Livres
528 360
Membres
548 369

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

"Comment se fait-il que je me retrouve toujours dans de telles situations ? me demandé-je le lendemain matin tandis que je me tiens debout dans la cuisine, accrochée à mon verre de jus comme s’il s’agissait d’un gilet de sauvetage. Lorsque je suis arrivée il y a cinq minutes, une fille en sous-vêtements était assise ici en train de boire un café. Elle a commencé à me parler et ne s’est jamais arrêtée. Je ne sais même pas comment elle s’appelle.

— Tu n’es pas habillée comme les autres filles à motards, remarque-t-elle d’un ton méprisant.

En baissant les yeux sur mon jean et mon t-shirt rétro, je fronce les sourcils. Je ne sais vraiment pas quoi répondre à cette fille.

— Je m’habille tout simplement comme je l’ai toujours fait, réussis-je à dire après m’être éclairci la voix.

Suis-je en train de me faire juger par l’une des putes du club ? Ma foi, c’est un peu embarrassant.

— Dis-moi, avec qui as-tu passé la nuit ? m’informé-je en me demandant qui j’allais devoir tuer pour m’avoir imposé cette conversation.

— Oh, avec Rake, répond-elle en se penchant en avant avec un air de conspiratrice. Au lit, c’est une vraie bête.

Génial.

— Où est Rake en ce moment ? la questionné-je en regardant en direction du couloir qui mène à sa chambre.

— Oh, il est au lit avec Tiffany, annonce-t-elle d’un ton désinvolte. J’avais besoin d’un café.

Rake. Pas besoin d’être un génie pour comprendre d’où il tient son nom.

Je me lève.

— Bon, enchantée d’avoir fait ta connaissance.

— Oh, mais où vas-tu ? me demande-t-elle.

Je cligne des yeux.

— Dans ma chambre.

— Puis-je t’accompagner et traîner avec toi ? Il paraît que tu es la régulière du vice-président. Ce serait chouette de traîner ensemble, affirme-t-elle en se levant pour s’approcher de moi.

Bon, quand ça suffit, ça suffit.

— Rake ! hurlé-je à pleins poumons avant de me retourner vers la fille, un doigt dans les airs. Excuse-moi un instant.

Je pars en trombe dans le couloir jusqu’à la chambre de Rake, dont j’ouvre la porte. J’ai la mâchoire qui se décroche devant la scène qui m’attend.

— J’espère que tu lui as fait signer un formulaire de consentement ou un contrat ou quelque chose du genre, souligné-je en les regardant tous les deux. Cinquante nuances de Rake !

— C’est quoi ton problème, Faye ? grogne Rake en cachant ses attributs à l’aide d’un oreiller.

Il me tourne le dos, me donnant ainsi un aperçu du dragon qui y est tatoué, le même que celui de Dex et des autres membres du club. Je prends un instant pour l’admirer, puis je baisse les yeux sur ses fesses bien fermes. Pas mal du tout.

— Tu as oublié une de tes filles dehors, annoncé-je avec de grands yeux en espérant qu’il comprenne ce que je veux dire. Je te prierais de bien vouloir venir la récupérer.

Il se retourne en soupirant, comme si la vie était vraiment trop compliquée avec deux filles à gérer.

— Oui, je sais, Rake, craché-je. Dure, dure, la vie de proxénète.

Il se met à rire, puis gifle la fille sur les fesses avant de se retirer.

— Peut-être devrais-tu bâillonner l’autre aussi, lui proposé-je, pleine d’espoir.

Avant de sortir de sa chambre, je regarde autour de moi en fronçant le nez.

— Puis-je venir faire le ménage de ta chambre ce soir ? C’est tellement en désordre que ça va me rendre folle maintenant que je le sais.

— Bon, très bien ; tout ce que tu veux, pourvu que tu sortes immédiatement, grogne-t-il.

Ouah, susceptible.

On pourrait s’attendre à ce qu’il soit de meilleure humeur après s’être tapé deux filles.

