Livres
478 203
Membres
459 681

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par petitemadame 2011-04-22T22:29:43+02:00

- Je ne peux pas simplement arriver en coup de vent et proclamer mes intentions. Je ne peux pas "t'enlever". Je dois juste patienter et espérer qu'un jour, tu me demanderas"

"- Et si je ne le fais pas ?"

"- Alors, j'imagine que j'attendrai éternellement."

Afficher en entier
Extrait ajouté par missnany 2012-06-06T14:40:53+02:00

— Je ne suis pas désolé, dit Tamani, d’une voix pas du tout contrite.

— Bien, tu le devrais ! lança Laurel en se tournant vers lui juste une seconde.

— Pourquoi ? demanda Tamani, d’une voix si calme qu’elle en était agaçante.

Laurel pivota pour le regarder en face.

— Pourquoi devrais-je être désolé ? Parce que j’ai embrassé la fille que j’aime ? Je t’aime, Laurel.

Afficher en entier
Extrait ajouté par missnany 2012-06-06T14:38:33+02:00

— Tamani, aimerais-tu danser ?

Ses yeux s’adoucirent.

— J’adorerais cela.

Laurel regarda du côté des danseurs et hésita.

— Je ne sais pas vraiment comment.

— Je vais te montrer… si tu veux.

— D’accord.

Tamani se leva et lui offrit sa main. Il avait renoncé à sa cape des heures auparavant, mais il portait encore les hauts-de-chausse et les bottes noires, assortis à une ample chemise blanche dont les lacets étaient relâchés devant, soulignant son torse bronzé. Il ressemblait à un héros de film : Wesley dans La princesse Bouton d’or ou Edmond Dantès dans Le comte de Monte Cristo. Laurel sourit et prit sa main.

Ils se dirigèrent lentement plus près d’un groupe de musiciens ; la plupart jouaient des instruments à cordes que Laurel n’aurait pas pu nommer, mais elle reconnut les bois : des flûtes et des cornemuses et quelque chose comme une clarinette simple. Tamani la guida avec habileté dans des pas de danse qu’elle semblait presque se rappeler, ses pieds bougeant avec une grâce qu’elle ne savait pas posséder. Elle bondissait et donnait des coups de pied de concert avec les autres couples et, même si elle ne dansait pas tout à fait avec autant d’élégance que tout le monde, elle aurait pu se débrouiller dans une réunion humaine similaire. Le pré au doux parfum s’emplissait de plus en plus de gens à mesure que les autres quittaient leurs repas pour se joindre à la danse, et bientôt, Laurel fut inondée par une mer de membres souples et de corps gracieux, roulant et se balançant et même s’écrasant au rythme de la musique enivrante des fées d’été – leurs vêtements vaporeux voltigeant dans l’air tempéré de l’éternel printemps d’Avalon.

Tamani guida Laurel en la tenant sous son bras pour l’entrainer dans une longue chaîne de tours sur eux-mêmes qui donnèrent le tournis à Laurel, et elle s’effondra sur son torse, riant et respirant fort. Elle mit un moment à réaliser à quel point elle se collait contre lui. C’était différent qu’être près de David ; pour commencer, Tamani était beaucoup plus près de la grandeur de Laurel. Debout si près l’un de l’autre, leurs hanches se rencontraient parfaitement.

Elle sentit son bras serré dans son dos, la retenant. Il la libérerait certainement si elle s’écartait, mais elle s’en abstint. Il fit courir ses doigts dans les cheveux de Laurel, puis enserra l’arrière de son cou, inclinant sa tête d’une pression. Il laissa son nez reposer doucement contre le sien et son souffle était frais sur son visage alors qu’elle fermait ses doigts contre la peau nue entre les lacets de sa chemise.

— Laurel.

Le murmure de Tamani était si doux qu’elle n’était pas totalement certaine de l’avoir entendu. Et avant qu’elle ne puisse protester, il l’embrassa.

Sa bouche était douce, délicate et tendre contre la sienne. Son goût sucré se fondit avec le sien. La danse autour d’eux devint une valse tranquille alors que la Terre semblait ralentir dans son orbite, puis s’arrêter, juste pour elle et Tamani.

Afficher en entier
Extrait ajouté par missnany 2012-06-06T14:12:46+02:00

Laurel découvrit qu’elle serrait fortement la minuscule bague offerte par Tamani l’an passé, celle qu’elle portait au bout d’une mince chaîne attachée à son cou. Elle avait essayé de ne pas penser à lui ces six derniers mois. Essayé, admit-elle en elle-même, et échoué. Elle s’obligea à détacher ses doigts d’autour du petit anneau et tenta de laisser ses bras se balancer normalement et avec assurance le long de son corps en marchant vers la forêt.

Alors que les ombres des branches tombaient sur elle, un éclair vert et noir s’élança en bas d’un arbre et souleva Laurel. Elle cria de terreur, puis de joie.

— T’ai-je manqué ? s’enquit Tamani avec ce même demi-sourire charmeur qui l’avait ensorcelée lors de leur première rencontre.

Instantanément, c’était comme si les six derniers mois n’avaient jamais existé. Seulement de le voir, de le sentir si près d’elle, cela faisait fondre toutes ses peurs, disparaître toutes ses pensées… toutes ses résolutions. Laurel enroula ses bras autour de lui et le serra aussi fort qu’elle le pouvait. Elle désirait ne jamais le lâcher.

— Je vais prendre cela pour un oui, dit Tamani avec un gémissement.

Afficher en entier
Extrait ajouté par missnany 2012-06-06T14:44:21+02:00

Un sourire badin traversa son visage et il leva la main et frotta un doigt sur sa joue, y laissant une légère traînée argentée.

— Hé !

