fait la force de 54 minutes, c’est son rythme. À la fois effréné et terriblement lent. Le temps est comme ralenti. On est suspendu à un fil, passant minute après minute aux côtés des personnages. Et en même temps, la vitesse avec laquelle les éléments s’imbriquent donnerait presque le tournis. C’est finement amené de ce côté-là et ça ne fait qu’alimenter le caractère anxiogène du récit.

Marieke Nijkamp a décidé de donner la parole à 4 personnages. Tous sont des adolescents à l'aube de l'âge adulte. Ils ont des rêves, des aspirations, des fêlures et des secrets. Beaucoup de secrets. Leurs voix s'élèvent à l'unisson pour reconstituer l'histoire. Les témoignages, les sentiments et les émotions de chacun sont mis à nu. De temps à autre, des messages Twitter viennent agrémenter le récit pour nous rappeler qu’en dehors de ce huis clos, la vie continue, les gens s’agitent. Ça ne fait que renforcer la crédibilité de l’histoire.  

54 minutes repose sur un thème actuel. En sachant que de réelles personnes ont dû vivre un calvaire similaire, l’histoire n’en est que plus glaçante. Et l’auteur se sert de ça pour apporter plus de poids encore à son intrigue. Même si dans l’ensemble celle-ci m’a paru assez convenue, j’ai trouvé la plume d’une simplicité tranchante, presque chirurgicale. Cette absence de fioritures rend le rythme plus percutant encore.

La fragmentation des points de vue pour un livre aussi court est un risque en soi. Chaque témoignage tient sur 3 à 4 pages avant de passer au suivant, ce qui, pour ma part, m’a empêché d’être entièrement dans l’empathie avec les personnages. Je les ai trouvés émouvants dans leur fragilité, mais le roman se focalise sur l’instant ou sur des aspects très précis du passé de certains. Il est évident que le roman n’a pas pour portée de s’attarder sur tous les personnages en profondeur. Il y a plutôt un sentiment d’urgence et une rapidité dans les actions qui permet à la machine de s’emballer très vite pour nous laisser essoufflés en fin de course. D’ici quelques années, je ne pense pas me souvenir encore des personnages ; en revanche, je me souviendrai du thème de ce roman et ce qu’il m’a poussé à éprouver.

On peut également être tenté de se demander quelle est la morale d’un livre pareil. Je suppose qu’en plus de chercher à nous décrire l’horreur de l’acte, Marieke Nijkamp a également voulu nous expliquer ce qui pouvait se jouer dans la tête du tueur. Comment peut-on en arriver à tirer sur ses camarades sans autre forme de procès ? Qu’est-ce qui se cache vraiment derrière le masque d’un meurtrier ? Est-ce qu’il existe des raisons valables qui puissent justifier un acte aussi barbare ? Elle nous laisse nous faire notre propre avis sur la question…

En résumé, j’ai passé 54 minutes au cœur d’une tuerie. J’y ai rencontré des personnages fragiles et vulnérables. J’ai eu mal, mais pas autant que je le craignais. J’ai réfléchi, aussi. Parce qu’on a tendance à oublier que tout peut partir en vrille le temps d’un battement de paupières. Je n’ai jamais trouvé le temps aussi long et en même temps aussi rapide… Et n’oubliez pas : 54 minutes peuvent suffire à changer votre vie à jamais.

Ma chronique : https://april-the-seven.weebly.com/jeunesse---young-adult/54-minutes-marieke-nijkamp
Abonne-toi Abonne-toi
Jay Bell   
Une nouvelle très agréable en plus d'être porteuses de messages auxquels j'adhère complètement.

Il n'y a pas grand suspens, et beaucoup de choses sont prévisibles. Cela-dit, ce n'est pas un problème et la lecture en reste agréable. le sujet traité n'est pas mal non plus. Les « dangers d'internet » ou plutôt « ne croyez pas connaître quelqu'un que vous ne voyez qu'à travers des vidéos / photos et autres ». Cela vaut autant pour les YouTubeurs et autres stars du net que pour les célébrités telles que des chanteurs, acteurs etc… Être fan ne doit pas tourner à l'obsession, et tomber amoureux de quelqu'un qu'on ne connait pas mène à une vie privée bien triste.

Rester emprisonner dans une relation qui ne nous convient pas n'est pas une solution non plus. En traitant ces sujets qui sont toujours (peut-être même plus que jamais) d'actualité, cette nouvelle a ce petit truc en plus qui fait qu'on l'aime.
Brother Auto Spot Brother Auto Spot
Micro Noichi   
Découvert un peu par hasard, j'ai beaucoup aimé ce petit manga rapide à lire.
L'histoire est simple d'apparence, relativement légère et facile à appréhender. Lorsqu'on s'y intéresse un peu, on peut soulever un peu de souffrance, et des quiproquos aux conséquences lourdes.
J'aime beaucoup le fait que le tatouage soit au coeur de l'histoire, ça change un peu, c'est original et très agréable.

Et surtout, surtout, mon dieu les graphismes sont magnifique et le design de Seina est juste woaw *-*
Dans l'enfer des tournantes Dans l'enfer des tournantes
Samira Bellil   
Deuxième lecture de ce livre, à 18 ans, et je crois que plus on le lit, plus on le comprend. Je l'ai lu pour la première fois à 14 ans, et je suis persuadée que je n'étais pas capable de le comprendre à l'époque. Pas que sa compréhension soit difficile, non, mais juste parce que à l'époque j'étais encore assez hermétique aux misères des autres et au monde qui m'entourait.

En le lisant j'ai ressenti une immense colère. Colère contre ces kiwis (ce ne sont pas des être humains, impossible !) qui violent des nanas sans défense, et mineure parce que c'est facile pour eux, mais qui en plus s'en vantent, comme un trophée à rajouter au dessus de leur cheminée. Mais aussi contre les proches qui préfèrent fermer les yeux et oublier plutôt que de soutenir et d'aider. Comme dirait Hugo « Personne n'eût osé en parler. Personne n'eût osé s'en souvenir. »

Puis il y a eu de la compassion pour cette jeune femme détruite, morte dans son coeur, qui me disait « ça aurait pu être toi. Tu aurais pu souffrir du même mal qu'elle. » On se sent vulnérable en lisant ce livre, parce qu'il nous rappelle que « nous ne sommes que des femmes» dans des cités dirigés par des pseudo-kaïd dont la seul activité est de tenir les murs.

Livre, témoignage coup de poing, ayez le coeur solide. Samira est vraie dans tout ce qu'elle dit. Elle se met à nue et nous expose son âme meurtrie, dans un langage cru et violent, sans jamais chercher à amoindrir la réalité, alors il faut pouvoir le supporter.
Les Chroniques des Terres d'Eschizath, Tome 1 : Les Fragments perdus Les Chroniques des Terres d'Eschizath, Tome 1 : Les Fragments perdus
Brice Milan   
Un roman de fantasy jeunesse très sympathique.

Le livre est extrêmement bien écrit. Brice Milan maîtrise parfaitement l'art des mots et c'est très agréable à lire. L'univers du livre est également très intelligent, très travaillé. La géographie des lieux, et leur descriptions (bien que courtes et sans 'fioritures') laissent imaginer très facilement les paysages dans lesquels évoluent nos chers personnages.

Et quels personnages !
Enfin des 'héroïnes', tout du moins personnages féminins, un peu bad-ass, qui ne se laissent pas faire et qui prennent les choses en main, laissant Alceste, héro malgré lui, personnage principal un peu perdu la plupart du temps, être sidéré par leur caractère fort.

J'ai également un grand amour pour les 'méchants', antagonistes et autres personnages sans qui l'histoire n'existerait pas. Dans ce livre, j'ai été ravie de découvrir Morgaste, son histoire et son humanité. Il peut être encore développer, mais c'est un 'méchant' qui a un grand potentiel.

La seule petite chose qui m'a déplu, ce sont les romances. Certaines ne sont (à mon avis) pas nécessaires, parce que le caractère, la backstory, et les évènements ne s'y prêtent pas forcément. Pour d'autres, ce sont simplement les clichés des romances modernes : tomber amoureux en 2h, etc, etc... Bref, ce n'est que personnel, mais ça m'a un peu dérangé.

Dans l'ensemble j'ai passé un excellent moment de lecture, j'ai hâte de pouvoir me plonger à nouveau dans cet univers, ou de découvrir les autres livres de cet auteur.
Maléfique Maléfique
Linda Woolverton    Elizabeth Rudnick   
http://altheainwonderland.blogspot.fr/2014/05/malefique.html

Si je n'attendais pas forcément énormément de cette lecture, j'étais tout de même curieuse de découvrir l'histoire de Maléfique. En effet, si on est tous familiers avec le conte de La Belle au Bois Dormant, on sait peu de choses sur celle qui est considérée comme la "méchante" de cette histoire. Néanmoins avec la sortie imminente du film éponyme, dont l'aspect esthétique à lui seul ne peut que donner envie de le voir, cette novélisation tombait à point... et n'a pas déçu !

Maléfique est une jeune fée orpheline pleine d'espoir et au cœur pur. Alors que la plupart des fées se méfient des humains qui ne cessent de convoiter La Lande où elles vivent, Maléfique reste curieuse et veux croire en leur bonté comme ses défunts parents avant elle. C'est alors que la jeune fille va rencontrer l'humain Stefan dont elle tombera rapidement amoureuse... Jusqu'à ce que ce dernier la trahisse en lui volant ses ailes dans le seul but de devenir Roi. Dévastée, Maléfique voit son cœur se noircir. Et lorsque Stefan devient père d'une petite Aurore, elle maudit l’enfant pour punir celui qui a noirci son cœur jusqu’alors si pur...

Le personnage de Maléfique est de ceux, magnifiques et pleins de nuances, que nous aimerions avoir la chance de croiser plus souvent en littérature. Cette novélisation nous permet de porter un regard complet et unique sur cette méchante méconnue avec la proposition d'un vrai travail de fond, notamment sur l'origine de sa malveillance. Malveillance qui n'est au final que du désespoir, de la déception et de l'incompréhension... Découvrir ces origines et la réalité de ce personnage est authentiquement appréciable et il ne nous faut que peu de temps pour ressentir beaucoup de tendresse pour cette héroïne hors normes.

Cela devient d'autant plus vrai alors que le récit nous montre la relation particulière qui se crée au fil des pages entre cette vilaine au cœur pas si noir que cela et la petite Aurore, qui fut victime de son désir compréhensible de vengeance. Il y a d'ailleurs des développements et détournements très intéressants et originaux dans leur relation, ces derniers apportant notamment énormément au récit et à la construction du personnage de Maléfique. Grâce à leur relation on voit au travers de sa façade et Aurore elle-même bénéfice d'une profondeur qui m'a toujours manquée dans le conte originel.

Nonobstant, si je devais reprocher quelque chose à Maléfique ce serait peut être son manque de d’approfondissement. En effet s'il est toujours compliqué d'adapter un roman au cinéma, principalement à cause des trop nombreux détails ne pouvant trouver leur place dans un film de deux heures, il est tout autant compliqué de novéliser une oeuvre cinématographique. L’ensemble manque donc de petits détails et peut sembler un peu léger pour se suffire à lui-même en tant que roman. Néanmoins en terme de novélisation cela reste une des meilleures et des plus originales qui m'a été donnée de découvrir.

Maléfique est ainsi une novélisation très réussie dont le principal intérêt repose sur la complexité de son héroïne. Si en soi découvrir un récit connu du point de vue du méchant est toujours attractif, et peut s’apparenter à un péché mignon, les changements de directions et détournements de celui-ci rendent le résultat savoureux. Non seulement j'ai adoré découvrir la face cachée de cette méchante qui a marqué mon enfance, mais je n'ai maintenant plus qu'une envie : voir le film dont cette novélisation est tirée !

par Althea
L'Œil du loup L'Œil du loup
Daniel Pennac   
Un livre qui, comme dans L'appel de la forêt, nous entraine au sein des loups, ces créatures magnifiques. J'ai trouvé ce livre très prenant. Le seul point négatif : il est trop court.

par myra44
Pense à tes fans, Liam ! Pense à tes fans, Liam !
Auguste De Madec   
Une jolie petite romance M/M bien sympathique et rapide à lire.

Liam est un jeune homme "qui a tout pour être heureux" selon le bon jugement des spectateurs. Malheureusement, ce n'est pas vraiment le cas, et il se révèle être un jeune homme en quête de lui même, tantôt fragile et tantôt maître de la situation.
On le voit grandir, s'affirmer et s'assumer. On le voit reprendre les choses en main et se délivrer de ses démons. On le voit aimer et s'épanouir.

C'est une lecture rapide et addictive qui mets en scène un Liam touchant qu'on a envie d'encourager ou de consoler, et dont on suis l'évolution avec attention.
Je recommande vivement !
La Rivière à l'envers, Tome 1 : Tomek La Rivière à l'envers, Tome 1 : Tomek
Jean-Claude Mourlevat   
C'est toujours un plaisir de replonger dans des lectures jeunesse comme celle-ci.

J'ai dû lire ce livre pour un club de lecture quand j'étais en 5ème et en faire une présentation devant toute une classe. Je me souviens ne pas avoir très bien compris l'histoire à l'époque, et pourtant, déjà, je l'avais aimé.

Vous l'aurez compris, c'est donc une lecture très jeunesse que PKJ recommande à partir de 11 ans. Comme je suis du genre nostalgique, et que la couverture est juste magnifique, je n'ai pas pu résister (faible que je suis). Replonger dans cette histoire a été un pur bonheur !

[...]

Un récit fluide et léger qui nous emporte et nous transporte sans brutalité. Une lecture agréable qui rompt délicatement avec les lectures plus dure auxquelles je suis habituée.
Loup Loup
Nathalie Marie   
Assez déçue...

Au vu de tous les commentaires élogieux je m'attendais à un livre vraiment hors du commun...raté.

Je n'ai pas accroché au style de l'auteure que j'ai trouvé trop peu recherché et un peu lourd par moments : pas besoin d'expliciter chaque sentiment et chaque pensée, la description d'un sourire ou autre geste significatif suffit. J'ai trouvé les dialogues vraiment artificiels et pas du tout réalistes. Impossible de m'imaginer deux personnes parlant de la sorte ensemble...Et puis, il avait les gros mots. Je les ai trouvés trop présents dans des situations qui ne le demandaient pas (du tout). Le tout donne l'impression que l'auteure se cherche encore.

Les personnages sont intéressants et uniques, c'est appréciable.
Yanaël m'a bien plu, bien que ses discussions avec Loup ne soient parfois pas franchement utiles à mon sens, car elle ne font que répéter ce que l'auteure décrit avant ou après et ne l'aident pas vraiment à prendre de décision (la plupart du temps Yanaël est sûr de son choix et ne cherche qu'à se faire conforter dans son idée par son loup). Autrement c'est un personnage plein de surprises qui sait s'adapter aux différentes situations auxquelles il est confronté et qui évolue beaucoup au cours du livre.
Adam n'est pas en reste, il reste fidèle à lui-même durant tout le livre, c'est agréable.
Le reste des personnages est également attachant. Chacun a une place de choix dans l'intrigue et sert à un but plus ou moins grand.

L'histoire quant à elle ne m'a pas parue franchement originale. Quand on exclut le fait que Yanaël ne cesse de découvrir de nouvelles capacités, le reste n'est que lutte de pouvoir et petites vengeances...somme toute c'est ce qu'on retrouve dans presque toutes les romances M/M paranormales et en rapport avec les shifters. Les dénouements sont assez prévisibles et les moments d'attaque sont...enfin bref, on les sent venir à des kilomètres.
La romance ne m'a pas vraiment transportée à cause des dialogues qui ne semblent vraiment pas, naturels.

Bref, assez déçue, mais pour des néophytes dans ce genre de roman c'est à conseiller.

par Nijimi
  • aller en page :
  • 1
  • 2