— Je vais trouver quelque chose pour ranger tes palettes et autres trucs du genre, indiqué-je en sortant. Il se pourrait que j’aie besoin de faire un aller-retour chez Ikea.

Rake me suit hors de sa chambre en secouant la tête, exaspéré, et vient chercher l’autre fille.

— Heureusement que je t’aime bien, Faye, me dit Rake, qui en a plein les bras avec cette fille trop bavarde.

— Heureusement que moi, je t’aime bien, reniflé-je. Avec ce que j’ai dû endurer ce matin.

Il me gratifie d’un sourire narquois.

— Pudique.

— Tombeur.

— En cloque.

Je pose les mains sur mes hanches.

— En quoi est-ce une insulte ?

Il hausse les épaules.

— Tu parais un peu grosse ce matin.

Je laisse échapper un hoquet de surprise.

— Oh non ! Je n’en crois pas mes oreilles !

Il arbore un sourire puéril.

— C’est juste pour rigoler, Faye. Tu es magnifique. Resplendissante, même.

— Bien rattrapé, grommelé-je

— Rake, geint la femme. Emmène-moi dans ton lit et dis-moi comme je suis belle. Pourquoi lui fais-tu des compliments à elle ?

Rake lève les yeux vers moi en arborant un sourire narquois.

— C’est une bonne question.

Je hausse un sourcil.

— Probablement parce que je ne te laisserai pas m’attacher et me fouetter alors qu’elle, si.

Dex arrive dans la cuisine et nous regarde, Rake qui est flambant nu, la fille sortie de nulle part et moi.

— Est-ce que je veux vraiment savoir ce qui se passe ? me demande-t-il en plissant les yeux.

— Non, mon frère, je ne pense pas que tu veuilles le savoir, grogne Rake.

— C’est bien ce que je pensais, marmonne Dex. Je te prierais de bien vouloir sortir tes fesses nues de la cuisine...."

Afficher en entier

J'avais 10 ans et Dex en avait 15 ; il menait donc une vie nettement différente de la mienne. Mais, malgré la différence d'âge, il avait toujours un peu de temps pour moi, ce qui me donnait l'impression d'être importante.

- A plus, petite fée, me lance-t-il avec un grand sourire avant de partir les rejoindre.

Afficher en entier

Le lendemain matin, je me rends à la cuisine en me frottant les yeux. Je m’arrête sur ma lancée lorsque j’aperçois un homme debout devant la cuisinière.

Il est nu.

Il a les fesses extrêmement blanches et il fait frire quelque chose dans une poêle.

- Tant pis pour mon appétit, marmonné-je dans ma barbe.

Arrow fait demi-tour, nullement décontenancé.

- Bonjour, me salue-t-il en examinant mon pyjama.

Je fixe son énorme pénis avec horreur, mais me trouve dans l’incapacité d’en détacher les yeux. Soudain, il durcit et pointe droit vers moi. Comme une flèche.

Électrochoc.

- Sérieusement ? dis-je en me couvrant les yeux avec ma main.

- Il est un peu trop tard pour ça, répond-il en riant. J’ai remarqué que tu regardais.

- J’ai vu que tu avais remarqué que je regardais, répliqué-je en détournant le regard pour me verser du jus.

- Je pense que je t’ai mal jugée…, poursuit-il en se retournant vers la cuisinière.

- Pourquoi ?

Il hausse les épaules.

- Je pensais que tu étais une espèce de salope qui essayait de piéger Dex.

- Comment sais-tu que je n’en suis pas une ? le questionné-je.

- J’ai un don pour jauger les gens, rétorque-t-il. Je ne me trompe jamais.

- C’est une affirmation audacieuse, répliqué-je à l’instant où il fait demi-tour.

Je baisse les yeux instantanément. Je ne peux même pas m’en empêcher.

Lorsqu’il fait un pas dans ma direction, je pointe la chose.

- N’approche pas cette chose de moi !

Il rit.

- Ne t’en fais pas, elle ne te mordra pas.

- T’es bizarre, déclaré-je.

Il secoue la tête.

- Dis-tu toujours la première chose qui passe par ta putain de tête ?

J’y réfléchis.

- Presque. Ça va causer des problèmes ?

- Probablement.

(...)

- En parlant de prendre soin des autres, que dirais-tu si je te préparais quelque chose qui n’est pas brûlé ?

- Comme quoi ? me demande-t-il, l’air intéressé.

Je fouille dans le réfrigérateur, d’où je sors d’autres œufs et du bacon.

- Du bacon et des œufs brouillés ? Ou peut-être du pain doré ?

Je n’étais pas une grande cuisinière, mais le petit-déjeuner, ça, je savais le faire.

- Vraiment ? Tu ferais ça ? Je pense que c’est la première fois qu’une femme cuisine pour moi sans que je l’aie baisée.

Charmant. Très charmant.

- Bien sûr, acquiescé-je en m’attelant à la tâche.

Je viens tout juste de terminer de préparer le repas lorsque Dex arrive et pousse un soupir en voyant Arrow nu.

- Putain de merde, Arrow, hurle Dex en se tournant vers moi pour voir mon expression.

Je profite de ce temps pour l’observer à mon tour. Torse nu, il porte un pantalon de sport noir sur ses hanches étroites. Je pourrais sincèrement m’habituer à cette vue.

- Je suis traumatisée, mais je survivrai, interviens-je. Au moins, je sais maintenant pourquoi vous l’appelez tous Arrow. Cette chose pointe vers sa prochaine victime !

- En fait, je suis heureux que tu sois là, annonce Arrow après s’être brusquement tourné vers moi, les yeux écarquillés d’étonnement. On commençait à s’ennuyer ici.

- Arrow ! grogne Dex, manifestement en train de perdre patience. J’espère que ce n’est pas pour ma femme que tu bandes comme ça.

Arrow éclate de rire.

D’un regard, Dex le rappelle à l’ordre.

Je pince les lèvres.

- J’allais justement partir, finit par dire Arrow en prenant son assiette avant de s’éclipser.

Afficher en entier

- Puis-je vous poser une question ? demandé-je à Jim em me collant un sourire sur les lèvres. Pourquoi tout le monde a-t-il un surnom sauf vous ? Puis-je vous en suggérer un ?

Il m'en vient plusieurs à l'esprit.

Il me regarde en secouant la tête, mais je ne manque pas d'apercevoir l'amusement qui illumine brièvement ses traits.

- Au revoir, Faye.

Dex m'attrape par le bras et me tire dehors. Je le gratifie d'un grand sourire.

- Je l'aime bien.

Dex se contente de laisser tomber sa tête entre ses mains.

Afficher en entier

Chapitre 2 :

" - Hé, nous avons tous les deux eu ce que nous voulions, affirme-t-il en éteignant sa cigarette sous son pied.

- Comment ça ? lui demandé-je en m’approchant de sa moto.

- Tu t’es vengée de mon frère, n’est-ce pas ce que tu voulais ? Faire des folies ?

Je rougis et ça ne me plaît pas du tout. Comment est-il au courant pour Eric et moi ?

J’ai effectivement eu ce que je voulais, mais ce n’était pas pour me venger.

C’était lui, tout simplement.

Celui que j’avais toujours voulu sans jamais croire l'avoir était à ma portée.

- Et toi, Dex, qu’y as-tu gagné ? m’informé-je en penchant la tête sur le côté.

Il pouvait avoir toutes les femmes qu’il voulait. Je le sais et il le sait très certainement lui aussi. Il est beau et quand je le regarde, je pense au sexe. Il est fait pour ça. Il a aussi un petit air menaçant, dans le sens où l’on sait qu’il y a une partie de lui qu’on préférerait ne jamais connaître. On lui fait tout simplement confiance et on prie pour être encore en un morceau lorsqu’il partira. Il est du genre à créer une dépendance. Quelqu’un à qui je devrais tourner le dos pour partir sans jamais me retourner, mais ce n’est pas ce que je veux. Je ne peux faire autrement que me demander ce qu’il a bien pu faire ces dernières années.