Ses mains agiles s’élevèrent brusquement et il traça une ligne sur son autre joue.

— À présent, tu es pareille des deux côtés.

Il tendit de nouveau sa main – visant son nez – mais elle était prête cette fois. Elle referma ses doigts sur son poignet, le bloquant.

Tamani baissa les yeux sur sa main, à un bon cinq centimètres du visage de Laurel.

— Je suis impressionné.

Il leva son autre main tellement vite, Laurel ne la vit même pas avant qu’elle touche son nez. Elle tapait sa main alors qu’il riait en continuant d’essayer de dessiner des rayures et qu’elle tentait, habituellement sans succès, de l’en empêcher. Il réussit enfin à lui attraper les deux mains et il les maintint sur les flancs de la jeune fée, puis l’attira contre son torse. Le sourire de Laurel s’évanouit quand elle le regarda, leurs visages à quelques centimètres l’un de l’autre.

— Je gagne, chuchota-t-il.

Leurs regards restèrent rivés et Tamani s’avança lentement.

Afficher en entier
Extrait ajouté par missnany 2012-06-06T14:30:41+02:00

— Est-ce difficile ? demanda tout à coup Tamani.

— Quoi ? dit Laurel, levant les yeux de la fenêtre qu’elle polissait.

— Vivre une vie d’humain ? À présent que tu sais ce que tu es ?

Laurel resta longtemps immobile avant d’acquiescer d’un signe de tête.

— Parfois. Et toi ? N’est-ce pas difficile de vivre dans la forêt si près d’Avalon, mais du mauvais côté du portail ?

— Quand j’ai commencé, mais à présent j’y suis habitué. Et je suis vraiment près. J’y retourne souvent. De plus, j’ai des amis – des amis fées – avec moi tout le temps.

Il marqua une pause de quelques secondes.

— Es-tu heureuse ? murmura-t-il.

— Maintenant ? répondit-elle, la voix également basse alors que ses mains serraient les serviettes en papier.

Souriant tristement, Tamani secoua la tête.

— Je sais que tu es heureuse maintenant. Je le vois dans tes yeux.

Mais es-tu heureuse lorsque nous… lorsque tu n’es pas ici ?

— Évidemment, répondit-elle rapidement. Je suis très heureuse.

Elle se tourna et frotta les fenêtres avec vigueur.

L’expression de Tamani ne changea pas.

— J’ai toutes les raisons d’être heureuse, poursuivit Laurel, forçant sa voix à demeurer calme. J’ai une vie merveilleuse.

— Je n’ai jamais dit le contraire.

— Tu n’es pas la seule personne qui m’apporte du bonheur.

Il eut un très léger hochement de tête et fit une grimace.

— Je suis très conscient de cela.

— Le monde des humains n’est pas aussi monotone et triste que tu aimes à le croire. Il est amusant et excitant et – elle chercha un autre mot – et…

— Je suis content, l’interrompit Tamani.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MorganeDubrulle 2012-06-24T09:51:12+02:00

-Tam? demanda soudain Laurel d'un ton hésitant.

-Mmm?

Les paupière closes, Tamani semblait dormir.

-Tu... tu n'en as pas assez d'être un elfe de printemps?

Il ouvrit les yeux une seconde.

-Comment ça?

Laurel réfléchit au moyen de formuler sa question sans le froisser.

-Ici, tout le monde vous considère comme inférieurs. Tu dois faire la révérence, servir, et marcher derrière moi. Ce n'est pas juste.

Tamani se mordillait la lèvre inférieure tout en réfléchissant.

-Et toi, tu n'en as pas assez que les gens te prennent pour une humaine?dit-il enfin.

Afficher en entier
Extrait ajouté par missnany 2012-06-06T14:23:11+02:00

— Es-tu libre ? demanda Laurel.

— Je le suis.

— Libre à quel point ?

— Aussi libre que je le veux, répliqua-t-il avec un peu de virulence.

— Es-tu libre de marcher à côté de moi ?

Il garda le silence.

— Es-tu libre d’être autre chose qu’un ami pour moi ? Si – et elle appuya lourdement sur le si – je décidais un jour de vivre à Avalon et désirais être avec toi, aurais-tu assez de liberté pour cela ?

Il détourna les yeux et Laurel vit qu’il avait tenté d’éviter une telle conversation.

— Et bien ? insista-t-elle.

— Si tu le voulais, dit-il enfin.

— Si je le voulais ?

Il hocha la tête.

— Je n’ai pas le droit de te le demander. Ce serait à toi de le faire.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Naktya 2012-06-21T19:08:04+02:00

- Je ne suis pas désolé, dit Tamani, d'une voix pas du tout contrite.

- Bien, tu le devrais! lança Laurel en se tournant vers lui juste une seconde.

- Pourquoi? demanda Tamani, d'une voix si calme qu'elle était agaçante.

Laurel pivota pour le regarder en face.

- Pourquoi devrais-je être désolé? Parce que j'ai embrassé la fille que j'aime? Je t'aime, Laurel.

[...]

- Combien de temps suis-je censé rester en arrière et simplement attendre que tu reprennes tes esprits? J'ai été patient. Pendant des années, j'ai été patient, Laurel, et je suis fatigué.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Naktya 2012-06-21T18:13:15+02:00

- Je t'attendais plus tôt, dit enfin Tamani.

[...]

- Je suis désolée.

- Pourquoi n'es-tu pas venue?

- J'avais peur, repondit-elle avec franchise.

- De moi? demanda le garçon souriant.

- En quelque sorte.

- Pourquoi?

Elle prit une profonde respiration. Il méritait la vérité.

- C'est trop facile d'être avec toi.

Tamani afficha un large sourire.

- J'imagine que je ne peux pas trop m'insurger contre cela.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode