Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de waldo38 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Le Livre des martyrs, Tome 1 : Les Jardins de la lune Le Livre des martyrs, Tome 1 : Les Jardins de la lune
Steven Erikson   
Sérieusement j'ai rien compris à ce livre, certains le trouvent génial moi j'ai pas du tout réussi à rentrer dedans, c'est trop descriptif, et concrètement il ne se passe pas grand chose, je n'ai pas du tout aimé personnellement !

par Selwyn
Les fantômes de Gaunt, Tome 13 : Salvation's reach Les fantômes de Gaunt, Tome 13 : Salvation's reach
Dan Abnett   
Second (et dernier) tome (en ce qui me concerne) en format hors de prix de la série des fantômes de Gaunt.

Embarqué dans une mission à haut risque après une longue inactivité, les fantômes vont devoir se fier aux renseignements obtenus du traître (voir le pacte de sang), pour prendre d'assaut une station spatiale aux mains des forces du chaos. Une mission d'importance, au point qu'on alloue aux forces de Gaunt, trois space marines comme fer de lance.

Après un départ tonitruant, le soufflet retombe très vite, pour mettre en place la nouvelle mission. Il est loin le temps où un tome des fantômes n'était constitué que de coups de force et de coups d'éclat. D'un côté, l'histoire est plus profonde, de l'autre on se demande quand ça va enfin commencer.
Sur le fond, on a donc une histoire un peu lente, sans réel suspense, avant le feu d'artifice final.
Sur la forme : 23 euros 75 pour un livre contenant encore des fautes d'accord, il faut vraiment être mordu comme moi pour succomber. Promis, pour le prochain j'attends la parution en poche.

par Fnitter
L'hérésie d'Horus, tome 6 : Le Retour des Anges L'hérésie d'Horus, tome 6 : Le Retour des Anges
Mitchel Scanlon   
Pré-histoire des Dark Angels pour ce sixième tome de la saga de l'hérésie d'Horus, dont il se détache complètement.

Ce roman nous conte l'histoire de la fondation des Dark Angels depuis le presque début. A savoir : la vie du primarque Lion El'Jonson sur la planète Caliban avant la redécouverte par l'Imperium. Sa vie au sein des Chevaliers de l'ordre, sa quête pour la sécurisation de sa planète contre les énormes bêtes qui menacent la population. Puis la redécouverte du monde et la fondation de la légion des Dark Angels. Nous vivons l'aventure à travers les yeux de Zahariel, jeune novice de l'ordre, de son entrée dans la chevalerie jusqu'à sa transformation en Space marine et ses premières missions.

Effectivement, après 5 tomes centrés sur Horus et son hérésie avec ses multiples points de vue et conclus par le magnifique Fulgrim, ce nouvel opus dénote. Est-il pour autant mauvais ? Non.
Les deux tiers du roman se situent sur Caliban avant la redécouverte et tiennent plus de la fantasy que de la sf. Oui Scanlon n'est pas Abnett. Oui, le tome est moins profond, moins sanglant, moins noir et violent que les précédents, mais l'histoire reste agréable à lire. Les peurs et les doutes de jeunes novices de 10 ans, leur entraînement, leur maturation à la dure forment un noyau intéressant.
L'organisation politique de la planète, tout comme la redécouverte par l'imperium restent un peu survolés et auraient mérités un développement plus complet.

Si on ajoute à cela qu'il s'agit d'un premier tome d'une histoire qui sera poursuivie par le tome 11 (Les anges déchus de Lee), on a une histoire de bonne facture sur les débuts de l'un des chapitres les plus emblématiques de l'univers de Warhammer 40.000.

par Fnitter
L'Hérésie d'Horus, tome 4 : La Fuite de l'Eisenstein L'Hérésie d'Horus, tome 4 : La Fuite de l'Eisenstein
James Swallow   
Dernier tome de la quadrilogie de départ de la série « l'hérésie d'Horus » dans l'univers Warhammer 40.000.

Après trois premier opus centrés sur Horus et son entourage, l'histoire s'intéresse à un capitaine de bataille de la Death Guard. Dans un temps concomitant à « la galaxie en flamme ». Nous allons suivre Garro, qui va prendre conscience de la trahison d'Horus et de celle de son primarque et tenter d'en informer l'Empereur sur Terra, en s'enfuyant à bord de l'Eisentstein.

Contrairement à ce qu'on pourrait penser (en lisant ça et là), ce tome est une réussite. Indispensable car il révèle l'hérésie d'Horus. Plein d'action et plus d'humour (guerrier bien sûr), du moins au début, que les précédents plus sombres.
Certes, c'est très manichéen, comme l'ensemble de la série d'ailleurs, et peut être encore plus ici, mais on trouve ce qu'on vient chercher.

La suite : Fulgrim.

par Fnitter
L'Hérésie d'Horus, tome 3 : La Galaxie en Flammes L'Hérésie d'Horus, tome 3 : La Galaxie en Flammes
Ben Counter   
Troisième tome de la quadrilogie de départ d'une série qui compte à ce jour vingt-huit tomes : L'hérésie d'Horus, dans l'univers Warhammer 40.000. Troisième auteur aussi après Abnett et l'Ascension d'Horus, et McNeill avec Les faux dieux.

Le culte de l'empereur (que ce dernier a pourtant toujours combattu) commence à s'installer depuis « l'exploit » d'Euphrati Keeler. Heureusement, car c'est peut être cela qui permettra de sauver l'empire du Chaos.
Les bonnes âmes comme Loken s'inquiètent de plus en plus de ce qui se passe dans la croisade. Les voix d'opposition sont réduites progressivement au silence.
Horus rassemble les légions et la limite ultime va être franchie... Plus de retour en arrière possible. Les attaques fratricides vont débuter sur Isstvan III. L'unité des Astartes est morte et enterrée avec le déploiement de l'arme ultime : L'attaque virale, si puissante que seul l'Empereur et le maître de guerre peuvent la mettre en oeuvre.

Un troisième opus un peu long à démarrer et un peu plus brouillon que les deux précédents, mais on y trouve ce qu'on y était venu chercher. Les manifestations du Chaos sont encore rares, mais leurs effets sont bien présents et Horus apparaît désormais clairement comme l'ennemi de l'Empereur et au final de l'humanité au nom de laquelle il ose encore dire combattre.

Action et réflexion (euh, niveau Black library hein, pas Nietzsche ou Spinoza) en attendant le tome suivant : La fuite de l'Eisenstein

par Fnitter
L'Hérésie d'Horus, tome 2 : Les Faux Dieux L'Hérésie d'Horus, tome 2 : Les Faux Dieux
Graham McNeill   
Grand fan de l'univers, j'ai à ce jour presque lus l'entièreté de la série de l'hérésie d'horus. Apportant une couche de background ENORME a l'univers déjà bien dense de Warhammer 40K, ces bouquins sont tous plus ou moins intéressant et intrigant, à lire, surtout quand on est déjà familier et qu'on aime cet univers. On accusera tout de même un ordre de lecture complètement chaotique ! Et une qualité d'écriture qui ne sera pas constante tant le nombre d'auteur travaillant sur la série est conséquente. En effet il n'est pas aisé de savoir quel est le meilleur ordre de lecture des bouquins donc même si il font parti d'un tout ne prêtez pas trop attention à ça (libre à vous de faire votre propre ordre de lecture)

La trilogie de Loken (ou l'arc de Loken) dont fait parti cet opus est de loin ma préféré de toute la série de bouquin. Elle est qui plus est le point de départ de ce qui donnera le nom à la série. On s'attachera vite à la petite fratrie dont fait parti le héros et j'ai pris un plaisir de suivre leur aventures à travers ces trois bouquins.

A conseiller aux amateur de SF qui plus est étant un arc de 3 livres vous êtes pas obligé de lire les 30 autres tomes restant pour avoir une fin car elle se suffit à elle même.

Ce commentaire deviens trop long ! Sur ce bonne lecture !
Le Livre des martyrs, Tome 4 : La Maison des chaînes Le Livre des martyrs, Tome 4 : La Maison des chaînes
Steven Erikson   
Au nord de Genabackis, un groupe d’incursion mené par trois guerriers teblors descend de la montagne dans le but de ravager les plaines méridionales occupées par les basse-terriens qu’ils honnissent. Pour le dénommé Karsa Orlong, ce raid marquera le début d’une extraordinaire destinée.

Quelques années plus tard, Tavore, la nouvelle Adjointe de l’Impératrice, débarque dans le dernier bastion de Sept-Cités encore aux mains des Malazéens après les événements dramatiques de la Chaîne des Chiens. Nouvelle à son poste de commandement, elle devra aguerrir douze mille soldats fraîchement recrutés pour la plupart — à l’exception d’une poignée de vétérans ayant survécu à la légendaire marche de Coltaine — afin de former une armée capable de renverser les hordes de l’Apocalypse qui se terrent au cœur du Saint-Désert.

Tandis que les Grands Prêtres et les généraux de Sha’ik se livrent à une lutte de pouvoir qui menace l’âme même de la Rébellion, d’obscures forces se rassemblent autour de Raraku et de son mystérieux Tourbillon. Dans le Naissant, Onrack, un T’lan Imass perdu, libère de ses fers le Tiste Edur Trull Sengar, abandonné et banni par ses semblables ; tous deux vont dès lors se lancer dans une longue odyssée pour rejoindre leur domaine d’origine. Sur Avalii la dérivante, une sanglante confrontation ravive les inimitiés qui règnent entre les trois garennes primordiales, forçant Ammanas et Cotillon à sortir de leur réserve. Et au cœur de Kurald Thyrllan, les Tistes Liosan sont aux abois : Osric, leur dieu, a disparu, et personne ne semble savoir où il est.

Un terreau propice à l’avènement de la Maison des Chaînes du Dieu Estropié qui, en secret, poursuit son inquiétant recrutement…
Le Livre des martyrs, Tome 2 : Les Portes de la maison des morts Le Livre des martyrs, Tome 2 : Les Portes de la maison des morts
Steven Erikson   
Après un tome 1 qui m'avait un peu intimidée par la renommée de “difficulté” du cycle et qui m'avait finalement vite plu sans être un coup de coeur, je m'attendais à apprécier le tome 2. Et là patatras ou je-ne-sais-quelle onomatopée de votre choix. Rarement une lecture a été si dure à finir. Une vraie corvée. Je ne comptais pas les chapitres, ni les pages jusqu'à la fin. Je comptais les paragraphes. J'ai mis près de trois mois à le terminer, et je l'aurais sans doute abandonné si je n'avais pas déjà le tome 3 sous la main (j'en entends tellement de bien, je fonde beaucoup d'espoirs dessus!).

Pourquoi ? J'en sais trop rien...
Si Les portes de la maison des morts fait suite chronologiquement aux Jardins de la lune, on saute d'un continent à un autre, passant à une nouvelle intrigue et cela m'a peut-être trop destabilisée. Pourtant, je n'avais eu aucun mal à être catapultée dans un lieu inconnu, dans une guerre inconnue dans le tome précédent.

Je n'ai pas accroché aux nouveaux personnages, seuls ceux déjà présents dans Les jardins de la lune, comme Kalam, Violain ou Apsalar ont attiré mon attention. Duiker m'a laissée froide, Coltaine était intéressant par sa ténacité mais les passages sur la chaînes des chiens m'ont parus interminables, Félisine donne envie de lui éclater la tête à coups de brique et j'ai tellement peu accroché aux chapitres de Mappo et d'Icarium que je ne comprenais parfois même plus ce que je lisais.

L'écriture qui me semblait fluide dans le tome 1 me paraissait lourde, et j'ai souvent buté sur les mots.