Un sourire carnassier se peint sur son visage.

- J’ai baisé une fée.

Je serre les dents. Quand j’étais enfant, Dex m’appelait la petite fée, puisque c’est l’origine du nom Faye.

Ça me rendait folle.

Il semble que ce soit toujours le cas."

Afficher en entier

Dexter Black a chamboulé mon univers, mais il m'a fait cadeau du sien. Tant qu'il sera à mes côtés, c'est dans son univers que je veux vivre.

Afficher en entier

Prologue :

" Ma mère ne me donne jamais de chocolat et Dex le sait. Il partage toujours le sien avec moi.

J’ai l’eau à la bouche lorsqu’il brise la barre en deux et me tend la plus grosse part.

- Merci, dis-je en prenant une grosse bouchée.

- Eric joue à des jeux vidéo à la maison. Tu peux aller le rejoindre et jouer avec lui si tu veux, déclare-t-il en se levant.

- Où vas-tu ? lui demandé-je.

Je ne voulais pas qu’il parte.

Il baisse ses yeux bleus perçants sur moi et sourit de toutes ses dents. J’ai toujours aimé ses yeux ; leur couleur était si jolie et, la plupart du temps, ils souriaient.

Ils étaient amicaux.

Chaleureux.

- Je vais rejoindre des amis, annonce-t-il en pointant le garçon et les deux filles qui venaient vers nous dans la rue. Rentre chez toi ou va chez moi, mais ne reste pas assise ici toute seule, ce n’est pas prudent.

Ses amis l’appellent. J’avais remarqué qu’il avait beaucoup d’amis.

Dont beaucoup de filles.

Pour une raison quelconque, ce fait ne me plaisait pas. Je n’aimais pas le partager.

J’avais 10 ans et Dex en avait 15 ; il menait donc une vie nettement différente de la mienne. Malgré la différence d’âge, il avait toujours un peu de temps pour moi, ce qui me donnait l’impression d’être importante.

- À plus, petite fée, me lance-t-il avec un grand sourire avant de partir les rejoindre.

Je soupire et me lève pour m’approcher lentement de la porte d’entrée.

Lorsque j’y suis, je me retourne et aperçois Dex, debout dans la rue, en train de me fixer du regard. Il me fait signe d’entrer et je sais qu’il ne partira pas avant que ce soit fait.

Je ne sais pas pourquoi il s’imagine que c’est si dangereux d’être assise devant chez moi, mais je sais qu’il essaie simplement de me protéger. Dès que je suis à l’intérieur, je ferme la porte derrière moi et je jette un coup d’œil entre les lames du store.

À l’instant où la porte se ferme, il fait demi-tour et enlace une des filles.

Je plisse les yeux et me détourne.

Dexter Black ne le sait pas encore, mais un jour, il sera à moi."

Afficher en entier

Je viens tout juste de terminer de préparer le repas lorsque Dex arrive et pousse un soupir en voyant Arrow nu.

— Putain de merde, Arrow, hurle Dex en se tournant vers moi pour voir mon expression.

Je profite de ce temps pour l’observer à mon tour. Torse nu, il porte un pantalon de sport noir sur ses hanches étroites. Je pourrais sincèrement m’habituer à cette vue.

— Je suis traumatisée, mais je survivrai, interviens-je. Au moins, je sais maintenant pourquoi vous l’appelez tous Arrow. Cette chose pointe vers sa prochaine victime !

Afficher en entier

"- sait-tu pourquoi tu es ici?

Je déglutis avec peine. Cette homme est très sérieux.

- parce que le sperme de Dex est ultra puissant et qu'il a maintenant pitié de moi ? ...."

Afficher en entier

- c’est comme si ... Je respire mieux quand tu es là, poupée. Je ne trouve pas de meilleure manière de l’expliquer.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode