Livres
516 013
Membres
529 988

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par dadotiste 2015-02-01T00:17:53+01:00

Pocket, p. 9

« La créature est encore dehors. Elle bouge à peine, assez cependant pour faire osciller la tache de lumière. Mère Monstre l'entend respirer, maintenant. Elle voudrait pleurer, n'y arrive pas. Avec précaution, sans bruit, elle passe une main tremblante sous le déshabiller rouge, promène les doigts sur sa peau, entre les seins, cherche à tâtons. Quand elle a trouvé, elle tire. La douleur est plus forte que tout ce dont elle se souvient. Cela fait plus mal que se couper un bras, ou donner naissance à un enfant (ce qu'elle a fait plusieurs fois). Elle continue quand même, abaisse la fermeture à glissière du sternum au pubis. Un claquement mouillé résonne lorsque ses muscles stomacaux se libèrent de sa peau.

Pleurant et se tordant, elle agrippe le bord de l'ouverture, tire violemment vers l'extérieur. La peau se décolle de ses côtes, de ses seins et de ses épaules comme une pelure. Elle se déchire, elle saigne, mais Mère Monstre continue jusqu'à ce que la peau pende de ses hanches telle de la cire molle. Elle prend quelques profondes inspirations et l'arrache de ses jambes.

La peau forme une flaque à ses pieds, un moule en caoutchouc aplati.

Mère Monstre se ressaisit. Elle se redresse, solide, courageuse, ses muscles à nu luisant dans la lumière des lampes de sécurité. Puis elle se tourne face à à la porte, pleine de fierté et de défi.

La Maude ne la trouvera jamais, maintenant. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par leahrchx 2019-04-23T13:48:59+02:00

Mère Monstre ou, pour lui donner son vrai nom, Gabriella Jackson, est une des patientes qu’il préfère. La plupart du temps, c’est quelqu’un de très doux, et quand elle ne l’est pas, c’est généralement à elle-même qu’elle s’en prend. Elle a aux chevilles et aux cuisses des cicatrices qui ne partiront jamais et il lui manque la moitié du bras gauche. Elle se l’est coupé au coude un soir avec un couteau électrique, debout dans la cuisine

Afficher en entier
Extrait ajouté par TommyRollrbox 2018-08-25T07:24:59+02:00

Invisible

Mère Monstre est assise sur le lit quand le triangle de lumière vacille sous la porte. Il bouge, file vers le côté en dansant, puis s’immobilise. Elle le regarde fixement, le cœur battant. Quelque chose est là dehors, qui attend.

En silence, Mère Monstre descend du lit et gagne furtivement le coin le plus éloigné de la pièce – le plus loin possible de la porte. Elle se recroqueville dans l’angle formé par les murs, tremblante, les yeux larmoyants de peur. Par la fenêtre située derrière elle, des lampes de sécurité projettent sur le sol des ombres d’arbres qui s’agitent et se courbent, semblables à des doigts qui grattent la pièce, trouvent l’ombre sous la porte. Elle parcourt la chambre du regard – les murs, le lit, l’armoire. Inspecte chaque recoin, la moindre fissure dans le plâtre. N’importe quel endroit où la Maude pourrait se glisser. Mère Monstre en sait plus sur la Maude que n’importe qui ici. Pourtant, elle ne révélera jamais ce qu’elle sait. Elle a trop peur.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Alias-Rosiel 2016-12-19T18:13:26+01:00

J'ai peut-être honte, mais je peux au moins dormir tranquille la nuit.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode