Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par Wolfenshun

Extraits de livres par Wolfenshun

Commentaires de livres appréciés par Wolfenshun

Extraits de livres appréciés par Wolfenshun

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
Un livre que je ne peux malheureusement pas conseiller malgré ses qualités évidentes. Effectivement, si la structure du livre est bien présentée (une frise chronologique à chaque page présentant l'histoire du roi, de magnifiques gravures, une petite biographie des acteurs importants qui ont secondé le roi de l'époque) et que certains thèmes sont intéressants (notamment le paganisme qui a perduré plus longtemps que ce que l'on peut penser), sans compter que l'auteur est impartial pour chaque roi (il montre à la fois ses qualités et ses défauts); le gros soucis de ce livre est que l'on a l'impression qu'aucune correction n'a été faite lors de sa publication.
En effet, je ne compte pas le nombre d'erreur de dates (un comble pour un livre d'histoire), des problèmes de ponctuations, une frise qui a du mal à suivre l'avancée des rois et des contradictions entre cette ladite frise et l'article concernant l'histoire du roi (notamment le nombre de votants pour la mort de Louis XVI qui passe de 361 voix contre 360 dans la frise à 387 voix contre 334 pour l'article le concernant).
Bref, cela fait beaucoup trop de défauts pour conseiller ce livre malgré ses qualités.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Ce livre, regroupant les grands films fantastiques mais aussi quelques titres de SF, est fort intéressant malgré quelques manques: un seul film de John Carpenter (pourtant considéré comme un maître dans le genre), aucun de Romero (un film de la saga des Zombies aurait de bon aloi), ni le film "Alien" ni "2001 l'odyssée de l'espace" (qui ont pourtant marqué tous les cinéphiles) ne sont cités.
C'est un choix des auteurs car, il est vrai, tous les films cités dans ce livre sont des chefs-d'œuvre. Émaillés d'anecdotes forts passionnantes, ce livre nous donne vraiment envie de découvrir, ou redécouvrir, les films qui y sont cités.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Une excellente modernisation de la naissance de Spider-Man avec une psychologie des personnages plus poussés (on voit bien l'évolution de la mentalité de Peter Parker au fur et à mesure que le venin de l'araignée s'insinue en lui et la découverte de ses pouvoirs) mais aussi de ses relations avec ses camarades de classe. On retrouve aussi un oncle Ben plus présent et plus charismatique que ses précédentes versions, un bouffon vert très charismatique et un Docteur Otto Octavius avant qu'il ne devienne le docteur Octopus (ce qui donne un lien avec Spidey et le Bouffon). Et de plus, j'adore le style de Mark Bagley, très dynamique.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 04-05-2015
Biographie intéressante du personnage historique, même si on peut noter quelques lourdeurs par moment, avec notamment des allers-retours incessants sur les notes en fin de page dont certaines sont plus des notifications sur les sources (donc dispensables pour la continuité de la biographie) mais d'autres sont des liens avec le contexte de l'époque (donc très utiles).
Quand au personnage en lui-même, malgré quelques blancs sur son passé (notamment une partie de son enfance) dû à un manque d'informations à ce sujet, il est plus ambigüe qu'il n'y paraît. Pris entre deux feux, d'un côté le roi Mathias Corvin de Hongrie lui mettant des bâtons dans les roues et de l'autre la menace turque de Mehmed II aux frontières de la Valachie; il devait imposer son autorité pour protéger son pays. Même si certains actes cités dans les pamphlets à son encontre peuvent être vrai (et paraître cruel de nos jours), Vlad Tepes Dracul ne faisait qu'appliquer les lois de son pays à son époque.
En plus de la biographie du personnage historique, on y trouvera aussi une analyse sur la création du personnage littéraire de Bram Stocker (ses sources d'inspiration) et sur les vampires en Transylvanie (le strigoï); ainsi que des pamphlets à l'encontre de Vlad Tepes, dont celui de Théodore Kuritsyne est le plus intéressant car plus objectif à mon avis.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 07-04-2015
N'ayant jamais joué au jeu vidéo, je ne pourrais pas dire si le roman est fidèle; mais ce qui est sûr, c'est qu'il m'a vraiment donné envie de le découvrir.
Le seul reproche que je pourrais lui trouver est sa fin un peu bâclé (un peu trop facile avec un Deux Ex Machina mal placé), alors que tout le reste est excellent; les auteurs se sont même permis de développer le passé d'Henry Stauf, l'instigateur des drames qui vont se dérouler dans son manoir sur les 6 invités au passé trouble, afin de mieux comprendre son comportement déviant.
Si la fin était plus élaborée et la personnalité des invités un peu plus développée, ce roman aurait été un quasi sans faute.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Quatrième et dernier volume consacré aux arts martiaux au cinéma, celui-ci se consacre au chanbara, aux Wuxia Pian et aux films de cape et d'épée. On y retrouvera toujours avec plaisir des biographies consacrés aux ténors de ces genres (Cheng Pei-Pei, Akira Kurosawa, Douglas Fairbanks, jean Marais et d'autres grands noms du cinéma), mais aussi à des analyses de certains films comme la trilogie du manchot, la saga Zaïtochi, Les Vikings, etc...
Mais ce livre ne se cantonne pas seulement aux films avec des lames, il se permettra un petit aparté aux films de bagarre ou utilisant les combats à mains nues dans les westerns ou les films d'espionnage par exemple. On y trouvera aussi un dossier à la littérature de genre (comme la saga OSS 117, le Judoka et TTX 75) et à un BD culte: Docteur Justice.
Bref, comme pour les volumes précédents, on sent que ce livre a été écrit par un passionné et est destiné autant aux néophytes qu'aux adeptes. Un excellent volume que je ne peux que recommander.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 24-02-2015
Je dois admettre que le Silver Surfer n'est pas mon personnage Marvel préféré: trop lisse, trop puissant, n'arrêtant pas de se plaindre et naïf (d'ailleurs l'un des titres d'un épisode s'intitule "Le bon, le méchant et le naïf").
Comme son titre l'indique, ce volume montre ses origines, mais aussi ses combats contre les Badoons (une race d'extra-terrestre) Méphisto, Loki et L'étranger. Comme toujours, ses adversaires qu'il rencontrera ne lui posera pas trop de problème, à part le combat qui l'opposera à Thor, manigancé par Loki, qui sera épique car chacun des protagonistes ayant une force équivalente.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Troisième volume consacrés au cinéma d'arts martiaux, celui-ci s'intéresse principalement aux acteurs occidentaux et aux acteurs asiatiques ayant réussi à percer à Hollywood. On y retrouver avec plaisir des biographies/filmographies consacrés aux acteurs de films bis et aux nanars (Cynthia Rothrock, Richard Norton, Gary Daniels, Don Wilson, etc...) avec une partie consacrée aux ninjas hamburger (merci Cannon!); mais aussi aux grandes figures des films d'action, tels que Mark Dacascos, Steven Seagal et Jean-Claude Van Damme, avec un petit aparté sur Jeffrey Meek avec sa série Raven.
Les interviews sont fort intéressantes et nous donne une idée sur le caractère des acteurs (sympathique par Gary Daniels et Jean-Claude Van Damme, professionnel pour Mark Dacascos et froid comme la pierre pour Steven Seagal, comme les personnages qu'il incarne d'ailleurs).
Enfin, ce livre se termine en beauté avec un dossier consacré à la carrière de Jackie Chan.

Comme toujours, Christophe Champclaux maîtrise son sujet et son livre est passionnant du début à la fin. Un ravissement pour tous les cinéphiles.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Après un premier volume fort intéressant sur les origines des films d'arts martiaux et de la période Golden Harvest/Shaw Brother, ce deuxième volet s'intéresse dorénavant à l'ouverture de la Chine sur ce thème, la consécration des films hongkongais et des prémices des fims américains avec un dossier sur un autre thème martial: la boxe.
On y retrouvera de nombreuses biographie/filmographies, des interviews, ainsi que des analyses de films.
Les biographies sont toutes très intéressantes (surtout celles de Jet Li, Samo Hung, Chuck Norris et Brandon Lee) et les analyses des films sont très pertinentes ("Opération Dragon", "Dragon, l'histoire de Bruce Lee", "The Crow", "Lone Wolf McQuade", etc...; mais aussi '"Nous cavons gagné ce soir", "Gentleman Jim", "Fat City", "Raging Bull" et bien sûr la saga des Rocky pour la boxe).
Comme pour le premier volume, Christophe Champclaux nous donne envie de découvrir, ou redécouvrir, des films qui ont marqués le cinéma d'arts martiaux. Un très bon livre pour tous les cinéphiles.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Un premier volume très intéressant sur l'histoire du cinéma d'arts martiaux, traitant essentiellement des films de la Shaw Brother. On y trouvera aussi quelques biographies et filmographies des différents acteurs et réalisateurs qui ont contribué à l'essor de ce genre parmi nous, notamment Bruce Lee (évidemment!); mais aussi Sonny Chiba, Lo Wei, Chang Cheh (avec une très bonne analyse du film "Vengeance!") et tant d'autres.
Ce livre donne vraiment envie de découvrir, ou redécouvrir, les différentes pépites présentes dans ce livre. Un véritable bonheur pour tous les cinéphiles.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 05-02-2015
Contrairement à ce que le titre laisserait penser, ce volet de la saga des X-Men ne traitent pas essentiellement de ce passage emblématique qui sera repris moult fois par d'autres scénaristes et dessinateurs de la Maison des idées. En effet on aura le droit à d'autres histoires, comme "Élégie", "Diablo aux Enfers", "Fureur!", le fameux "Futur Antérieur", et pour finir "Démon".

"Élégie" est une sorte de résumé des débuts des X-Men jusqu'à l'autre grande saga concernant Jean Grey et le Phoenix Noir, et les raisons du départ de Cyclope de l'équipe. C'est un passage pas essentiel, mais permettant de bien situer l'histoire pour ceux n'ayant jamais ouvert un comics sur les X-Men.

"Diablo aux Enfers" est une retransposition de l'Enfer de Dante version X-Men avec, pour invité spécial, le Dr Strange. Passage intéressant pour approfondir le passé de Diablo et pour les fans de Tornade.

"Fureur!" va faire retrouver Wolverine à l'un de ses premiers adversaires: Wendigo. Accompagné de Diablo et de la division Alpha (les super-héros canadiens), cet affrontement sera des plus épique. On notera aussi quelques notes d'humour, notamment Logan qui appelle le professeur Charles-Xavier "Charlie", puis "Charlot" au grand dam de celui-ci; ou encore Harfang qui surprend Diablo lorsqu'elle est sous sa forme d'ours blanc.

"Futur Antérieur" est fidèle à sa renommée et servira de mètre-étalon pour les nombreuses sagas qui en découleront. Le seul regret est que je trouve cette histoire un peu courte, mais elle aura son lot d'action et de drame.

Enfin, l'histoire "Démon" est celui que je préfère, car elle amènera Kitty Pride à échapper aux griffes d'un monstres quasi-invincible et très rusé. Cette histoire ressemble à un survival-horror où Kitty devra user de tous ses talents physiques, de ses pouvoirs de franchir la matière et de son ingéniosité pour espérer survivre. Un excellent scénario très haletant.

Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Déception, tel serait le mot qui me viendrait à l'esprit en refermant ce livre.
Étant fan de la série des Elder Scrolls depuis Morrowind, je m'attendais à de l'épique, des Daedras, des Argoniens, des Khajiit, à un approfondissement de l'univers... On a bien tout cela, mais c'est soit trop succinct (l'Argonien Mere-Glim qui sert plus de figuration qu'autre chose, la Khajiit Lesspa qui est sacrifiée pour le bien de l'intrigue alors que l'on commençait à s'attacher à ce personnage) ou alors cela arrive sur le tard (le côté épique qui commence à arriver au milieu de la seconde partie du roman et les Daedras qui se manifestent seulement à la fin).
Quand aux personnages principaux, seuls le prince Attrebus et le Dunmer Sul se démarquent du lot (il y a aussi le personnage de Colin, l'enquêteur, mais il apparaît très peu dans le roman, certainement plus développé dans le second roman), alors que le personnage d'Annaïg est fade et sans personnalité.
Quand à l'intrigue, c'est comment dire... mi-figue, mi-raisin. Le fait de proposer trois aventures différentes mais ayant un thème commun (empêcher la menace que provoque la cité flottante Umbriel sur le monde de Tamriel) aurait pût être intéressante si l'intérêt suivait: l'histoire consacré à Annaïg est comme son personnage, fade et sans intérêt (on ne fait que parler cuisine la plupart du temps), on a bien une scène d'action mais la guerre entre cuisiniers me fait plus l'effet d'un comique involontaire qu'un moment épique. Pour ce qui est de Colin, comme je l'ai signalé auparavant, il n'apparaît qu'au début de la seconde partie et à la fin du roman pour trois malheureux chapitres alors que le personnage semblait intéressant. Enfin, l'histoire du prince Attrebus est beaucoup plus passionnante, mais il faudra attendre sa rencontre avec Sul pour que l'aventure commence à prendre forme, soit le milieu du roman, entrecoupé malheureusement par les passages autour du personnage d'Annaïg.
Tout ce qui concerne le monde de Tamriel est traité trop rapidement, et seul les fans des Elder Scrolls peuvent être ravis des allusions traités ici et là, mais pour un non-initié, ce dernier sera perdu. Enfin, la fin elle-même est trop abrupte alors que cela commençait vraiment à être intéressant, mais il faudra attendre la suite pour voir où la saga veut nous mener.

C'est vraiment dommage que le roman se prenne les pieds dans le plat, car l'univers des Elder Scrolls est très riche. Espérons que le deuxième volet de la saga soit plus palpitant et évite les erreurs commises dans ce volume.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Commençons par le livre en lui-même: c'est déjà un bel objet. Belle présentation, couverture en carton épais avec dorure, papier de bonne qualité et une languette pour marquer la page de votre choix. Déjà, cela donne un côté luxueux au livre.

Maintenant, le contenu. Le livre traite des différents épisodes de la saga du premier Zelda sorti sur NES jusqu'à Phantom Houglass et Spirit Tracks sortis sur DS, ainsi que ses apparitions sur d'autres jeux (les jeux sur CDI-Philipps, Soulcalibur II, Super Smash Bros et les jeux Game & Watch). Chaque épisode et traité à part sur une moyenne d'une dizaine de page chacun environ. Même si l'auteur parle du côté technique des jeux, cela est traité rapidement car le livre se base essentiellement sur l'histoire, la philosophie, la psychologie et la mythologie de chacun des épisodes (influences, références, etc..). A noter que la partie de Link's Awakening (Game Boy), Majora's Mask (N64) et Twilight Princess (GameCube/Wii) est très intéressante.

Ensuite un autre chapitre (le plus long et le plus intéressant à mon avis) traite du personnage de Link à travers le jeu Ocarina of Time (N64). A travers les personnages rencontrés et les temples visités, on peut noter que les créateurs n'ont rien laissé au hasard sur l'évolution psychologique du héros; notamment sur le passage de l'enfance à l'âge adulte, la sexualité (à travers le personnage de Ruto), la dualité (Ganondorf), etc... Je ne vais pas m'étendre plus loin car cette analyse est tellement prenante qu'il vaut mieux le découvrir soi-même. Je vois que certains vont sourire au vu du terme "sexualité" dans le jeu, mais l'interprétation qu'en fait l'auteur n'est pas dénué de sens et nous fait réfléchir.
Enfin, l'auteur décrira les personnages de Zelda et de Ganon, montrant ainsi l'évolution de ces deux personnages dans la saga.

Comme vous pouvez le constater, ce livre est une perle pour tous les fans de la légende de Zelda, le seul reproche que je peux lui faire est le manque d'illustration. Je ne demande pas un screenshot des jeux, mais j'aurais bien apprécié un arrwork, ou au minimum une carte d'Hyrule intégré au livre. Mais ne faisons pas le fine bouche, ce livre est très bien comme il est. Un achat indispensable pour tous ceux qui voudraient décortiquer la saga Zelda.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Le livre se sépare en 4 parties: la bibliographie de Graham Masterton, les films qui se sont inspirés de l’œuvre de l'auteur, un dictionnaire des Dieux et des Démons utilisés par Masterton, et pour finir, une présentation des auteurs qui reprennent le même thème pour leurs romans.

