Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de wilkymay : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Warrior of the Wild Warrior of the Wild
Tricia Levenseller   
[Lu en VO]
Déçue, déçue, déçue. Le résumé promettait une héroïne guerrière, un dieu, une quête impossible, des terres sauvages... et j'en ai pas vu grand-chose.

Les 50 premières pages, déjà, c'est le récit de ce qui est déjà dit dans le résumé. Pour un roman qui en fait 250, c'est quand même pas mal. Une petite scène de combat en intro, histoire de rappeler que l'héroïne est BADASS, et puis hop, on peut ensuite se concentrer sur bien plus important, à savoir "est-ce que machin va m'embrasser ou est-ce que je fais le premier pas ?". Aaaarg, alerte héroïne prépubère. Lorsque, finalement, l'épreuve arrive et qu'elle se fait trahir puis jeter (ce qu'on sait déjà puisqu'on a lu le résumé), Rasmira entre dans les terres sauvages, un no man's land où personne ne survit plus de 2 jours... Sauf qu'elle, elle randonne un peu puis s'endort oklm au pied d'un arbre. AU PIED. D'UN ARBRE. Pire technique de survie EVER.

Bref, je ne vais pas tout raconter, ça gâcherait le plaisir, mais l'histoire manque vraiment de maturité. La vie sentimentale de l'héroïne prend le pas sur sa survie, les terres sauvages sont justes inhabitées par l'homme et n'ont pas l'air si dangereuses que ça, on croise le grand méchant dieu 4 fois max dans tout le roman et, pour une guerrière, Rasmira se laisse quand même un peu trop surprendre par tout le monde. Ah, sans oublier que les personnages sont superficiels et plats (Rasmira a 5 sœurs et même celle qu'on voit le plus manque horriblement de substance), que certains d'entre eux feraient bien de faire une bonne vieille thérapie au lieu de gâcher la vie des autres, et que tout se résout un peu trop facilement. C'est clairement du young adult, voire plus jeune, or la couverture et le résumé ne le laissaient pas du tout transparaître. Too bad.

Cela dit, +1 point bonus pour l'humour (surtout celui de Soren, mamma mia j'aime ce garçon).
Dry Dry
Neal Shusterman    Jarrod Shusterman   
Mystère...
Un roman avec des éloges dithyrambiques.
"La dernière pépite de Neal Shusterman et son fils !"
« Terrible et magistral. Un roman impossible à lâcher. » Stephen King.
Avec tout ça, et une 4e de couverture accrocheuse, les augures étaient favorables. Et pourtant...
Mystère...
Je me suis engagé dans ce livre dans le cadre d'une lecture commune. C'est la seule raison qui m'a poussé à aller jusqu'au bout.

Le thème est intéressant. A cause du changement climatique, le Sud des Etats-Unis est touché par une sécheresse sans précédent. Les circonstances font que que les robinets sont asséchés en Californie : c'est le "Tap-Out". Les auteurs présentent alors les réactions des uns et des autres face à cette pénurie "soudaine". Ceux qui se concentrent sur leur seule survie, ceux qui cherchent à aider les autres, ceux qui profitent de la situation, les émeutes autour des quelques points d'eau, l'attentisme de ceux qui n'ont pas essayé de quitter le pays... Un thème intéressant.
Ceci dit, c'est le quotidien de bien des pays subsahariens. Le lecteur peut donc réfléchir à la question des réfugiés climatiques en général et comprendre que nous ne sommes qu'au début d'une crise majeure.

Et c'est tout. Parce que pour le reste...
Consternant, navrant, grotesque... Je vous laisse choisir l'adjectif que vous préférez.

L'intrigue tout d'abord.
Tout au long du roman, on passe d'une incohérence à l'autre sans que ni les auteurs ni leurs éditeurs ne sourcillent un instant. Sans blague ?! Quelqu'un a relu le livre avant de le publier ? J'ai le sentiment que ce roman ne connaît son succès que par la réputation de Neal Shusterman.
C'est creux du début à la fin. Il ne se passe rien. La psychologie des personnages n'est pas respectée. Leurs réactions sont absurdes.
Un seul petit exemple pour ne pas vous spoiler : alors que vous vous dirigez vers un refuge secret aux ressources limitées, à quel moment est-ce que vous décidez de vous encombrer d'une petite ordure de profiteur qui a échangé à votre oncle préféré un pack d'eau contre son 4x4 ? A quel moment n'importe qui peut faire confiance à un personnage pareil ? Surtout après lui avoir déboîté l'épaule lorsqu'il a pointé un pistolet sur vous ? A aucun moment vous ne songez qu'il va essayer de se venger, de vous trahir etc.
Le livre est truffé d'incohérences de ce genre !
Même la fin est absurde ! Je ne vous la dévoile pas mais, pour ceux qui envisagent de lire ce roman, imaginez d'abord l'enchaînement de circonstances qui peut amener à un Tap-Out. Imaginez tout ce qu'il faut pour en arriver là, sachant que cette question est une priorité absolue dans n'importe quel pays, même géré par le gouvernement le plus crétin... Je n'en dis pas plus.

Le style à présent.
Ou plutôt l'absence de style.
Est-ce que cela vient de la traduction ou des auteurs ? Vocabulaire pauvre. Syntaxe minimale. On oublie l'inversion du sujet pour les verbes du premier groupe dans les dialogues :
"- Ça va ? je demande.
- Non, ça ne va pas ! Vous tombez dans les pires travers de la traduction anglo-saxonne !"
Et quelques fautes par-ci, par-là.
Nous sommes tout de même dans un roman édité par Robert Laffont, qui a bénéficié d'une armée de lecteurs, correcteurs, relecteurs...
Ajoutez à cela une véritable absence de rythme, une montée en pression qui ne fonctionne pas (peut-être parce que je n'arrêtais pas de m'énerver après la pléthore d'incohérences) et des personnages sans aucun charisme.

Bref, le succès de ce livre est pour moi un mystère total.
Une bonne idée de départ, mais un traitement du sujet absolument navrant.

Ceci dit, ce n'est pas la première fois que je ne suis pas d'accord avec Stephen King...

par ajc2ht
Warcross, Tome 2 : La Revanche Warcross, Tome 2 : La Revanche
Marie Lu   
Lire l'article comprenant ma critique sur mon blog : http://cametsesblablas.eklablog.com/warcross-t2-marie-lu-a166232332

Après la très belle découverte que fut Warcross, je me suis immédiatement dirigée vers sa suite et fin, un tome bien différent du premier dans son ambiance plus sombre mais qui une nouvelle fois propose une intrigue intéressante à suivre, quoiqu’un peu plus brouillon, des personnages intrigants ainsi que son lot de rebondissements. Si j’ai trouvé cette suite un peu en dessous du précédent pour des raisons expliquées plus loin, cela n’enlève en rien le fait que l’univers de Warcross ne demande qu’à être exploré.

Bien qu’Emika soit parvenu jusqu’au bout du Championnat de Warcross sans que le NeuroLink ne tombe dans les mains de Zero, l’antagoniste présenté dans le premier tome, c’est pour se retrouver face à un danger tout autre et bien plus proche d’elle qu’elle ne l’aurait crû. De plus, sa tête étant désormais mise à prix, elle se retrouve à collaborer avec celui qu’elle pensait être le véritable ennemi.

Wildcard met donc cette fois-ci au centre le personnage de Zero qui en cache plus que je ne l’aurais deviné. Seulement, Marie Lu prend bien plus de facilités qu’avec le premier tome qui sortait clairement du lot. J’ai trouvé la première partie très addictive, avec des révélations et choix interessants, mais une seconde bien plus lourde et compliquée à suivre. Des éléments qui auraient pu être bouclés dès la première ont été relancés dans la deuxième et prenaient parfois trop d’ampleur à mon goût. J’avais l’impression que l’auteur se perdait elle-même. Certains moments étaient d’ailleurs un peu trop détaillés et ont finis par me perdre au détriment par exemple des si belles descriptions des rues de Tokyo qui m’avaient fascinées dans Warcross. Rien que pour ça l’univers m’a semblé bien moins impactant, les parties de jeux-vidéos étant quasi-inexistantes et les étincelles dans mes yeux bien moins présentes. Il en va de même pour les rebondissements, bien plus apparents, parfois inattendus, mais qui finissent par alourdir l’intrigue, n’innovant pas par rapport à certains livres, notamment vers la fin. Cependant, Wildcard m’a réellement plu dans le fait que la fin de Warcross insérait de nouveaux éléments qui relançaient parfaitement l’intrigue et n’ont pas fait de ce deuxième tome une suite inutile. On a finalement beaucoup de réponses à nos questions et l’auteur poursuit toujours cette réflexion sur les aspects néfaste d’un monde controlé par la technologie. Ici l’univers devient bien plus sombre et brutal, avec des enjeux qui évoluent, ce qui pousse nos personnages à se livrer à leurs plus grandes faiblesses.

Emika se retrouve d’ailleurs en danger dès le début et s’avère être mal entourée de tous les côtés sans pouvoir réellement découvrir qui est le véritable ennemi, un élément qui rend l’histoire d’autant plus prenante. Cette dernière s’ouvre bien plus aux autres, ayant réellement envie de s’intégrer et de tisser des liens. Seulement, si son côté individualiste s’améliore, il est vrai qu’elle passe de l’héroïne en plein dans l’action à une sorte de pion que l’on mène tout le long du livre et qui finit par la subir. Du côté de Zéro et de Hideo, il faut bien avouer que ce sont des protagonistes/antagonistes intéressants qui changent des standards habituels. Le côté parfois trop blanc ou trop noir permet à l’auteur de jouer avec nos nerfs et de nous manipuler très facilement. Cela permet d’ailleurs de se placer facilement dans la tête d’Emika qui est aussi divisée que nous. À mon grand désarroi les personnages secondaires n’ont pas plus de place dans ce tome-ci que dans le précédent, mais si une chose est bien certaine c’est qu’ils vont me manquer. Assez heureuse toutefois qu’on leur ait laissé un moment clef à chacun. Que ce soit pour les principaux ou les secondaires, ce sont tous des personnages touchants grâce aux histoires que l’on découvre plus en profondeur.

Si je ne suis pas à 100% satisfaite avec la fin, m’attendant à un peu plus de pages et à quelque chose d’assez différent, il faut bien avouer que l’auteur à fait un très bon choix en terminant Warcross avec ce second livre qui a mon sens clôture bien l’intrigue. Wildcard met en valeur le fait que la technologie et son avancement ne peuvent pas nous être simplement retirés car c’est une chose que les gens aiment et qui fait intégralement partie de leur vie, au risque cependant que cette forme de pouvoir puisse être détournée. Le tout est peut-être moins efficace que dans le précédent tome mais on retrouve tous les ingrédients qui font de Warcross une bonne histoire avec des personnages et une intrigue intéressante.
Sadie Sadie
Courtney Summers   
Je viens tout juste de terminer ma dernière page et de fermer le livre et... wouah je suis sans mot une vraie claque, je ne m'attendais pas à cette tournure en choisissant ce livre.

Courtney Summers à très bien écrit ce livre, on ressent les émotions de Sadie, son chagrin, ses peines, sa colère, son désir le plus profond.

"Sadie" me fait énormément penser aux téléfilms américains avec un mélange d'affaires criminelles, la construction du roman est très bien pensée avec d'un côté les chapitres podcasts vraiment addictifs et de l'autre les chapitres du point de vue de Sadie.

Je ne peux expliquer le contenu du roman sans spoiler les choses, le résumé suffit à vous lancer dans la lecture de ce livre poignant.

"Sadie" mérite tellement d'être dans les mains et dans le coeur de tout le monde car il traite de sujets difficiles.
Le choix de la couverture est très bien pensé car elle est la voix et la force de chaque filles.

Ce fut une lecture addictive et puissante.
La fin m'a laissé dans la frustration, l'énervement, le bouleversement puis après mûre réflexion, cette fin correspond bien à l'histoire et la réalité de ce monde...
Shadow of the Fox, Tome 1 Shadow of the Fox, Tome 1
Julie Kagawa   
Un livre qui est agréable à lire. L'écriture est fluide et nous transporte facilement dans l'intrigue qui est sympathique.

Les personnages sont attachants en général, Tatsumi et Okame étant mes préférés pour diverses raisons. Je n'ai cependant pas trouvé Yumeko très intéressante dans ce 1er tome. Elle est courageuse et très joviale, pas de problème avec ça mais c'est juste que pour je ne sais quelle raison, je n'ai pas réussi à m'attacher à elle autant que je l'aurais voulu. Elle n'en reste pas moins un personnage que j'ai hâte de voir évoluer par la suite.

La fin me donne en tout cas très envie et je n'ai qu'une envie, être en juin pour avoir le 2ème tome! (25 juin 2019 : date prévue pour la sortie du tome suivant, source : goodreads)

[spoiler]Aussi, j'ai bien aimé la petit romance qui évolue progressivement entre Yumeko et Tatsumi. Je les veux ensemble pour la fin de la trilogie (si ça en est une). Mais avec la fin, j'ai peur que cela ne tourne en triangle amoureux… mais sincèrement, mon intuition me dit que l'autrice ne le fera. Je croise les doigts![/spoiler]

PS : l'un des personnages, Seigetsu m'intrigue déjà beaucoup même si on ne le voit que 2 fois. C'est un personnage prometteur, je le sens!

Avis complet :
http://lecholitteraire.e-monsite.com/blog/fantasy-et-fantastique/shadow-of-the-fox.html

par AJigoku
Not Even Bones Not Even Bones
Rebecca Schaeffer   
J'ai décidé de lire ce livre après avoir lu le Webtoon qui en est adapté. Je ne regrette pas du tout mon choix, je l'ai terminé en une soirée, ce qui est plutôt rare pour moi étant donné qu'il est en anglais.
(Au moment où je post ce commentaire, le Webtoon en est à un peu moins de la moitié du roman et clairement : vous n'êtes pas prêts pour la suite
Three Dark Crowns, tome 3 : Two Dark Reigns Three Dark Crowns, tome 3 : Two Dark Reigns
Kendare Blake   
Quelle fin ! Je ne vais jamais pouvoir attendre la suite ! Sinon c'est encore un excellent tome, riche en rebondissements et en tensions. J'ai hâte de connaitre le fin mot de cette histoire.
Le Royaume évanoui Le Royaume évanoui
Laura E. Weymouth   
C’est un roman scindé en deux parties, puisqu’après la disparition d’Ev, c’est Lena qui prend la parole, j’ai apprécié la découvrir, dans sa vie personnelle avec sa rencontre avec Jack et professionnelle à la National Gallery. C’est un personnage différent de celui de sa sœur, et surtout, j’ai l’impression que l’auteure prend plus le temps d’en parler. Je ne peux pas dire que j’ai apprécié l’une plus que l’autre, mais la différence de style sur la trame fait que l’on s’attache plus rapidement à Lena. Mais si leurs convictions les opposent, elles n’en restent pas moins proches, j’ai apprécié lire tout l’amour que Lena lui porte. Elle a peur pour sa sœur, elle poursuit sa vie avec ce sentiment d’impuissance constant.

L’auteure dévoile peu à peu les secrets bien gardés de nos protagonistes, on passe du présent aux souvenirs d’Ev et ceux de Lena, et je dois dire que j’ai particulièrement aimé lire ses souvenirs, si vous avez aimé la saga Le monde de Narnia de C.S. Lewis, je pense que ce roman pourrait vous plaire également. Alors oui, il y a beaucoup de similitudes avec Le royaume évanoui, mais si l’on y fait abstraction, on se laisse facilement immerger par cette histoire qui devient singulière. Les personnages sont intéressants et l’intrigue rondement bien menée. Il y a quelques maladresses, je le reconnais. Certaines réactions des personnages face à la disparition d’Ev sont étranges, mais finalement, tout comme nous lecteurs, ils ne sont pas dupes et comprennent vite les choix d’Evelyn. C’est surtout l’univers original de la Grande Forêt, peuplée de créatures très bien imaginées qui m’a conquise. L’auteure le décrit tellement bien que je n’aie eu aucun mal à me plonger dedans. J’avais hâte de passer au souvenir suivant pour comprendre ce besoin qu’à Ev de vouloir y retourner et ceux de Lena, qui elle, repousse cette idée.