Il m'a fallu plus de 300 pages pour entrer un peu dans l'histoire (disons le gros orteil, quand il fait trop froid à la piscine), mais même alors, ma lecture est restée laborieuse.

Paradoxalement, je n'ai pas eu l'impression que ce roman était mauvais. Je suis juste passée à côté.

par Miney
Les fantômes de Gaunt, Tome 14 : Le maître de guerre Les fantômes de Gaunt, Tome 14 : Le maître de guerre
Dan Abnett   
Un vaisseau humain. Un vaisseau humain impérial. Chose froide dont toute chaleur vitale s’était échappée. Un objet réduit à néant. Une ruine-cadavre, brisée, inerte, désemparée…
Depuis combien de temps était-il mort ? Combien de temps avait-il vécu ? Combien de temps avait-il fait montre de bravoure ? Quand et comment cette bravoure s’était-elle terminée ? Les âmes à son bord avaient-elles servi consciencieusement leur stupide dieu-idole ? Avaient-elles fait couler le sang avant que le vide ne s’empare d’eux ?
S’ils s’étaient montrés d’incurables imbéciles, alors cette zone de l’espace était leur ossuaire. S’ils s’étaient comportés en héros, les ténèbres étaient leur sépulcre.
Ce n’est plus qu’une épave désormais, un amas de métal creux brûlé par le soleil qui tourne lentement dans l’obscurité. À cette distance, il n’est visible que pour les auspex et la sensoréflexion. Ses réacteurs sont aussi froids qu’une étoile éteinte. Plus rien d’organique, hormis les traces résiduelles de décomposition. Mais il y a des choses à piller dans cette tombe. Le potentiel de récupération a été déterminé à partir des métadonnées accumulées. De bonnes plaques de blindage, des panneaux de coque, des céramiques composites, des cellules énergétiques à troquer, du câblage, des systèmes d’armes – peut-être même des consommables : prométhium, armes légères, explosifs… des rations, qui sait ?
Soixante mille kilomètres. La portée est correcte, le vecteur d’interception verrouillé. Le signal est donné. Ambrés, les écrans de contact s’illuminent comme s’ouvrent les yeux des reptiles et baignent la passerelle d’une lueur dorée. Les batteries d’artillerie sortent automatiquement de leur léthargie, les autochargeurs cliquettent, les cellules se chargent. Les appareillages d’abordage se mettent en branle et se déploient : griffes extensibles, ancres d’amarrage et passerelles d’assaut sortent des silos aux sabords jusque-là fermés. Les moteurs accélèrent ; une vibration, un bourdonnement, et ils sont partis.
Quarante mille kilomètres. L’essaim se rassemble, outils et armes en main, grouillant sur les stations d’alerte et les coursives conduisant aux écoutilles d’assaut.
Vingt mille kilomètres. Le vaisseau-cadavre est enfin visible, masse tourbillonnante de métal laissant derrière elle un sillage de débris. Un halo d’énergies immatérielles miroite autour de l’épave, le sang de la blessure qui l’a recraché hors de l’empyrée dans l’espace réel. Des bénédictions sont murmurées pour se protéger de toute diablerie et autres créatures du warp qui auraient pu rester accrochées à la carlingue de la chose morte.
Dix mille kilomètres. Le nom du vaisseau-cadavre devient lisible, gravé sur la surface enfoncée de sa proue.
Highness Ser Armaduke.

par neicna16
L'Hérésie d'Horus, tome 5 : Fulgrim L'Hérésie d'Horus, tome 5 : Fulgrim
Graham McNeill   
Tome 5 de la saga impériale et hérétique de nos chers Adeptus Astartes, "Fulgrim" retrace la descente aux enfers de la Légion des Emperor's Children et de son illustre primarque, Fulgrim.
Une fresque grandiose pour une légion de légende, un primarque remarquable aux mains des plus viles machinations chaotiques et un maelström d'extase mêlé de monstruosités.

  • aller en page :
  • 1
  • 2