La première partie, la plus importante, regroupe les œuvres fantastiques de Graham Masterton de Manitou (1975) à Corbeau (2002). Vu que Masterton continue à écrire, certains de ses romans ne sont pas cités (comme Le diable en gris ou Du sang pour Manitou).
Chacun de ses roman est décortiqués sur une ou deux pages montrant ainsi son mécanisme d'écriture, ses inspirations (ou ceux qui s'en sont inspirés) et les mythes utilisés avec citations à l'appui.
Cette partie est très intéressant car elle nous montre l'évolution de l'auteur dans son style, et la cosmogonie qu'il a créé à travers les différents mythes amérindiens, lovecraftiens et catholiques principalement faisant un lien entre eux.

La seconde partie traite des films qui se sont inspirés des romans de Masterton. Si on ne peut faire l'impasse sur la seule adaptation filmographique d'un de ses romans ("Le faiseur d'épouvante" de William Girdler pour "Manitou"), il est intéressant de voir qu'il a inspiré de nombreux cinéastes (ou ont inspirés Graham Masterton); de film de série Z ("Épouvante sur New York" de Larry Cohen) aux grands classiques de l'épouvante (notamment pour "Freddy 3: les griffes du cauchemar" qui est ressemblant au roman "Les guerriers de la nuit").
Même si cette analyse est subjective, il est intéressant de voir les similitudes qui existent entre certains films et les œuvres de Graham Masterton, de voir qui a inspiré qui.

La troisième partie, la plus courte, est un dictionnaire des Dieux et des Démons utilisés par Masterton. Si certains sont existants, d'autres sont créés soit par un certain Lovecraft, soit par l'auteur lui-même.

La quatrième partie traite des différents auteurs qui ont des similitudes avec le style d'écriture de Graham Masterton, s'attardant sur d'autres grands noms de la terreur (James Herbert, Ramsey Campbell, etc...), mais décrivant aussi quelques auteurs anglo-saxons et français moins connus mais dont les thèmes sont semblables à Masterton.

Je dois avouer que je ne suis pas déçu de mon achat malgré la maigreur de l'ouvrage (une centaine de pages tout au plus en omettant les index) et son prix (comptez dans les 15€). Je l'ai dévoré d'un bout à l'autre et m'a permis de mieux cerner le style de l'auteur.
Est-ce un ouvrage indispensable? Non; mais pour les fans de Graham Masterton, c'est une analyse pertinente et intéressante des différents romans de l'auteur qui nous donne envie de lire et de relire ses ouvrages, mais aussi ceux d'autres auteurs, ainsi que de voir les films, qui se sont inspirés de ses thèmes (les mythes antiques dans notre monde moderne).
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 19-01-2015
Au vu du résumé et des premières pages du roman, on s'attend à une histoire de malédiction vietnamienne à base de poupée style vaudou, mais au fil de l'histoire on se demande si l'auteur sait où il va. D'ailleurs la révélation sur les raisons de cette malédiction est totalement absurde et décrédibilise totalement les intentions de base.
Le problème est que Dean Koontz n'est pas Graham Masterton. Là où Graham Masterton utilise le mythe comme moteur principal de son récit, Dean Koontz s'en sert ici comme prétexte pour une course-poursuite tout au long du récit, certes réussi, mais comportant certaines longueurs qui auraient pût être évité.
Autre soucis, ce sont les descriptions: on a l'impression que l'auteur ne sait pas comment décrire la créature, ce qui fait que le lecteur a dût mal à la visualiser; par contre il décrit beaucoup les lieux et les objets, parfois inutilement ce qui génère un certain ennui. De plus, on a du mal à avoir de l'empathie pour le personnage principal, tellement il semble plat, sans consistance, creux.
Heureusement, l'humour est là par l'intermédiaire du personnage de Del et du chien Scootie, mais il faudra attendre le milieu du roman pour relancer l'intérêt du lecteur; même si on se demande parfois si Dean Koontz n'aurait pas fumé un joint tellement cela part dans tous les sens.
En conclusion, ne vous attendez pas à un gros thriller comme à l'habitude de faire Dean Koontz, mais plutôt comme une comédie (burlesque?!) fantastique avec une petite dose de science-fiction et de suspense. Vous serez ainsi moins déçu du résultat, peut-être...
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0