C’est un roman que je conseille pour son univers fantastique et assez attrayant. Pour cet amour fraternel qui est assez fort pour nous émouvoir. Et pour cette fin plus que touchante.
The Wells of Sorcery, tome 1 : Ship of Smoke and Steel The Wells of Sorcery, tome 1 : Ship of Smoke and Steel
Django Wexler   
In the lower wards of Kahnzoka, the great port city of the Blessed Empire, eighteen-year-old ward boss Isoka comes to collect when there's money owing. When her ability to access the Well of Combat is discovered by the Empire—an ability she should have declared and placed at His Imperial Majesty's service—she's sent on an impossible mission: steal Soliton, a legendary ghost ship—a ship from which no one has ever returned. If she fails, her sister’s life is forfeit.

par wilkymay
The Gilded Wolves, tome 1 The Gilded Wolves, tome 1
Roshani Chokshi   
Ce livre faisait partie de mes sorties les plus attendues de l’année ; il s’avère toutefois que c’est l’une de mes plus grosses déceptions jusque là.

Le seul point que j’ai apprécié dans The Gilded Wolves est l’atmosphère sombre de l’histoire. Elle semble magique et mystérieuse - le monde paraît cependant trop mystérieux.
Les explications sur le système de magie et les Maisons sont trop vagues et superficielles, et, à l’exception de certains noms de lieu de Paris, on ne sait pas grand-chose de la capitale ou de la situation actuelle du pays, que Roshani Chokshi attendait de ses lecteurs de connaître ; je ne pense pas que ce soit sage de sa part étant donné que le contexte politique français de la fin du dix-neuvième siècle n'est pas connu de tous. Mais qu’importe. En fait, je pense que le mot « vague » est le meilleur pour décrire ce roman. Les références historiques sont juste jetées dans l’histoire, les lieux, bien qu’étant décrits avec détails, restent obscur au lecteur, l’intrigue semble complexe mais brouillonne… Pendant toute ma lecture, j’avais l’impression de regarder une photo dont seul le tout premier plan est net, et le reste, bien qu’existant, est trouble.

Bien que les personnages semblent être une partie importante de cette histoire, ils sont vraiment plats.
Dans le manga Fullmetal Alchemist, les alchimistes sont des scientifiques qui peuvent manipuler les éléments chimiques: après les avoir disloqués, ils les rassemblent pour créer de nouveaux objets. Néanmoins, il y a une chose qu’ils ne peuvent façonner: l’être humain. Même si les alchimistes réunissent toutes les composantes du corps humain (le carbone, le fer, etc.) il y a toujours un ingrédient qui manque: la Vie, car ils ne créent qu’une coquille vide.
Il m’a semblé que la règle d’or des alchimistes avait été enfreinte par l’auteur de ce livre: elle utilise de nombreuses caractéristiques pour ses personnages (une passion pour les araignées, des talents culinaires, des yeux gris, un passé tragique,…) et pourtant, ils ne paraissent pas vivants du tout. En outre, cette impression de vague est toujours présente: quelle est leur histoire ? Que veulent-ils ? Qui sont-ils ?
A cause de cela, je n’ai pu m’attacher à aucun personnage - en fait, je n’ai même pas pu m’intéresser à eux. J’étais vaguement attirée par Tristan, au début, car il me rappelait mon cher Neville Londubat, mais son intrigue de demoiselle en détresse m’a ennuyée. J’ai même fini par ne pas réagir à tout ce qu’il subit.

J’ai déjà expliqué que l’intrigue était confuse, mais elle l’était vraiment. Je ne pouvais jamais me souvenir de ce qui s’était passé ou même comprendre ce qui était en train de se passer. J’ai finalement juste lu sans chercher à suivre les évènements. Les Maisons ? Le fragment de Babel ? Les Anneaux ? L’Ordre ? Les combats ? Je ne pense pas avoir saisi tout ça.

Je regrette de ne pas avoir aimé ce livre autant que je le voulais (ou même tout court). Je sais à présent que je ne lirai pas la suite.